Arckos- tome 2- La Traque. Paolo Postman.

Arckos - Tome 2 - La Traque par Postman


 

Synopsis: 

Comment apporter la Lumière quand nous rêvons d’Obscurité? 

L’élu de Labiana est bien là! Arckos a réussi à reforger les alliances des cinq races paisibles. Oria reprend enfin espoir. Mais Talek n’a pas l’intention de le laisser faire. Il déchaîne ses plus puissantes et cruelles créatures. Tandis que notre jeune héros poursuit sa Deuxième mission. Il va devenir la cible d’une traque sans merci.

L’aventure continue et nous amène dans une spirale de troubles et de doutes! 


Ce que j’ai ressenti:

  • Et l’aventure continue…

Rappelez-vous, je vous avais déjà parlé de ce jeune héros, Arckos, et il nous revient, plus hardi que jamais, pour nous faire voir toutes les batailles de l’Entre-Faune, que se livrent, Labiana, Déesse de Lumière et Talek, Maître des Ténèbres. Fort de son expérience, et des combats qu’il a réussi à mener, ce jeune marseillais, s’active à réussir sa deuxième Mission. Il forge à coup de chance et d’audace, une alliance d’amitié et d’objets magiques pour faire reculer les Fléaux, les Monstres et le Mal sous quelque forme que ce soit…Et c’est plutôt éblouissant : L’épée de Labiana n’a de cesse de croiser le fer avec des adversaires redoutables, et de briller de lumière dorée…

« La vérité et le mensonge sont des instruments qui, une fois contrôlés, peuvent servir d’armes diaboliques. »

  • Un second tome qui détonne…

Plus pêchu, Ackos , La Traque, est au centre d’une trilogie, et l’on sent, dans ce petit pavé de 700 pages, plus d’actions qui s’enchaînent, plus de dynamisme dans les scènes de batailles, plus de stratégies, entrevues déjà dans le premier volume, qui se densifient. Les contrées brûlent, des feux nouveaux de doute et de confiance s’embrasent, les personnages se dévoilent sous des cieux violets…Il y a des souffles de dragons, des combats de créatures monstrueuses, des formules magiques murmurées et des secrets arrachés aux dieux…Arckos est traqué par delà, toutes les frontières visibles et invisibles, mais son assurance croissante, fait plaisir à voir. Moins naïf, plus audacieux, il prend les rennes de son destin avec fermeté, quitte à, en envoyer certains, valser dans des éclairs de jaune lumière…Si les démons se déchaînent et les Fléaux s’énervent, les amitiés prennent en contrepartie plus de poids: la force de ce petit groupe devient lentement, mais sûrement, une épine gênante, dans les projets de chaos de Talek.

*Mention spéciale à Mallate, mon petit héros préféré, qui continue de m’étonner avec ses interventions magiques et malicieuses.*

  • Vivement le prochain…

J’ai passé un bon moment encore, dans ce monde fantastique, et j’ai bien hâte de voir ce que l’auteur va nous réserver comme surprise pour clôturer cette trilogie pleine de magie! J’ai été très intriguée par les pouvoirs de ses Instruments, leurs potentiels d’enchantements, et je suis curieuse de voir qui de la Lumière ou de l’Obscurité va l’emporter dans ce monde imaginaire….

Ma note Plaisir de Lecture  8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement l’auteur, Paolo Postman ,de m’avoir confié son héros lumineux!

 

Publicités

Spooky, Les Contes de Travers. Elian Black’Mor/ Carine M.

Spooky & les contes de travers : Pension pour monstres par Black`Mor

Pourquoi je l’ai choisi: 

Instagram et surtout la communauté Bookstagram est plein d’échanges et d’amitiés riches, et enrichissantes…Repérant cette petite merveille pour ma Princesse, sur le compte d’une copinaute passionnée (Steph-croqueuse-de-livres), une autre, ma douce Vuottomarie, me l’envoie par Magie…J’ai été très touchée et je profite pour la remercier encore! Elle vient d’ouvrir un Blog passionnant  Evasion Polar,  où les polars et thrillers se tirent la bourre, et je vous invite vivement à passer dans son petit monde!

Synopsis: 

Bienvenue à Londres dans la plus prisée des pensions pour monstres, tenue depuis peu par mes oncles, les célèbres Trois Petits Cochons.
Au programme : du tourisme bien sûr, un zeste de Rock’n’Roll et surtout beaucoup de mystère… Normal me direz-vous, car Londres est la capitale de l’étrange et c’est bien cela qui m’arrange.
Je m’appelle SPOOKY. Je viens du Pays des Contes de Fées et j’adore les histoires à faire peur !
Toc ! Toc ! Le Petit Chaperon Rouge vient de frapper à la porte
avec ses valises et son petit pot de beurre… mais pensez-vous qu’ici,
tout le monde l’aimera autant que sa grand-mère ?

Ce que nous avons ressenti: …Deux monstrueux Coup de Coeurs… 

Pour une raison obscure ma fille et moi, nous aimons les ambiances faites de fantômes et de monstres (je ne vous raconte pas combien de fois, nous avons regardé notre cher Jack Squellington et autres œuvres hantées à la Tim Burton), j’étais donc très impatiente de faire découvrir cette lecture à Princesse…

C’est un coup de coeur pour Maman, mais surtout pour Jazzelfique qui je cite « Maman, c’est le meilleur des livres de ma bibliothèque » ou encore « C’est mon livre préféré ». Voilà, comme ça c’est dit, et je pense que cela fera plaisir à ma douce amie, et sans doute aux auteurs de cet album graphique…Ni une ni deux, en voyant la magie s’allumer dans ces yeux et l’euphorie à lire ces pages, j’ai bien sûr été immédiatement chercher la suite des aventures de cette Spooky…Mais cela, ça sera pour une prochaine fois…

Miroir, mon beau miroir! (Deux fois*) 
Dis-moi ce qui se cache dans le noir!

