La voie des rois, Tome 1, Brandon Sanderson.

Couverture Les archives de Roshar, tome 1 : La voie des rois, partie 1

Les archives de Roshar

Pourquoi je l’ai choisi:

C’est le mois Brandon Sanderson chez Le livre de Poche Imaginaire. L’occasion de découvrir un auteur talentueux!

Synopsis:

Roshar, terre de pierres et de tempêtes. Des siècles ont passé depuis la chute des Chevaliers Radieux, mais leurs avatars, des épées et des armures mystiques qui transforment des hommes ordinaires en guerriers invincibles, sont toujours là.
Au cœur des Plaines Brisées, Kaladin lutte depuis dix ans dans une guerre insensée. Dalinar, le chef d’une des armées, est fasciné par un texte ancien, La Voie des rois. Au-delà de l’océan, la jeune Shallan apprend la magie et découvre certains secrets des Chevaliers Radieux…
Avec des romans vendus à plus de cinq millions d’exemplaires dans le monde, récompensés par de nombreux prix et comparés à ceux de G.R.R. Martin (Le Trône de fer) et de Robert Jordan (La Roue du Temps), Brandon Sanderson est un auteur phare de sa génération. La Voie des rois ouvre avec brio sa nouvelle saga-événement.

Les personnages:

Kaladin a un grand charisme, portant autant le pont que ses hommes, il a toute mon attention , et bien sur, ma préférence, car on espère que du fin fond du gouffre d’où il vient, il devienne plus grand que certains Princes….

« -On ne peut pas mettre de prix sur la vie des gens. »

Shallan, intrigante jeune femme, qui s’associe à une autre femme tout aussi mystérieuse, Jasnah. Elles ont le « beau rôle » entre ce qu’elles sont puissantes, et pleines de savoir…

Dalinar : Haut-Prince à l’esprit torturé, il essaye de combattre avec ses fils pour acquérir toujours plus de richesses et de terres, mais ses visions ne lui laissent que peu de répit. Son intuition d’Union est très forte, mais rien ne semble lui donner raison…

Syl, c’est la touche féerique, c’est ma petite chouchou de l’histoire, la Sprène qui essaye de comprendre les hommes…

« -Les gens sont la discorde, déclara Syl. »

Malice, j’ai toujours aimé les fous du roi…Et celui ci, est vraiment génial avec ses jeux d’esprits, sa manière de provoquer, son intelligence beaucoup plus grande qu’il n’y parait…

Ce que j’ai ressenti:…Une voie vers le Coup de Coeur…

« Ne te contente pas des rêves mesquins des autres hommes. »

20 ans d’écriture pour cette histoire et près de 2000 pages, ça force le respect. Surtout que Brandon Sanderson réinvente tout, dans Roshar, même la couleur du vin…Dans ce tome 1, nous voilà avec un petit pavé de 1000 pages, et un grand roman épique…

Chaque personnage est intéressant à suivre: ils ont tous comme une urgence à vivre, une désespérance dans leurs actions, un magnétisme intense qui nous donne mille émotions diverses. Les suivre, c’est se confronter à tout une expérience de vie, et différentes façons de penser…On suit autant les Princes, que les plus insignifiants hommes, les érudites autant que les plus vils assassins. Tout tourne autour d’un Roi assassiné, sa politique et son royaume laissé en plein chaos… Finalement, on pressent la richesse d’un ancien monde mais aussi, celui en devenir dans les regards de ces personnages: on en ressent chaque inspiration, chaque souffrance, autant que leurs espérances…Flashs-backs et Présent actif, rendent ce récit captivant!

« Agissez avec honneur, et l’honneur vous aidera. »

Un roman de Capes et d’épées, où l’honneur est le mot d’ordre et où les personnages sont tous plus intéressants les uns que les autres, voilà tout un beau programme de lecture! Je ne vous dis pas comme il est bon de lire des scènes de combats où le sang ne coule pas, où les monstres s’invitent dans les lieux sombres, où les stratégies se jouent sur les champs de batailles immenses. La magie s’invite aussi dans ses pages ce qui rend d’autant plus fabuleux, le moment, et finalement on ressort de cette lecture, des étoiles pleins les yeux, le cœur palpitant, et déjà avide de lire le prochain tome, car malgré l’épaisseur du livre, on est finalement qu’au milieu de l’action…C’est un fort roman de Fantasy, où tous les bons ingrédients sont réunis, mais comme tout bonne chose se mérite, il faudra prendre le temps de découvrir tout le folklore et les coutumes, pour mieux en apprécier l’inestimable richesse et complexité de cette saga…

« Toutes les guerres sont des jeux. le meilleur jeu qui soit, où les pièces perdues sont des vies véritables, où les trophées valent une véritable fortune! C’est là l’existence à laquelle aspirent les hommes. Se battre, tuer, gagner. »

Je trouve que l’auteur a su rendre son histoire très attrayante de par la construction de son intrigue, mais aussi la force de ses petits détails. Par exemple, je suis totalement sous le charme des Sprènes. Je visualise parfaitement ses menues apparitions. Après la grandeur de ses guerres à l’arme blanche, sont époustouflantes. Les lieux battus par les vents et les tempêtes ravageuses, ajoutent encore à l’épaisseur de cette ambiance à couper à l’épée…Quand on rentre dans cet univers, il est incroyablement difficile d’en sortir! On est pris dans les actions, les tourments intérieurs des personnages, la beauté réinventée de ses terres hostiles. Minutieusement conté, l’auteur gère d’une main de maître, son milieu, en y mettant de très belles valeurs en avant!

« Il n’y a aucun profit à tirer de la paix. »

Je finis donc ce premier tome, en totale euphorie et très curieuse de découvrir les secrets qui se cache derrière :Porte-Eclat, Lames, Voie des rois, Cœur de-Gemme, Spiricante, Fulgiflamme…Encore donc de belles heures d’aventures que je vais m’empresser de découvrir! Vite le Tome 2!!!!!

