Au Bois Dormant, Christine Féret-Fleury.

Couverture Au bois dormant

Pourquoi je l’ai choisi:

J’ai décidé de commencer l’année avec un livre qui me faisait envie depuis longtemps…La couverture est superbe, et un conte revisité en thriller, il n’en fallait pas plus pour me tenter….

Synopsis:

On l’appelle le Rouet. En référence au « rouet » sur la pointe duquel la Belle au Bois Dormant se pique le doigt dans le conte de Perrault. Car le Rouet est un tueur en série, un criminel qui traque ses victimes dès leur naissance, promettant à leurs parents qu’il leur dérobera la vie le jour de leur seizième anniversaire.

Ariane aura seize ans dans quelques mois. Elle décide de s’enfuir plutôt que d’attendre cette mort annoncée. En chemin, elle rencontre Lara, une jeune fille qui lui ressemble comme une sœur. Mais un terrible accident emporte Lara. Elle aurait eu ses seize ans quelques jours plus tard. Dans la précipitation des événements, on confond Ariane et Lara. Et si changer d’identité était la solution pour échapper au tueur ? Ariane décide de se faire passer pour la défunte et continue sa fuite. Mais le tueur est bien plus proche qu’elle ne le croit…

Ce que j’ai ressenti:…Un compte à rebours sanglant…

Demande-toi ce que tu as envie d’être.

Je suis fan de contes et complètement fana des thrillers….Donc un conte revisité en thriller, évidemment que ça m’interpelle!!!!!Il me faisait terriblement envie parce que je trouvais original d’avoir personnifié le rouet de la Belle au Bois Dormant, et d’en faire un tueur en série…Non franchement, je ne pouvais pas décemment passé à côté de ce livre!!!!

Ce fut une lecture rapide et très agréable. Un bon petit Jeunesse qui se lit presque tout seul , une petite friandise toute mielleuse pour commencer cette nouvelle année…L’auteure prend quelques libertés pour réinventer la Douce Endormie, et un assassin impalpable pour donner aux adolescents, leur premier frisson. Il y a quelques jolies mises en scènes et une certaine ambiance, qui rend cette lecture plaisante, et il reste toujours le petit suspense qui tient toutes ses promesses jusqu’aux toutes dernières pages….

Je pense que l’ensemble est plutôt pas mal, mais ça ne sera pas le livre qui me laissera un souvenir impérissable, dans la mesure, ou bien j’admire, l’idée de départ de l’auteure, j’aurai aimé qu’il colle un peu plus au conte dans ses représentations , qu’il est une touche un peu plus fantastique, et que le flic soit plus crédible…Certes, on s’attendait à quelques « douceurs » étant donné la tranche d’âge, mais il me semble que cet adulte manque trop de charisme et qu’il y ait aussi quelques éléments un peu trop faciles dans l’intrigue pour l’amatrice thriller que je suis…

Si la colère avait un goût, la médiocrité avait une odeur. L’absence d’espoir, aussi. Reconnaissable entre toutes. Lourde. Poisseuse. Un jour, elle vous enveloppait et ne vous lâchait plus. Et tout était fini. Cette saleté sortait de chaque pore de votre peau, imprégnait vos vêtements, vous marquait à jamais.

Ce ne sont que des bémols, car comme je vous le disais c’est une réinterprétation et en même temps, une histoire originale, mais pour le public visé, je pense qu’ils découvriront une jeune fille qui ne se laisse pas envahir par la peur, affronte son destin et essaye de passer à l’âge adulte avec la bonne attitude: en somme un joli modèle… Un livre à confier aux jeunes qui veulent se faire un peu peur, tout en gardant un pied dans l’enfance…Le livre-départ, sans doute du « virus » de la lecture policière….

C’est un cadeau que je me suis fait à moi même. J’ai décidé de ne plus attendre ceux des autres. Désormais, je vais prendre soin de moi. Je vais m’offrir tout ce que je désire.

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 7/10

L’étrangère, Gardner Dozois

Couverture L'Étrangère

 

Pourquoi je l’ai choisi:

Avant toute chose, je remercie Madame Charlotte Volper des éditions ActuSf pour l’envoi de ce livre. C’était une belle surprise que j’ai trouvé dans la semaine dans ma boite aux lettres . Je la remercie de sa confiance pour mettre ce livre à l’honneur sur mon blog. C’était une fantastique expérience de lecture, et je la comprend dans son choix de réédition, il vaut sincèrement, le détour.