Alors pourquoi il nous a autant plu??! Déjà, parce que Spooky c’est une Princesse des temps modernes, exit les cheveux longs bien peignés et les paillettes rosées, elle a du style, la jolie Spooky, très gothique et plutôt hyper branché…Une mini princesse vampire, totalement déjantée et recréant à coup de crayons malicieux, des histoires à faire peur, sur son Journal Intime très spécial…Une petite nana bien espiègle et pleine d’imagination, incorrigible et mignonne qui, avec ses grands yeux, nous fait voir autrement le royaume des Contes de fées…

Ensuite, et bien le côté Roc’n’Roll forcément! Il faut les voir ses 3 petits cochons avec leurs blousons en cuir. Nous avons adoré cette ambiance décalée, musicale et cette originalité rebelle qui traîne dans ce monde. Tout est dans l’air du temps, frais et pétillant, on est surpris par le fond et la forme de cette lecture, et tous les petits détails tatoués en des lieux étranges…Sans compter que l’humour et autres impertinences, est de toutes les pages…

Tadoum Wagoom

Enfin, l’effet monstrueux a été plus qu’efficace! Nous avons adoré nous balader de chambres en chambres, de rencontrer tout un pataquès de monstres , et puis, cette revisite originale et follement cauchemardesque des plus grands contes. Cette pension a d’incroyables pensionnaires, mais n’est pas Monstres qui l’on veut bien croire…Sombre mais délicieusement charmant!

Ici les monstres ne dorment pas sous les lits, mais SUR les lits !

Ce sont certainement des contes de travers et carrément Non Approuvé par The Fairy Code Autority mais il a fait fureur dans notre petit monde de féerie, et il a été un moment très tendre entre fous rires et émerveillement durant notre précieux rendez-vous elfique Mère/Fille de l’Histoire du Soir.

 

 

Notre note Plaisir de Lecture Shinning-Butterfly-Fairy-Wallpaper-fairies-10270471-1024-768 10/10

Arckos, tome 1, La reconnaissance. Paolo Postman

Arckos, tome 1 : La reconnaissance par Postman

Synopsis:

Pourriez-vous aider un monde qui n’est pas le vôtre?

Lucas Muller, un jeune garçon passionné par la fiction et le fantastique, vit dans un modeste quartier où rien d’extraordinaire ne se passe jamais. Jusqu’au jour où il fait l’acquisition d’une épée par son vieil ami antiquaire. Il ne se doute pas que cette épée à la lame étrangement dorée va le transporter dans un autre monde où un rôle exceptionnel lui sera attribué. 

Une incroyable aventure où la réalité dépasse nos rêves les plus fous! 

Ce que j’ai ressenti:…Quelle Imagination!

Si jamais, il vous prenait l’envie  de vous perdre dans un autre monde, j’aimerai bien vous inviter à découvrir l’Entre-Faune, un univers rempli d’êtres fantastiques et imaginé par un jeune auteur auto-édité, qui dans ses rêveries, et qui pendant 10 ans a peaufiné les petits détails, de cette fantastique histoire, où un jeune homme fait un voyage initiatique autant que magique…Sensible à ce genre et par une coïncidence féerique, j’ai eu la chance de pouvoir lire ce pavé de 680 pages, et me régaler d’un premier tome d’une trilogie prometteuse qui pourrait bien faire fureur dans les rayons Jeunesse…Voilà, la question ainsi que l’invitation, est posée par Paolo Postman, et j’espère que vous répondre positivement, car c’est une saga qui vaut bien le détour :

Pourriez-vous aider un monde qui n’est pas le vôtre?

Arckos, c’est un jeune homme qu’une mystérieuse épée dorée appelle à la rescousse pour sauver un autre monde bientôt envahi par les Ténèbres…De cette demande désespérée et pressante pour venir à bout du Mal, se cache une Déesse, Labianna,  pleine de ressources et visiblement remplie de confiance envers ce petit héros en devenir…Arckos, la Reconnaissance, c’est un voyage vers un monde inconnu, une formidable aventure faite de jolies rencontres mais surtout, une histoire remplie de magie! Et c’est cet enchantement, qui m’a tenu tout au long de cette lecture, avec aux détours des chemins, ces rencontres avec des êtres hideux autant que beaux, magiques autant qu’ordinaires, divins autant que mauvais…Des Elfes et des Monstres, des Humains et des Géants ainsi que des Nains qu’il faudra rallier à la Cause: la victoire sur les Ténèbres, tous unis derrière une épée aux pouvoirs éblouissants, tous réunis auprès d’Arckos…

« -Ce n’est pas l’apparence qui construit la valeur d’une personne. »

Du moment que Arckos prend son rôle à coeur, et arrive à la Caserne de l’Est,  qui le fera devenir un grand soldat aguerri, je n’ai plus pu m’arrêter de lire ces pages. Ce jeune homme, avec ses doutes et son manque de confiance, m’a touchée, mais c’est cette qualité de rêver les yeux grands ouverts, qui m’a le plus renversée…J’ai adoré cette association d’amitié et d’entraide plus ou moins facile qu’il forme avec Mallate, un petit être Tiboge qui s’ignore aussi en tant que héros d’ailleurs… Ce duo de « roukis » sur ces terres de grands dangers est très intéressante à découvrir…Et bien sûr,  l’Entre-Faune comme terrain de jeux, de guerres, d’affrontements ainsi que de rencontres en tous genres, possède une grande richesse imaginaire qui illumine nos yeux, voire même jusqu’à nous éblouir carrément…Il y a de grandes scènes de batailles prenantes, autant que des petits moments intimes, qui nous montre que ce Lucas/Arckos sera sans doute l’Élu de Labianna, et peut être bien, l’Élu de vos cœurs…Mais cela, seul l’avenir nous le dira…

« Puisse la grâce des Elfes vous protéger et vous guider loin des sentiers sombres. »

Quand j’ai refermé ce livre, j’étais très impatiente de lire la suite, on sent une évolution dans la maturité du héros, autant que dans la plume de cet auteur…Finalement que du bon présage pour la suite…D’ailleurs, la suite est bientôt disponible, et son sous-titre La traque promet encore plus d’actions explosives…J’ai tellement hâte de voir si le Bien triomphera du Mal, et comment Arckos  va se révéler, face à plus d’adversité….

En bref, un premier tome réussi qui pose bien ses bases et une très jolie imagination…C’est tellement prenant et magique qu’on oublierai presque de revenir sur Terre…

 

Ma note Plaisir de Lecture  8/10

Arckos, tome 1 : La reconnaissance par Postman

Vous pouvez retrouver tout l’univers d’Arckos sur le réseau social Facebook: https://www.facebook.com/PaoloPostman/

N’hésitez pas à y faire un tour, et vous laissez tenter par cette belle aventure fantastique!

Les Ferrailleurs, tome 2 : Le Faubourg, Edward Carey.

Les Ferrailleurs, tome 2 : Le faubourg par Carey

Pourquoi je l’ai choisi:

Je vous l’avais dit, j’étais très impatiente de lire la suite de cette saga fantastique des Ferrailleurs, et l’attente va être longue, pour la suite et fin de cette trilogie…

Synopsis:

Rien ne va plus depuis que le Château de l’extravagante famille Ferrayor a croulé sous l’assaut des objets rendus à la vie. Le jeune Clod, ayant perdu forme humaine, erre de ruelles en échoppes dans une ville ravagée par la crasse et la pauvreté ; sa complice Lucy Pennant, elle, est ensevelie sous les décombres du manoir, où elle fait la rencontre d’une créature aussi monstrueuse qu’attachante. Pourchassés, nos deux héros vont devoir se réunir pour déjouer les plans de Grand-Père Umbitt, qui règne en tyran sur le peuple asservi du Faubourg.

Ce que j’ai ressenti: Changement de décor, mais toujours autant de charme obscur…

Quand j’ouvre ce deuxième tome de la trilogie, je retrouve immédiatement cette ambiance sombre et délicate, ce style inimitable de Edward Carey…Et la magie fonctionne encore, parce qu’il a cette grâce de savoir créer un vrai monde à part, avec ses règles et ses étrangetés. Avec Le Faubourg, il nous ouvre encore un peu plus son univers, lui conférant un autre aspect que la vie de Château, étend notre regard sur d’autres horizons encore moins reluisant de ce Londres revisité. Et quelle fantaisie grisâtre dans ces rues qui se balade encore allègrement! C’est étourdissant d’immondices et de rencontres insalubres…

« Vivace est la beauté, elle ne se laissera jamais enterrer. »

Lucy Pennant et Clod Ferrayor ne sont pas au bout de leurs peines, pour tenter de comprendre et d’infléchir la volonté du maître des lieux…A coups de tentatives infructueuses et de rencontres chanceuses, ils se découvrent plus enhardis, moins insignifiants, et nous lecteurs,  de les suivre dans leurs folles aventures, on découvre deux adolescents étranges et attachants avec leurs doutes, leurs failles et leurs tracas. Leur passage à l’âge adulte se fait dans la lutte pour les autres dans une obscure farandole d’objets doués de paroles, et ils en sortent grandis, et plus proche que jamais, tout en étant à chaque fois séparés…Chapitre après chapitre, leur histoire d’amour s’inscrit dans cette intention de faire bouger les choses… Heu, les objets… Heu pardon, les gens…*Veuillez m’excuser, je suis encore dans les brumes d’un rêve…Pourquoi ai-je un demi-souverain dans la poche?!*

Les hommes dans les guerres perdent leur âme, elle est foulée aux pieds, je l’ai vu, il n’y a plus d’individus, rien qu’une masse, une grande masse qui court à son anéantissement.

Je craque carrément pour cette plume poétique et gothique, et ces moments de lectures me sont précieux car cette plongée dans un imaginaire si prégnant, devient un délice de découverte. On ne sait jamais à quoi s’attendre, puisque c’est totalement loufoque, plein de folie douce, délicieusement inventif…Et puis, ces jeux de mots, cette qualité de métaphores, c’est juste fantastique! Vous l’aurez sans doute compris, j’ai plus que hâte de lire La Ville, tome 3 de cette trilogie pleine de surprises….

« Je suis sujette à des rêves incroyables. Nanny me dit que je ne devrais pas lire autant de livres, que si je continue à ce rythme, ils finiront par me tuer. »

 

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement les éditions Le livre de Poche Imaginaire pour l’envoi de ce livre! Ce fût une lecture fascinante.

Miss Pook et les enfants de la lune, Bertrand Santini.

Pourquoi je l’ai choisi :

Cette magnifique couverture m’a tapée dans l’œil, et cet auteur Jeunesse, j’avais hâte de le découvrir enfin, étant donné les bons retours des lecteurs…

Synopsis:

Paris, 1907…
Miss Pook est une sorcière. Sous l’apparence trompeuse et charmante d’une jeune fille anglaise, elle se fait embaucher comme gouvernante par une riche famille parisienne. Manipulatrice hors pair, Miss Pook a le projet diabolique d’enlever les enfants dont elle a la charge. Sa nouvelle victime se prénomme Elise et Miss Pook parvient à convaincre cette fillette de dix ans de quitter la terre pour vivre avec elle dans son château, sur la lune. Elise découvrira bientôt que la lune est une « résidence d’âmes » et fera la rencontre de personnages de légendes tels que le Sphinx, le Faune, un dragon ou des Vampires…

Ce que j’ai ressenti:…Extraordinaire envolée enchanteresse…

Laissez votre imagination vagabonder dans les rues de Paris, en 1907, sous les pieds de la Tour Eiffel, et levez un peu vos yeux, vers le ciel…Est-ce qu’une excursion à dos de dragon ne serait pas la plus palpitante des aventures? Et cette destination lunaire, ne serait-elle pas la plus fabuleuse? Et si vous tentiez le temps d’une lecture, de replonger dans les plaisirs de l’enfance insouciante, est-ce que vous suivriez, vous aussi, l’extravagante Miss Pook?  Voudriez-vous bien connaître, vous aussi,  le secret des Enfants de la Lune?

Nous ne voulons plus faire partie d’un monde où règnent la cupidité et l’injustice. 

J’ai tenté ce voyage fantastique, et je dois dire que je reviens de cette expédition avec des étoiles plein les yeux, et quelques bonnes impressions dans le sac à dos, mais surtout avec un petit carnet bestiaire de créatures légendaires plutôt fourni! Cette première virée sur les anneaux de Goldorillon fût une enrichissante surprise, toute autant qu’un plaisir de faire la connaissance d’êtres de la Nuit, exilés sur la Lune, encrassé sous la poussière terrible de l’oubli…

J’ai adoré la sensibilité et la plume de Bertrand Santini, sa façon de revisiter les mythes et légendes pour émerveiller son jeune public, la portée philosophique et humaine qui se cache entre les lignes. Il a une folle imagination qui joue souvent entre ombres et lumières, balaie toutes les attentes d’un revers de queue de dragon, souffle sur le feu de l’intrépidité et envoie du rêve quand la réalité est trop brutale… Dans les failles de l’extraordinaire, il glisse de jolies pensées pertinentes, tout en injectant une bonne dose d’amour et fait la part belle à ses tourments intérieurs qui habitent la petite enfance…C’est un vrai souffle de fraîcheur que ce premier épisode de ses enfants perdus…Vite, vite la suite, je veux retourner sur la Lune…

La haine est une défaite, mes enfants. 

 

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Madame Vanguelov ainsi que les éditions Grasset Jeunesse pour l’envoi de ce livre! Merci de leur confiance, ce fût une lecture féerique!

 

Résultat de recherche d'images pour "grasset jeunesse"

Stone Junction, Jim Dodge.

Couverture Stone Junction

Pourquoi je l’ai choisi:

J’ai trouvé la couverture dynamique et plutôt accrocheuse à l’oeil, et quand on parle de magie, je ne sais pas résister…

Synopsis:

Après la mort dramatique de sa mère, le jeune Daniel Pearse est recueilli par une société secrète, l’AMO, alliance historique de criminels, d’anarchistes, de shamans, de magiciens, d’alchimistes, de scientifiques fêlés et autres marginaux et rebelles en tous genres.

Ceux-ci vont initier Daniel à quelques disciplines indispensables, de la méditation au casse de coffres-forts, en passant par le réajustement karmique, les subtilités du poker, l’art du déguisement ou encore les avantages et inconvénients des drogues.

Fort de ces connaissances, Daniel va s’employer à résoudre le mystère entourant la mort de sa mère tout en essayant de mener à bien la mission que lui a confiée l’AMO : tenter de dérober un étrange diamant détenu par le gouvernement, lequel pourrait bien être la fameuse pierre philosophale…

Les personnages:

Tout d’abord, grande affection pour cette A.M.O, Alliance des Magiciens et Outlaws! Tout comme Daniel Pearce, on se laisse séduire par l’esprit, les personnalités, les qualités de tous ses personnages, qui font de son enseignement, un enrichissement pétillant! Chacun dans son style, ils m’ont tous plu et c’est un enchantement de les découvrir au sein de cette aventure hors norme! Tous plus timbrés, déjantés et plus talentueux les uns que les autres, on se plaît à connaitre leurs spécificités qui flirtent avec l’illégalité, et qui jettent dans les hautes sphères de la poudre aux yeux scintillante pour mieux contrer l’influence du capitalisme, avec toujours à l’esprit, l’Art du jeu…Chaque coup, comme un défi, chaque action pour aiguiser la chance d’être hors du commun…Belle équipe de joyeux lurons qui s’entraident dans les mailles d’un filet qui défie les lois de la raison…

 « – HORS-LA-LOI, rectifia Smiling Jack. Pas des criminels, des HORS-LA-LOI. Mon ami Volta dit qu’il y a une différence de taille. Les hors-la-loi ne font le mal que lorsqu’ils estiment agir pour le bien ; alors que les criminels, eux, ne se sentent bien que lorsqu’ils font le mal. »

Ce que j’ai ressenti:…Un pour tous, et tous pour l’AMO!

J’ai trouvé la vérité, et elle est simple: la vie est étonnante.

