Bienvenue dans mon univers!

Egérie de mon blog littéraire, elle sera la pour laisser une trace de poussière de fée au milieu de ma sélection de livres….Ne vous fiez pas à l’aspect enfantin, car mes préférences vont, le plus souvent, vers les thrillers…..

clochette-1.jpg

« Chaque fois que quelqu’un dit: Je ne crois pas aux contes de fées, il y a une petite fée quelque part qui tombe raide morte. « 

J.M.Barrie, Peter Pan

Tu es la plus belle chose que j’aie faite pour moi, Elvira Sastre

🫁Ce que j’ai ressenti:

Je t’offre mon attention

Mais je me l’offre aussi

Parce qu’une belle chose

Se partage et se garde

Secrètement en soi

L’amour autant que

La poésie sont essentiels

Pour comprendre, exprimer

Questionner, donner, s’offrir

Parce que c’est toi Elvira

Parce que c’est moi

Je m’embrase pour ces mots

Les lignes et les tours de cadrans

Douze Jours sans Toi

M’a bouleversée

Il fallait donc que je fasse pour moi

Quelque chose. Quelque chose

Comme te faire rentrer dans ma maison

Dans ma bouche, quand je récite

Dans mon cœur, quand je reçois

Tes émotions en tempête

C’est l’été, et je n’ai plus envie

D’hiberner

Je veux qu’il soit écrit

Et bien visible sur mes dents

Que je me battrais pour la poésie

La survie de l’amour

Et les fleurs qui gèlent

J’écris pour toi et moi

Que les monstres reculent

À l’évocation de l’amour

Qu’ils s’y résolvent

Parce que nous ne lâcherons

Rien. Rien de plus beau que cela

Si toi tu aimes, alors j’aime

Pas un seul jour

Ne devrait contrer ça.

Et si douze est un cycle

Alors je le prends

Je veux bien tourner

Retourner dans cette beauté

Le silence et l’entre-temps

Je veux bien saisir

La perte et la guérison

Je veux bien apprendre

La résilience et les mots

Qui se glissent dans le cadran

Comme toi, je suis quelqu’un

D’excessif

Musique, poème, et voix

Quelqu’un qui aime

Démesurément

Parce que c’est la seule bonne façon

Alors quand je te lis

Je me sèche et je me liquéfie

J’entends les muses et les miracles

Et si je ne me plais pas toujours

A trois heures cinq

Je t’aime à midi et à minuit

Indéfiniment

Il y a des moments où la vie

Te place face à la poésie

Et tu l’aimes alors

De tout ton cœur

Parce qu’il n’y a que ça de vrai.

La nuit va nous perdre, Jean-Charles Dupuy

📀Ce que j’ai ressenti:

« Je comprends tellement mieux les cœurs brisés. Ils sont pleins de vérités. Leur désespoir palpable les rend bien plus humains que tous les bienheureux, les ravis, les contents. »

Il était une promesse. Un jeune passionné de musique et de tennis. Un jeune amoureux. Il était bosseur, doué, sensible. Mais il a fallu qu’il mette un pied dans la nuit. Qu’il y saute à pied joints. Qu’il s’y perde et qu’il revienne, avec le cœur brisé. Et moi, les cœurs brisés, je les écoute, je ne me lasse pas de les écouter…Dans les ballades Rock, les cœurs en berne, ce n’est pas ce qui manque, mais là, il nous ait raconté au milieu du tumulte, une histoire d’amour au cœur du Bus Palladium. La vie nocturne est pleine de sensations, de tentations, de basculements. Il avait sa lumière, son amoureuse. Mais la nuit est dévoreuse, elle mange les cœurs guimauve, elle entraîne ses adeptes dans de folles danses chronophages…On ne revient pas facilement d’une course noctambule aussi effrénée. On n’en revient presque jamais avec de la lumière, une fois, qu’on a été dansé avec la Brune…La nuit va nous perdre, c’est l’histoire d’un jeune homme qui embrasse la nuit, avec ce que ça implique de pertes et de fracas…

« Quand on devient toxico, on s’entoure d’un tas de paumés auxquels on ne confie rien, on se crée des solidarités de cour des miracles, un réseau de type en vrac. »

Elle est un fléau. Il était distrait, dans une euphorie-tourbillon, dans le pli de la nuit. Il était sur la faille, innocent, épuisé. Mais il a fallu qu’il goûte à la nuit. Qu’il s’y laisse prendre et qu’il en reprenne, encore et encore. Addict, ça sera sa perte. Les lumières, l’argent, les célébrités sont aimantés par ce lieu emblématique: le Bus Palladium. Les ténèbres, l’avidité, les dealers, également. La musique et la blanche passe de main en main, de cœur en cœur, et à se pencher trop au-dessus du vide, certains tombent, dedans…