Synopsis:

La première fois que Joseph Farber vit Liraun Jé Genawen, il la trouva pleine de mystères. C’était durant l’Alàntene, « la Pâque du solstice d’hiver, l’Ouverture-des- Portes-de-Dûn » sur la planète Lisle. Pour l’extraterrestre, Farber bravera tous les interdits et tabous, jusqu’à se faire modifier génétiquement pour pouvoir s’unir à elle. Et pourtant, comme toutes les plus grandes histoires d’amour, leur idylle connaîtra une fin tragique…

Les personnages:

Farber est un terrien comme un autre. Ni plus ni moins qu’un humain, avec ses failles et sa naïveté. Et pourtant, par amour, il va révolutionner le monde extraterrestre, et un peu celui de la Terre, par cette douce histoire…Il n’a rien de parfait, mais grâce à son courage, il fait bouger, à sa petite échelle, les mentalités.

Liraun…Elle garde son charme, et tous ses mystères…

Ce que j’ai ressenti:…Une belle ode à l’amour…

Il y a des romans comme ça qui vous « parle » plus que d’autres, qui ont une formidable résonance dans nos vies, nos quotidiens…Celui ci en sera assurément, car j’ai eu une connivence avec ce personnage de Farber. Je nous ai trouvé la même force de combat face à l’intolérance, le bonheur de vivre un amour inconditionnel avec l’être aimé , la petite victoire à la guerre des préjugés…C’était non seulement une jolie histoire, mais j’ai trouvé aussi que c’était un bel engagement de l’auteur contre toutes les formes de condamnations à la différence. C’est un beau reflet tout en métaphore, des combats quotidiens que les terriens doivent encore mener pour l’harmonie planétaire, et peut être, sur d’autres planètes, qui sait?…Une main tendue vers l’Autre, vers L’étrangère

C’est une histoire d’amour, oui, mais pas mielleuse ou romantique, une histoire d’amour qui transcende les genres, les clichés, les difficultés. Une histoire d’amour qui aurait pu être banale, simple,  ordinaire, mais non, on est en SF, et chaque choix entraîne son lot de conséquences, elle en devient donc extraordinaire, compliquée, intemporelle…Rien ne sera facile, ni évident dans cette union, les malentendus seront pléthores, et pourtant, ils s’aiment, c’est indéniable…

« Parce que moi aussi, j’ai toujours été seule parmi mon peuple, et j’ai pensé: Comme moi, il n’a qu’une moitié d’âme, et j’ai pensé aussi : Réunissons les, ses deux moitiés. »

Imaginez donc un homme, un terrien, tombant amoureux d’une Cian, une extraterrestre. Ca aurait pu être une passade, mais non, en Amour, il faut sans cesse combattre: Farber aura cette folle énergie, car avant même la certitude de ses sentiments, il va affronter la Haine. Ce livre est donc un formidable plaidoyer en faveur de l’amour, mais surtout de la découverte de l’autre: le choix et la liberté d’aimer une personne, quelles que soient ses différences, quitte à y perdre un peu de soi même, pour devenir quelqu’un de plus fort.

C’était une haine épuisante contre laquelle on ne pouvait rien, d’autant plus sombre qu’elle ne menait à rien.

Ce texte prend son temps, mais a, une folle poésie. On se perd avec délice sur cette planète inconnue, on voudrait percer le mystère de ses habitants, on se laisse conter le nouveau ciel…C’est toute une ambiance glaciale qui nous entoure, entre le chant télépathique des Cians et la douce lumière de la Femme de Feu qui vient vous envelopper, on ressent une atmosphère particulière, étrange , hypnotique.

Les étoiles étalaient leurs armées blanches et froides et, à leur contact, Farber se sentit pratiquement trop grand pour la nuit, pour les pierres du chemin qu’il foulait.

Je pense que toute la beauté de ce texte prend tout son sens, sur la fin. On a enfin l’éclairage de la pensée dissimulée de cette culture extraterrestre. Nous nous apercevons que la lenteur du récit était nécessaire à la compréhension de la fatale tragédie, on appréhende la menace… Et, du coup, la force de cet amour, malgré les innombrables non-dits et incompréhensions, est d’autant plus magnifique, plus poignante aussi… Elle fait aussi mal que ce qu’elle est belle…Le mystère qui entoure l’apparente évolution des Cians, laisse une note amère en bouche, mais aussi un joli coup de cœur inattendu pour moi…

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

 

lu-en-part-avec-la-me

gptWwC9J_400x400

 

 

La guitare magique de Frankie Presto, Mitch Albom

Couverture La guitare magique de Frankie Presto

Pourquoi je l’ai choisi:

J’adore cet auteur, il arrive à me toucher à chaque fois grâce à son écriture, et quand je l’ai vu dans la Masse Critique, je ne pouvais pas, ne pas cocher cette proposition…Le destin a bien fait les choses, et je remercie sincèrement Babélio de m’avoir sélectionnée, ainsi que les éditions Kero pour l’envoi de ce livre.

