L’Arbre-Monde, Richard Powers

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_4764.jpg

Synopsis:

Dans ce nouveau roman, Richard Powers embrasse un sujet de la nature et de nos liens avec elle. Les destins des protagonistes de ce récit (un psychologue, un étudiant, un concepteur de jeux électroniques, un photographe amateur, une botaniste visionnaire) s’entrelacent autour de ce qui est peut-être le premier et le dernier mystère du monde : la communication entre les arbres. Richard Powers explore le drame écologique et notre lente noyade dans le cyber world, et nous rappelle que sans la nature notre culture n’est que ruine de l’âme.

Ce que j’ai ressenti:

Écoute, il faut que tu entendes ça…C’est peut-être la seule chose qui devrait être écouté d’ailleurs à mon humble avis, les mots d’avant les mots et l’arbre qui nous parle dans ce langage-là. C’est peut être fou, c’est peut être follement romantique, c’est peut-être cruellement poétique, mais cela sonne avec de fatals accents de vérités. À n’importe quel arbre, tu peux te raccrocher parce que c’est de la vie à pleine puissance, de la vie dans un silence hyperactif, de la vie qui donne la vie, et même dans la mort elle est vie, alors tu comprends que les arbres sont notre plus beau trésor, un cadeau de la vie….Pendant des années, l’homme a ignoré le pouvoir de la forêt…Grâce à ce roman polyphonique, tu vas entendre plusieurs voix qui rendent hommage à un arbre, tu vas suivre plusieurs voies qui mènent vers ce cheminement de la conscience des arbres, et peut-être bien que tu feras quelque chose de beau après cette lecture…Peut-être même que ton écoute changera, que ton œil ne sera plus aveugle aux plantes, quand tu seras au cœur de la Nature…Peut-être que tu auras conscience de la conscience de tout être vivant…

Qu’est-ce qui est le plus dingue : des plantes qui parlent, ou des humains qui écoutent ?

L’Arbre-Monde, c’est un manifeste ou juste une prouesse littéraire pour comprendre que sans les arbres plus de monde, et dans la force de sa générosité, l’arbre restera toujours le soutien inconditionnel du monde des hommes. C’est une lecture exigeante, qui mérite un certain investissement personnel, parce qu’elle est plurielle…Tantôt romanesque, quelque fois documentaire ou encore essai, ce courageux parti-pris de cette diversité de genre, est une ode aux arbres, et c’est sublime. L’auteur pousse notre réflexion vers chaque partie de l’arbre, des racines aux cimes, de la graine au tronc, de l’écorce à la fleur, il multiplie les points de conscience pour nous sensibiliser sur la communication effective des arbres et réveiller notre instinct de survie, (s’il n’est pas déjà trop tard) afin qu’on les protège…L’environnement est en souffrance, mais l’homme fait encore la sourde oreille, et tue chaque jour, des arbres par milliers: c’est une réalité choquante. Alors c’est pour cela que je t’invite à entendre les arbres, même s’ils n’ont pas la même façon de parler que toi, ils te donneront toujours plus que ce que tu peux imaginer, ils ont une capacité extraordinaire qui dépasse l’entendement, et c’est ce qui m’a profondément chamboulée…

Savoir de façon certaine ça n’existe pas. Les seules choses fiables, c’est l’humilité et un regard attentif.

Pour ma part, il y aura un « avant » et un « après » cette lecture…C’est plus qu’un coup de cœur puisque c’est un éveil intérieur qui se passe carrément du moindre mot. J’ai le cœur maintenant en arborescence pour L’Arbre-Monde, la sève et le sang en symbiose à l’intérieur… Je souhaiterai le recommander au plus grand nombre, en fait, si vous ne deviez n’en choisir qu’un cette année à lire, alors prenez celui-là! Prenez conscience de l’urgence d’en parler, de le soutenir et vous mobiliser pour L’arbre-Monde mais surtout pour tous les arbres du monde…

Il y a un proverbe chinois : quel est le meilleur moment pour planter un arbre ?
Vingt ans plus tôt. »
L’ingénieur chinois sourit. « Pas mal.
_ Et à défaut, quel est le meilleur moment ?…Aujourd’hui. »

Bien sylvement,

Stelphique.

Ma note Plaisir de Lecture 10/10

12 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Collectif Polar : chronique de nuit
    Juin 06, 2020 @ 03:57:38

    Un livre pas si facile d’abord et pourtant une fois plongé dedans on se rend compte que le propos de l’auteur nous touche profondément. Oui il nous faut plus d’arbres et il nous faut aussi communiquer avec. Rien de mieux pour ce ressourcer que d’enlacer un arbre et d’écouter battre le cœur de la terre. Car les arbres en sont les poumons.

    Réponse

  2. belette2911
    Mai 23, 2020 @ 18:48:35

    Jolie photo ma poulette. Pour une fois, je suis en avance sur toi, je l’ai lu à sa sortie et si certaines « histoires » m’ont plu, j’en ai trouvé d’autres fort longues. J’ai aimé les personnages qui se croisent, j’ai aimé ce que j’ai appris sur les arbres…

    Mon seul bémol sera pour la longueur du roman car à un moment donné, j’ai un peu décroché, surtout dans la dernière partie et j’avoue avoir sauté certains paragraphes. 😛

    Réponse

  3. La culture dans tous ses états
    Mai 22, 2020 @ 19:41:27

    Une magnifique chronique de ta part ! Je te rejoins totalement ce Richard Powers est une pure merveille. Il y a un avant et un après cette lecture c’est une certitude 😊

    Réponse

  4. Ingannmic
    Mai 21, 2020 @ 18:09:23

    Eh bien, ton billet rend très justement la manière dont ce roman t’a enchantée, cela fait envie ! Ceci dit, il m’attend déjà sur mes étagères, depuis l’énorme coup de cœur que fut « Le temps où nous chantions », de ce même auteur..

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 239 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :