L’Arbre-Monde, Richard Powers

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_4764.jpg

Synopsis:

Dans ce nouveau roman, Richard Powers embrasse un sujet de la nature et de nos liens avec elle. Les destins des protagonistes de ce récit (un psychologue, un étudiant, un concepteur de jeux électroniques, un photographe amateur, une botaniste visionnaire) s’entrelacent autour de ce qui est peut-être le premier et le dernier mystère du monde : la communication entre les arbres. Richard Powers explore le drame écologique et notre lente noyade dans le cyber world, et nous rappelle que sans la nature notre culture n’est que ruine de l’âme.

Ce que j’ai ressenti:

Écoute, il faut que tu entendes ça…C’est peut-être la seule chose qui devrait être écouté d’ailleurs à mon humble avis, les mots d’avant les mots et l’arbre qui nous parle dans ce langage-là. C’est peut être fou, c’est peut être follement romantique, c’est peut-être cruellement poétique, mais cela sonne avec de fatals accents de vérités. À n’importe quel arbre, tu peux te raccrocher parce que c’est de la vie à pleine puissance, de la vie dans un silence hyperactif, de la vie qui donne la vie, et même dans la mort elle est vie, alors tu comprends que les arbres sont notre plus beau trésor, un cadeau de la vie….Pendant des années, l’homme a ignoré le pouvoir de la forêt…Grâce à ce roman polyphonique, tu vas entendre plusieurs voix qui rendent hommage à un arbre, tu vas suivre plusieurs voies qui mènent vers ce cheminement de la conscience des arbres, et peut-être bien que tu feras quelque chose de beau après cette lecture…Peut-être même que ton écoute changera, que ton œil ne sera plus aveugle aux plantes, quand tu seras au cœur de la Nature…Peut-être que tu auras conscience de la conscience de tout être vivant…

Qu’est-ce qui est le plus dingue : des plantes qui parlent, ou des humains qui écoutent ?

L’Arbre-Monde, c’est un manifeste ou juste une prouesse littéraire pour comprendre que sans les arbres plus de monde, et dans la force de sa générosité, l’arbre restera toujours le soutien inconditionnel du monde des hommes. C’est une lecture exigeante, qui mérite un certain investissement personnel, parce qu’elle est plurielle…Tantôt romanesque, quelque fois documentaire ou encore essai, ce courageux parti-pris de cette diversité de genre, est une ode aux arbres, et c’est sublime. L’auteur pousse notre réflexion vers chaque partie de l’arbre, des racines aux cimes, de la graine au tronc, de l’écorce à la fleur, il multiplie les points de conscience pour nous sensibiliser sur la communication effective des arbres et réveiller notre instinct de survie, (s’il n’est pas déjà trop tard) afin qu’on les protège…L’environnement est en souffrance, mais l’homme fait encore la sourde oreille, et tue chaque jour, des arbres par milliers: c’est une réalité choquante. Alors c’est pour cela que je t’invite à entendre les arbres, même s’ils n’ont pas la même façon de parler que toi, ils te donneront toujours plus que ce que tu peux imaginer, ils ont une capacité extraordinaire qui dépasse l’entendement, et c’est ce qui m’a profondément chamboulée…

Savoir de façon certaine ça n’existe pas. Les seules choses fiables, c’est l’humilité et un regard attentif.

Pour ma part, il y aura un « avant » et un « après » cette lecture…C’est plus qu’un coup de cœur puisque c’est un éveil intérieur qui se passe carrément du moindre mot. J’ai le cœur maintenant en arborescence pour L’Arbre-Monde, la sève et le sang en symbiose à l’intérieur… Je souhaiterai le recommander au plus grand nombre, en fait, si vous ne deviez n’en choisir qu’un cette année à lire, alors prenez celui-là! Prenez conscience de l’urgence d’en parler, de le soutenir et vous mobiliser pour L’arbre-Monde mais surtout pour tous les arbres du monde…

Il y a un proverbe chinois : quel est le meilleur moment pour planter un arbre ?
Vingt ans plus tôt. »
L’ingénieur chinois sourit. « Pas mal.
_ Et à défaut, quel est le meilleur moment ?…Aujourd’hui. »

Bien sylvement,

Stelphique.

Ma note Plaisir de Lecture 10/10

Le chant de la Tamassee, Ron Rash.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 071a3a64-5935-4278-ac64-110af35c78b9.jpg

Synopsis:

Rivière protégée par une loi fédérale, la Tamassee est un lieu quasi sacré. Quand une jeune adolescente s’y noie et que son père veut faire installer un barrage pour dégager son corps, bloqué sous un rocher, les environnementalistes s’insurgent et les journalistes se déchaînent. Photographe originaire du coin, Maggie s’interroge : comment choisir entre le deuil d’un enfant et la protection de la nature ?