Je dirai qu’un grand souffle de liberté souffle dans ses pages, et que ça fait du bien! En se mettant hors-la-loi, le duo Mère/Fils Pearce, s’offre une chance de vivre sans contraintes, sans limites, sans entraves…Il ne sont plus enfermés dans les codes de vies « classiques », du genre Métro-Boulot-Dodo, et s’enrichissent de ce fait, d’une autre forme d’apprentissage, de connaissances et de plaisir qui les tournent vers une autre façon d’appréhender le monde. Daniel Pearce deviendra donc un être malléable qui tend vers une Liberté absolue, et chaque rencontre avec les membres de L’AMO sera une leçon d’émerveillement, une puissance méditative et une conscience plus active sur les mystères de l’existence.

Disparaître est un outil, une technique, une autre manipulation de l’apparence. La magie est l’expropriation du réel.

Entre l’art de s’inventer, de réinventer, de faire sauter toutes les barrières physiques et morales, cette grande œuvrette alchimique souffle en 4 éléments , la plus fantasque des aventures et la plus magique des quêtes…Ce Diamant, entre trésor mystérieux et espoir de pierre philosophale, va mobiliser tous les talents cachés de cette association secrète! Et tout devient spectacle d’illusions, force d’invisibilité, pouvoir de transformation et don de disparition, pour notre plus grand bonheur de lecteur! 700 pages d’une audace magique, trempée dans une dynamique irrévérencieuse!

Ce que je suggère, si tant est que je suggère quoi que ce soit, c’est que nous sommes nés pour être étonnés.

J’ai adoré ce roman pour la douce folie qui le caractérise, pour son étonnante façon de briser les styles convenus, pour son originalité loufoque, pour sa pétillante Magie! C’est un moment de lecture très spécial, un genre presque inclassable, intense et divertissant, et incroyablement addictif! Je ne suis pas prête d’oublier cette Alliance de hors-la-loi bien sympathique, qui m’a donnée le temps de cette aventure, une énergie communicative!

Parce que si les souhaits étaient des ailes, on volerait tous dans le ciel, et si la crème comptait pour du beurre, y aurait pas à baratter pendant des heures.

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement le site Babelio ainsi que les éditions Super 8 pour l’envoi de ce livre! Ce fut une lecture étonnante!

Noir.jpeg

Super 8 éditions

 

Max et la grande illusion, Emanuel Bergmann.

Max et la grande illusion par Bergmann

Synopsis:

Audacieux et original, un premier roman qui nous entraîne dans un voyage rocambolesque, du Prague des années trente au Los Angeles de nos jours. Histoire d’une amitié improbable entre un enfant aux rêves plein la tête et un vieil homme perdu, une oeuvre lumineuse, pleine d’émotion, de drôlerie et d’une irrésistible tendresse. Prague, 1934. Mosche Goldenhirsch, fils de rabbin, mène une existence bien triste et bien monotone. Sa mère adorée vient de mourir et les relations avec son père sont de plus en plus houleuses. Quand un cirque débarque à Prague, il décide de se lancer dans l’aventure et de suivre la troupe. Mosche se voue corps et âme à sa nouvelle passion et apprend toutes les ficelles du métier avec son maître, l’Homme demi-lune. Il rêve aussi à la très belle assistante, Julia… Et de fil en aiguilles, Mosche Goldenhirsch devient le Grand Zabbatini, ce magicien que tout le monde veut voir, Adolph Hitler y compris… Los Angeles, 2007. Max Cohn a 11 ans et sa vie vient de basculer : ses parents vont divorcer. Le jeune garçon est effondré, surtout qu’il est persuadé d’être responsable du drame. En fouillant dans les vieilleries de son père, il tombe sur un CD du Grand Zabbatini et découvre son célèbre tour :  » le sortilège de l’amour éternel « . Max en est sûr, seul un magicien peut faire des miracles et réparer l’irréparable, alors il part à la recherche de celui qui représente son dernier espoir…

Ce que j’ai ressenti:…Douceur d’un tour de piste magique…

Malgré les preuves accablantes du contraire, Max tenait bon: il croyait à l’impossible.

Si je ne devais ne choisir qu’un mot pour vous parler de ce livre, je dirai: Douceur. Le miel d’une belle histoire, la magie d’une rencontre intergénérationnelle, le plaisir de croire encore à l’illusion de nos rêves….Max, c’est un gamin touchant qui voit le monde encore avec ses yeux d’enfant, se nourrit d’imaginaire et croit en l’impossible pour éviter une dure réalité. Mosche était un grand magicien, mais son présent est obscurci par la vieillesse et un sentiment de désespoir. Le destin va les faire se rencontrer, et le choc est pour le moins explosif!

Notre monde, dit-il, est un lieu magique! Seul un voile très fin nous sépare des rêves qui sommeillent en notre for intérieur.

Asseyez vous, prenez place dans les gradins, le Cirque magique va vous en mettre plein la vue! J’ai toujours adoré cette ambiance toute particulière de chapiteaux, l’euphorie du spectacle, les tours de pistes qui s’enchaînent…Ici, on passe en coulisses pour tenter de dévoiler les petits secrets des magiciens, et même si on ne saura pas leurs astuces, on comprend ce qui fait leur passion pour cette discipline…Enchantée par cette atmosphère de jeux et lumières, tours de mains et jeux de cartes, princesse dissimulée dans une malle avec double fond, et représentation théâtrale clownesque… L’auteur a su recréer la magie du cirque, leurs petites chamailleries, leurs idéaux dans ses pages avec beaucoup de justesse et c’est un plaisir de profiter de ce dynamisme communicatif de la piste du Cirque Magique.