Synopsis:

Frankie Presto, né dans une église en feu et vite devenu orphelin, est élevé dans une petite ville d’Espagne par son professeur de musique aveugle. Puis la guerre bouleverse sa jeune vie… À neuf ans, il embarque sur un bateau pour l’Amérique, accompagné de ses seuls biens: un chien sans poils, une vieille guitare et six cordes dont il ignore encore la mystérieuse puissance.
Pendant son irrésistible ascension comme le plus grand musicien de son temps, il découvre petit à petit l’immense pouvoir que lui confèrent ses six cordes de guitare magiques. Mais ce don sera aussi son fardeau…
Frankie réussira-t-il à trouver sa propre voie, et à retrouver Aurora, l’unique femme qui avait su toucher son cœur ?

Un roman foisonnant et plein de charme qui donne envie de fredonner sa chanson préférée !

Les personnages:

Frankie Presto, c’est un guitariste de talent, de corps et d’esprit. J’ai cherché sur Internet ses chansons, j’ai voulu lui donner vie, croire qu’il pouvait naître de notre seule volonté…Je voulais plonger dans son regard, y voir l’étincelle du Don…Il est une force ce personnage, il incarne tous ses génies disparus trop tôt, ses enfants qui ont serrés de leurs points, la lumière musicale.

« Tout le monde fait partie d’un orchestre dans la vie. »

C’était une pure performance de guitare et les mélodies qui s’enchaînaient étaient d’autant plus remarquables. Frankie était un homme qui se débattait littéralement dans un océan démonté.

Ce que j’ai ressenti:…Un coup de cœur musical et littéraire…

« La vérité est lumière. Le mensonge est ombre. La musique est les deux à la fois. »

Mitch Albom nous revient avec un roman qui fleure bon la Musique. Elle nous parle, nous interpelle, nous enchante. La Guitare Magique de Frankie Presto a 6 cordes, tout comme elle, j’essaierai de vous donner 6 raisons de vous laisser charmer par son incroyable envoûtement…

  1.  La corde sensible: C’est avec beaucoup de larmes retenues qu’on lit cette histoire. Et les larmes justement, c’est l’exquise musique « Làgrima » qui tourne en boucle…Comprendre cette chanson dans ses lignes, et ensuite la savourer en écoute, je vous parie, que les larmes seront bien au rendez-vous…
  2. La corde vibrato: Des dizaines d’émotions vous submergent dans cette histoire, parce que c’est avant tout, celle d’une vie, d’un artiste, d’un génie…Et forcement, ça donne toutes sortes de tragédies et contrariétés, mais aussi de grands moments où la chance lui sourie, où la Destinée prend tout son sens…
  3. La corde artistique: Cet enfant a un don, certes, mais c’est bel et bien le travail et la persévérance de la Musique, qui fera sa voie. L’orchestre de sa vie a eu de beaux accompagnateurs, mais c’est avant tout cet enseignement entre respect et tolérance que lui donne El Maestro, qui fait la beauté de son talent.
  4. La corde auditive: Chaque référence musicale est un bonheur d’écoute. Je me suis d’autant plus imprégnée de cette lecture en allant découvrir ou redécouvrir, ses chansons. On sent la passion de l’auteur pour la musique.
  5. La corde magique: Une fée s’est glissée dans ses pages pour mon plus grand bonheur! Forcement, que je me dis qu’il était fait pour moi, ce roman! La magie de l’Amour et l’apparition féerique sont autant de saupoudrage scintillant qui illumine nos yeux et nos cœurs…
  6. La corde poétique: Le Bleu lyrique qui vient étinceler cette histoire nous donne un petit coté Fantastique très agréable à découvrir. J’ai adoré le bouquet de fleurs de cordes, leur poésie, la force de l’intention de l’auteur, de rendre hommage à la musique, à la vie, à l’amour…

« Tous les hommes sont des musiciens en puissance. Sinon pourquoi le Bon Dieu nous aurait-il donné un cœur qui bat? »

Je suis une amoureuse de la Musique et de l’Emotion. Ce livre rassemble les deux. Il pulse et il touche au cœur. J’ai aimé la douceur des mots et la douleur d’une passion, la pureté des émotions et la fulgurance d’un talent. C’est un coup de cœur, évidemment, car il nous fait vibrer le corps, le cœur et l’âme. Il a une énergie positive, magique et passionnée.

« -Ne pleure pas si tu saignes pour quelque chose que tu aimes. »

 

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

 

image1

 

 

Le plus petit baiser jamais recensé, Mathias Malzieu

Pourquoi je l’ai choisi:

Je ne sais résister à la poésie de cet auteur….Il traînait sur les étagères de la Bibliothèque, je m’en suis saisie, et je l’ai commencé, malgré la montagne de ma PAL….Impossible de résister, vous disais-je….

Synopsis:

L’histoire d’amour entre une fille qui disparaît quand on l’embrasse et un inventeur dépressif. Alors qu’ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise. Aidé d’un détective à la retraite et d’un perroquet hors du commun, l’inventeur part à sa recherche.