Ce que j’ai ressenti:

« Je refuse de croire que le monde est tellement triste, voilà tout. »

Je le refuse également, pourtant dans le roman noir de Ron Rash, on pourrait presque croire que le monde n’est que tristesse et désolation. Entre la mort accidentelle de Ruth, ce combat presque vain pour la protection de la nature, ces journalistes internationaux qui reviennent des champs de batailles avec le cœur cassé, et tous ces êtres perdus dans leurs ressentiments, ça donnerai presque envie de baisser les bras…Mais on ne le fait pas, heureusement…Avec d’aussi belles histoires et ceux qui se battent pour des causes justes, on garde un peu d’espoir, on essaye de moins voir cette tristesse. Et Ron Rash a de quoi nous éblouir les yeux avec Le chant de la Tamassee, parce qu’il trouve le mot juste pour nous parler d’écologie et le mot poésie pour sublimer la nature du lieu, mais on sent aussi dans sa plume toute la bienveillance de son humanité.

Lire son livre m’avait poussée à me demander – et ce n’était d’ailleurs pas la première fois dans ma vie – si voir trop de souffrances pouvait vous dévaster le coeur.

La Tamassee est une magnifique rivière, tout aussi belle que ce qu’elle est dangereuse. Elle prend des vies mais elle apporte aussi la vie. Peut-on donc reprocher à une rivière, les accidents qu’elle déclenchent? C’est tout le point fort de ce roman. Parce qu’il y a la nature d’un côté et ceux qui se battent pour elle, et puis il y a les gens endeuillés de l’autre, comme si la dynamique de ses deux partis pouvait être en réel conflit…Malgré la magnificence du lieu, les hommes sont encore là à prendre des décisions parfois insensées et souvent à l’encontre de leurs propres survies. Ron Rash nous fait voyager en Caroline du Sud, et met en scène un courant d’eau qui déclenche toutes les fureurs! Quel regard avisé, il porte sur ces contemporains et en même temps il donne à cette rivière protégée un pouvoir presque mystique. C’est remarquable cette manière de laisser au lecteur le soin de se faire sa propre opinion, de le laisser se choisir un camp ou pas. Et puis, cette plume si intense, si bouleversante, si poétique…Un régal!

Autrefois j’étais assez présomptueux pour croire que je pourrais sauver le monde, mais ça y est, j’ai compris. Le mieux qu’on puisse faire, c’est trouver une bonne cause, une seule, si infime soit-elle, et y consacrer toute son énergie.

C’est un roman noir puissant. Il m’a touchée autant par sa beauté que par son humanité. Le Chant de la Tamassee m’a traversée de part en part, malgré cette mélodie mélancolique et les fantômes qui l’accompagnent, il continue de diffuser ces notes sacrées en moi…

Le chagrin pouvait être purifié en se transformant en chanson …Tout comme un morceau de charbon est purifié en se transformant en diamant.

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Préférer l’Hiver, Aurélie Jeannin.

Synopsis:

À distance du monde, une fille et sa mère, recluses dans une cabane en forêt, tentent de se relever des drames qui les ont frappées. Aux yeux de ceux qui peuplent la ville voisine, elles sont les perdues du coin. Pourtant, ces deux silencieuses se tiennent debout, explorent leur douleur et luttent, au coeur d’une Nature à la fois nourricière et cruelle et d’un hiver qui est bien plus qu’une saison : un écrin rugueux où vivre reste, au mépris du superflu, la seule chose qui compte.
Dans un rythme tendu et une langue concise et précise qui rend grâce à la Nature jusqu’à son extrémité la plus sauvage, Aurélie Jeannin, dont c’est le premier roman, signe un texte comme une mélancolie blanche, aussi puissant qu’envoûtant.

« Une aventure humaine, profonde, poétique, inoubliable.»

Ce que j’ai ressenti:

Tu es tout ce qu’il me reste, l’Hiver. En ville, c’est insupportable, alors je préfère… M’éloigner, me recentrer…Je me suis donc perchée sur la plus haute branche de l’arbre et j’ai contemplé la beauté d’une œuvre: Préférer L’Hiver.

Je ne savais pas qu’on pouvait mettre tout son être au bord de son cœur…Aurélie Jeannin m’y a invitée et aussi fou que cela puisse paraître, je dédie à son livre, cette déclaration d’amour…Je veux tellement être excessive, pour une fois. J’ai succombé à l’Hiver, juste pour éprouver la connexion, pour appréhender les émotions en dormance. Je me suis jetée contre les parois de mon âme pour deviner la force de mon Intérieur. En explorant les bienfaits de l’immobilité, j’ai touché un peu du froid, libéré les silences… Je me suis offerte à l’hibernation sans aucune retenue, j’ai connu la paix dans les marges, j’ai trouvé un trésor dans ces pages…

De toute façon, je n’aurais rien voulu de moins que tout ça. J’ai aimé démesurément les creux et les bosses, le blanc et le silence, les cicatrices et la toile interconnectée, le froid et les lectures du soir, les arbres et les racines, l’évidence et la résilience. J’ai même Préférer l’hiver, à toute autre saison. J’aurai voulu un petit coin dans leur cabane, et même le ragondin je l’aurais adopter… Je n’aurais rien voulu de moins que tous les mots splendides de Aurélie Jeannin, tout le sublime des émotions qu’elle nous communique. J’ai embrassé la forêt, embraser mes émois dans ceux de ces femmes. Je n’ai pas reculé devant la rage, ni le chagrin, je les ai accueilli à bras ouverts. De toute façon, je n’aurai rien voulu de moins que de me perdre dans leurs labyrinthes, faire coller le mien aux leurs, parce que le temps de cette lecture, l’hiver te saisit bien trop intensément, et il ne peut en être autrement. Je n’aurai rien voulu de moins que le coup de cœur que j’ai ressenti…

