Au coeur de la folie, Luca D’andrea.


Synopsis:

Italie, hiver 1974. À bord d’une Mercedes crème, Marlene fuit à travers le Sud-Tyrol. Elle laisse derrière elle son mari, Herr Wegener, et emporte les saphirs qui lui avaient été confiés par la puissante mafia locale. Alors que, devenu fou, il retourne la région pour la retrouver, Marlene prend un mauvais virage et perd connaissance dans l’accident. Simon Keller, un Bau’r, un homme des montagnes, la recueille et la soigne. Marlene se remet petit à petit dans un chalet isolé, hors de portée de poursuivants pourtant infatigables, et fait un jour la connaissance de Lissy, le grand amour de Simon Keller. Entre huis clos des sommets et traque mafieuse en Italie, Au cœur de la folie nous entraîne dans une spirale de frayeur, à la suite de personnages d’une noirceur fascinante.


Ce que j’ai ressenti :

 

  • Au coeur…Des Légendes.

Les légendes ont une magie intemporelle qui interagissent avec nos rêves d’enfants, mais aussi nos plus grandes peurs…Les angoisses intangibles de cet age innocent, feront les adultes de demain…J’aime tellement quand une histoire mêlent la puissance évocatrice des contes à un thriller psychologique intense. Au Coeur de la Folie de Luca D’Andréa, est une histoire à couper le souffle, à vous glacer les sangs, à vous filer des sueurs froides. Une jolie réussite qui se confirme après le très bon roman de cet auteur: L’essence du Mal. On revisite, dans ses montagnes enneigées, deux légendes très fortes du Vulpendigen et des Kobolds. C’est à en trembler de peur…Et c’est forcément délicieux d’avoir des frissons d’angoisses remisnescentes avec des personnages aussi affreux qui ont su traverser les siècles…Dans ce petit maso, entre solitude et silence, les créatures fantastiques pourrait bien venir hanter plus ardemment, ces êtres perdus…Sans compter, que Lissy veille…

« L’homme ne désire pas ce qu’il voit.
L’homme désire ce qu’il imagine. »

  • Au coeur…du Cercle Parfait.

On est au cœur d’une société secrète et de ses déploiements armés, au cœur de la violence et des esprits perturbés, au cœur de la corruption et d’un vol de saphirs maudits…Un thriller rythmé aux doux sons des vengeances et de la traque sans répit. Au cœur même des cercles vicieux de l’argent et de ses spirales exponentielles de conséquences fâcheuses…Avec une plume incisive et hypnotique, Luca D’Andréa maîtrise ses effets entre paranoïa et peur sourde, pour un huis-clos aux cercles concentriques qui vous prend aux tripes, pour ne plus vous lâcher. La peur et l’angoisse, comme seule compagnie…Et bizarrement, une faim tenace et terrible qui va vite devenir contagieuse… Vous dévorerez ce livre aussi goulûment que la douce Lissy…Je n’ai pas pu décrocher, une fois lancée, dans la fuite aux côtés de Marlene, j’étais captivée par le style et l’ambiance sombre, qui se dégage de cette histoire…

« Le monde grouille de signes, de miracles et de mystères. »

  • Au coeur… de la Folie.

Si l’auteur joue autant avec nos nerfs, qu’avec les petits lutins, il orchestre aussi, tout son roman autour des vertiges psychologiques. Il explore toutes les failles du conscient et de l’inconscient, des dérives de la solitude, des liens du sang empoisonnés, et des traumatismes qui régentent toute une vie…Un thriller bien plus puissant qu’une simple chasse à l’homme, bien plus fantastique qu’une histoire d’amour à l’agonie, bien plus mordant qu’un croc de truie, bien plus retors qu’une mafia déterminée…C’est cela, et bien plus…Tous les ingrédients d’une bonne recette étaient là, pour que je sois accro à ses lignes, aussi affamée que Lissy, et c’est sans doute dans un accès de folie, que je vous avoue, avec une voix très insistante, avoir eu, un coup de cœur pour Au coeur de la Folie

« Si on est vivant, c’est grâce au destin. Or on ne crache pas au visage du destin. »

 

Ma note Plaisir de Lecture  10/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Clémence ainsi que les éditions Denoel pour l’envoi de ce livre! Ce fut une lecture captivante!