Meilleurs moments du livre:

  • La scène Dix battements de cœur. Cette bataille contre le démon des gouffres est sensationnelle, autant au niveau visuel que émotionnel. On est totalement hypnotisé par cet instant de fureur et, synchroniser cette lutte à coup de pulsions organiques, rend un effet encore plus viscéral!
  • Les illustrations: J’ai adoré trouver au détour des pages, et même en début de chaque chapitre, ces dessins. Elles apportent encore du « plus », à la qualité de l’ouvrage.

Ma note Plaisir de Lecture  10/10

Remerciements:

Je tiens à remercier Le livre de Poche Imaginaire pour l’envoi de ce livre! Ce fût une lecture palpitante!

 

 

Accueil

 

 

Les Geôliers, Serge Brussolo.

Couverture Les geôliers

Pourquoi je l’ai choisi:

J’ai trouvé la couverture superbe, et assez inquiétante pour vouloir à tout prix savoir ce qui se cachait derrière cette forêt!

Synopsis:

Il y a quinze ans, Debbie Fevertown s’échappait de Dipton après avoir tué sans pitié son mari et ses deux fils. Aujourd’hui, Jillian Caine est engagée par le réalisateur Dieter Jürgen pour écrire le scénario d’un biopic retraçant la vie de la meurtrière. Jill rencontre des gens qui ont connu Debbie et ont partagé son quotidien, se rend sur les lieux du crime et découvre que la réalité n’est peut-être pas celle que les médias ont décrite à l’époque. Quels mystères recèle l’étrange ville de Dipton ? Que cache ce culte insolite dédié aux arbres ? Et qui sont ces mystérieux gardiens que l’on nomme – à voix basse – les Geôliers ?

Ce que j’ai ressenti:…Une autre façon de regarder la végétation…

« Je ne suis pas expert en botanique, mais je suis sûr d’un truc, des arbres comme ça, j’en ai jamais vu nulle part. »

S’il vous prend l’envie de vous promener en forêt, et pour une quelconque raison, vous apercevez un chêne au feuillage noir: Fuyez à toutes jambes… Courrez de toutes vos forces vers la lumière, car il se pourrait que cet arbre soit un éclaireur de Dipton. Et dans ce village, qui fleure l’obscurantisme, règne un secret ancestral gardé par des Geôliers, qui prennent leur mission, fanatiquement, au sérieux…

« Les gens en ont marre du factice, ils veulent qu’on leur montre la vérité. »

Les Geôliers, C’est:

  •   Un thriller qui se transforme en science-fiction. Par un talent magique, Serge Brussolo emmène son roman vers des frontières inconnues, dangereuses, oniriques, spectaculaires. Il métamorphose l’horreur en bataille ultime surréaliste, il construit une intrigue tentaculaire qui prend racine aux origines du monde, il jongle avec les codes pour époustoufler ses lecteurs. C’est incroyable cette force d’imagination d’une scène d’accroche haletante, l’auteur nous entraîne dans des méandres d’une intrigue noire et profonde, à l’image des racines de ses arbres…Fascinant!
  •  De fabuleux personnages à découvrir. Du cinéaste fantasque à une scénariste aux abois, en passant par une tueuse redoutable, l’aventure promet d’être mouvementée! Chaque nouvelle rencontre est surprenante! Ce qui semblait superficiel, prend peu à peu consistance, nous entraîne plus loin vers la connaissance des comportements humains, et l’inévitable déviance qui en découle…Passionnant!
  • Une ambiance sensationnelle, où la peur vous saisit à chaque coin de pages, ou peut être même, derrière l’arbre centenaire, qui se plante là, avec ses racines envahissantes. Elle vous étreint cette atmosphère de mystères, et vous fait perdre la notion de réalité. Il règne comme une sombre apesanteur irrespirable, malgré la chlorophylle de ses géants chênes verts, que vous risqueriez presque de finir absorber comme le dioxyde de carbone lors de la future photosynthèse….Hypnotique!
  • Une super lecture, et puis c’est tout! Un véritable maelström d’émotions vous attends dans ce superbe Inédit de Folio SF,  et vous auriez tort de vous priver de découvrir la folle aventure, qui se cache derrière Les Geôliers…

« Tu voulais toucher l’impossible du doigt. Un besoin impérieux. »

C’est le tout premier Serge Brussolo que je lis, et je dois dire que la rencontre avec sa plume fut une très agréable surprise! Ce thriller fantastique était tellement fascinant, que je suis certaine d’en lire d’autres très prochainement, mais en attendant, je vous invite fortement à découvrir cette lecture envoûtante…

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

 

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Les Editions Folio SF, pour l’envoi de ce livre! Merci infiniment de leur confiance !

Montérégia, Benjamin Faucon

Couverture Montérégia, tome 1 : Le dompteur de griffons

Pourquoi je l’ai choisi:

L’auteur en faisait une description rapide et accrocheuse sur son Instagram, et je me suis dit que cette saga pourrait vraiment me plaire, au vu de ce qu’il présentait…Vous pouvez retrouver ICI son site officiel qui vous laissera voir un peu de son univers…J’aimerai bien me pencher un de ses 4′, sur ce qu’il fait en thriller….

Synopsis:

Et si l’aventure la plus folle qui soit commençait par la découverte d’un livre ?
C’est l’expérience que vit Mathis le jour où il met la main sur un étrange ouvrage. Projeté en compagnie de Zachary, un médium aussi loufoque que mystérieux, dans un monde sorti tout droit de l’imagination du célèbre inventeur et artiste Léonard de Vinci, le jeune garçon vit une série d’aventures où la magie, les aéronefs et les monstres volants en tous genres se côtoient.
Mais sera-t-il prêt à affronter ce mal terrifiant qui s’étend dans ce monde à l’apparence si parfaite ?