Je me suis épuisée au cœur de mon être à trop vouloir comprendre. Comprendre moi et puis Elles. Si semblables et si différentes. Si entières et si mystérieuses. Autant volcaniques, étonnamment hypersensibles. Mère et fille, femme et vivante, et quelque part dans tout ça, moi… Elles et moi, si profondément mères et femmes, écorchées dans nos écorces. J’ai attrapé des vérités de moi en elles, donné mes parts d’amour pour soigner leurs plaies, essayé de nous atténuer la douleur du deuil. Ensemble, souffrir en communion du manque. Force est de constater qu’il n’y avait rien à comprendre, juste à ressentir. J’étais là avec elles, et ce temps cristallisé devient précieux. C’est toute la puissance de ce livre, comme elle vient te percuter sans que tu puisses l’intellectualiser. C’est à prendre et à n’en rien laisser parce que des lectures envoûtantes comme ça, il y en a si peu…

Je me suis assise auprès de mon cœur, tout à côté du précipice et j’ai fait une traversée éprouvante mais je confirme que j’ai toujours Préférer l’Hiver.

Ma note Plaisir de Lecture 10/10

J’aurais pu devenir millionnaire j’ai choisi d’être vagabond Alexis Jenni.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_3804.jpg

Synopsis:

Né en Écosse en 1838, débarqué à 10 ans dans la région des Grands Lacs, aux États-Unis, le jeune Muir s’échine chaque jour dans les champs et lève parfois la tête pour regarder la nature environnante qui l’émerveille. Le soir, il imagine et crée des objets mécaniques qu’il présente ensuite en ville comme, par exemple, cet appareil pour le sortir automatiquement du lit à l’heure du lever. Très vite, John Muir s’interroge sur le sens de cette vie de labeur, alors qu’il pourrait vivre en autonomie dans la nature. Il quitte le Wisconsin, sillonne le pays à pied du nord au sud et d’est en ouest, participe aux transhumances de bergers isolés, vit en ermite dans les bois, fasciné et nourri par la vie qui l’entoure. Dans la Californie de la ruée vers l’or, on fait fortune en creusant une dette écologique abyssale, que personne ne voit encore. Sauf Muir, qui la pressent grâce à son attention aux hommes et son amour du paysage. Figure mythique aux États-Unis, fondateur des parcs nationaux, sauveur du Yosemite, John Muir posa clairement la question du sens de la vie dans la nouvelle société industrielle et industrieuse et il y a répondu, par son mode de vie, en termes tout aussi clairs. Ancêtre du concept d’écologie, il fut, selon Roosevelt, « l’homme le plus libre que j’ai jamais rencontré ».

Ce que j’ai ressenti:

🌳John Muir, cet homme admirable.

Ce titre, c’est la phrase de John Muir. La vie de John Muir est une inspiration. Vagabonder a été son leitmotiv, la liberté, sa compagne de vie. Il a une façon totalement différente de voir et d’appréhender le monde qui est tout à fait fascinante. Je comprends tellement Alexis Jenni qui lui rend hommage avec ce livre, parce qu’effectivement cet homme délaisse toutes les plus viles ambitions pour se consacrer à promouvoir l’utilité et la nécessité des forêts. Je ne crois pas qu’il y est plus beau combat sur terre. Plus je découvrais sa vie, plus je lisais ses poésies, plus je voyais sa bienveillance, et plus j’étais admirative. Surtout au vu de l’actualité de ces derniers mois, il me semble très important de mettre la lumière sur ces personnalités d’hier et d’aujourd’hui, qui font bouger les choses et nous pousse à mieux réfléchir à nos actions et comprendre l’impact qu’elles ont sur notre planète. Il a passé sa vie à arpenter les forêts, à défendre les espaces sauvages, il s’est battu pour faire comprendre que tout être végétal et animal doit être respecté au même titre qu’une vie humaine.

Le métier de Muir? Vagabond. Son activité? Vagabonder. Sa vocation? Le vagabondage.

🌳John Muir, cet homme aux multiples talents.

John Muir n’est pas seulement un vagabond illuminé et sensible à l’environnement. Non, c’est un homme avec une intelligence démesurée, avant-gardiste mais il est aussi profondément désintéressé. Il est naturaliste, poète, inventeur, artiste, contremaître, botaniste, ingénieur…Un génie qui se diversifie pour les attentes de la société, mais lui, ne voue qu’amour à la nature. Plus que tout, c’est un homme amoureux de tous les êtres vivants. Il n’a pas peur de se confronter aux déchaînements des éléments, à la faim, au danger, à la solitude pour vivre en harmonie avec le concept authentique de vie sauvage. Seul à marcher et dormir à même la terre, seul avec rien pour vivre, seul mais surtout libre. Libre de toute attache superficielle. Une philosophie spirituelle qu’il se plaît à mener naturellement, avec un courage exemplaire.

Le monde a besoin des forêts.