 

Résultat de recherche d'images pour "editions denoel"

Publicités

Les illusions, Jane Robins.

Couverture Les Illusions


Synopsis: 

Jusqu’où peut-on s’immiscer dans la vie de ses proches ?

Callie a toujours vécu dans l’ombre de sa sœur, Tilda, à qui tout réussit. Celle-ci est actrice et forme un couple heureux avec Felix, un riche banquier, alors que Callie vit seule et végète dans la librairie où elle travaille. Si elle admire toujours autant sa sœur, elle ne peut néanmoins s’empêcher de penser que quelque chose se cache sous ce vernis de perfection. Tilda ne serait-elle pas sous l’emprise de Felix, dont les comportements obsessionnels sont de plus en plus inquiétants ? Ou bien Callie se fait-elle des illusions ? N’est-ce pas plutôt elle qui a un problème avec la réussite de Tilda ? Lorsque Felix décède d’une crise cardiaque, les relations entre les deux sœurs prennent un tour complètement inattendu.

La jalousie, la culpabilité, le remords… dans ce roman au suspense hitchcockien, Jane Robins joue sur tous les registres des liens familiaux. D’une étonnante acuité psychologique, elle dessine des personnages à l’humanité poignante, jusque dans leurs failles et leurs excès, pris dans une intrigue où il est impossible jusqu’à la fin de démêler le vrai du faux.


Ce que j’ai ressenti:

  • Illusions d’enfance…

Callie et Tilda sont deux sœurs jumelles avec une relation fusionnelle…Avec tout ce que cela implique…Un lien tellement fort, tellement intense qui est à la limite de la normalité. L’amour les unit, l’admiration les déchire. Des flash-back disséminés dans ce thriller redoutable, viennent ajouter des touches de frissons désagréables, mais impossible de saisir réellement quelque chose…Tout nous échappe, les souvenirs, les actes déraisonnables…Vent de folie, vent d’adoration, leur fratrie est une bourrasque détonante…

Et puis, entre dans la ronde des sœurs: Félix.

« -Non, petite soeur. Bien sûr que non. Tu es une prolongation de moi-même…Tu le sais bien. »

  • Illusions de couple…

Tilda et Felix ont tout pour eux. Amour Gloire et Beauté. Tellement ressemblants. Tellement lumineux. Attirant tous les regards. Alors forcément, la soeur un peu « collante », Callie, il faut qu’elle laisse place au nouvel amour de sa trop belle jumelle, Tilda…Mais Suspicion vient se glisser dans l’équation, grignotant petit à petit, les ententes, doucement s’immiscer dans chaque rencontre, fracturant le vernis de façade de tout un chacun…Et cela fait des crics et des cracks. Ça raconte beaucoup de cracks, ça explore des forums douteux… Mais le mot Mariage est prononcé…Tilda et Félix vivent un amour passionnel, n’en déplaise aux rumeurs….

Et puis, entre dans la ronde des amoureux: Fatalité.

« Je suis la presque mort, le précurseur de la mort, et je lui dis de la fermer. »

  • Les illusions, ou le thriller rondement mené!