Ce que j’ai ressenti:…Une douceur instantanée…

« Tes yeux sont trop grands, on voit ton cœur à travers quand tu ris. »

Si je devais caractériser l’écriture de cet auteur, je vous parlerai d’abord de la poésie de ses mots, puis de la fantaisie de ses histoires, et enfin, de la douceur qu’il nous apporte en nos cœurs. La magie opère à chaque fois, on est emporté dans ses délires, dans son esprit loufoque, réinterprétant la réalité comme un conte, piégeant les humeurs les plus douloureuses de la vie, dans un enchantement de délicatesse.

« Le problème c’est que ma tête n’est jamais reposée. Mon cerveau est une maison de campagne pour démons. Ils y viennent souvent et de plus en plus nombreux. Ils se font des apéros à la liqueur de mes angoisses. Ils se servent de mon stress car ils savent que j’en ai besoin pour avancer. Tout est question de dosage. Trop de stress et mon corps explose. Pas assez, je me paralyse. »

Les baisers auront ici un goût de chocolat et d’orange sanguine, la fille de ses rêves est invisible, un perroquet comme moyen de communication, il en a de l’imagination cet auteur! J’admire sa totale folie, son style extraverti, ses mondes colorés. Je ne me lasse pas de ses histoires qui m’apporte cette touche de pep’s merveilleux agréable. Une friandise est toujours bonne à prendre dans cette période de crise….

« Le plus petit baiser jamais recensé. Un millième de seconde, pulpe et duvet compris. A peine une effleure, un origami. Une esquisse de court-circuit. Un taux d’humidité incroyablement proche de zéro, quelque chose de l’ordre de la poussière d’ombre. Le plus petit baiser jamais recensé. »

S’il est vrai que j’adore cet auteur, avec cette histoire, j’ai été néanmoins un peu moins convaincue que pour les autres, même si ça n’enlève rien à son talent. Ce coté amour hésitant, m’a moins charmée…Je suis une incroyable romantique, j’aime quand les histoires d’amour sont intemporelles, magiques mais surtout uniques…Oui, j’ai un petit coté « un homme+une femme= amour éternel », pas les histoires d’amours aux équations multiples….

« À vivre trop longtemps avec un bunker à la place du coeur, on s’habitue à l’obscurité. »

En bref, j’ai aimé le voyage en poésie, mais pas forcément le fil conducteur de ce roman « polar romantique ».

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 6/10

Landfall, Ellen Urbani

Couverture Landfall

Pourquoi je l’ai choisi:

J’étais curieuse de voir ce que renfermait ce titre, qui ne se « traduit » pas. Comme si, un secret se cachait derrière….

Synopsis:

Ce matin de septembre 2005, la jeune Rose Aikens, dix-huit ans, s’apprête à rejoindre La Nouvelle-Orléans. Elle va porter secours aux sinistrés de l’ouragan Katrina. Mais sur la route, sa voiture quitte la chaussée et percute une jeune fille. Cette inconnue, morte dans l’accident, seule et sans le moindre papier d’identité, bientôt l’obsède. D’autant que dans sa poche se trouve la page d’un annuaire indiquant les coordonnées des Aikens. Rose n’a alors d’autre choix que de retracer pas à pas le parcours de la victime, à travers l’ouragan et une ville en ruine.

Ce que j’ai ressenti:…Comme un ouragan…

♫ Comme un ouragan♫, oui Katrina a en fait grabuge lors de son passage. C’est donc des vies émiettées que l’on ramasse après elle. Le contexte de fond et d’urgence sous lequel se fait cette histoire est dramatique, mais ce n’est pas tant cet ouragan qui fracasse ses quotidiens, mais bel et bien la vie et ses aléas!

Comme 2 roses qui n’auraient pas poussé dans le bon jardin: Rose et Rosy. Le destin entrecroisé de deux femmes si différentes, et pourtant…..2 jeunes femmes qu’on prend le temps de suivre, de voir grandir, évoluer, qu’on se surprend à aimer, chérir, et encourager dans leurs combats. Chaque page tournée vous fera toucher du doigt, les pétales de leurs vies, la douceur de leur peau comme un velouté de sensations, leurs couleurs comme celles du jour et de la nuit, indissociables mais si contraires. Une Banche, Une Noire, mais aucune plus privilégiée que l’autre.

Comme un voyage initiatique,  Rose se débat pour faire toute la lumière sur cette inconnue. Elle ne veut pas d’une « morte pour rien ». On sent toute la ferveur de son geste, et par là meme, sa propre éclosion dans ce monde si difficile.