🌳John Muir ou l’émerveillement…

Cet homme a su tomber en amour devant le miracle de la création, sentir jusque dans son corps la connexion avec la nature et le transmettre dans ses écrits avec humour et passion. C’etait un homme émerveillé. Et l’émerveillement, par bonheur, ça se transmet. De l’admiration sans borne que Alexis Jenni nous démontre pour John Muir jusqu’à nous, prenez le temps de vous émerveiller aussi devant la beauté d’une forêt, sentir les vertiges des panoramas sauvages et entendre les murmures des séquoias…Attrapez l’émerveillement en allant en forêt, peut-être même qu’il vous apparaîtra au détour d’une clairière, sait-on jamais…Personnellement, j’ai été émerveillée par la façon démente et extraordinaire de vivre aussi libre que John Muir.

Comment dire un bonheur?

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est sticker-fee-libellule.png
Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Babelio ainsi que les éditions Paulsen pour leur confiance et l’envoi de ce livre.

Editions Paulsen

Terres Fauves, Patrice Gain.


Synopsis:

« Quand le soleil est passé derrière les sommets et que les eaux de la baie sont devenues noires, j’ai compris que personne ne reviendrait me chercher. »
Missionné par son éditeur, David McCae, écrivain new-yorkais, se retrouve parachuté du jour au lendemain en Alaska pour terminer les mémoires du gouverneur de l’État de NY. Afin d’étoffer un chapitre élogieux, il doit recueillir les confidences d’un alpiniste de renommée mondiale et ami proche de l’homme politique. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Plus adepte du lever de coude que de l’amabilité, l’aventurier n’en est pas moins disert et David en apprend beaucoup. Trop. Seul et démuni, dans une nature austère et glaciale, le prête-plume va devoir apprendre à sauver sa peau…


Ce que j’ai ressenti:

Je suis d’humeur animale. D’humeur à réveiller l’ours qui sommeille en moi. En promenant mes ailes sur Terres Fauves, il y a eu un choc. Thermique et épidermique. J’ai bien dû crier. De l’homme à l’animal ou de l’animal à l’homme, il y a eu quelque chose de sauvage dans ces pages. Paralysée par la peur et pétrifiée par ces moments intenses de solitude, Valdez m’a donné l’impression d’être un lieu de tous les dangers. J’ai manqué défaillir sur des mots incisifs, devant l’élégance de cette nature hostile, et surtout face à la part animale en chaque homme. J’ai bien dû crier, mais je ne m’en souviens pas, parce que c’était le cauchemar de David McCae, mais c’est mon sang qui faisait des tours…La peur est transmissible. Hautement contagieuse, comme l’élan fou à se risquer sur les plus grands sommets. Il faut bien aller frôler les limites du corps et de l’esprit, pour voir s’éveiller le fauve…

Il débarque les gars ici et moi je regarde la nature les prendre. Des fois j’aide un peu.

Tant d’horreurs et de beautés en Alaska, c’est terriblement exaltant. Ce roman noir, c’est avant tout des sensations puissantes. C’est vraiment ce que je retiendrai de cette lecture intense. De l’homme face au vide, au froid, à la nature, au monde animal. Patrice Gain nous offre quelques instants d’émotions pures de vertige. J’ai bien dû crier. Essayer d’expulser cette part animale qui est venue se rappeler à moi, quand on s’approche de trop près de nos plus grandes angoisses…

-Des fois, les mots, ça venge.

Je suis d’humeur animale. Un mot, c’est comme un cri. Et là, nous avons 254 pages de mots écrits. Donc je crie encore, avec force et détermination. Par instinct, par survie. Terres Fauves est rentré en moi par effraction. Et il en a laissé un peu de terre remuée avec quelques poussières d’os, et une porte ouverte sur ce qu’il y a de pire en l’homme. J’y ai même croisé un ours. Je ne saurai dire ce qui m’a effrayée le plus…À découvrir de toute urgence!

Dans la seconde, j’ai senti la terre vibrer et un éclair fauve a traversé l’espace. 

Ma note Plaisir de Lecture 9/10.

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement William ainsi que les éditions Le Livre de Poche pour leur confiance et cet envoi spécial « Fauve ».

Résultat de recherche d'images pour "livre de poche"

Rouge Tango, Charles Aubert.


Synopsis:

Niels Hogan s’est retiré loin du monde, dans une cabane de pêcheurs, au cœur d’un Sud encore sauvage. Quarantenaire bourru, il n’a que peu d’amis : son voisin Vieux Bob, pêcheur lui aussi, la fille de Bob, la détonante Lizzie, et le jeune geek Malik. Alors, quand ce dernier est porté disparu, il n’en faut pas plus pour que notre héros ordinaire reprenne du service. Son enquête le conduira sur la piste d’une vieille affaire liée au grand banditisme marseillais. De dangereux personnages viendront s’inviter à la fête, et troubler la vie si paisible que Niels s’est choisie.