C’est terriblement bien orchestré. Tu fermes le livre, et tu dis « Elle est douée, cette Jane Robins ». Premier roman et déjà, une réussite! C’est avec beaucoup d’appréhension que je tente d’en parler sans rien dévoiler, car c’est toujours à un détail que se joue souvent tout l’édifice d’un thriller psychologique. Il y a des mots-clefs que je pourrai évoquer, mais cela serait tellement dommage…

En revanche, je peux vous dire que j’ai été bluffée, dérangée, étonnée, fortement surprise…Les thèmes sont actuels, avec toute la nouvelle donne de l’Internet et ses petits lieux de rencontres privées, les nouvelles névroses dû à ce nouvel environnement surexposé: toujours à un clic du basculement, à un clic du drame, à un clic de l’irresponsabilité. Un écran toujours plus présent, toujours plus intrusif, et de là, viennent toutes les failles des illusions…C’est passionnant et très édifiant.

Je vous laisse d’ailleurs méditer sur les mots de notre héroïne resplendissante Tilda, ou même noter dans votre dossier:

« -C’est sur Internet que les tarés se retrouvent. »p18 

 

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

 

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Muriel ainsi que les éditions Sonatine pour l’envoi de ce livre. Merci de leur confiance!

La mémoire des morts, Eric Berg.

Couverture La mémoire des morts

Pourquoi je l’ai choisi:

Il est arrivé comme par magie dans mon univers….  Je trouve cette couverture en monochrome, très attirante, et j’ai bien fait d’aller me perdre sur ces rives froides…

Synopsis:

Sortie de l’hôpital partiellement amnésique, une jeune femme retourne sur les lieux de son accident. Sa soeur y a perdu la vie à ses côtés.
Sur cette petite île de la Baltique, paradis perdu de leur adolescence, elle mène l’enquête, retrouve un à un ses amis et cherche à reconstituer la bande, le clan des sept. Ils ont changé, vieilli. Et à remuer l’écume des amours enfantines, les souvenirs remontent. Tout ce qu’on a enfoui. Tout ce qu’on aurait dû oublier. La mémoire des morts.

Ce que j’ai ressenti :…Troubles eaux du passé…

J’adore l’ambiance très particulière des îles : petit bout de terre isolé au coeur des mers, vivant de ses habitudes et de ses contraintes dû à cet éloignement…Poel a tout du charme de la Baltique, un lieu où La mémoire des morts hante les ruines d’un « palais » ancien, un bâtiment précieux pour une amitié de gamins à la soif d’échanges…  7 enfants qui forment une bande, partageant délires et amours, joies et peines, drames et réussites. Il se retrouvent une vingtaine d’années après pour essayer de sauver leur lieu d’amitié, essayer de faire renaître ce qu’il reste de souvenirs, se retrouver une nouvelle fois ensemble, dans les vestiges d’un lieu prisé par la pince impitoyable du capitalisme…

« Il était plus facile de se soumettre que de résister, de suivre la pente de la lâcheté plutôt que celle du courage. »

Eric Berg tient les rênes de son thriller psychologique:  il nous balade dans son intrigue en nous faisant tomber dans des trous d’oublis, ravivant les feux d’amour adolescents, frictionnant les étincelles de jalousies enfantines, soufflant sur l’embrasement des échecs adultes…Clairement, on voit au fur et à mesure de l’évolution du récit, s’insinuer, les entrelacs de la discorde, de nouvelles affinités insoupçonnées, la nouvelle donne de cette amitié multiple…En suivant les pas de Léa, amnésique et endeuillée, on revisite avec ses yeux d’artiste et ses flous souvenirs, les miettes de la dynamique de ce groupe d’enfants…Tout le talent de cet auteur, tient à cette montée de suspense et de drames enfouis, qui se réveillent dans les mémoires, et de la fine délicatesse qu’il a de nous les dévoiler au compte goutte…

« Vivre, ce n’était que trimer et vieillir, après quoi on dépérissait lentement ou on tombait raide mort. »

Au risque de trop en révéler du charme et  des mystères qui entourent cette île, je voudrais juste dire que ce thriller est impeccablement mené, de surprises en rebondissements, je me suis laissée surprendre par cette histoire. Je me suis régalée de voir les grains de sable enrayer l’édifice de cette entente idéale, admiré les flots de la turbulence adulte réorganiser les relations passées, fascinée par le souffle de la culpabilité fermentée…En bref, j’ai adoré, et je le recommande bien chaudement!