Les personnages:

Mathis est un enfant qui va être transporté malgré lui, dans un univers totalement différent de sa misère actuelle. Echapper par un concours de circonstance à son quotidien triste, n’est ce pas le rêve de tout enfant??? Il est tout choupi ce gosse, avec sa naïveté….

Zachary, c’est sans doute le personnage le plus intéressant, puisque un poil magique, un brin déjanté…

« Cette montre n’est pas un simple objet permettant de connaître l’heure. Il s’agit de quelque chose de plus grand, de magique! s’enflamma Zachary. Cette aiguille va changer votre vie au moment où elle s’arrêtera. »

Ce que j’ai ressenti:…Une douce aventure…

« A présent, la nuit étendait son tapis étoilé dans un ciel éclatant. Les étoiles en quantité pharaonique brillaient de mille feux, tandis que le ballet aérien des ballons avait cessé pour laisser le champ libre aux dragons et autres bêtes fabuleuses. »

Ce titre, c’est une invitation à découvrir la Montérégie, région du Québec. Montérégia, c’est un monde Jeunesse, empreint de Steampunk, où il est possible de croiser Léonard de Vinci, des griffons et des dragons…C’est une histoire qui ne manque pas de rythme et qui donnera aux jeunes aventuriers, des envies de nouveaux mondes, de magie mystérieuse, et de rencontres fortuites. C’est l’été et on rêve tous de partir toujours plus loin, dans un ailleurs divertissant…

« Ce livre serait une porte vers un avenir radieux, une échappatoire à la morosité quotidienne. »

Fermez les yeux et empruntez ce chemin dans un passé réinventé, un Moyen-Age différent, où les machines volantes ont pris possession du ciel, ou la science côtoie l’imagination la plus loufoque…Et si en plus, c’est fait à dos de griffons, est ce que ce voyage ne vous tenterait pas d’autant plus???!!!

« -Bravo mon jeune ami! Tu as choisi l’aventure! »

Je suis vraiment curieuse de voir ce que donnera la suite des aventures de ce petit jeune car ce premier tome est certes prenant, plein de jolies choses, mais peut être un peu court… J’espère que l’univers va se densifier, et que toutes nos questions trouveront réponses dans la suite, mais tout laisse à penser que l’auteur ne manque pas de ressources et nous réserve de belles surprises…Très impatiente de voir venir la légende de la Babayaga…

En bref, un petit livre Jeunesse , premier tome énergique, qui laisse présager de sympathiques aventures…

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 7/10

 

Fées dans la ville, Collectif

Couverture Fées dans la ville

Pourquoi je l’ai choisi:

Rien que ce titre, il est intriguant, et laisse présager une sympathique revisite du mythe ailé!

Synopsis:

Cachées dans les gouttières, les pots de fleurs, les lézardes des murs… les fées partagent discrètement avec nous les villes, tantôt ravies, tantôt désespérées de l’agitation des hommes. rnrnHuit auteurs ont parcouru les rues pavées pour les débusquer, elles et leurs compagnons du petit peuple.Un recueil de fantasy urbaine, dans l’imaginaire des cités.

Ce que j’ai ressenti:

Les fées se nourriraient-elles de la poésie de la nuit urbaine, du gris métallique des pavés, de ces moments de solitude extatique que seuls les citadins connaissent, de cette impression d’infini dans des rues aux immeubles tellement hauts qu’il faut trouver des buttes pour voir le ciel? (Anne Fakhouri ).

Enfin, j’ai trouvé un recueil de nouvelles qui m’a enthousiasmée, charmée, émue! Enfin….Et bien dis donc, c’est pas trop tôt!!!!! Souvent, je reste sur ma faim avec les nouvelles, car leur format très court, m’empêche de ressentir pleinement les émotions: ici ce n’est pas le cas! Je vais le garder bien précieusement, et me dire que j’ai bien fait de poursuivre dans ce genre de lectures!

Parce qu’il est complètement décalé, et hautement inspiré, parce que les fées qu’on trouve ici, sont inattendues, et surtout parce que cette réunion d’auteurs de talents sont regroupés dans cette anthologie, la magie opère…

J’ai aimé l’originalité de ses textes, leurs forces, leurs engagements. Les fées dans la ville, ont leur pouvoir certain, n’en doutez plus, même entourée de grisaille, elles savent faire naitre un petit coté enchanteur. Le gros point positif de cette lecture, c’est leur touche vivante de contemporain, on se prend en pleine poire nos problèmes de sociétés, on souffre de voir dans l’intelligence de ces écrits, les dangers criants d’aujourd’hui…

  • Magie Verte, Jack Vance, nous emmène dans un monde parallèle où l’intelligence et le savoir sont infinis. Cette plongée ne se fera pas sans conséquence, mais cette virée, pourrait être plus enrichissante et au delà même de ce qu’un humain peut supporter…
  • Le Mur des Lilas, Tony ‘Nym’ Robillard nous fait prendre conscience que la Magie protège ses portes, même en milieu urbain. Ce n’est pas parce que le macadam l’entoure qu’elle veut y perdre tout son charme!
  • A la croisée, Eric Holstein, c’est souvent aux carrefours, que joue le destin, mais surtout les acteurs de la vie aux dents carnassières.
    —-} J’ai adoré celle ci, car il y a une atmosphère tenace et envoutante, et j’en ai eu les larmes aux yeux sur la fin…
  • Le sceau d’Alphonse, Jeanne-A- Débats nous ouvrira sur un monde de superstitions et de dieux vengeurs, avec pour décor une décharge. Ce mix nous donne un fantastique conte ou magie et urbanisme font un ménage en couches culotte.
    —-}Magique!
  • L’histoire commence à Falloujah, Karim Berrouka, Un Djinn qui apparait au milieu des décombres en temps de guerre. De la noirceur et des cendres nait la poésie et la compassion.
    —-}Superbe!!!!Gros coup de cœur pour celle ci!
  • J’veux un dragon, Olivier Getcher, on est loin des fées, mais pas de la féerie! Ce dragon incroyable né d’un vœu d’une enfant aura une existence un peu spéciale, autant que sa nourriture.
  • La fée du miroir, Marie-Lé Camillle, cette fée là, est loin d’être elfique, et pourtant, elle protège de sa magie, cette petite fille des mauvais filets.
    —-} Dérangeante et triste, mais j’ai aimé l’originalité du texte et sa fée!
  • Fée des râles, Laurent Fetis, une envolée marrante entre fée et poudre.

