Les Geôliers, Serge Brussolo.

Couverture Les geôliers

Pourquoi je l’ai choisi:

J’ai trouvé la couverture superbe, et assez inquiétante pour vouloir à tout prix savoir ce qui se cachait derrière cette forêt!

Synopsis:

Il y a quinze ans, Debbie Fevertown s’échappait de Dipton après avoir tué sans pitié son mari et ses deux fils. Aujourd’hui, Jillian Caine est engagée par le réalisateur Dieter Jürgen pour écrire le scénario d’un biopic retraçant la vie de la meurtrière. Jill rencontre des gens qui ont connu Debbie et ont partagé son quotidien, se rend sur les lieux du crime et découvre que la réalité n’est peut-être pas celle que les médias ont décrite à l’époque. Quels mystères recèle l’étrange ville de Dipton ? Que cache ce culte insolite dédié aux arbres ? Et qui sont ces mystérieux gardiens que l’on nomme – à voix basse – les Geôliers ?

Ce que j’ai ressenti:…Une autre façon de regarder la végétation…

« Je ne suis pas expert en botanique, mais je suis sûr d’un truc, des arbres comme ça, j’en ai jamais vu nulle part. »

S’il vous prend l’envie de vous promener en forêt, et pour une quelconque raison, vous apercevez un chêne au feuillage noir: Fuyez à toutes jambes… Courrez de toutes vos forces vers la lumière, car il se pourrait que cet arbre soit un éclaireur de Dipton. Et dans ce village, qui fleure l’obscurantisme, règne un secret ancestral gardé par des Geôliers, qui prennent leur mission, fanatiquement, au sérieux…

« Les gens en ont marre du factice, ils veulent qu’on leur montre la vérité. »

Les Geôliers, C’est:

  •   Un thriller qui se transforme en science-fiction. Par un talent magique, Serge Brussolo emmène son roman vers des frontières inconnues, dangereuses, oniriques, spectaculaires. Il métamorphose l’horreur en bataille ultime surréaliste, il construit une intrigue tentaculaire qui prend racine aux origines du monde, il jongle avec les codes pour époustoufler ses lecteurs. C’est incroyable cette force d’imagination d’une scène d’accroche haletante, l’auteur nous entraîne dans des méandres d’une intrigue noire et profonde, à l’image des racines de ses arbres…Fascinant!
  •  De fabuleux personnages à découvrir. Du cinéaste fantasque à une scénariste aux abois, en passant par une tueuse redoutable, l’aventure promet d’être mouvementée! Chaque nouvelle rencontre est surprenante! Ce qui semblait superficiel, prend peu à peu consistance, nous entraîne plus loin vers la connaissance des comportements humains, et l’inévitable déviance qui en découle…Passionnant!
  • Une ambiance sensationnelle, où la peur vous saisit à chaque coin de pages, ou peut être même, derrière l’arbre centenaire, qui se plante là, avec ses racines envahissantes. Elle vous étreint cette atmosphère de mystères, et vous fait perdre la notion de réalité. Il règne comme une sombre apesanteur irrespirable, malgré la chlorophylle de ses géants chênes verts, que vous risqueriez presque de finir absorber comme le dioxyde de carbone lors de la future photosynthèse….Hypnotique!
  • Une super lecture, et puis c’est tout! Un véritable maelström d’émotions vous attends dans ce superbe Inédit de Folio SF,  et vous auriez tort de vous priver de découvrir la folle aventure, qui se cache derrière Les Geôliers…

« Tu voulais toucher l’impossible du doigt. Un besoin impérieux. »

C’est le tout premier Serge Brussolo que je lis, et je dois dire que la rencontre avec sa plume fut une très agréable surprise! Ce thriller fantastique était tellement fascinant, que je suis certaine d’en lire d’autres très prochainement, mais en attendant, je vous invite fortement à découvrir cette lecture envoûtante…

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

 

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Les Editions Folio SF, pour l’envoi de ce livre! Merci infiniment de leur confiance !

Publicités

La fille d’avant,J.P Delaney

Couverture La fille d'avant

 

Synopsis:

C’est sans doute la chance de sa vie : Jane va pouvoir emménager dans une maison ultra-moderne dessinée par un architecte énigmatique… avant de découvrir que la locataire précédente, Emma, a connu une fin aussi mystérieuse que prématurée. À mesure que les retournements de situation prennent le lecteur au dépourvu, le passé d’Emma et le présent de Jane se trouvent inextricablement liés dans ce récit hitchcockien, saisissant et envoûtant, qui nous emmène dans les recoins les plus obscurs de l’obsession.

Ce que j’ai ressenti:…Quand le rouge et le blanc s’affronte, et donne un coup de cœur palpitant!

Blanche couverture VS Rouge PagesPureté VS IncandescenceEpuration Architecturale VS Sanglante Spirale.

iphone-stef-249

La petite merveille parue chez Mazarine éditions attire l’œil, et je trouve que cette édition très spéciale rend parfaitement hommage à ce roman. Rien que le livre-objet, vous le sentez que c’est un petit bijou exceptionnel, mais c’est bien à l’intérieur de ses pages rougeoyantes, que se trouve une pure bombe de thriller!!!!

Bienvenue à One Folgate Street!