Ce que j’ai ressenti:

Danse le rouge, 

Soupire le temps

Et l’étang se calcine…

*Stelphique*

▪️On pourrait vivre tout simplement…

Dans une cabane, au bord de l’étang Moures, à fabriquer des leurres pour la pêche, on aimerait bien vivre aussi sereinement que Niels…Quelle joie de retrouver ce personnage dans une nouvelle enquête palpitante. Comme dans Bleu Calypso, il semblerait que le destin avait d’autres projets que de le laisser se prélasser dans son kayak, en solitaire…Les tornades et les cadavres viennent distraire la quiétude de Niels et c’est avec joie que je me suis replongée dans l’univers polar serein et poétique de Charles Aubert. Les descriptions sont sublimes et apaisantes tout comme l’énergie positive qui se dégage de cette atmosphère. C’est un plaisir de lire autant de douceur et de bienveillance, aux côtés de ces personnages attachants. Et puis que de révélations! On se plait à les suivre dans leurs histoires d’amitiés et de cœur, même si l’heure est grave et que la montre semble plus que redoutable…

Ce monde était désespérant. On aurait dit qu’il était plus attiré par l’obscurité que par la lumière.

▪️Coincé dans un entre-deux…

De Montpellier à Marseille, Niels et sa bande d’amis subissent les souvenirs du passé…Ils s’invitent tous dans le présent de manière intrusive et violente. Et que de rebondissements! Tic-tac. Pas le temps de se reposer ou de soigner un lumbago, de méditer ou de d’apprécier un rituel de thé, il va falloir retrouver un membre de la bande et dénicher quelques secrets dans un timing très serré, dans les bas-fonds du net ou ceux de Marseille. Et vous savez, comme j’aime cette ville plus que tout, alors je me suis régalée de bout en bout, parce qu’il y a un charme fou à lire des histoires dans sa ville préférée, à découvrir les lieux dans les yeux d’un autre. J’ai apprécié chaque minute de ce polar parce qu’il est maîtrisé, surprenant, rythmé jusqu’au final…Tic-tac. C’est l’heure de se dépêcher et vous précipiter pour mettre la main sur un leurre Rouge Tango!

Il faut penser à se ranger, à laisser derrière soi autre chose que du sang et des larmes.

▪️A regarder, un ciel s’embraser…

Il me la fallait cette reconnexion. Il me fallait la sérénité et la méditation contemplative que Charles Aubert a l’art d’installer dans ses lignes. Juste pour commencer en beauté cette année, ce polar est une belle pêche. C’était sans doute un des livres que j’attendais le plus pour cette rentrée 2020, et je suis comblée par cette suite. Si le meilleur reste encore à venir, alors j’ai vraiment hâte de voir du vert, Monsieur Aubert! D’une autre manière, mais tout aussi intensément, après le coup de cœur en Bleu, j’ai adoré le Rouge. En attendant, je m’en irai bien admirer un coucher de soleil sur l’étang Moures, pour être au plus près de cette philosophie apaisante qui anime Niels…

Ce paysage était invraisemblable, je n’arrivais pas à m’en lasser. De l’eau partout et un ciel très haut, très bleu. Ces jeux de miroirs et ces espaces infinis donnaient une impression de vertige.

 

Ma note Plaisir de Lecture 10/10

 

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Marion ainsi que les éditions Slatkine et Compagnie de leur confiance et l’envoi de ce livre.

Au-delà de l’horizon et autres nouvelles, Franck Thilliez.

Au-delà de l'horizon et autres nouvelles par Thilliez


Synopsis:

Voilà quelques mois que Marc, un exobiologiste français, a intégré la mission Acheron II aux côtés de cinq autres scientifiques internationaux. Leur but ? Étudier la possibilité d’une vie en autosuffisance sur Mars. Ils ne peuvent compter que sur leur ingéniosité, leur bon sens et leur intelligence pour mener à bien leur mission. Mais très vite, ils se sentent observés et perdent peu à peu le fil de la raison…
Bienvenue dans l’univers de Franck Thilliez au pays des énigmes, du double, de l’anticipation, de la science et de la machination…


Ce que j’ai ressenti:

Clinique Elfique

2 Impasse de la lecture

8210013456 Air Bulle

                                                               Monsieur Thilliez,

Toute l’équipe Elfique vous adresse cette lettre en dernier recours. En effet, nous avons perdu à ce jour, notre plus scintillante fée Stelphique, Au-delà de l’horizon semble-t-il, et nous sommes sans nouvelles, d’elle. Peut être pourriez-vous faire quelque chose? Traverser le temps, créer une illusion, un autre tunnel imaginaire, que sais-je?! Un moyen pour qu’elle revienne parmi nous…

Tout c’était pourtant déroulé à merveille, nous étions heureux de la retrouver dans nos locaux et j’imagine que vous aussi. On aurait été heureux de vous transmettre l’expérience Nautilus avec toutes les notifications de ces impressions de lectures et les données sensorielles…

Or, il y a eu un basculement avec cette mission sur Mars…

D’un coup, la réalité c’est comme inversée dans son imaginaire. Elle a commencé à écrire un journal de bord et je vous laisse les pièces à convictions en pièce jointe. Voyez par vous même, comme c’est terriblement inquiétant!

Les nouvelles se sont faites de plus en plus sanglantes, Hostiles, récurrentes, frétillantes et sauvages, doubles et dangereuses, croisées et jusqu’au dernier tour, elle parlait de rouler jusqu’à la mort…Imaginez notre inquiétude! Et le Grand Voyage semble avoir pris toute son ampleur dans ses derniers mots…Je vous laisse constater par vous-même, cette page qui reste à peu près lisible, tellement on accuse des délires dans ses autres confidences, à son journal de bord, au jour 123….