« Bienvenue au plus grand spectacle du monde, claironna l’homme. N’ayez plus confiance en rien, mesdames et messieurs, car vos yeux vont vous mentir. Tout ce que vous allez voir ici est réel, mais rien n’est vrai. »

S’il est vrai, que nous avons beaucoup de douceur et quelques jolis moments cousus de fils blancs, l’auteur aborde des thèmes profonds et plutôt bouleversants cachés par la poudre aux yeux de l’illusion. Derrière le rideau d’étoiles scintillantes se cachent toute la douleur de la Shoah, les ravages d’une extermination injuste, l’horreur des camps de concentration. Ce n’est plus simplement un vieil homme et un enfant qui s’entraident, mais deux personnages qui concilient devoir de mémoire et espoir d’un monde meilleur, en se tendant juste la main.

Mais, pour ce qui était des mésaventures, le destin avait des réserves presque inépuisables.

En conclusion, j’ai été touchée par ce duo de personnages candides et la manière dont l’auteur a su maîtriser, malgré la tragédie sur fond d’Histoire, la pureté de l’innocence. La grande illusion d’un rêve ou le rêve de la grande illusion, Max et Mosche vous les offriront le temps de cette lecture.

Ma note Plaisir de Lecture  8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement le site Babélio ainsi que les éditions Belfond pour l’envoi de ce livre! Ce fût une douce lecture !

logo_belfond_noir.pngLogo_Babelio.jpg

Le livre des Radieux 1, Brandon Sanderson.

Couverture Les archives de Roshar, tome 2 : Le livre des radieux, partie 1

Pourquoi je l’ai choisi:

J’avais tellement eu le coup de cœur pour le premier cycle de la saga, que j’étais très impatiente de retourner en Roshar…

Synopsis:

 Roshar, terre de pierres et de tempêtes. Des siècles ont passé depuis la chute des Chevaliers Radieux, mais leurs avatars, des épées et des armures mystiques qui transforment des hommes ordinaires en guerriers invincibles, sont toujours là.
Au cœur des Plaines Brisées, Kaladin lutte depuis dix ans dans une guerre insensée. Dalinar, le chef d’une des armées, est fasciné par un texte ancien, La Voie des rois. Au-delà de l’océan, la jeune Shallan apprend la magie et découvre certains secrets des Chevaliers Radieux…

Les personnages:

Sans trop spolier, on perd un des personnages qui m’avait vraiment intrigué dans le premier cycle et sur lequel je misai beaucoup dans son évolution…C’est dire à quel point, je suis attachée à tous les membres…J’en pleurerai presque, mais c’est comme ça, dans les romans fleuves, certains partent d’autres viennent, et c’est pour cela qu’on les adore autant, ces petits pavés…

Heureusement, notre héros charismatique Kaladin, prend encore une certaine lumière, malgré ses doutes, et un repos un peu forcé…

Dans ce tome ci, il y a enfin la rencontre entre tous les différents personnages-clefs…Leurs chemins les mènent enfin à un seul endroit, et je peux vous dire que ces rencontres ne manquent pas de charme et d’actions…

Ce que j’ai ressenti:…Un Radieux coup de cœur!

Cet endroit en vaut un autre, du moment qu’on est libres.

J’aimerai vous prendre par la main, et vous emmener à Roshar… J’ai fait le voyage en près de 800 pages, et je ne suis qu’à la moitié du périple et pourtant, j’aimerai te conter ses contrées venteuses, ses tempêtes de pluies, la poussière soulevées lors des combats épiques, les couleurs encore inédites qui dépasseront ton imagination…Mais si tu ne lances pas dans cette aventure incroyable, jamais tu ne pourras sentir la richesse des intrigues de cour, la puissance des duels d’épées, la magie qui se révèle dans ses endroits improbables, la beauté d’un monde Fantasy fascinant …

-Pour l’heure, vous n’êtes encore qu’une promesse, répondit Jasnah. Une chrysalide qui renferme un potentiel de grandeur.

Brandon Sanderson m’a encore piégée dans les recoins de son imaginaire, pour que je m’y perde avec bonheur et admiration…Le premier cycle s’était conclu sur cette ombre de Désolation, et ici, un mystérieux compte à rebours semble jeter une urgence supplémentaire dans les actions…J’aime beaucoup comment s’imbrique les feux des intrigues avec les différents points de vues des parties adverses. On voit évoluer nos personnages dans leurs quêtes, mais ce ne sont que des pièces du grand puzzle de ce royaume en proie au futur chaos, et c’est cela qui nous tient en haleine, d’avoir les tenants et aboutissements d’une micro-royauté avec toutes ses influences politiques et militaires.

Dans mon expérience, c’est par la parole que s’amorcent la plupart des changements.

Et ce qui me plaît par dessus tout dans son écriture, c’est que bien que nous soyons dans une grande aventure foisonnante et complexe de fantasy, l’auteur ouvre, (malgré les pluies torrentielles ^^ ) des portes sur des courants de pensées philosophiques et des fenêtres respectueuses sur l’Art sous toutes ses formes. Tout en étant pris dans les rebondissements des actions spectaculaires, on touche la grâce et notre esprit s’éveille sur la complexité des vérités et des mensonges…

La meilleure chance que je puisse leur donner, c’est de semer le chaos.