Une maison idéale qui prend soin de vous et  vous protège. Elle s’adapte à vous, à vos besoins…Mais ne se fera sans quelques compromis, et de multiples exigences…Mais rien, qui n’effraie les deux jeunes femmes qui se retrouvent locataires de ce lieu prestigieux, pour leur plus grand bonheur…Imaginez-vous libéré de toute entraves matérielles, adoptez enfin un mode de vie sain, loin de la folle sur-consommation et de l’hyper-possession…C’est carrément un Art de vivre, cette maison, tout autant que vivre dans l’Art d’une habitation contemporaine exceptionnelle…

« 1. Dresser la liste de tous les objets qui vous semblent indispensables. »

Emma, Jane. L’intrigue vit aux souffles de ses deux femmes, qui se retrouvent maîtresses, et soumises aux impératifs de ses quatre murs. J’ai rarement vu, plus intense construction, plus immersive lecture. Je pense que c’est un des meilleurs thrillers psychologiques que j’ai lu jusqu’à aujourd’hui. Cette alternance de chapitres courts et percutants sont comme une musique lancinante: la redondance des faits, le son d’une nouvelle voix, le chant d’une nouvelle femme…Emma/Jane: La fille d’avant, la fille d’après, comme en surimpression, un palimpseste de frissons…

Cette maison a comme une imprégnation indélébile qui vous suit, même quand vous êtes obligée de quitter ses pages, il vous reste cette envie irrésistible de vous y remettre aussitôt, tellement le One Folgate Street vous fait cette forte impression de mérite du lieu et de mystères addictifs, autant sur ses deux héroïnes, que sur nous, lecteurs, et spectateurs de  cette tourbillonnante tourmente…Entre danger imminent, et menace latente, ses lignes vous hantent…

J’adore quand une maison envoûte ses personnages, et mettre un pied dans celle ci, c’est se couper du monde, pour quelques heures d’intenses lecture. Ouvrir la porte du One Folgate Street, c’est perdre un tout petit peu de ses convictions, et gagner un coup de cœur magistral. Connaître La fille d’avant, c’est se déposséder du matériel, et acquérir le plus surprenant des romans!

Une perle de thriller dans un écrin précieux!

Je suis ravie d’avoir reçu, par les soins de Alina Gurdiel, cette édition très spéciale, et je la remercie chaleureusement de sa confiance, et de me permettre d’avoir lu en avant première ce roman haletant!

La fille d’avant sort en librairie le 8 mars, et je ne saurai que trop vous conseiller de vous précipiter sur ce titre!!!!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

 

Winter People, Jennifer McMahon

Couverture Les visiteurs de l'autre rive / Winter people

Pourquoi je l’ai choisi:

Recevoir le jour de la St Valentin , ce livre qui parle d’amour et d’hiver, j’ai trouvé que c’était le timing parfait…

Synopsis:

« J’avais aussi compris qu’il valait mieux éviter de la contrarier. Tantine s’emportait vite et n’appréciait guère qu’on la contredise. Quand quelqu’un refusait de la payer, elle versait une poudre noire tirée d’une de ses bourses en cuir sur sa maison en marmonnant d’étranges incantations. (…)
— S’il te plaît, réponds-moi, Tantine. Est-ce qu’on peut faire revenir les morts ? ai-je insisté en jetant une poignée de têtes-de-violon dans son panier.
Elle m’a dévisagée longuement de ses petits yeux noirs, la tête penchée.
— Oui, il y a bien un moyen. Les rares qui le connaissent le transmettent à leurs enfants. Et puisque tu es ce que j’ai de plus proche d’une fille, je te transmettrai le secret. »
 
Et si l’amour était vraiment plus fort que la mort ? Et si l’on avait la possibilité de ramener de l’au-delà l’être qu’on aime le plus au monde ?
Un suspense terrifiant pour un sujet grave. Une histoire qu’on ne peut lâcher et qui nous plonge dans l’effroi.

Les personnages:

Des personnages en pleine détresse, fracassés de douleurs, hantés par leur amour: toute la puissance de ce roman vient de là…Une sphère de quatre points de vue qui raconte, l’impensable, l’incommensurable chagrin…Et Gertie, qui court dans la neige…

« Ah la folie! Quelle belle excuse quand on veut infliger d’horribles choses à quelqu’un, a dit Tantine avec un sourire mauvais. »

Ce que j’ai ressenti:…Quand tu ne fermes plus l’œil de la nuit…

Quand les revenants grattent à votre porte, vous ouvrez, ou pas??!

Je suis de celle qui leur ouvre bien grand, mon imaginaire et je me régale toujours de voir ce gouffre qui s’amenuise entre vivants et morts, dans la plume de ses écrivains inspirés, qui jouent de la douleur de ses personnages, pour ouvrir une brèche entre réalité et surnaturel. Jusqu’où peut-on aller par amour? Toute la question se trouve là, dans ce déchirement de perdre l’être qu’on aime le plus au monde, et de se voir offrir une chance,  même folle de passer encore quelques heures avec lui. Mais ça ne se fera pas sans conséquences, on s’en doute, car jouer avec les fantômes, c’est un cache-cache dangereux…

Jennifer McMahon nous ouvre le passage de La Main du Diable, où une génération se voit quelque peu, gênée par la malédiction des Winter People. Elle arrive à créer une ambiance forte, un nœud de tension et pouvoirs occultes, qui n’a de cesse de vous agripper  dans vos nuits, lorsque vos yeux se ferment…Une rare intensité vous happe dans ses lignes, et ce que j’ai adoré c’est qu’elle ne vous lâche pas jusqu’à la dernière page, et peut être aussi, au-delà…Nous, lecteurs, nous retrouvons aussi détenteurs de ce manuscrit mystérieux, possesseurs de ce savoir envahissant, presque membre de cette chasse aux sorcières… La construction de son récit, rend cette histoire passionnante, avec ce qu’il faut de terrifiant, pour trembler de plaisir à suivre Sara et Les visiteurs de l’autre rive, dans ce bout de terre, qui a de drôles de façons de faire sortir ce qu’il y a de plus profond en nous…