Comme un combat de femme, et la difficulté, d’être mère, d’être fille, d’être femme, de trouver sa place dans une cellule monoparentale, de se débattre pour des droits qui devraient être évidents et qui ne le sont pas. Une histoire de femmes donc, ou la place de l’homme brille par son absence, une histoire qui vous bouleverse le cœur, car la vie n’est pas tendre avec ses dames, une histoire de coeur et de femmes, où une certaine beauté et une poésie ressortent de ses lignes.

En bref, Landfall, c’est une lecture qui se lit dans une certaine intimité, une délicate libellule posée sur une main tendue, une histoire douce comme une caresse, après le passage d’un ouragan…

 

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier Léa du blog LéaTouchBook, car grâce à son intermédiaire et son beau challenge https://fairystelphique.files.wordpress.com/2016/01/02b04-102bans2bgallmeister2bchallenge.png?w=535 , j’ai pu lire ce livre. Je tiens à remercier également les éditions Gallmeister, merci pour cet envoi en avant première, pour le joli marque page qui accompagnait ce livre! Voilà une maison d’édition qui chouchoute ses lecteurs, et c’est juste fantastique, le premier livre que je lis de cette maison d’édition mais certainement pas le dernier, du coup!!!!!

L’horizon à l’envers, Marc Levy

Couverture L'horizon à l'envers

Pourquoi je l’ai choisi:

Je ne rate plus ce rendez vous de l’année avec cet auteur, et comme la sortie du livre coïncide presque avec la Saint Valentin, c’est souvent le cadeau tout trouvé! Quoi de mieux que de lire une romance à cette date qui fête l’amour???!!!

Synopsis:

Où se situe notre conscience ?
Est-ce qu’on peut la transférer et la sauvegarder ?
Hope, Josh et Luke, étudiants en neurosciences, forment un trio inséparable, lié par une amitié inconditionnelle et une idée de génie. Lorsque l’un des trois est confronté à une mort imminente, ils décident d’explorer l’impossible et de mettre en oeuvre leur incroyable projet.
Émouvante, mystérieuse, pleine d’humour aussi… une histoire d’amour hors du temps, au dénouement inoubliable, et si originale qu’il serait dommage d’en dévoiler plus.
Un roman sur la vie, l’amour et la mort… parce que, après, plus rien n’est pareil.

Les personnages:

Hope et Josh forme un couple de jeunes aux idées idéalistes qui ne se pose pas la question de l’interdit, des barrières, de l’impossible. Ils vivent chaque jour comme une chance, comme deux fous, ont des rêves pleins la tête, et un amour fou au fond de leur cœur! Avec l’aide de leur meilleur ami Luke, ils vont pouvoir se dépasser.

« Les trios sont toujours source de rivalités. Un contre deux, deux contre un, chacun pour soi, mais rarement trois cœurs battant à l’unisson et encore moins trois esprits. La rivalité est rageuse, source de créativité, d’énergie augmentée ».

Ce que j’ai ressenti:…Un coup de cœur!

En voilà, un auteur qui me ravi à chaque fois! J’adore son intention de nous faire voir la vie sous un angle plein d’espoir et de promesses heureuses. Ce nouvel opus reste toujours dans la même veine que ses précédents, mais il m’a émue au bord des larmes à de multiples reprises, j’avais l’impression de ne pouvoir les contenir. Il est des histoires comme cela qui nous « parle » plus que d’autres, qui ont un terrible écho dans nos quotidiens, qui nous permettent de poser nos souffles et de s’apaiser le temps de quelques lignes. A l’envers, c’est bien l’effet qu’il m’a fait, retournée la Stelphique, par cette histoire incroyable!

Ce n’est plus un secret, je suis une inconditionnelle romantique. C’est pourquoi cette relation entre Josh et Hope qui va défier le temps et l’espace, leur amour qui va se conjuguer à l’infini et qui dépassera l’entendement avait de grande chance de me plaire, plus que de raison! Entre prouesse scientifique et quotidien de jeunesse, l’auteur arrive à nous entrouvrir un horizon d’impossibles réalisable.

« Rien n’est plus imminent que l’impossible.  » Victor Hugo (citation en début de roman).

J’ai beaucoup aimé évoluer dans ce monde de recherches, de neurosciences, de centre futuriste. Ca lui donne un « cachet », on est presque du domaine de la science fiction et pourtant, Marc Levy sait nous raconter les « petites choses de la vie ». Presque un brin philosophe, en tout cas, de bons conseils sur :comment nous aider à penser autrement notre vision du futur. J’aime cette ouverture qu’il laisse à nos esprits de réfléchir à plus grand: sur l’éthique, la moralité, sur la maladie, sur nos relations avec autrui.

Et la dernière chose que j’ai adoré, c’est cette vision poétique de l’Horizon à l’envers. Très joli concept. Bon et bien je crois que vous l’avez vu venir de loin, mais c’est bel et bien un coup de cœur 2016! Entre l’émotion (très mouillée) et une réflexion qui va au delà de ses pages, j’avais tout pour l’élire dans mon top de l’année! Merci Monsieur Levy pour ses doux moments que vous nous permettez de vivre dans ce roman!