En bref, je les ai toutes aimé ces nouvelles, mais celles que j’ai commenté après les flèches auront ma préférence dans cette belle anthologie.

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 9/10

image1

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Charlotte Volper des éditions ActuSF pour l’envoi de ce livre! Merci de leur confiance!

lu-en-part-avec-la-me

gptWwC9J_400x400

Fées, Weed et Guillotines, Karim Berrouka

Couverture Fées, weed et guillotines

Pourquoi je l’ai choisi:

J’adore les titres en trois mots! Ceux là, en particulier, ont éveillé ma curiosité par leur improbable trio!

Synopsis:

La dernière fois que Jaspucine a mis un pied dans le monde des hommes, elle en a littéralement perdu la tête : la Révolution française n’a pas été une période très profitable pour les créatures féeriques. Sauf pour Zhellébore, l’enfoirée qui l’a envoyée à l’échafaud. La vengeance étant un plat qui se mange froid, Jaspucine est bien décidée à retrouver la traîtresse. Même si pour cela elle doit s’attacher les services d’un détective. Mais à force de remuer ciel et terre, c’est sur une conspiration bien plus grande que la fée et l’enquêteur vont tomber.

Les personnages:

Jaspucine, déjà je suis fan du prénom, mais encore plus de la personnalité de cette fée! J’en ai tout adoré d’elle, de son apparence d’un violine à toute épreuve en passant par sa haute éloquence désopilante! Coup de cœur pour ce personnage si réussi, une fée qui ne manque pas de charme assurément! Tour à tour charmeuse et véhémente, on se surprend à adorer ses douces crises de nerfs…

« Jaspucine tourne en rond, retrouvant ses humeurs massacrantes et ses envies de baffer l’humanité toute entière. »

Marc-Aurèle, un détective féru d’aventures et allant au devant des yeux doux des damoiselles, avant même de se poser la question de l’argent… Mais quel homme! (Ca n’existe que dans les livres, c’est ça?!!!!Dommage….).

Premier de la Classe ajoute avec ses interventions, d’excellents moments de dialogue!

« L’étrangeté n’existe que par son incapacité à s’inscrire dans un schéma logique. Il suffit de trouver la clef qui la fait entrer dans la rationalité, et elle en perd toute sa particularité. »

Ce que j’ai ressenti:…Une drôle d’enquête féerique!  

Déjanté!

C’est le mot qui me vient à l’esprit immédiatement pour vous parler de ce livre! Le style, l’écriture, le moment: totalement déjanté! Sur les 100 premières pages, j’étais déjà addict! C’est vrai que le mélange Polar à la sauce féérique avait de grandes chances de me plaire, mais ce premier tiers de livre, il avait une botte secrète: l’humour. Et comment vous dire, quand on y est sensible, (et ce n’est pas forcément une évidence, surtout chez moi…), la magie opère! Jeux de mots, réparties cinglantes, situations cocasses, tout y mené d’une main de maitre pour passer un super moment de lecture! Je ne crois pas avoir jamais autant ri à la lecture d’un livre, et ça c’est assez rare pour le souligner! Ce qui m’a le plus plu, c’est le coté irrévérencieux des fées, elles sont ignoblement marrantes, à s’envoyer des noms d’oiseaux à la figure, à chambouler les pauvres humains qui leur vienne en aide, à user de tous les subterfuges pour arriver à leurs fins.

« Abjecte saloperie, infâme nuisible, souillure immonde! Je te le promets, un jour nous lui mettrons le compteur de ses prétentions à zéro, nous lui sculpterons les bas-reliefs du tympan de Notre-Dame à coups de genoux dans sa dentition de larve ambulante. Nous l’écorcherons vif devant les membres débiles de son clan, nous l’étriperons, nous en ferons de la charpie, de la bouillie, que ses petits camarades comprennent qu’il existe des choses sacrées, et que les fées en font parties. Notre vengeance sera aussi belle qu’était notre amitié! Parole de fée! « 

Ce livre a un petit coté Polar à l’ancienne doublé d’une Fantasy ultra contemporaine! L’auteur a le chic de non seulement nous donner le sourire à quasiment toutes les pages, mais de nous offrir une histoire pleine de fraicheur, ou actions et féérie se marie à merveille. Il y a une bonne dose de totale folie imaginaire dans une intrigue maitrisée, un polar réinventé qui nous souffle de la bonne humeur. On s’aperçoit que baguette magique et chapeau pointu font bon ménage avec imper’ et borsalino!

Parce que c’est totalement fun avec ses Fées pour le moins « barrées complet », parce que c’est un brin perché surtout avec cette utilisation de la Weed, et parce qu’il y a cette originalité de remettre au goût du jour la Révolution française et de revoir la Guillotine, sombre instrument de torture de notre pays, on peut dire que l’auteur ne manque pas d’imagination, et surtout de talent d’écriture pour nous donner un moment de détente,  où zygomatiques et traits d’esprits sont un cocktail  de bonheur!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 9/10

 

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Charlotte Volper des Editions ActuSf pour l’envoi de ce livre! Merci de sa confiance! Cette lecture fut un véritable moment de plaisir!

 

lu-en-part-avec-la-me

gptWwC9J_400x400

image1

American Fays, Anne Fakhouri, Xavier Dollo [LC avec Cannibal Lecteur ].