« Autant souhaiter l’impossible. »

J’adore plus que tout, ses romans, où l’ambiance noire et mystérieuse, vous enveloppe comme une brume inquiétante, où l’on peut presque sentir l’odeur de la terre retournée, le silence de la forêt, presque saisir l’ombre qui se glisse dans votre champ de vision, sursauter au moindre bruit de la nuit…La magie de cette histoire tient à ce jeu d’apparitions et de disparitions soudaines, à cette pesanteur sombre qui se glisse au fur et à mesure de l’intrigue, à ce talent de laisser planer un doute raisonnable sur les dormeurs

Je vous laisse à vos cauchemars, et je vais maintenant essayer de retrouver, un semblant de quiétude, tout en vous chuchotant, histoire de ne pas réveiller les ombres obscures,  que ce livre est un beau coup de cœur…

 

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

 

Remerciements:

Je tiens à remercier les éditions Le livre de Poche Imaginaire pour l’envoi de ce livre! Merci infiniment de leur confiance, ce fut une lecture Coup de Cœur!

La maison des morts, Sarah Pinborough

vo9yaurl

Une chronique faite par Daniella Fantasy.

La Maison des morts par Pinborough

COUP DE COeUR !!! Ce livre est bouleversant !
Ayant déjà lu la première sage de Sarah Pinborough (Poison, Charme, Beauté) j’ai beaucoup aimé sa façon d’écrire et j’ai donc demandé au « Père Noël » alias ma soeur Stelphique de m’acheter son nouveau livre et je ne le regrette pas du tout. MERCI !
Les enfants porteurs actif du gène Déficient sont amenés au manoir que l’on appelle « la maison des morts » et attendent de savoir s’ils vont mourir. Ils sont installés dans des dortoirs où chacun reste dans son coin n’essayant pas de connaître les autres patients des autres dortoirs et vivent tous dans la crainte de tomber malade et de finir au sanatorium d’où personne ne revient.
Toby et ses amis, du dortoir 4, ont créé un lien entre eux, dont ce dernier et le chef et les protège. Chacun passe le temps comme il peut jusqu’à l’arrivée d’un nouveau groupe d’enfants dont Clara qui va bouleverser la vie de Toby et lui redonner le goût de la vie. Même si la fin est proche, la vie vaut toujours la peine d’être vécue à fond.
Ne connaissant pas ce qu’est un sanatorium, j’ai fait des recherches sur internet ce qui m’a permis de mieux comprendre l’environnement, leur maladie et l’intérêt de l’éloignement des villes.
Mais revenons-en au livre…
Déjà il m’avait plu par sa couverture brillante et ses pages noires. Et on comprend cette noirceur car la mort est omniprésente.
Toby est un jeune homme plutôt solitaire et agressif mais qui ne le serait pas en étant dans la Maison des Morts !
Il va faire la connaissance de Clara qui est son opposée, elle est gentille et représente la joie de vivre.
Tous les opposent mais une affinité va se créer petit à petit entre eux et l’auteure nous laisse le temps de nous faire à leur amour naissant.
La matrone est détestable mais avec son équipe d’infirmière l’ambiance est très oppressante : entre les pilules que les patients doivent prendre, la peur qui règne constamment, le stress de la maladie et d’atterrir au sanatorium tous les ingrédients sont là !
Mais contrairement à tous les autres enfants Toby et Clara décident de ne pas prendre leurs pilules et vivent pleinement leur vie en profitant de chaque instant surtout la nuit car le monde leur appartiennent.
On ne connaît pas les dessous de sanatorium, on ne sait pas ce qui se passe réellement en haut de cet ascenseur mais on s’en doute fortement alors je n’ai pas trouvé nécessaire de rentrer plus dans la souffrance de la mort et j’ai apprécié la façon dont l’auteure est restée soft sur le sujet.
J’ai adoré ce livre. Il est touchant, bouleversant et émouvant ! On passe par de nombreux sentiments et on s’attachent à la vie de ces jeunes malades et à leur destin. L’amour, la peur, l’angoisse, la haine ou la crainte. Tout y est pour passer un bon moment de lecture.
Pour les personnes émotives, je vous conseille des mouchoirs pour la fin car elle est triste mais tellement magnifique. L’amour peut-il être plus fort que la mort ?

 

Derniers Jours, Adam Nevill (LC avec Cannibal Lecteur).

Couverture Derniers jours

Pourquoi je l’ai choisi:

C’est l’idée de ma binômette chérie qui devait lire un auteur anglais  pour son challenge, et comme ce livre traine depuis trop longtemps dans ma PAL numérique, le choix est apparu évident….On adore tellement se faire peur à deux….

Synopsis:

Quand Kyle Freeman, réalisateur indépendant, est chargé de réaliser un documentaire sur une secte oubliée, il y voit un moyen de rembourser ses dettes. Le Temple des Derniers Jours, basé dans le désert d’Arizona et dirigé par un gourou à la réputation sulfureuse, a connu une fin sanglante. Pourtant, les rumeurs vont encore bon train sur les pratiques déviantes et les expériences paranormales du groupe. Bientôt, une série de phénomènes inexpliqués s’abat sur la production. Visites nocturnes troublantes, disparitions soudaines et découvertes d’atroces artefacts, le tournage vire au cauchemar…

Les personnages:

Kyle, il va en voir ce personnage!!! Et plutôt que réalisateur, il va se retrouver acteur d’un film qu’il n’avait pas prévu!!!!Très convaincant, dans son rôle….