« L’histoire est un boomerang. Vous croyez qu’elle s’élance, qu’elle court vers l’horizon, loin devant, mais non. Elle vous revient, et vous frappe. En pleine poire. »

Il était le DJ phare du lieu, mais il est parti en naufrage. On écoute juste sa dérive, mais heureusement, il en revient, avec ce livre palpitant… J’ai aimé ce récit, parce qu’il est sans artifice malgré le contexte festif, déluré, très rock. J’ai entendu la nuit, la musique, la sincérité. J’aurai voulu leur chanter Stay, mais ce sont d’autres playlists, qui sont venues… Cet homme raconte son histoire, avec les bons et les mauvais côtés de la vie, le beau et le laid de la nuit. C’est toujours intéressant d’avoir le murmure des coulisses, quand le faste s’empare d’un lieu. J’aurai adoré connaître Josy, faire deux trois pas de danses sur cette piste, mais La nuit va nous perdre quelque part entre nostalgie et rock’n’roll endiablé, alors je referme la page, et puisse l’amour s’élancer…

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement les éditions Sonatine de leur confiance et l’envoi de ce livre.

Challenge Juillet Sororité

🌸Challenge Juillet Sororité🌸 Édition 2022.

Je le relance, pour le plaisir!

Un mois consacré à la féminité et à la bienveillance. Vous pouvez donc, utiliser le hashtag

#challengejuilletsororité

où vous pourrez abriter toutes vos découvertes livresques qui se combine parfaitement, d’ailleurs, avec celui que j’avais déjà créé

#lireetcelebrerlesfemmes …

Le but étant de lire des autrices.

Toutes les lectures qui rentrent dans cette catégorie rentrent dans le challenge. Ces lectures peuvent être engagées, imaginaires, feel-good, polar, historique, poétique, blanche ou noire, scientifique ou culturelles, bref….Chaque lecture comptera un point.

Mais, je voulais un peu pousser ces découvertes pour faire connaître, en apprendre plus sur les femmes et tous leurs états. Pour moi, c’est évident que cela se passe autant dans le cœur, l’esprit et le corps. Donc, un point bonus sera associé à vos lectures si jamais, elle touche à cette classification…

(Les points sont cumulables, une seule lecture peut remporter 4 points)

🫀Cœur 🧠Esprit 🧍🏻‍♀️Corps

Tout d’abord, 🫀Le choix du cœur🫀

Parce que c’est le thème principal de ce challenge, la sororité. Parlons de ces femmes qui font des actions, des lois, des mouvements, des gestes qui comptent pour améliorer le quotidien des autres femmes.

Ensuite, 🧠Le bouillonnement de l’Esprit🧠

Elles ont fait le choix d’être artistes, poétesses, écrivaines, penseuses, peintres, chercheuses, sportives…Elles ont bouleversé le monde, les codes, les mentalités…Parlons de ces femmes qui osent se révéler dans un domaine donné…

Et pour finir, 🧍🏻‍♀️Le corps au féminin🧍🏻‍♀️

Le corps de la femme est sujet aux bouleversements, aux cycles, aux changements, aux transformations…Parlons de ces étapes que les femmes traversent au cours de leurs vies…

Ce challenge sera relayé sur mon Instagram ainsi que sur le #blogfairystelphique où je mettrai le lien vers vos chroniques, parce que le but de ce challenge, c’est avant tout, le partage…Sororité oblige!

On comptera les points à la fin du mois. Vous pouvez retrouver dans les story à la une, les templates spécial pour ce challenge!

Hauts les cœurs💞

En espérant que cela vous plaise,

Bien féeriquement,

Stelphique ✨🧚🏻‍♀️

Le Voile des apparences, Natacha Calestrémé

🕯Ce que j’ai ressenti:

« -Vous voulez sortir de la morosité, oui ou non? »