« Ce sera ton tour de m’offrir un moment d’éternité. »

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

Zodiaque, Romina Russel

Couverture Zodiaque, Méfiez vous du 13e signe

Méfiez vous du 13e signe

Pourquoi je l’ai choisi:

Déjà, rien qu’avec cette magnifique couverture, c’était couru d’avance…..Il me le fallait, mais en plus si ça parle Astrologie et Etoiles, j’avais d’autant plus envie d’ouvrir ses pages…..

Synopsis:

Sur la planète du Cancer, comme dans le reste de la constellation du Zodiaque, l’astrologie régit la vie quotidienne. Pas de place pour les imprévus, et encore moins pour une catastrophe. Pourtant, Rhoma, jeune étudiante Zodaï, est hantée par de terribles visions. Personne ne la croit mais l’impensable se produit brutalement : une des lunes du Cancer explose. Raz-de-marée, pluies de météorites, tout l’univers de la jeune fille est plongé dans le chaos. Aidée de son mentor, le flegmatique Mathias, et d’Hysan, l’excentrique émissaire du signe de la Balance, Rhoma se lance alors dans une course contre la montre au travers de la galaxie pour prévenir les autres civilisations de la menace ancestrale qui plane sur elles. Car les douze signes du zodiaque étaient à l’origine treize… et, dans l’ombre, le dernier attend son heure. Celle de la destruction.

Les personnages:

Rhoma, j’ai aimé cette jeune fille ni sûre d’elle, ni trop effacée. Elle m’a paru convaincante dans ce rôle de Gardienne qui débute. De temps en temps fougueuse, et parfois, pétrifiée, elle a le mérite de nous émouvoir.

Mathias garde trop de réserve à mon sens.

Hysan a un côté irrésistible….

Ce que j’ai ressenti:….Une belle entrée en Matière….

Fie-toi à tes peurs, Rhoma. Croire en ton instinct te protégera toujours.

Ce que je retiendrai avant tout de cette lecture, c’est l’univers riche dans lequel on évolue. Je suis encore époustouflée de trouver en Jeunesse, un véritable décor, une formidable mise en place avec le champ lexical qui lui est propre, des Mondes distincts mais aussi formant une mythologie qui nous parle. J’ai trouvé que ses factions déterminées par leur signe zodiacal étaient bien trouvé, surtout que l’on retrouve les traits de personnalités qui correspondent à chaque maison, et je m’amusais sincèrement à les voir ainsi mis en scène. Etant donné que c’est un premier tome, on ne visite « que » la Maison du Cancer, celle de la Vierge et celle des Gémeaux, je peux vous dire que je suis déjà impatiente de visiter les autres! Chacune a son monde, son folklore, sa façon de penser.

« Nous partageons le même univers mais nous vivons dans des mondes différents. p277 »

On trouve tout un univers de Science fiction et de guerre de territoires qui rendent, intéressante l’intrigue. On suit donc cette Rhoma, Gardienne des Cancer, dans sa prise de pouvoir, tout en gérant les émotions diverses qui vont avec. Partir à bord de vaisseau dans le cosmos, nous rend ce voyage bien plus amusant et original. Ce conflit intergalactique n’est pas une mission gagnée d’avance, il faut se battre, en plus d’un Croque-Mitaine mystérieux, contre les préjugés et la bêtise humaine: tout un programme!!!!

« L’arrogance, un des pires défauts de l’être humain. On se voile la face en osant prétendre que l’on sait tout alors que l’univers est justement inconnaissable. » p170

Le seul bémol que je regrette un peu, (bien que ça ne prenne pas beaucoup de place comme dans beaucoup de livre classé Jeunesse), c’est le fameux triangle amoureux! Ça m’énerve ça à un point!!!!! Comme si être une adolescente ça veut forcément dire hésiter, et se taper deux mecs….Voilà, je pensais qu’avec le recul, les auteurs ne fonceraient plus vers ce cliché, (il faut croire qu’on va encore nous le resservir longtemps…) mais bon ce n’est que mon avis…..

En bref, j’ai passé un très agréable moment de lecture, j’ai adoré la proposition d’univers que nous offre Romina Russel, et j’ai dévoré ce livre jusqu’au bout de la nuit! Je suis très impatiente de lire la suite des aventures de Rhoma, et j’espère les lire très bientôt!!!!!!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier sincèrement Livraddict ainsi que les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce livre! Merci de leur confiance!

 

 

Animale, Tome 2, Victor Dixen

Couverture Animale, tome 2 : La Prophétie de la Reine des Neiges

La prophétie de la Reine des Neiges.