Max, je l’aurai un peu baffé, moi à la place de Kyle…..

Ce que j’ai ressenti:…Une peur bleue efficace!!!!

« Celui qui se contente d’être horrifié n’apprend rien. »

Il y a des films qui ont marqué le genre Horreur: « Rec », « le projet Blairwicht », « Paranormal activity »…L’auteur prend son inspiration dans ce phénomène de caméra au poignet, et nous livre un roman qui nous fait gentiment cauchemarder!!!!Je pense donc plus m’attarder dorénavant sur cette classification, car j’ai adoré avoir la trouille en lecture partagée!

Nuit Blanche

« Ne mangez pas les cerveaux. Ils vous rendront encore plus fous. »

Le point fort de ce livre, c’est ce mélange entre paranormal et folie humaine! L’auteur a su concilier les deux avec brio, rendant encore plus saisissante, les dérives humaines…

Elle était aussi damnée qu’un fantôme s’apprêtant à quitter définitivement ce monde. Un spectre qui ne règne plus que sur les quelques pièces vides d’une existence dépeuplée. Une ombre qui observe, plus tout à fait ici, pas encore ailleurs, qui écoute le son de toutes les voix joviales et claires, mais n’offre jamais la sienne.

On suit ce réalisateur non conventionnel et son cameraman,  sur les traces d’une secte disparue, et on n’imagine pas l’ampleur fantastique qui va se mêler à ce projet fou de reconstitution d’un massacre. J’ai adoré cette ambiance lourde, suintante, malodorante… L’horreur tapie dans le noir, les « vieux amis » qui s’invitent. Tellement je m’investis, dans mes lectures, j’en ai fait des cauchemars…C’est juste pour vous dire que l’auteur arrive vraiment à jouer avec nos peurs, et que bien sur, la peur ne vient pas quand la lumière est allumée.. Mais bien quand la nuit tombe…(Petit aparté:Belette, t’es encore là????!!! je crève de trouille moi!!!!Viens me tenir la main, s’il te plaiiiiiiiiiiiiiiit….). (Réponse de la Belette : je suis cachée sous le lit !!)

« On avait l’impression que la mort se tenait à nos cotés dans le noir. »

Du fait, de cette « urgence » de film, on est happé dans un engrenage d’actions qui fait que l’ennui n’est pas de ses pages. On en voit de toutes les couleurs et surtout de toutes une palette d’odeurs toutes plus répugnantes les unes que les autres. Mais nous le savons bien le Mal prend toutes formes, et finalement qu’est-ce qu’une odeur face au Mal absolu??? L’auteur nous sensibilise aux dangers des sectes, à leur fonctionnement, à leur gourou, au lent précipice vers lequel se jette des centaines de personnes presque inconsciemment…

« Mais laissez moi vous dire une chose à propos du boulot de flics. Jour après jour, la police est confrontée à la lie de l’humanité. C’est notre job. « 

Finalement, je ne sais pas ce qui est le plus effrayant de ses deux thèmes…Mais le cocktail des deux se déguste avec délectation! Et comme pour ne rien gâcher, j’ai apprécié que l’auteur tienne son histoire jusqu’au bout, l’argumente, la mène jusqu’au final. Il ne s’en tire pas avec une pirouette, il nous emporte jusqu’aux Derniers Jours, heu, mots, pardon, dans son univers dérangé!!! Un bon kiff de lecture!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette9/10

1404-jours_org

Titre : Derniers jours

Auteur : Adam Nevill
Édition : Bragelonne (2014)

Résumé :
Kyle Freeman est chargé de réaliser un documentaire sur le Temple des Derniers Jours, une secte basée dans le désert d’Arizona en 1975, aujourd’hui disparue.

Depuis, les rumeurs vont bon train sur les pratiques déviantes et les expériences paranormales du groupe.

Et bientôt une série de phénomènes inexpliqués s’abat sur la production.

Expériences surnaturelles et visites nocturnes troublantes, disparitions soudaines et découvertes d’horribles artefacts, le tournage vire au cauchemar absolu…

last daysCritique : 
Mon homme a beau me dire que je me fais un film, mais moi, j’ai bien remarqué cette étrange odeur de viande avariée dans la maison…

Et le fait qu’elle provienne – sois-disant – d’une barquette qui a séjourné trop longtemps dans la poubelle ne m’a pas convaincu.

ILS sont ici… J’ai bien vu une coulante pas nette au mur, dehors, et mon mari ne me fera pas croire que c’est un truc qui est là depuis des années et que ça vient du volet, moi je sais, je sens qu’ILS sont parmi nous, chez moi !

Durant ma lecture, j’ai surveillé les murs et les plafonds comme le lait sur le feu, l’angoisse aux tripes, sursautant à chaque odeur nauséabonde et non, il ne me fera pas croire que ce que j’ai senti était la conséquence des gaz qui sortaient après la digestion.

Non, cette odeur, ce sont EUX !! Ce bruit de griffes sur le carrelage, alors que je n’ai plus de chien, ce sont encore EUX qui me cherchent et veulent me sucer le sang et me bouffer toute crue !