« Comme toutes les enfances, la sienne s’était enfuie sans bruit, il ne savait quand ni comment. » 

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

 

Remerciements: 

Je tiens à remercier chaleureusement les éditions Slatkine et Compagnie, de leur confiance et pour l’envoi de ce livre en avant-première! Ce fût une lecture palpitante!

Tout n’est pas perdu, Wendy Walker

Couverture Tout n'est pas perdu

La vérité peut vous reconstruire, Elle peut aussi vous détruire.

 

Pourquoi je l’ai choisi:

Les titres de chez Sonatine Editions sont tous, plus tentants les uns que les autres, mais quand on voit dans le pitch qu’avant même sa parution, le cinéma lui fait déjà les yeux doux, on est forcément intéressé!!!Si j’ai foncé pour celui ci, c’est que ce Thriller touche à la Psychologie,  je « sentais » avant même sa lecture que le mélange serait détonnant!

Synopsis:

Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenny Kramer, quinze ans, qui présente des troubles inquiétants. Celle-ci a reçu un traitement post-traumatique afin d’effacer le souvenir d’une abominable agression dont elle a été victime quelques mois plus tôt. Mais si son esprit l’a oubliée, sa mémoire émotionnelle est bel et bien marquée. Bientôt tous les acteurs de ce drame se succèdent dans le cabinet d’Alan, tous lui confient leurs pensées les plus intimes, laissent tomber leur masque en faisant apparaître les fissures et les secrets de cette petite ville aux apparences si tranquilles. Parmi eux, Charlotte, la mère de Jenny, et Tom, son père, obsédé par la volonté de retrouver le mystérieux agresseur.

Ce thriller, d’une puissance rare, plonge sans ménagement dans les méandres de la psyché humaine et laisse son lecteur pantelant. Entre une jeune fille qui n’a plus pour seul recours que ses émotions et une famille qui se déchire, tiraillée entre obsession de la justice et besoin de se reconstruire, cette intrigue à tiroirs qui fascine par sa profondeur explore le poids de la mémoire et les mécanismes de la manipulation psychologique.

Les personnages:

Nous avons la chance d’avoir une vision des personnages sans fard, sans barrières. On sait tout d’eux, ce qui se cache derrière leurs sourires de façade et la bienséance. J’ai trouvé cela fascinant! Tous les travers et les obsessions mises à nu, le lecteur a les clefs des secrets de chacun des habitants de cette ville. Ils sont imparfaits, mais on adore en savoir autant sur eux, sans compter qu’il y a de jolis moments à lire, notamment sur leur façon d’être parents…

Ce que j’ai ressenti:…Une empreinte de malaise indescriptible…

Parce que finalement, il touche à l’intime et à l’intimité, ce thriller ne laisse pas indemne. Il provoque une espèce de malaise sourd, qui ne vous lâche pas . C’est très dérangeant, mais c’est aussi, une nouveauté d’expérience de lecture. Il est rare d’arriver à se diversifier dans ce genre, mais cette façon de présenter un drame et ses conséquences, sous cette forme précise nous surprend, autant qu’il nous déstabilise. Car c’est bien là, que ce livre sort son épingle du jeu, c’est dans son originalité de point de vue.

Un psychiatre, une ville, des secrets. Un prisme de vues et de scénarios qui s’entremêlent pour mieux y perdre son lecteur. Jeux de faux-semblants, mensonges éhontés, mémoire défaillante, manipulation sous jacente: la ville est riche de méandres sournoises et de troubles inquiétants. Finalement, cette course à la vérité et aux souvenirs risque de faire plus de mal que de bien, mais elle est inévitable. Ce travail psychologique nous donne une saisissante opportunité d’en connaître plus sur la mémoire et son fonctionnement, mais également les points sensibles entre aide et manipulation. La faille est mince, mais une fois qu’on s’est engouffré dedans, on dévore ses pages avec une avidité certaine. J’ai aimé être baladée dans les synapses de l’esprit, suivre les fausses pistes, et ramasser les petits cailloux blancs de cette intrigue pour mener à ce final surprenant.