Pourquoi je l’ai choisi:

J’avais tellement adoré le premier tome de Animale , que j’étais fort impatiente de lire les nouvelles aventures d’une héroïne pas comme les autres!

Synopsis:

Et si le plus merveilleux des contes cachait le plus sombre des complots ?
1833, sur une île perdue du Danemark. Elle s’appelle Blonde, il se nomme Gaspard. Elle est animale, il est fou d’elle. Le destin s’apprête à les arracher l’un à l’autre : ils sont les victimes d’une prophétie qui bouleversera le monde à jamais. Blonde parviendra-t-elle à déjouer les plans de l’énigmatique Reine des neiges, avec pour seul allié un jeune écrivain nommé Andersen ?

Les personnages:

Blonde, je l’avais tellement admiré dans le tome 1, que ici, la voir mise en second plan, ça m’a un peu gênée. Elle garde toute sa bravoure et sa splendeur mais elle est trop en retrait, moins active dans ce tome: quel dommage!

Gaspard aussi, est aussi mis sur la touche.

Hans Andersen, par contre, prend les rênes dans cette intrigue, et juste voir cet écrivain fabuleux au milieu des complots royaux est un régal à lire! J’ai aimé la version de ce personnage réél/imagé, on sent que Victor Dixen voue une admiration à cet auteur, qu’il s’est fait plaisir à le mettre en scène, à lui inventer une vie et des pensées qui nous le rende juste le temps d’une histoire, héros de ses propres contes.

Ce que j’ai ressenti:….Un féérique enchantement givré….

Les contes, ce n’est plus un secret sont des lectures que j’affectionnent particulièrement. Victor Dixen avait su me surprendre avec La malédiction de Boucle d’or, par sa plume fantastique et son univers riche. J’étais donc très impatiente de découvrir La Reine des Neiges. Belle Lecture, indéniablement!

Je reste soufflée par la qualité de l’ambiance sous fond historique, où le réel rencontre le féérique. L’aiglon reste en fond de trame tout comme la Reine des Neiges, les stratégies internationales se confrontant aux mythes, Blonde écrivant de longues lettres à Hans Andersen: j’aime ce mélange détonnant! Aucun ennui en perspective, aucune fausse note dans ces enchevêtrements, la cohésion marche comme par enchantement!

« La frontière entre le réel et la légende est plus poreuse qu’on ne le prétend, dit Hans. »

Ce diptyque possède tous les atouts pour plaire aux petits comme aux grands! L’auteur nous livre une histoire intemporelle aux accents de légendes qui saura émerveiller nos âmes d’enfants. Il possède un talent rare de conteur qui nous tient éveillé la nuit afin de poursuivre cette quête de magie et de mystères. Ce deuxième tome contient ce qu’il faut d’effrayantes ombres, mais toujours nimbé de notes d’amour et sans contexte des soubresauts palpitants d’aventures! Les malédictions continuent de faire rage, les légendes ne cessent de nous glacer le cœur, la féérie poursuit son envoutement….

En bref, encore une très belle réussite! Un Jeunesse chaudement recommandé par Stelphique!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 9/10

Le Livre de Perle, Timothée de Fombelle

jajas 006

Pourquoi je l’ai choisi:

Ce livre me semblait tout indiqué pour mon univers très féerique!

Synopsis:

Tombé dans notre monde une nuit d’orage, un homme emprunte le nom de Joshua Perle et commence une vie d’exilé. Cette nouvelle vie fugitive, déchirée par un chagrin d’amour, est aussi une quête mystérieuse. Au fil du siècle, Perle rassemble un trésor pour défaire le sort qui l’a conduit loin de chez lui. Mais ceux qui l’ont banni et le traquent le laisseront-ils trouver le chemin du retour? Perle a-t-il raison de penser que la fille qu’il aime l’attend toujours là-bas?

Les personnages:

Olia et Ilian formerait un très joli couple si jamais la vie ne s’en mêlait pas!

Joshua, j’ai aimé son côté énigmatique.

Ce que j’ai ressenti…Entre douceur et tristesse…

L’écriture de cet auteur est juste magnifique, très poétique. Dès les premiers mots nous sentons que nous allons rentrer dans une histoire magique. Les mots sont juste posés comme de jolies perles, la douceur de la guimauve nous enivre, l’émerveillement du conte nous emporte vers d’autres royaumes où princes et fées prennent vie. L’Amour a encore de beaux jours devant lui, et de merveilleux auteurs pour le mettre en valeur!

Evidemment, quand on parle de contes, on oublie que c’est pour cacher les pans les plus sanglants de notre Histoire. C’est pour cela que ce roman d’aventure entre réel et féerie est aussi riche, car il nous ouvre la porte à ce double sens.

Quand le réel…..