Non, non, non, ce n’est pas l’évier qui refoule, ce sont EUX qui tentent d’entrer par là ! Je le sais, je les sens, j’ai limite fait dans mon froc, comme Kyle Freeman et Dan, les deux cinéastes engagés par Max pour tourner un documentaire sur la secte du Temple des Derniers Jours.

Je savais que les sectes étaient dangereuses, tiens, déjà rien que d’entendre un Témoin de Jévého (nom changé afin de garantir leur anonymat) me causer que je cavale déjà en criant que j’ai oublié les patates sur le feu.

Les sectes, pas besoin d’être aux mains de fanatiques ou de malades mentaux pour que ça tourne au carnage ou à l’embrigadement et à la perte de la liberté.

— Tu sais, Sharon Tate était enceinte de huit mois quand elle a été poignardée à seize reprises par une fille de vingt et un ans. Susan Atkins. Elle appartenait à la « Famille » de Charles Manson.

— En 1978, le pasteur Jim Jones à fait abattre ou empoisonner neuf cents de ses fidèles pendant sa Nuit blanche en Guyana.

Vous me direz que les religions officielles, aux mains de fanatiques, de dingues ou de politiciens ambitieux, ça fait du dégât aussi, mais ma religion ne me demande rien : ni argent, ni biens, que dalle… Et si je déconne trop, je verrai si on me présente une facture à ma mort, ou pas.

De plus, libre à moi de refuser les hommes en soutane et de m’adresser directement au Big Boss…

Bien que, parfois, nul besoin de s’embrigader dans une secte pour porter des tyrans aux nues et les suivre comme un seul homme ou les vénérer, encore à notre époque. L’Homme aime le côté obscur de la Force.

Staline exerçait sa tyrannie sadique sur son pays depuis déjà douze ans. Au 1er juillet 1941, son collectivisme avait entraîné la mort de neuf millions de paysans. Dix millions d’hommes et de femmes, envoyés en prison et en camp de travail pour des motifs politiques, sont morts eux aussi. Quand Staline a rendu son dernier soupir en 1953, son bilan estimé s’établissait à environ vingt millions de victimes.

— J’essaie simplement de vous démontrer que la nature humaine possède sa part de ténèbres, que nous ne pouvons pas nous empêcher de vénérer, de servir. C’est notre plus grande tragédie, un phénomène universel, intemporel, comme le sont toutes les tragédies. Et nous ne tirons aucune leçon des erreurs de nos ancêtres. Staline, Hitler, Mao et Pol Pot sont le macrocosme. Ajoutez Napoléon, peut-être César ou même Alexandre à la liste ? Nous admirons ces figures historiques pour leurs conquêtes, leur énergie, leur ambition et les progrès qu’on leur a attribués. Mais l’humanité ne se serait-elle pas mieux portée, en tant qu’espèce, sans eux ?

Anybref… Oui, j’ai eu peur et j’ai adoré me faire peur avec ce roman qui m’a emmené à Londres, en Normandie et dans le le désert de Sonora en Arizona. Trois pays et des tournages qui m’ont fait flipper.

Des personnages attachants qu’on aurait envie de boxer, parfois, pour qu’ils se taillent de là, des révélations horribles et une plume qui arrive à vous faire regarder votre mur de travers à la moindre tache suspecte.

Juste quelques longueurs à un moment donné et 50 pages de moins auraient donné plus de tempo au milieu du récit.

Mais je m’en fiche, rien que pour le final, on rattrape la petite baisse de régime du milieu.

Putain, quel final ! Un truc de malade !

Bon, je vous laisse, je vais vérifier encore une fois mes murs, mes plafonds, les coulantes étranges et tout ce qui fait que la vérité est ailleurs !

Étoile 4

IMG_4297

keep-calm-no-way-run-run-run-and-quick.jpg

Puzzle, Franck Thilliez

Couverture Puzzle

Pourquoi je l’ai choisi:

Je l’avais annoncé, ça serait l’année Thilliez!!!! Donc je me remets un peu à niveau dans ma PAL de cet auteur, pour mon plus grand plaisir!!!!;)

Synopsis:

Et si on vous demandait de mourir… dans un jeu ?

Ilan et Chloé, deux jeunes gens spécialistes des chasses au trésor ont rêvé des années durant de participer à la partie ultime, d’un jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, dont on ne connaît pas l’entrée, et dont on ne sait même pas s’il existe. Mais dont on connaît le nom : Paranoïa.
Lorsqu’un an après leur rupture Chloé réapparaît dans la vie d’Illan en lui annonçant qu’elle sait comment jouer, ce dernier a totalement rompu avec l’univers des jeux, et vit isolé dans la maison de ses parents disparus en mer. Officiellement morts, mais Ilan est persuadé qu’ils ont été enlevés à cause de leurs recherches scientifiques. Après avoir refusé l’aventure, Illan cède alors que Chloé lui fait part de la rumeur : le gagnant remporterait 300 000 euros.
Après un premier jeu de pistes dans Paris, les deux amis sont enfin sélectionnés. C’est alors qu’ils découvrent la règle numéro 1 : « Quoiqu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu. », rapidement suivie, à leur arrivée sur les lieux du jeu – un gigantesque bâtiment isolé en pleine montagne appelé Complexe psychiatrique de Swanessong – de la règle numéro 2 : « L’un d’entre vous va mourir. »
Quand les joueurs découvrent le premier cadavre, quand Illan retrouve dans le jeu des informations liées à la disparition de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à faire…
Et Paranoia peut alors réellement commencer…

Les personnages:

Ilan, tantôt perdu, tantôt parano, il était un personnage attachant. On sent sa fragilité et j’ai adoré le suivre dans les méandres profondes de l’esprit et dans ce labyrinthe effroyable.