Regardez ça! Elle dit qu’il n’y aura pas de « À demain! » Pourtant, on avait mis à son chevet une petite fée qui venait la réveiller chaque matin! Une petite fée pour être à ses petits soins et qui lui retirait même des lettres à son alphabet pour éviter les affections physiques et psychologiques que vous aviez déjà pu constater lors des précédents séjours dans cette clinique. (CFRêver/ Pandemia..)

Mais rien n’y a fait, le point Origines a été déplacé dans l’espace et le temps et les nouvelles agissent encore dans son esprit comme un Ourobouros. Elle criait et se tordait de douleurs pendant ses nuits. Elle nous disait voir des apparitions de gamins et des bulles qui prenaient forme et vie, dans un scintillement infernal. On aurait même cru pendant un moment, que notre amie Stelphique se serait même scarifiée, tellement elle paraissait anémiée. S’il vous plaît, Monsieur Thilliez, stoppez cette folie talentueuse que vous mettez dans vos lignes! Vous n’avez pas idée comme la passion peut atteindre notre fée! Si elle se délestait de son précieux sang féerique, ça serait un désastre!

Elle s’est envolée comme ça dans un éclair blanc. Avec la certitude que « si elle n’existait pas, alors nous non plus »!!!!Vous rendez-vous compte?!…Elle pouvait rêver ici. Elle était dans le terminal Imaginaire, persuadée de votre génie. Elle le criait sur tous les toits. Son cœur qu’elle disait, « son Coup de Cœur ». C’est à n’y rien comprendre…

Maintenant, elle a volé vers Au-delà de l’horizon et n’est pas revenue. 12 nouvelles, pas une d’elle. Pas une aile de fée en retour.

Maintenant, c’est le silence. Seul le silence.

Venez-nous en aide, Monsieur Thilliez, le monde elfique vous en supplie: refaites un recueil! Faites-la revenir de cet horizon qui nous l’a prise et pas encore rendue…Notre Stelphique a disparu entre Mars et Scylla. Retrouvez-là, Monsieur Thilliez, recréez un tunnel inverse qu’elle pourra emprunter pour nous revenir…Tout le monde elfique vous en serait éternellement reconnaissant…

Cordialement,

L’équipe Clinique Elfique.

Ma note Plaisir de Lecture sticker-fee-libellule 10/10.

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Emmanuelle ainsi que les éditions Pocket de leur confiance et l’envoi de ce livre.

pocket

Attraper les nuages, Anne Quéméré.

Attraper les nuages par Quéméré


Synopsis:

Anne Quéméré est devenue une habituée du Grand Nord canadien. Depuis 2014, elle retourne régulièrement dans les Territoires du Nord-Ouest et plus particulièrement à Tuktoyaktuk, petit hameau installé sur les rives de la mer de Beaufort. De ces nombreux séjours là-haut, aux confins du monde elle a rapporté une moisson de photographies. La Nature, la communauté inuvialuit qui y habite, la faune, la flore, tout est sujet à découverte et questionnement.

Les Inuits doivent aujourd’hui faire face à d’importants changements qui aussi bien climatiques que culturels. Les photos et les textes qui les accompagnent nous éclairent sur leur destin, qui est lié au nôtre : « Beaucoup pensent là-bas que Tuktoyaktuk n’existera plus d’ici 15 ou 20 ans… » dit-elle.


Ce que j’ai ressenti:

Tout d’abord, j’aimerai vous dire que j’ai choisi ce livre pour le titre…Avec ma fille qui voulait connaitre leurs noms et mon admiration pour le ciel et ses spectacles journaliers, j’étais curieuse de l’idée de pouvoir saisir un nuage. Je les ai cherché…J’ai essayé de voir si je pouvais maîtriser la technique pour les attraper enfin…Mais finalement, ce titre m’a fait miroiter un mirage que je n’ai pas vu dans ces pages…Une seule phrase pour évoquer l’idée, c’est un peu léger…

Là-haut, j’ai souvent tendu le bras pour attraper les nuages que la magie arctique déposait à portée de ma main.

En revanche, ici s’arrête ma déception sur cette attente qui se cachait derrière ce titre puisque je peux vous le dire, j’ai été touchée par cette aventure dans L’Arctique racontée et capturée en image par Anne Quéméré. Mais que de beauté et de sensibilité! Je ne pensais être aussi agréablement surprise par ce livre, et pourtant, il est tout simplement magnifique.