Couverture American Fays

Pourquoi je l’ai choisi:

Je connaissais déjà l’écriture de Anne Fakhouri et j’avais adoré son univers… Donc au vu du thème et de mon challenge Printemps Elfique, je me suis laissée séduire par cette lecture, mais le lire en LC avec ma binômette, c’est forcement doubler le plaisir!

Synopsis:

Ce Chicago de 1925 a tout du chaudron prêt à exploser ! Entre les Leprechauns mouillés dans la fabrication de faux billets et les gangs qui s’activent en coulisses pour s’emparer des marchés de l’alcool et des speakeasies, autant dire qu’il y a de l’orage dans l’air. Et tandis qu’Al Capone tente de retrouver son influence sur la ville, voilà que des Drys, farouches partisans de la Prohibition, sont atrocement assassinés.
Scarface devient, aux yeux des autorités, le suspect idéal. Furieux et persuadé que les Fays sont dans le coup, il charge une bande de chasseurs de Fays, les No Ears Four, de débusquer les véritables coupables.
Pour Old Odd et son équipe, les ennuis ne font que commencer. Contraints de plonger dans les entrailles d’une ville corrompue et en proie aux guerres des gangs, les quatre nettoyeurs ont intérêt à se serrer les coudes s’ils veulent survivre à la tempête qui s’annonce. Car, quand la Fayrie est impliquée, mieux vaut ne pas trop traîner dans l’œil du cyclone !

Les personnages:

Le No Ears Fours est un quatuor à la solde de Al Capone (rien que ça!!!), il se spécialise dans le démantèlement des pratiques illégales fayriques. Ces quatre anti-héros sont tour à tour charmants autant qu’impitoyables, et on se palit à suivre cette équipe pas comme les autres.

Ce que j’ai ressenti:…Un fayrique plaisir de lecture!!!

« La vie pulsait à Chicago, la vie bruissait. A la lumière comme dans l’ombre. »

Je ne crois pas avoir lu un roman de ce genre, aussi loufoque et féérique! Il a vraiment quelque chose de particulier, il a une force, ce roman, la force de l’imaginaire! Une fois, que le décor est posé, on est emporté entre douce folie et mafia infiltrée, et c’est ce mélange qui détonne, pour notre plus grand plaisir!

J’ai adoré retrouvé tout l’univers elfique, croiser au détour d’une rue, des Fays vengeresses, des Pixies en mode tendus, des Leprechauns en trafiquants de monnaie, des Faunes énervés et bien sur Mab,  Reine de ce Peuple, aux pouvoirs extraordinaires. J’ai vraiment accrochée à cette touche de férie qui donne un coté décalé et magique à cette histoire mais, plus que tout, j’ai trouvé un vrai travail d’investissement,de vocabulaire et de champs lexicaux propres à cet univers, qui donne de jolis jeux de mots! Les auteurs s’en sont donné à cœur joie pour intégrer le fantastique dans ce Chicago revisité, et la sauce prend, car ils y croient et nous le retransmette à merveille!

Mais nous n’avons pas seulement, la douceur des contes de fays, dans ce roman, mais bien toute la violence des hommes, et ce qui se faisait de pire à cette époque dans un Chicago en pleine Prohibition: racisme, misogynie, meurtres, dessous de tables, stratégies politiques, corruption…Autant vous assurer, que l’ennui n’est pas de ses pages, ni pour le lecteur, ni pour la police!!!!

En bref, j’ai aimé ce mélange atypique, je me suis laissée séduire autant par la féérie que par cette ville riche en histoire. Le petit coté cinématographique de certaines scènes et les différentes références qui lui rendent hommage, l’originalité de ce mix rend l’ensemble, complètement addictif! Un feu d’artifice d’émotions, de magie et de clins d’œil dosés avec soin, en font pour moi un coup de cœur!

Meilleurs moments du livre:

  • A un moment, nos quatre compères se retrouvent acteurs dans des contes! J’ai adoré cette revisite! Elle est originale et plein de pep’s!
  • Avant même d’ouvrir ses pages, je crois que le voyage commence avec la couverture. Non seulement, elle est magnifique, mais en fait, c’est le livre-objet qui est une véritable invitation à se caler, et à découvrir ses mystères. Bravo à la maison d’éditions Critic, qui nous offre un beau cadeau, un livre de qualité autant en intérieur que dans son apparence !

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

 

Titre : American Fays

Auteurs : Anne Fakhouri & Xavier Dollo
Édition : Critic

Résumé :
Ce Chicago de 1925 a tout du chaudron prêt à exploser ! Entre les Leprechauns mouillés dans la fabrication de faux billets et les gangs qui s’activent en coulisses pour s’emparer des marchés de l’alcool et des speakeasies, autant dire qu’il y a de l’orage dans l’air.

Et tandis qu’Al Capone tente de retrouver son influence sur la ville, voilà que des Drys, farouches partisans de la Prohibition, sont atrocement assassinés.

Scarface devient, aux yeux des autorités, le suspect idéal. Furieux et persuadé que les Fays sont dans le coup, il charge une bande de chasseurs de Fays, les No Ears Four, de débusquer les véritables coupables.

Pour Old Odd et son équipe, les ennuis ne font que commencer. Contraints de plonger dans les entrailles d’une ville corrompue et en proie aux guerres des gangs, les quatre nettoyeurs ont intérêt à se serrer les coudes s’ils veulent survivre à la tempête qui s’annonce.

Car, quand la Fayrie est impliquée, mieux vaut ne pas trop traîner dans l’œil du cyclone !

Critique de Cannibal Lecteur:
Chicago, 1925, époque de la prohibition et du truand Al Capone, le tout mis à la sauce fayrique… De qui appâter la lectrice que je suis.

En me proposant un univers connu mais décalé car rempli de fays, de Leprechauns, de vouivres, de pixies, de sirènes, de nymphes, de trolls, de faunes et autres créatures issues du même biotope, les auteurs ont réussi leur mission de me divertir.