Chloé, elle est un peu le moteur du jeu, la pile électrique. Joueuse invétérée, atout charme mystérieux, elle ne lâche pas sa partie!!!!

Ce que j’ai ressenti:

« Moi, j’ai toujours adoré les puzzles. Ils ont tous une particularité: quelle que soit leur taille, ils deviennent complètement inutiles, moches, loupés, s’il vous manque la toute dernière pièce. Celle qui sublime l’ensemble. Qui marque l’aboutissement ultime du temps qu’on y a consacré. »

Clinique Elfique

2 Impasse de la lecture

8210013456 Air Bulle

 Monsieur Thilliez,

Nous vous avions adressé une lettre il y a un mois pile aujourd’hui, pour vous signaler les dangers et mutations du virus de Pandémia. Par la présente, nous vous signifions qu’une nouvelle contamination plus insidieuse vient encore frapper notre chère Stelphique, et qu’elle prend aujourd’hui le nom de Paranoïa.

Nous ne pensions pas revoir dans nos locaux de sitôt, notre chère amie féérique et pourtant, encore une fois, elle a voulu jouer le jeu de vos lignes, s’offrir en pâture à votre imaginaire, souffrir de vos angoissantes histoires. La réalité l’a donc rattraper au vol, votre thriller l’a tenu en haleine durant ses jours d’enfermements, son sang s’est glacé durant cette tempête de neige et de frissons, son corps présente des cicatrices concentriques mystérieuses.

Coincée sur les hauteurs des Alpes, dans un Hôpital psychiatrique abandonné. Elle a connu la Peur, s’est confrontée à ses pires délires, Stelphique s’est mis dans la peau d’un de ses 8 joueurs, et n’en ai pas ressortie indemne. Entre horreur et admiration devant les pièces de ce Puzzle mis en place, elle a connu selon ses propres dires « la meilleure et plus flippante histoire jamais vécue », ou encore « Mon thriller rêvé, mais en mieux », mais nous restons encore sceptique quand elle nous parle de « COUP DE COEUR Phénoménal ». Maintenant, elle ne parle plus que par énigme, laisse des arc en ciel partout où elle passe, des séries de mots incohérentes, continue d’être hypnotisée par les cygnes. On dirait que son esprit est atteint de Thiliziennerie!

Coup de cœur. Paranoïa. Tempête de neigeObsession. Peur. Jeu. Frissons. Hôpital Psychiatrique. Manipulations.

Enfer (de Dante). Enfer(mement). Enfer.

p114_071e59bd361dacea65f69824d8439099arc-en-ciel-2.jpg

C’est plein d’appréhension et de doutes que nous vous adressons encore une fois un courrier: jusqu’où allez vous emmener vos lecteurs? Pourquoi leur infliger une telle souffrance interne??? Tout le corps médical elfique s’inquiète. Si vous rendez dingue nos membres en les faisant succomber à vos charmes envoûtants, mais cruels, nous organiserons, nous aussi , notre propre jeu, où réel et réalité se mélangeront, et nous verrons bien qui gagnera!!!!

Monsieur Thilliez, cela fait deux fois, que vous emportez notre amie vers des abîmes inconnues de nous autres, elfes. La lecture de vos thrillers a l’air si diaboliquement efficace que notre sujet Stelphique rempli, bien au delà de vos attentes, j’imagine, le statut de fan absolue de votre immense talent.

Cordialement,

L’équipe Clinique Elfique.

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

Room, Emma Donoghue

Couverture Room

Pourquoi je l’ai choisi:

J’ai encore suivi les bons conseils de la communauté blogueuse…..Merci à Gruz et à Nathalie pour leurs pistes de lectures….

Synopsis:

Sur le point de fêter ses cinq ans, Jack a les préoccupations des petits garçons de son âge. Ou presque. Il ne pense qu’à jouer et à essayer de comprendre le monde qui l’entoure, comptant sur sa mère pour répondre à toutes ses questions.
Cette mère occupe dans sa vie une place immense, d’autant plus qu’il habite seul avec elle dans une pièce unique, depuis sa naissance. Il y a bien les visites du Grand Méchant Nick, mais Ma fait tout pour éviter à Jack le moindre contact avec ce personnage. Jusqu’au jour où elle réalise que l’enfant grandit, et qu’elle ne va pouvoir continuer longtemps à entretenir l’illusion d’une vie ordinaire. Elle va alors tout risquer pour permettre à Jack de s’enfuir. Mais l’enfant va-t-il réussir à trouver des repères loin de leur univers ? Quel accueil lui réservera le monde extérieur, lui l’enfant né de la captivité d’une femme ?

Les personnages:

Jack est le Héros de ce livre. Il est chou, attachant, parfait.

Maman, elle est si courageuse, si instruite aussi, faut voir la jolie façon d’enjoliver leur espace et leur imaginaire. Une femme forte qui ne se laisse pas faire, et une Mère incroyable d’amour et de don de soi.

Ce que j’ai ressenti:

Une lecture bouleversante et lumineuse à la fois. Un mélange doux-amer qui se lit d’une traite. Un instant suspendu entre originalité du récit et l’horreur d’un fait divers.