Je suis tombée en amour avec l’Arctique canadien. Un véritable coup de foudre. Inattendu, intense, irrésistible. Le cœur qui commence à battre fort, le regard qui s’illumine et cette soudaine sensation de comprendre que là se trouve enfin mon Graal…

Anne Quéméré entreprend un voyage qui sort complètement de l’ordinaire et nous le raconte entre souvenirs et émerveillement sincère. J’ai adoré sa plume, les citations qui guident son chemin, le cœur qu’elle met dans chacun de ses pas en ce pays froid, son intention de parler d’un peuple qui dépérit fatalement et d’un morceau de terre glacée qui disparaît à vue d’œil. C’est saisissant. Elle nous parle de la nature et ses éclatants dégradés de couleurs et nous fait voir aussi les conséquences du dérèglement climatique. C’est un livre d’aventure, la sienne, celle qu’elle a décidée de vivre dans les silences givrés mais aussi dans un souci de sensibilisation au monde: le grand Nord se métamorphose à une vitesse ahurissante et c’est toute la faune et la flore qui subissent les erreurs des hommes…

Les scènes se succèdent avec lenteur. Plaisir de l’observation, sensation d’une harmonie parfaite, d’un orchestre sans fausse note, devant moi, ce sont des couleurs, des lumières, des sons qui remplissent la spectatrice attentive que je suis. J’étais en quête d’authentique, je suis servie.

C’est un beau livre-objet. Au sens où les photographies sont sublimes et mette en lumière ce continent mystérieux. Quand on pense qu’elles ont été prises dans des conditions difficiles pour capturer un instant de la nature, ça force cet effet de contemplation et d’admiration. Il y a un calme et une magie qui se dégagent de ses photos qu’on sentirait presque le silence à travers le papier glacé.

C’était une belle découverte. Un livre à mettre entre toutes les mains, de l’aventurier en herbe aux fervents écologistes, du curieux aux amoureux de la nature, cette lecture est vraiment passionnante. Je vous le recommande vivement.

Les bouleversements climatiques actuels ne touchent pas uniquement l’environnement. Ils sont une réalité très préoccupante pour tous les Inuits qui voient leur pays fondre sous leurs yeux.

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Babelio ainsi que les éditions Locus Solus pour leur confiance et l’envoi de ce livre.

Babelio

Bretagne Locus Solus édition Edition éditions

Sleeping Beauties, Stephen et Owen King.

Couverture Sleeping beauties


Synopsis:

Un phénomène inexplicable s’empare des femmes à travers la planète : une sorte de cocon les enveloppe durant leur sommeil et si l’on tente de les réveiller, on prend le risque de les transformer en véritables furies vengeresses.
Bientôt, presque toutes les femmes sont touchées par la fièvre Aurora et le monde est livré à la violence des hommes.
À Dooling, petite ville des Appalaches, une seule femme semble immunisée contre cette maladie. Cas d’étude pour la science ou créature démoniaque, la mystérieuse Evie échappera-t-elle à la fureur des hommes dans un monde qui les prive soudainement de femmes ?


Ce que j’ai ressenti:

🦋Salut, Beauté.

– “Dormir, c’est comme être mort.”

Salut à vous, mes beautés. Vous qui êtes derrière vos écrans, encore là bien réveillées. Pas encore frappées par le phénomène Aurora, pas encore victimes des cocons enveloppants. La fièvre a pourtant frappée la moitié déjà de la surface de la terre, mais il y a encore une petite ville qui résiste, Dooling. C’est là que je t’emmène…Salut, Beauté.

Pour toutes les femmes du monde, au Premier Jour d’Aurora, il n’y avait pas de temps à perdre.

🦋Salut, Beauté. Il se pourrait bien que si tu es dotée de sexe féminin, l’heure soit venue pour toi de faire de jolis rêves où la folie des hommes n’aurait plus lieu d’être. C’est ainsi que Stephen King et son fils Owen nous ont créé un tout nouveau tout beau, petit coin d’exil pour les dames, avec un choix important à faire…Le monde actuel dans cette histoire hors du commun, devra donc faire avec la violence des hommes, et la disparition des femmes…Quel rêve étrange, mes beautés. C’est presque fantastique et puis c’est aussi un peu horrifiant, non?! Qu’est-ce que t’en pense, hein, Beauté?

[…] le verbe aimer est un mot dangereux quand il sort de la bouche des hommes.

🦋Si certaines se sont endormies, en revanche, moi j’ai pris le temps de lire ce Stephen King, pendant mes heures d’insomnies. Et c’était délicieux. J’ai retrouvé de la saveur d’antan à lire avec plaisir mon auteur préféré, avec une lenteur exquise. Parce qu’avec le King, il y a toujours cette saveur particulière de savoir que tu lis un bon livre et de pouvoir développer ton imaginaire avec son pouvoir d’immersion inimitable. C’est presque magique, cette sensation. Et là, la magie a encore opérée. Il décrit à merveille ces tranches de vies, les gens et leurs comportements, que même une page ou deux par soir, c’est déjà une richesse de lecture. Même sur une scène, il me fascine, alors, imagine Beauté, sur un bouquin de 800 pages…Je te raconte même pas comme l’effet se décuple!

Même dans le sommeil il y avait des prisons, évidemment.

🦋En choisissant de parler de l’univers carcéral, Stephen King évoque des sentiments troubles comme la culpabilité, le regret, les dangers de l’amour et de la haine, mais surtout, la violence que tout un chacun porte en lui. Et c’est en cela que ça en devient passionnant, toutes ses émotions qui se mélangent. La violence au féminin n’est pas la même que celle au masculin, mais elles se répondent l’une et l’autre dans une danse infernale, s’alternent, s’enflamment toujours plus, pour en arriver à des grands moments de fureurs atroces. Cette prison pour femmes est le point stratégique de ce roman. Un lieu de passions et d’entraides, un refuge et une place à détruire…Ce n’est pas courant, (dans mes lectures du moins), que je rentre ainsi dans une prison pour femmes et l’effet a été assez déstabilisant mais j’aimerai bien en lire d’autres, pour me confronter à ce type de sujets forts en émotions…

Tu ne peux pas ne rien avoir à foutre d’un carré de lumière.