« Les histoires naissent ainsi, quand de petits mystères rencontrent des heures sombres. »

« Il est dans le seul temps, sur la seule terre où on ne croit ni aux contes ni aux fées. »

« Mais la cruauté ne rend jamais les armes. »

…Rencontre la féerie.

« Elle aussi découvrait ce secret interdit aux fées, l’amour, cette force qui fait vivre. C’est-à-dire qui fait naître et qui fait mourir. »

« Les histoires ne relèvent pas les morts mais elles rendent leurs amours immortelles. »
 
« La veille, elle était une fée. Mais à cause de cela, la veille, elle n’aurait pu partager le destin de celui qu’elle aimait , vivre ou mourir avec lui. Elle s’était donc dépouillée de toutes les magies. Un renoncement si rare, même les contes les plus anciens : l’abdication des fées. »
« Y avait-il à bord un seul être qui ne soit pas prêt à jurer avoir été un jour amoureux d’une fée ou d’un prince exilé ? Nous étions tous pareils. Les histoires nous inventent. »
J’ai dévoré ce livre en moins de deux. J’ai beaucoup aimé la démarche de l’auteur de nous offrir une histoire entre enfance et âge adulte, entre réalité et imaginaire, entre fée et horreur de la guerre. Ce livre de Perle pourrait devenir un livre d’inspiration, un chemin dissimulé vers des royaumes enchanteurs, on se laisse prendre au jeu du folklore.
Je ne saurais pas expliquer quand même pourquoi ce n’est pas le coup de cœur attendu. Il m’a manqué une note de pep’s, une plus grande cohérence entre ses deux histoires intrinsèquement mêlées, une touche de plus de féerie. C’est un tout petit bémol, mais bien que je comprenne son intention et que j’ai aimé sa plume, cette lecture m’a laissée une pointe de déception. Mes attentes étaient sans doute trop grandes. Pour autant, une lecture agréable!!!
« La tristesse… c’est quelque chose qui peut remplir la vie. Et tourner en toi jusqu’à ta mort. »

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

Si ce n’est pas le coup de cœur chez moi, d’autres copinautes ont eu le coup de cœur!!!

LeaTouchBook, Aveline, Belykhalil.

Charley Davidson Tome 7, Darynda Jones

Couverture Charley Davidson, tome 7 : Sept tombes et pas de corps

Sept tombes et pas de tombes

Pourquoi je l’ai choisi:

Un petit écart dans mon programme de lecture thriller, pour que du plaisir!

Synopsis:

Douze chiens de l’enfer se sont échappés. Leur but : tuer Charley Davidson, faucheuse hors du commun et détective privée à ses heures, et rapporter son cadavre à Satan. Mais la jeune femme a d’autres problèmes, comme son père disparu alors qu’il menait une enquête des plus étranges. Ou encore une ex-meilleure amie qui la hante nuit et jour, une épidémie de suicides qui laisse les autorités perplexe et un fiancé sexy à mourir qui s’est attiré les faveurs d’une célébrité locale… Le moins qu’on puisse dire c’est que Charley ne passe pas la meilleure semaine de sa vie.

Les personnages:

Bien sur que le couple d’enfer que forme Charley et Reyes est l’essentiel de cette saga, mais les tous les personnages qui gravitent autour d’eux sont juste tous plus attachants les uns que les autres. Voir Charley se battre pour sa famille et ses proches jusqu’à risquer sa vie, nous la rend plus lumineuse encore (si jamais c’était possible!) , et nous entraîne à les adorer comme si ses personnages faisait aussi partie de nos proches.

J’adoooooooooore le grain de folie de Charley et ses remarques cinglantes et le coté irrésistible de Reyes! Ils forment un couple juste enviable (sans parler de leurs pouvoirs évidemment!!!).

140216072033640213

 

Ce que j’ai ressenti:

Cette saga c’est comme un bout de guimauve, du caramel encore tout chaud, un bonbon au goût acidulé! Je suis la première à dire que c’est bon je ne veux plus lire de de trilogie/saga, mais celle là elle est absolument géniale, si addictive que je ne peux me résoudre à arrêter de la lire! Je suis fan de son humour, son coté Girly, ce brin sexy et de ce couple de tonnerre que forme Charley et Reyes!

Voilà donc ce septième tome qui déboule cette fois ci, fin aout (au lieu de Décembre), et donc étant malade, et comme un peu de douceur est toujours bon à prendre…Je me suis encore laissée prendre au jeu de la séduction, de l’enquête aux frontières du réel, du combat titanesque avec les chiens de l’enfer. J’en ressors forcement tout sourire, j’y ai laissée une larme ou deux, et mon cœur s’est serré de voir leur joli engagement!

En bref, encore un tome réussi, l’engouement est toujours de la partie! Impatiente de lire le tome 8 (et tous les autres!!!)

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

Previous Older Entries

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 171 autres abonnés