Jack a cinq ans, il personnifie tout, donne vie à son entourage d’objets comme Monsieur-Tapis ou Madame-Lucarne, et bien, moi j’ai décidé de donner vie et corps à ce petit bout’chou attendrissant, dans mon cœur. De lui  créer une jolie bulle protectrice pour l’aider dans sa nouvelle vie quotidienne. Je le remercie pour son joli regard plein d’innocence sur le monde d’aujourd’hui, de sa vision particulière des comportements humains, de son humour et ses créations de nouveaux mots. Il y a un vrai souffle magique dans ce livre, un émerveillement refoulé, remis en beauté dans la bouche d’un enfant, une note de fraîcheur qui ravit notre esprit.

Il y a aussi énormément d’Amour, une relation fusionnelle admirable Mère-enfant, une belle leçon d’humanité. Inutile de dire que j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps sur les derniers mots. Cette mère est fantastique, donne une éducation saine et équilibrée à son enfant, malgré les circonstances dramatiques. En tant qu’adulte, on imagine le calvaire subi mais on ne peut qu’admirer les sacrifices de cette jeune fille pour donner un environnement sécurisant pour ce petit être, son courage et sa force pour être une Maman Peurageuse, une vraie battante. Son enfant, c’est son sauveur dans tous les sens du terme, mais c’est ce qui a sauvé son âme et sa raison, avant tout. On a ici toute la beauté de la maternité.

Passer la porte de la Chambre, Room, c’est rencontrer un petit bonhomme qui vous chavirera le cœur et l’esprit, vous fera revivre avec des yeux d’enfants le monde qui nous entoure. Il est incroyable ce livre, tout en sensibilité, en chassé croisé entre drame et imaginaire exacerbé. Une lecture inoubliable!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

L’instant présent, Guillaume Musso

Couverture L'instant présent

Pourquoi je l’ai choisi:

Un détour sans faute depuis des années maintenant….Un rendez vous que je ne rate plus: Musso /Levy, c’est l’incontournable de l’année.

Synopsis:

Lisa et Arthur n’ont rendez-vous qu’une fois par an.
Il passe sa vie à la chercher…
…??elle passe la sienne à l’attendre.

Lisa rêve de devenir comédienne. Pour payer ses études d’art dramatique, elle travaille dans un bar de Manhattan. Un soir, elle fait la connaissance d’Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. Leur complicité est immédiate. Pour le séduire, Lisa est prête à tout. Dans une ville-labyrinthe qui n’offre aucun répit, elle prend tous les risques. Mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Bientôt, il révèle à Lisa la terrible vérité qui lui interdit de l’aimer :

 » Ce qui m’arrive est inimaginable, et pourtant bien réel… « 

Dans un New York plus imprévisible que jamais, Arthur et Lisa vont lier leur destin pour déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.

Les personnages:

Arthur, on s’attache à ce jeune homme. Comment ne pas être tendue à ses cotés dans sa quête d’amour en 24h???? ….

Sullivan m’a beaucoup émue. Ce grand père a beaucoup de qualités humaines. On souhaiterait l’avoir auprès de nous.

Ce que j’ai ressenti:

Je crois que Mr Musso a entendu mes prières……Enfin……….Il était temps…..Cette année, nos deux auteurs préférés français sont revenus là ou on les attendait et ça fait du bien!!!!! Vous l’aurez compris , j’ai beaucoup apprécié ma lecture! J’espérais revoir Musso revenir à ses débuts, à ses histoires fantastiques et romantiques, et cet opus là, remplit  toutes mes attentes.

Ce phare des 24 vents a un charme fou, autant dans cette malédiction, que dans son ensemble. Ce coté cosy, enchanteur, égaré, théâtre d’instants coupés, soumis aux vents hurleurs de la vie, ébranlé par les tourments de l’amour. Il a un envoûtant attrait. On aurait bien envie d’en être propriétaire si c’était pas aussi difficile, une fois, passé une certaine porte. J’aime le coté atypique des phares, c’est une maison des plus originales qui soient: un rêve, pour ma part, d’y habiter!!!

Cette lecture aura été des plus plaisantes. Jusqu’à la fin, on ne voit rien venir. C’est ça que j’aime chez cet auteur, c’est sa manière à lui de nous embarquer dans le presque « irréel », et d’une ritournelle nous redéposer dans la réalité. Je suis restée surprise par cette chute, et je l’ai adoré. Alors bien sur, si on y regarde de plus près, elle a quelques lignes mouvantes, mais bon, c’est dérisoire comparé au choc réussi haut la main de sa conclusion.

Quelle jolie façon de nous faire revivre l’actualité à travers des dates clefs de l’année! Très appréciable de remettre en évidence l’évolution de notre actualité. On l’a vécu, on a écouté toutes ses musiques, chaque événement énoncé nous parle directement, on se sent acteur dans ses instants de faits divers.

Bien que ça ai été une lecture des plus agréables, j’ai eu des fois quelques reculs dans ma lecture dû à un langage trop parlé dans les dialogues, quelques facilités dans les expressions, un vocabulaire un peu pauvre. Ca ne gêne en rien l’intrigue, mais je me dis qu’on est en droit d’attendre un peu plus de l’écrivain français le plus lu…..

En bref, cette lecture nous emmène à plus apprécier nos quotidiens, à mettre plus de valeur dans L’instant présent.

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 7/10

Des noeuds d’acier, Sandrine Collette

Couverture Des noeuds d'acier

Pourquoi je l’ai choisi:

Une offre promo numérique m’a décidée a lire cette auteure du « moment »….

Synopsis:

Avril 2001. Dans la cave d’une ferme miteuse, un homme est enchaîné. Théo, quarante ans, a été capturé par deux vieillards qui veulent faire de lui leur esclave. Théo n’a pourtant rien d’une proie facile : athlétique et brutal, il sortait de prison quand ces deux vieux fous l’ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d’autres. Alors, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d’échapper à ses geôliers.