En faisant évoluer le lecteur dans le monde des truands et plus particulièrement du quatuor chasseurs de fays travaillant pour Al Capone – les “No Ears Four” – les auteurs ont fait en sorte de nous présenter et de nous faire apprécier un groupe d’anti-héros.

Old Odd, le chef bourru et détecteur de Fays grâce à son allergie; Bulldog, le garde du corps obtus au cerveau aux abonnés absents; Jack The Crap, l’assassin sans peur et sans remords et le bellâtre Vincent Bixente Demons (Bix), spécialiste de la question fayrique, trompettiste de talent et doux rêveur. Bix sera mon chouchou…

Quant aux femmes, dans ce roman, elles ne sont pas en reste car elles ont soit le rôle de tenancière d’un café-bar-bordel, telle Jude ou bien de putes, ou bien de nièce de la tenancière en la personne de Rachel, la beauté fatale.

L’ambiance dans les pages est imbibée d’alcool de contrebande, de faux billets, de “mise au poing” par Bulldog envers ceux qui pourrait faire de l’ombre ou piquer du business à Capone, de morts violentes, de créatures fayriques  et d’une enquête de nos 4 gars afin de blanchir, non pas du fric, mais leur boss Capone !

Niveau action, on n’est pas volé, ça court, ça enquête, ça se cogne, c’est rempli de bourre-pifs, d’armes à feu, on se poignarde, on magouille, on truande, on trucide, on mitraille, “on liquide et on s’en va” (comme disait San-Antonio), il y a une belle dose de morts mystérieuses et une enquête afin de trouver qui les a tué, tous ces cadavres.

Point de vue des dialogues, ils sont passé à la poussière humoristique car il m’est arrivé de sourire devant des réactions ou des paroles d’un Bulldog ou les bons mots du chef de la bande, Old Odd. De plus, du jazz et de l’amûûr se glissent aussi entre les pages.

Là, vous vous dites qu’il doit y avoir un “mais” qui va suivre… Bravo mes petits Sherlock, il y a un, c’est vrai ! Belle déduction.

Le jazz et la condition des Noirs à cette époque, je suis preneuse dans un récit mais, pour la romance, ma foi, on aurait pu s’en passer afin de ne pas donner des airs d’Harlequin au final de ce roman d’urban fantasy. Un peu trop mielleux guimauve à mon goût, je trouve.

Si le final est animé, je l’ai trouvé un peu longuet, trop de rebondissements vaudevillesques : les gens qui arrivent par toutes les portes, ça va dans les comédies, mais pas ici.

Quant aux explications finales, je les ai trouvées un peu déplacées. Il y avait moyen de terminer autrement afin de ne pas donner des airs grand-guignolesques à ce roman dans son final. Non pas que je n’ai pas aimé, mais avec le recul, je me sens triste de ne pas m’être vue proposée une fin plus relevée. On avait du punch et on fini au jus d’orange !

De plus, malgré les créatures fayriques présentes dans le récit, il manquait d’un soupçon de magie, de merveilleux, je trouve. Dommage parce qu’on avait tous les ingrédients pour sortir un bouquin grandiose avec le mélange de ces deux univers.

Malgré ces quelques critiques, j’ai passé un moment divertissant dans ce récit et si on me propose une suite, je la lirai avec plaisir car il y avait, dans ces pages, de la richesse créative qui n’a pas livré tout son potentiel.

Le roman  n’est pas parfait mais j’ai adoré l’ambiance du Chicago des années 20 et ça mérite bien une suite pour développer tout ce que les auteurs auraient pu garder sous la pédale.

Étoile 3

 

IMG_4297 image2

Les âmes rivales, René Manzor

Couverture Les âmes rivales

Pourquoi je l’ai choisi:

J’avais prévu d’ajouter à mon tableau de chasse de lecture, cet auteur pour l’année 2015….Pari réussi et, en plus, une excellente bonne surprise!!

Synopsis:

L’ultime duel de deux âmes rivales
lancées à la poursuite de la même femme.

Louisiane, 1975. Dans la pénombre de l’église, une fillette supplie le prêtre de l’aider : un homme étrange qui se dit son ami la suit partout, mais elle est la seule à le voir, personne ne la croit ! Elle s’appelle Cassandre, elle est terrifiée, et le prêtre ne trouve pas les mots… la fillette s’enfuit.
Dix ans après, à New York, quand Cassandre tombe follement amoureuse, la peur revient : le fantôme qui la hante depuis son enfance n’acceptera jamais de rival…

Les personnages:

Jahal est un prénom qu’on prononce à mi-voix tant il peut être effrayant! Il a un coté acharné mais presque passionnel…Mais n’est-ce pas l’amour qui mène le monde?!!! Il a une drôle de façon de le montrer , pour autant c’est souvent les « mauvais garçons » qui attirent le plus de nos jours….

Cassandre, elle m’a semblée la plus effacée du trio. Elle garde son charme, mais un tout petit plus impliquée dans les événements 2010, ça aurait été parfait.

Thomas, il a eu toute ma compassion, mon estime, dans ce parcours éprouvant. Un très bon personnage, très attachant.

Ce que j’ai ressenti…Une connexion magique…

Merci à toi, lecteur, pour la confiance que tu m’as témoigné en me prêtant ton imaginaire, l’espace de quelques heures. p295

Je suis particulièrement sensible à ses auteurs qui dans leur remerciements, n’en oublie pas ses lecteurs, mais là, cette jolie phrase m’a  touchée. Elle dit tellement bien ce que nous ressentons quand on s’immerge dans une histoire. Je voudrais lui dire , moi, à cet auteur, merci à vous d’avoir écrit un roman aussi fabuleux, qui avait une si intense résonnance dans mon esprit, d’avoir écrit l’histoire que je rêvais d’entendre ou de lire! Je pense lui prêter encore dans l’avenir , mon imaginaire: j’ai hâte de lire son deuxième roman!