En bref, j’aurai trop peur de trop en révéler si je continuais, mon conseil sera donc le suivant: courez l’acheter, il sort aujourd’hui!!!!!!!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 9/10

 

Remerciements:

Je tiens à remercier les éditions Sonatine pour l’envoi de ce livre! Ce fut une lecture saisissante!

lu-en-part-avec-la-me

c26ac-sonatine_logo

 

Vertige, Franck Thilliez

Couverture Vertige

Pourquoi je l’ai choisi:

Comme prévu je me fais ma petite triplette Thilliez: 3eme mois, 3eme opus!!!!

Synopsis:

Certains secrets sont inavouables, mais serions-nous prêts à mourir pour les cacher ?
Un homme se réveille au fond d’un gouffre, au coeur d’un environnement hostile, deux inconnus et son fidèle chien comme seuls compagnons d’infortune. Il est enchaîné au poignet, l’un des deux hommes à la cheville et le troisième est libre, mais sa tête est recouverte d’un masque effroyable, qui explosera s’il s’éloigne des deux autres. Qui les a emmenés là ? Pourquoi ? Bientôt, une autre question s’imposera, impérieuse : jusqu’ou faut-il aller pour survivre ?

Les personnages:

Jonathan est un homme amoureux.

Farid est un homme mystérieux.

Michel est un homme dangereux.

Pok est un chien plein d’instinct.

Un mélange détonnant au fin fond d’un gouffre, le pire va forcément ressortir….

Ce que j’ai ressenti:

 

Clinique Elfique

2 Impasse de la lecture

8210013456 Air Bulle

 

Monsieur Thilliez,

Nous avions laissé le mois dernier, Stelphique dans un état lamentable après Puzzle, dans une chambre isolée…Il semblerait que ça lui est pas réussi. Les délires et paranoïas qui l’affligeaient n’ont fait que s’accentuer! Nous avons donc pensé à l’emmener au grand air, sur une montagne, tenter de l’exercice….

Nous avons opté pour notre plus féérique patiente, une expérience d’alpinisme. Oui mais voilà, Monsieur Thilliez, vous avez créé un gouffre dont on ne réchappe pas, et vous savez pourtant que les fées ne peuvent survivre dans ce genre d’endroit. Stelphique, privée de lumière, frigorifiée jusqu’à la moelle malgré tous nos efforts, et totalement désemparée par votre imaginaire sans limite, a failli perdre la raison dans cette excavation. L’obscurité et le manque d’oxygène a amoindri son jugement. La féérie l’a presque déserté, car la peur lui étreignait trop le cœur. Vous avez failli tuer une fée!!!Seriez vous totalement inconscient??L’angoisse, le froid, les ténèbres, mais surtout la fin de l’espoir, est-il possible de faire autant de mal en près de 300 pages???!!!!!

Entre les chaînes qui l’entravait et le manque de nourriture, son cerveau a peu à peu perdu de ses capacités…. et les hallucinations d’arriver: Une tente, un masque de fer, des cadavres, de mystérieuses lettres, un magot….La fièvre s’est emparée d’elle, nous avons failli la perdre, pour de bon cette fois ci, car les symptômes s’accentuaient à vitesse grand V. Sa paralysie nerveuse nous inquiète au plus haut point. Des engelures semblaient s’emparer de ses extrémités, tandis que deux taches sombres sont apparues sur sa poitrine, comme des coups de piolets.

Là, où nous avons compris qu’elle avait perdu sans doute ses esprits, c’est quand elle nous a parlé de se faire tatouer sur le ventre trois mots et une phrase.