Et si Brandon Sanderson soigne aussi bien le cadre, l’intrigue, les personnages, force est de constater qu’il est aussi doué dans les menus détails…La moindre petite idée prend forme, naît dans un mouvement, prend de l’ampleur et devient une force dans son originalité…Je l’avais déjà dit, Syl est un coup de cœur!!! Elle est intangible, et pourtant la moindre de ses tirades est un plaisir, une petite douceur…Presque qu’une fée, une sprène qui m’enchante…La rencontre avec Motif est tout aussi charmante…J’aime particulièrement la naissance et l’évolution de ses êtres éthérés qui éclairent comme des petits cailloux scintillants, cette étendue de roches hantées par des monstres…

Qui se soucie de savoir comment nous sommes nés? Je suis capable de penser, ça me suffit.

Je pars donc confiante dans la suite de cette saga qui nous réserve, j’en suis certaine quelques autres bonnes surprises…La suite au prochain tome…

Moments préférés du livre:

  • La scène où l’Epine Noire se retrouve face à l’Assassin en Blanc. Un combat qui défit la loi de la gravité, et où on est juste suspendu aux effets des Fluxs…Magique!
  • L’éveil de l’autorité de Shallan et son désir de rencontrer le santhide. En croyant enfin en elle, elle se dépasse et touche de près l’impossible, voit la beauté…

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

Remerciements:

Je tiens à remercier Le Livre de Poche Imaginaire pour l’envoi de ce livre, ce fût une lecture passionnante!

lu-en-part-avec-la-me

bf6c8-le2blivre2bde2bpoche2bimaginaire

 

Port d’âmes, Lionel Davoust.

Couverture Port d'âmes

Pourquoi je l’ai choisi:

J’ai trouvé la couverture magnifique, et quand on lit ce roman, on s’aperçoit qu’elle colle parfaitement à l’histoire. Bravo aux éditions Folio, pour cette très jolie représentation!  Chaque fois que je la regardais, je partais dans un voyage brumeux…

Synopsis:

Rhuys ap Kaledán a été condamné, adolescent, à huit ans de servitude dans la Marine. À vingt-deux ans il est toujours en vie mais a tout perdu : sa demeure, sa famille, ses titres de noblesse… Lorsqu’il débarque à Aniagrad, la Cité franche, il a la tête pleine d’idéaux et est bien décidé à se faire un nom et, qui sait, à retrouver la place qui aurait dû être la sienne. Mais la cité du mensonge va vite le faire déchanter. S’il veut survivre, Rhuys devra faire bien des concessions et, même, prendre les prédateurs qui le chassent à leurs propres pièges.

Ce que j’ai ressenti:… un souffle enchanteur…

Aniagrad , ville marchande par excellence. Tout se négocie des plus infâmes talents aux plus retorses pouvoirs, de la plus grande douceur à la plus pure des intentions,  cette ville portuaire a une vie propre et un fonctionnement qui étourdissent les curieux. Doté d’une philosophie et d’une Administration qui régissent son fonctionnement, elle exerce une forte attraction sur les voyageurs qui arpentent ses ruelles sombres. Sans compter que la ville cache des Anges. Une attraction de plus…En somme, une ville aux mille dangers pour qui, ne respecte ses règles…

« L’existence aurait probablement été plus simple avec des ailes. »

Du plus petit mensonge au plus audacieux stratagème, notre héros a de quoi trembler pour sa vie. Manipulations, jeux de pouvoirs, investissements et politique, ce jeune homme en quête d’identité et de justice, va devoir jouer très serré avec tous ses Prédateurs qui rôdent et tiennent la main mise sur sa bourse. J’ai beaucoup apprécié l’évolution de Ruys, de sa naïveté il en ressort grandit, grâce à son idéalisme. C’est un héros, plaisant à suivre, car au centre de toutes sortes d’attentions, mais aussi en proie à ces plus intimes épreuves personnelles. Entre ombres et lumière, désir et réalité, ce héros tient toute notre attention grâce à cette imbrication de faits et d’émotions.

« La liberté livrée à elle-même finit toujours par se dévorer toute seule. »

Port d’âmes, rien que le titre emmène de la poésie, une ouverture vers la beauté et une énigmatique quête de l’esprit…Et c’est bien là, ce que je retiens essentiellement de cette lecture: une enivrante plongée nébuleuse et vaporeuse que j’ai adoré emprunter avec la Vendeuse et Rhuys, dans cet échange très particulier. Tout le charme et le mystère du Transfert, m’ont laissé une forte impression, j’étais friande de tous ses fragments déposés dans ses lignes, voulant aussi les adopter, les faire miens, pour mieux vous convaincre de vous laisser guider par cette bien trop généreuse offre…Valeur inestimable et instant suspendu, on est presque du domaine de la méditation, comme une parenthèse de rêverie au milieu du chaos et de la corruption, c’est juste saisissant, ces petites touches de magie, cette douceur du souvenir, cette poétique vibration…

Peut-être était-ce là la première leçon du Transfert: chaque histoire était unique.

Entre l’effet dynamique de ses jeux de pouvoirs, et cette ouverture mystique sur une nouvelle méthode d’échanges, Port d’âmes possède beaucoup d’atouts pour porter durant ses 600 pages, toute notre âme d’enfant en soif d’aventures et de nouveaux horizons, grâce à la plume très inspirée de cet auteur…

« J’ai parlé à la nuit et la nuit m’a répondu. »

Ma note Plaisir de Lecture  8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement les éditions Folio SF, pour l’envoi de ce livre! Ce fut une lecture envoûtante!

La voie des rois 2, Brandon Sanderson.

Couverture Les archives de Roshar, tome 2 : La voie des rois, partie 2

Pourquoi je l’ai choisi:

Etant donné le coup de cœur pour le tome 1, et comme il s’arrête en plein milieu du développement , il est évident que cette suite était prévue au programme!