C’est sans surprise que je vous annonce donc que ce livre a été un coup de cœur, mais que voulez vous, il avait tous les ingrédients pour l’être! Un thriller intense, une pointe de surnaturel, un amour qui défit le temps et l’espace, tout cela mené de main de maitre, avec talent et simplicité. Chaque détail est étudié pour rendre crédible l’intrigue: on vit, on palpite, on halète, on vibre, et tout ça, autant en frisson qu’en papillon dans le ventre.

Il cueillit les larmes sur les joues de celle qu’il aimait et les posa sur les siennes. C’était une vieille coutume des Houmas que de partager le chagrin.

J’ai apprécié tout le folklore de la Louisiane, la légende de ses Ames rivales. Il y avait comme un pouvoir attractif à connaitre les démêlés de ces trois destins contrariés. On pourrait presque sentir toute la ferveur d’un conteur, au coin d’un feu de camp. En tous cas, une légende de celles, qui pourrait faire parler d’elle pendant des siècles: elle a ce coté intemporel, tout en ayant une once de magie inexplicable qui nous attire.

En bref, j’ai été transportée, et c’est bien le cas de le dire, car entre saut dans le temps et réincarnation, il vaut mieux ne pas sauter en route, tout étant émue par ce jeu de convoitise du trio dominant. Une lecture rayonnante !

Le petit plus (très personnel): Merci d’avoir rendue l’année 1983 aussi belle dans ses pages.

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

Je suis un dragon, Pit Agarmen

Couverture Je suis un dragon

Pourquoi je l’ai choisi:

Ce livre me tentait beaucoup de par son titre, et j’avais hâte de redécouvrir cet auteur…

Synopsis:

Margot est une jeune orpheline timide et solitaire. Un jour, elle découvre sa véritable nature : elle est douée de capacités extraordinaires. Ces pouvoirs la terrifient, elle les dissimule jusqu’à ce qu’un événement tragique la contraigne à se dévoiler. On lui demande alors de mettre ses dons au service de l’humanité. Sa vie se partage désormais entre son quotidien de jeune fille espiègle et des missions d’une grande violence. Adulée et crainte, elle devient une icône. Mais peut-on sauver le monde si l’on s’y sent étranger ? En s’inspirant de l’univers des superhéros, Martin Page se réapproprie les codes habituels du genre.

Les personnages:

Margot, une jeune fille qui suscite forcement notre compassion. Elle est si touchante, si humaine, et à la fois, à l’opposé….On ne peut être insensible à son histoire, et à ce petit bout de femme en devenir….Je pense que si Dragongirl devait arriver, je serai une de ses fans…..

Ce que j’ai ressenti:

Une fois n’est pas coutume, je mets une petite note plus personnelle sur ce titre….Ma fille 3ans et demi est un dragon depuis 6 mois…..Toute la journée, c’est au moins 50 fois par jour: « Maman, je suis un dragon ». Donc forcement ce titre m’attirait, par curiosité, et pour garder une trace de cette période si particulière, où ma fille grandit en se voyant en animal mythique…..

Alors, avec ce titre là, j’en attendais beaucoup, Je suis un dragon. Je m’attendais donc à ce pronom personnel dans le récit…..Hé non 😦 !!!!!Voilà là, toute ma déception…..Le « je » m’a beaucoup manqué, je trouvais qu’il y avait une distance trop grande avec Margot. J’aurais aimé avoir ses impressions, son sentiment, une émotion partagée avec elle sur son statut et ses super-pouvoirs. Son coté super-héroine invincible est bien mis en avant, mais pourquoi le dragon? Voilà, j’ai ressenti beaucoup de frustration, quant au choix du titre, à ce personnage, j’ai me suis sentie flouée en quelque sorte avec ce qui était annoncé sur la couverture du livre…..

Pourtant, ce livre est loin d’être mauvais, j’y ai retrouvé le style de l’auteur et sa manière très perspicace de décrire notre société jamais tout blanc, jamais tout noir, plutôt une belle nuance de gris changeante. Il a un œil avisé sur les phénomènes actuels et j’ai beaucoup aimé sa projection dans un des futurs possibles. Derrière l’enfant et ses pouvoirs magiques, se cache un certain idéal à atteindre, de belles valeurs défendues à travers ce personnage.

« C’est l’obstination qui fait le génie, c’est l’acharnement qui sépare les communs des mortels des grands hommes. Si vous êtes capables de vous confrontez aux obstacles et au rejet, alors un jour une fenêtre s’ouvrira en grand pour vous. Et vous serez le roi. »p148

J’ai été charmée qu’il puisse choisir comme super-héroine une jeune fille sensible et plutôt mal dans sa peau, comme grande sauveuse de l’Humanité. Elle reste tout le long un électron Libre, certes différente et triste de l’etre, mais fondamentalement Libre. C’est une vraie bouffée d’air pur! Ne pas la voir victime de la corruption des « grands » de ce monde, continuer à chaque instant de la voir être irrévérencieuse, et partager ses petites victoires, c’est un des points forts de ce livre.

« Elle riait de plaisir en volant (…).Elle fendit les mille ciels de la planète, elle entendit des myriades de langues différentes. (…). Elle allait là ou elle désirait aller. Elle réalisait ses rêves d’enfants amatrice de livres d’images. p167 »

Cette lecture fut donc plaisante dans son ensemble, (si ce n’est Ma déception personnelle de ne pas avoir plus vu le Dragon annoncé), mais ce livre était intéressant de par son approche sur la tolérance dans tous les sens du terme, une ôde à la différence assumée et de la liberté en général. Il offre une jolie réflexion sur notre société actuelle, et de jolis débats pourrait naitre suite à cette lecture….