Talentueux.

       Vertigineux.

                  Ténébreux.

Des mots, des lettres. Et mon cœur s’ouvre…..pour Thilliez.

Monsieur Thilliez, vous comprenez bien que par la présente, notre angoisse est à son maximum: notre chère amie semble droguée à vos thrillers. Elle se shoote à l’adrénaline que vous lui inspirez à chaque nouveau roman, au détriment de sa santé. Il semble qu’elle ne puisse plus se passer de son rendez vous du 25 de chaque mois avec vous. Pour la troisième fois, elle affiche encore son Coup de Cœur. Nous avons encore du mal à comprendre cette fascination qu’elle vous porte et nous comptons un de ces jours nous plonger aussi , juste pour l’expérience, dans une de ses lectures, histoire de voir s’il contamine le réseau clinique elfique.

 

Cordialement,

L’équipe Clinique Elfique.

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

Thérapie, Sébastian Fitzek

Couverture Thérapie, Tu ne te souviendras pas, Le briseur d'âmes 

Pourquoi je l’ai choisi:

Il traînait dans ma PAL, et puis une LC a été lancée par Stephanieplaisirdelire, donc je me suis lancée….

Synopsis:

Josy, la fille du psychanalyste Viktor Larenz, souffre d’une maladie inconnue et disparaît mystérieusement. Quatre ans ont passé, Larenz s’est retiré sur une île au nord de l’Allemagne et reçoit la visite d’une romancière qui souffre d’une forme rare de schizophrénie : les personnages qu’elle invente prennent vie et son dernier roman ressemble étrangement à l’histoire de Josy…

Les personnages:

Viktor, un homme tourmenté comme on les aime!!!

Anna, ah celle là je m’en suis posée des questions sur son compte!!!!J’aurai peut être préféré une de mes options de déductions….Mais finalement elle est juste parfaite dans son rôle….

Ce que j’ai ressenti:

J’ai vraiment une préférence particulière pour les thrillers psychologique, et forcement au fur et à mesure de ma lecture j’étais ravie de la tournure que ça prenait!!!Oui, en effet, je me suis lancée dans cette lecture sans en savoir rien (je n’avais même pas lu le synopsis, juste je voyais un peu cet auteur au détour de la blogosphere….).Vous me direz forcement avec un titre pareil ça doit éveiller, ben peut être que mes nuits trop entrecoupées par les réveils incessants de ma progéniture rétrécissent ma capacité de déduction…Mais heureusement pour moi, je ne suis pas passée à coté de cette lecture!!!

J’ai adoré me triturer les méninges, à échaffauder des déductions, surtout que j’ai mis longtemps à le lire…Je suis donc plutôt satisfaite du déroulement de l’intrigue…C’est assez perturbant, pas mal de rebondissements, et au final tout prend son sens (et quelle fin!!!!)…Je ne veux rien dévoiler (j’évite à tout prix les spoilers), mais cet auteur a un vrai talent en ne faisant intervenir que très peu de personnages dans son histoire, j’ai bien aimé cette ambiance angoissante entre douleur et solitude, j’ai trouvé cela très réussi….

J’ai juste eu un moment de déception quand j’ai cru reconnaître des similitudes avec Carrie du grand Stephen King, mais heureusement il n’en a rien été!!!!Ouf!!!!Car sinon ça aurait été dommage et je n’aurai pas persister avec cet auteur, malgré l’édition qui me réserve encore 2 de ses histoires….

En bref, je suis assez contente d’avoir lu ce livre, et même si ce n’est pas le coup de cœur tant attendu, je lirais avec plaisir ses autres œuvres!

Le petit plus: Un roman court très efficace!

Le petit bémol: J’aurai aimé plus de détail sur Isabel à la fin…Un peu trop vite expédié sur son compte je trouve….

 

Ma note fee clochette 8/10

 

 

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 205 autres abonnés