Synopsis:

« Je me souviens des jours avant l’Ultime Désolation. Avant que les Hérauts ne nous abandonnent, et que les Chevaliers Radieux se retournent contre nous. Des jours où la magie était encore de ce monde, et l’honneur dans le coeur des hommes. Aujourd’hui nous surveillons quatre personnes. Le premier est un chirurgien qui est devenu soldat dans une guerre brutale. Le deuxième est un assassin qui pleure en tuant. La troisième est une jeune femme dont la robe d’étudiante abrite un coeur de voleuse et de traîtresse. Le dernier est un prince dont les yeux se sont ouverts sur le passé, tandis que son appétit pour la guerre décroît. Le monde changera. La magie des anciens jours sera de nouveau la nôtre. Ces quatre personnes sont la clé. L’un d’entre eux nous aidera. Et l’un d’entre eux nous détruira. »

Ce que j’ai ressenti:…La voie été déjà ouverte vers le Coup de Cœur, il se confirme avec ce tome 2…

« Une histoire ne vit pas tant qu’elle n’a pas été imaginée dans l’esprit de quelqu’un. »

Et autant vous dire que cette histoire est encore en train de vivre dans mon esprit, que les Sprènes jouent encore dans mon imaginaire, que j’ai encore l’éclat vivace de ce personnage si charismatique, Kaladin. Il me faut de toute urgence la suite, car bien sûr, le cliffhanger est beaucoup trop puissant, et je meurs d’envie de savoir la suite…C’est euphorisant ce besoin de vouloir à tout prix lire le prochain tome, bien que ce soit des petits pavés, mais rien qu’en ouvrant ses pages, on est pris dans un tourbillon d’actions, de stratégies et de magie, qui fait que le temps de cette lecture, on est juste hors du temps, tout comme dans les visions de Dalinar, et on admire le spectacle qui se déroule devant nos yeux…

« Le monde entier n’était qu’une pustule d’un vert écœurant, infestée de corruption. »

Bien sûr ce tome 2, est plus dans l’action! Les bases ont été posées dans le tome 1, donc La voie des Rois 2, c’est un déferlement de rebondissements, qui sont autant dans les trahisons que dans des actions d’honneur. Chacun des personnages suit sa voie et leurs chemins remplis d’embûches, mais tous se révèlent enfin, assument leurs valeurs. Kaladin confirme sa place de leader mais un autre sort clairement son épée du jeu dans ce tome ci, et je l’ai adoré tout autant: Dalinar. Shallan et Jasnah en apprenne toujours plus sur l’une et l’autre, tout autant qu’en savoir, et Malice m’a encore régalée de son apparition. Bref, j’aime leur évolution et cette manière d’être des héros dans leur urgence…

« Je refuse de rester planté là tandis que des hommes meurent derrière moi. Nous devons être meilleurs que ça! Nous ne pouvons détourner le regard et faire semblant de ne rien voir. »

L’ombre de la Désolation ajoute à l’ambiance sombre de ce royaume en pleine transformation. Le chaos se fait plus pressant, les enjeux politiques plus énergiques, les alliances plus fortes étant donné la menace qui pointe à l’horizon…La frontière entre le Bien et le Mal devient plus floue et seul, un nouveau guide pourra rétablir l’ordre dans ce monde où tous les coups sont permis. Est-ce le Livre des Radieux qui ralliera les peuples de Roshar? Est-ce que la Voie des Rois sera la réponse à leurs inquiétudes? Tant de questions encore passionnantes à découvrir…

« Parfois, il leur donnait espoir, mais qu’était l’espoir sinon une autre façon d’échouer? Combien de fois un homme pouvait-il tomber avant de ne plus se relever? « 

J’ai pris énormément de plaisir à lire ses 2000 pages, à découvrir un monde réinventé par Brandon Sanderson. Si c’est un coup de cœur, c’est parce que La Voie des Rois valorise l’Honneur, ouvre de jolies portes de réflexions sur la Foi et la Religion, véhicule du respect pour toute forme de Création… L’auteur nous livre en plus, des actions grandioses ainsi que de mini instants magiques et humains qui rendent chaque page, enivrantes…Gros coup de cœur pour cette saga!

« A quoi bon faire le bien si ça ne sert qu’à créer davantage de mal? »

« -L’argent est à la racine de toute guerre, poursuivit Au-nak. La religion n’est qu’un prétexte. Ou peut-être une justification. »

Meilleurs moments du livre:

  • La rencontre entre Malice et Kaladin et que celui ci lui raconte une histoire tout en jouant de la flûte. Un instant de grâce et de poésie dans ce passage. Quand la magie du conte se mélange à l’art de la musique, cela nous donne un magnifique moment de lecture.
  • L’œuvre d’Art et de prière de Navani: une grande place et un profond respect pour l’artistique sont présent dans ce roman. C’est très agréable à lire!

« L’art était une question de création. C’était son âme, son essence. L’ordre et la création. On prenait quelque chose de désorganisé-une tache d’encre, une page blanche- et l’on s’en servait pour bâtir quelque chose. A partir de rien. L’âme de la création. »

Ma note de Plaisir de Lecture  10/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement les Editions Le Livre de Poche Imaginaire pour leur confiance et l’envoi de ce livre! Je me suis régalée à suivre les aventures de Brandon Sanderson, et je n’ai qu’une envie me plonger dans Le livre des Radieux!!!

Accueil

 

Previous Older Entries

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 201 autres abonnés