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette7/10

Charley Davidson Tome 6: au bord de la sixième tombe, Darynda Jones

Couverture Charley Davidson, tome 6 : Au bord de la sixième tombe

Pourquoi je l’ai choisi:

Quand on aime, on suit!!!!!Et moi j’adooooooooooooooooore!

Synopsis:

Vous savez, ces mauvaises choses qui arrivent aux gens bien ? C’est moi.

La plupart des filles y réfléchiraient à deux fois avant de se fiancer à Reyes Farrow… Je ne suis pas comme la plupart des filles. Il est le fils unique du diable et moi une faucheuse en formation accro au café. Ce qui devrait nous rendre incompatibles. Et même ennemis. Mais il est aussi ténébreux, sensuel, sexy à se damner et tout ce dont j’ai jamais rêvé. Et je suis aussi détective privée. Alors quand un fichier du FBI concernant l’enfance de Reyes me tombe entre les mains… je sais que je ne devrais pas l’ouvrir. Sauf que je ne peux pas m’en empêcher. Et ça, c’est une très mauvaise idée !

Les personnages:

Je les adore tous!!!!C’est comme une famille d’adoption: on est ému quand ils le sont, on se ronge les ongles quand ils sont en danger, et on est mort de rire de voir les situations diverses et cocasses dans lesquels ils fourrent tous!!!!

Reyes est toujours aussi sexy et Charley aussi lumineuse!!!C’est beau de les voir tous les deux, un couple magique, magnifique, qui transcende les lois  grâce à leur amour super puissant!

Ce que j’ai ressenti:

Je me rappelle avoir été déçue lors du précédent tome, et bien dans celui ci l’engouement est revenu!!!!!S’il n’y avait pas eu tous ses évènements qui ont secoué la France et le Monde entier, (je suis restée coller à mon écran de télé durant cette semaine de tension entre pleurs, douleurs et colère revendicatrice, bref…), je l’aurai dévoré d’une traite.

J’y ai retrouvé tout ce que j’ai aimé au début, soit l’humour et une tension permanente servie par des personnages attachants !!!!!Sur cet opus, je me suis éclatée, détendue, fais un peu marcher mes zygomatiques vraiment j’ai passé un super moment !!!!! C’est tout ce qu’on attend avec ce genre, la bit-lit est un style que je me réserve souvent entre deux, pour décompresser un peu, mais je dois dire que je suis totalement fan du style de l’auteur, et je ne sais combien de temps elle va nous faire vivre les péripéties de ce couple pas comme les autres, mais moi même au tome 6, je suis encore accro, pas du tout lassée…Ses enquêtes sont toujours originales et la façon de les régler, ultra surprenante mais on en attend pas moins avec cette jeune femme hors norme!!!!!

Ca bouge enfin coté engagement entre les deux: il était temps!!!!!Je déteste quand ça n’avance pas, (vraiment ca vient de là ma déception du 5!!!), je suis d’autant plus impatiente de lire le tome 7, et il faudrait un peu enlever encore des couches de mystères sur les pouvoirs de Charley…..Que ça bouge, que ça finisse en apothéose!!!!!Alors fin du monde ou pas???!!!!!!

Ma note Plaisir de lire fee clochette 9/10

L’alchimiste des ombres, Pierre Pevel

Couverture Les Lames du Cardinal, tome 2 : L'alchimiste des ombres

Pourquoi je l’ai choisi:

J’étais impatiente de poursuivre les aventures à la cour du Roi de France.

Synopsis:

Paris, 1633. Les dragons menacent le royaume.
Surgis de la nuit des temps, ils sont avides de pouvoir et décidés à restaurer leur règne absolu. Usant de sorcellerie, ils ont pris apparence humaine et créé une puissante société secrète, la Griffe noire, qui conspire déjà dans les plus grandes cours d’Europe.
Pour déjouer leurs sinistres complots, Richelieu a reformé son unité d’élite, une compagnie clandestine d’aventuriers et de duellistes rivalisant de courage, d’élégance et d’astuce. Six hommes et une femme aux talents exceptionnels prêts à braver tous les dangers et à risquer leur vie pour la Couronne : les Lames du Cardinal.
Mais alors qu’ils ont rendez-vous, par une nuit d’orage, avec une espionne italienne aussi belle que dangereuse qui prétend détenir les clés d’un complot à venir, ils sont loin d’imaginer l’ampleur de la tragédie qui va s’abattre sur la France et les obliger à affronter leur plus terrible adversaire : l’Alchimiste des ombres

Les personnages:

Les Lames ont toujours autant de charme et de panache….Cette fois ci, ma légère préférence va à Saint Lucq: j’adore son coté sang-mêlé, sans peur avec un immense sang-froid!!!!!

Ce que j’ai ressenti:

Une lecture palpitante!!!!Si dans le premier tome, je trouvais que la mise en place était trèèèèèèèèèèèèès longue, là, ça démarre direct sur les chapeaux de roues. On suit avec plaisir ce groupe qui joue et déjoue les complots contre la royauté française! L’escrime est au centre des combats et j’adore cette manière élégante de se battre, mais il faut beaucoup de charme et de subtilité pour se fondre aux milieux des intrigues, ce que les Lames ne manquent pas assurément!

Les dragons ont enfin pris la place qui leur été dues: enfin!!!!!!Ils révèlent leur majesté et leur envie de prendre place au sein du territoire!!!!!C’est très agréable de les voir évoluer, si dans le premier tome ils étaient presque cachés, ici, on sent bien que la menace commence à sortir de l’ombre et donc c’est avec empressement et avidité que je veux lire ce troisième tome!!!!!

Je souris toujours en voyant les petits clins d’œil que l’auteur met dans son récit pour rendre hommage aux trois mousquetaires. Du coup, j’ai bien envie de lire ce grand Classique.

En bref, un tome plus dans l’action, avec beaucoup plus de magie et de mystères à démêler, donc un joli cocktail pour une lecture bien sympathique!!!!!!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

Previous Older Entries

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 171 autres abonnés