Les personnages:

Théo autant on a du mal à rester insensible à sa douleur, autant, je l’ai trouvé très faible. Il ne se bat pour sa liberté, ça m’a beaucoup dérangé cette sorte de résignation. Luc, lui dit comment ça va se passer, et on dirait qu’il s’est déjà fait à l’idée de cet esclavage innommable. Je me dis sur la fin, bien sur que ces deux tarés l’ont brisé, mais au début??!!!!

Ce que j’ai ressenti:

Ouh, je sens encore l’horreur et la saleté accrochées sur mes doigts, d’avoir touché de si près l’Immonde……Je suis scotchée: en même temps, pétrifiée d’être témoin de tant de violence, et admirative du talent de l’auteure de nous livrer un thriller efficace…..Un huis clos dont on ne sort forcement pas indemne, et se dire que les faits datent de 2002, cela ajoute encore une dimension plus incroyable, c’est maintenant, c’est récent, c’est en France, je crois que c’est cela qui est le plus effrayant, mais bon je me dis aussi, qu’il n’y a pas de date (cf les derniers évènements du mois de dernier chez Charlie Hebdo….), l’Horreur peut frapper n’importe ou, n’importe quand…..

Ce qui m’a le plus dérangée en fait, c’est le manque de « raisons ». Il m’a manqué des pourquoi: Pourquoi ses deux vieux en arrivent-ils, là? Pourquoi la folie s’est acharnée sur ces deux pauvres gars paumés? Pourquoi tant de haine? POURQUOI?!!!!!!! J’ai bien compris que c’est pour cela que ce récit est d’autant plus horrible, mais moi, la violence gratuite, ça m’écœure!!!Il n’y a en fait aucune circonstance atténuante, on ne s’attache à aucun des personnages, on ne trouve aucune logique à ce déroulement, c’est pour cela que ça me perturbe d’autant plus…..Je reste choquée de cette horripilante torture.

En bref, il est clair que c’est livre qui se dévore car on est totalement happé par cette intrigue, mais une fois qu’on y a mis les pieds dedans, on voudrait en sortir le plus vite possible, en mettant, bien sur ,un point final à cette cruauté.

Ma note Plaisir de lecture fee clochette 6/10

Nymphéas noirs, Michel Bussi

Couverture Nymphéas noirs

Pourquoi je l’ai choisi:

J’avais hâte de découvrir celui la, qui est décrit comme le « meilleur de l’auteur »…..

Synopsis:

Tout n’est qu’illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels. Au coeur de l’intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une vieille femme aux yeux de hibou qui voit tout et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux Nymphéas noirs. Perdues ou volées, telles les illusions quand passé et présent se confondent et que jeunesse et mort défient le temps.

Les personnages:

C’est assez bizarre de voir écrit son prénom….Surtout quand la belle est aussi charmante et mystérieuse……

Fanette est fraîche et extraordinairement candide, je l’ai adoré.

La vieille dame m’a régalée avec ses petites remarques toutes plus cinglantes les unes que les autres….

Ce que j’ai ressenti:

Ce livre aurait pu être mon préféré pour plusieurs raisons, j’ai souri à tous les petits clins d’œil quand je voyais apparaitre Stéphanie dans l’intrigue……Oui mais voilà, ça ne le sera pas.

Je tiens à dire que j’adore la plume de cet auteur, son envie de toujours nous surprendre (et d’y arriver!!!!!) et de nous faire partager un moment d’intimité avec l’Histoire….Je reste convaincue malgré les gros bémols que je vais y mettre, et je me dis que heureusement pour moi, je n’ai pas commencé par celui ci!!!!Je l’aurai abandonné pour ne plus jamais m’intéresser à cet auteur pour autant génial!!!!!

Je me suis ennuyée, mais ennuyée ferme au cours de ma lecture. J’ai failli abandonner à plusieurs reprises, mais j’avais tellement vu de bonnes critiques qui vantait la fin généralissime que je me suis accrochée, même si j’ai mis un temps infini sur cette lecture…Alors oui, à la fin on s’aperçoit du talent indéniable de cet auteur, je l’avais déjà remarqué avec d’autres de ses œuvres, mais je ne sais pas ce qui c’est passé, je n’accrochais pas du tout aux flics, mais alors pas du tout, ils étaient lourds et pas vraiment efficaces, je pense, et puis, ça ne bougeait pas trop coté action….Bien sur, il posait ses bases pour la fin, on voit bien que Mr Bussi a travaillé son intrigue pour que chaque détail trouve sa réponse dans la conclusion, mais bon quand ça ne décolle pas et qu’on n’accroche pas aux acteurs principaux, le temps parait plus long, mais looooooooooong…….

Il n’empêche que la conclusion est surprenante et vraiment géniale, donc, comme tous, je salue son ingéniosité. J’ai passé un bon moment dans le village de Giverny, et là aussi je remercie l’auteur de nous faire partager la culture et le patrimoine Français qu’il sait mettre particulièrement bien en avant. Merci , j’ai appris beaucoup sur la peinture et sur Monet en général, je voudrais bien aussi un de ses fameux Nymphéas! Une petit visite culturelle me parait absolument nécessaire du coup…..

Nymphéas. Effet du soir - Claude Monet

Ma note Plaisir de lecture fee clochette 5/10

Previous Older Entries

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 186 autres abonnés