~ Reese Marie Dempster, détenue matricule 4602597-2 ~

*Centre de détention pour femmes de Dooling*

🦋Et tu sais pourquoi, j’ai adoré cette lecture, Beauté? Parce qu’elle est étonnamment féministe mais aussi intensément poétique. La délicatesse des ailes de papillons et la fragilité des mouchoirs de fées apporte une ambiance enchantée qui m’a beaucoup plu. Mais c’est cette solidarité féminine et la résilience de toutes ses femmes qui m’ont profondément touchée dans ces pages. Dans cette lecture, on voit encore que dans l’esprit collectif, le mythe de la « sorcière » est encore présent, le patriarcat touche encore trop les codes de pensées et la violence est un mode de vie pour certains. Stephen King nous parle des problèmes de sociétés avec beaucoup d’intelligence et de perspicacité, que ce soit de la violence faite aux femmes, de l’environnement qu’on néglige ou des problèmes de justices, il saisit dans ces scènes de vies troublantes, les subtilités de la psychologie humaine. En ayant comme ça, mis en lumière énormément de personnages dans ce roman, et donc autant de réactions et de comportements différents, on a un échantillon-témoin d’une ville face à une catastrophe éventuelle. Que serait donc le monde sans une femme pour l’apaiser?! Je te le demande Beauté…Je me le demande aussi très fort, avant de m’endormir…

-L’acceptation ce n’est pas la même chose que le renoncement.

🦋Alors, je ne sais pas si vous irez dormir mes Beautés, mais si jamais, vous vous gavez de caféine comme moi, et que vous vouliez un bon livre pour vos nuits agitées, pensez que Sleeping Beauties pourrait vous plaire plus que le baiser d’un pseudo-Prince. Laissez un peu de magie éveiller vos nuits, les papillons vous caresser, les fées vous toucher de leurs voiles et partez en direction de l’Arbre…Stephen et Owen King s’occuperont de vous envoûter dans une revisite effrayante du conte de La belle au Bois Dormant.

-Je suis une femme, écoutez-moi rugir.

🦋Salut, Beauté.

Ma note Plaisir de Lecture 9/10.

 

Aslak et les gloutons, Florence Marguerie.


Synopsis:

Embarquement immédiat pour Rovaniemi, l’incroyable ville du Père Noël en Laponie finlandaise !
Avec ses amis Sunniva et Aslak, Victor y découvre un monde féerique et peuplé d’animaux où le soleil brille à minuit. Des rennes sauvages, un raton-laveur, des ours bruns et de redoutables gloutons, les rencontres étonnantes ne vont pas manquer.
Es-tu assez intrépide pour te joindre à eux ? Comme Aslak, ce voyage pourrait bien te transformer…
Ce roman te propose de découvrir la culture des Sames, éleveurs de rennes en Laponie. Des explications te permettront d’en savoir plus sur ce peuple et sa langue. Tu auras même la recette d’un plat à déguster en famille !


Ce que j’ai ressenti:

J’ai toujours rêvé de partir en Laponie, pour aller voir les paysages enneigés et surtout la maison du Père Noël. En choisissant cette lecture, j’espérais accentuer « l’effet magique » de ces périodes de fêtes avec notre complicité Mère/Fille, autour de cette aventure au Grand Froid avec Aslak, Sunniva et Victor. Et quelle belle surprise!

Je suis vraiment étonnée de la richesse de ce livre pour enfants, car on a vraiment une mine d’informations sur les habitants de la Laponie Finlandaise, avec leurs cultures, leurs croyances, leurs faunes et flores et même leurs cuisines. C’était très intéressant d’en apprendre plus sur le peuple des Sames et de découvrir un animal que nous ne connaissions pas encore: le glouton. Et puis, il y a aussi une sensibilisation sur les dérèglements climatiques, je trouve que c’est vraiment super de pouvoir en parler, avec des mots simples, à nos enfants.

C’était une lecture douce avec trois enfants qui se découvrent, chacun avec une histoire personnelle, et qui se voient vivre un moment exceptionnel de communion avec la nature. Il reste encore de l’émerveillement à se confronter à un paysage, une scène privilégiée avec un animal dans son environnement naturel, à comprendre le cycle de la vie, à attendre patiemment, le spectacle que nous offre ces terres du froid. Et bien sûr, le petit tour dans le village du Père Noël, avec ses lutins et ses sculptures de glaces, est un petit plaisir exquis!

Je recommande cette histoire pour rajouter de la féerie en attendant, Rudolphe au nez rouge et ses copains volants dans le ciel…

Ma note Plaisir de Lecture 8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement les éditions In Octavo ainsi que Babelio et sa Masse critique.

Babelio

Previous Older Entries

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 236 autres abonnés