Sans hésiter: oui. Et avec un polar guérisseur qui invite au bonheur, on ne peut décemment pas bouder notre plaisir, n’est-ce pas? Donc stop à la morosité, à la folie, aux esprits obtus! Cette nouvelle enquête de Yoann Clivel va nous emmener aux frontières du paranormal, explorer des chemins escarpés certes, mais aussi nous plonger dans les méandres de la psychologie, et c’est tout simplement, passionnant. On le sait, la science, les thérapies, les perceptions, les esprits évoluent, avec leurs temps. Mais il n’en reste pas moins que les préjugés et la peur de l’inconnu, ont encore de beaux jours devant eux, malheureusement. Mais grâce au petit Nathan (mon petit crush) Yoann Clivel, apprend la tolérance, l’éventualité de la médiumnité, le pouvoir de l’amour. Même en étant perturbé, même en perdant un peu les pédales avec toutes ses émotions diverses, il a conscience que certains peuvent avoir le don. Le don de voir, d’entendre, de percevoir les messages des morts. Et c’est une chance, parce qu’on va avoir besoin de lui et sa toute nouvelle ouverture d’esprit, pour résoudre une enquête presque impossible. Sauf, que lui-même, est en souffrance et qu’il a du mal à garder les idées claires…

Ce deuxième polar de Natacha Calestrémé est tout aussi intéressant que le premier, dans un autre registre, mais surprenant avec cette virée dans les esprits. La psychiatrie, l’autisme, le surnaturel, sont autant d’entrées énigmatiques qui sont abordées dans cette enquête, et même si Le Voile des apparences plane, le timing est toujours aussi serré pour rendre justice, et c’est ce qui nous rend accro! On retrouve Yoann, un peu plus cabossé, plus en colère aussi, mais le voir évoluer vers plus de sagesse, nous le rend plus attachant, aussi.

Et, sinon, je suis encore plus enthousiaste à dénicher les protocoles que l’autrice sème dans ces intrigues, surtout que j’ai réussi à me procurer ses deux ouvrages avec les 22 protocoles. J’aime beaucoup cette façon qu’elle a d’aider ses personnages et/ou les gens bien réels, avec ces petits exercices qui font un bien fou. J’ai hâte de lire les deux prochains polars , et on a déjà prévu avec ma chère Chris, de les caser dans le #challengejuilletsororité …

🕯Et vous, qu’est-ce que vous faites pour sortir de la morosité?

Remerciements:

Je tiens à remercier William des éditions Le livre de poche pour sa confiance et l’envoi de ce livre.

Ils ne faisaient que rêver, Ondine Khayat

🌱Ce que j’ai ressenti:

« Chacun de nos gestes, chacune de nos pensées a une résonance dans l’ordonnance de l’univers. »

Elles ne faisaient peut-être que rêver, mais une promesse détient un grand pouvoir…Thalie et Alisha rêvent un monde plus beau, plus vert, plus conscient, plus vivant. Et voilà, comme leur promesse d’enfance, devient engagement politique, engagement intime, le moteur et la direction de leurs vies. L’une et l’autre, nouvelles voix, de la jeunesse mobilisée pour le climat, combattantes et unies face à : l’urgence écologique…C’est un plaidoyer pour la planète, une histoire qui tient compte de nos actualités désastreuses, mais aussi, une dystopie intéressante sur la valeur d’une vie…Ils ne faisaient que rêver, mais le cauchemar prend de plus en plus de place, de plus en plus de force, de plus en plus de vices…Alors, qu’est-ce qu’il va lui rester à cette jeunesse désenchantée, de leurs rêves, de leurs promesses, de leurs essences? Vers quoi vont-ils tendre et puiser leurs énergies quand il n’y a plus rien à quoi se raccrocher?

« -Vous croyez vraiment que notre cœur peut changer les choses? »

Je le pense. Sincèrement, je le pense. Parce qu’il n’y aura que notre humanité, notre bonté, notre amour inépuisable qui peut faire la différence. Notre cœur peut changer les choses, c’est mon intime conviction et la base de recherche pour une équipe de scientifiques rebelles et investie, dans cette dystopie. C’est une ressource nécessaire et essentielle, que le monde devrait prendre en compte et revaloriser, avant qu’il ne soit trop tard. Même si je pense que le point de non-retour n’est pas loin d’être atteint, et que l’autrice, nous donne des pistes de réflexions alarmantes et alarmistes sur un des possibles futurs qui se joue peut-être, en ce moment même, toujours est-il qu’il est toujours bon de lire et de rêver que le cœur peut être la puissance du changement. Que l’amour peut être la puissance de transformation. Que le cœur peut être l’émetteur positif de notre avenir. Il n’en tient qu’à nous, le peuple humain, de le rêver et se donner les moyens pour…Rien que pour cela, et parce que je dois être, probablement, une trop grande rêveuse, je remercie de tout cœur, Ondine Khayat…

« On ne peut pas retenir la vie, Thal, lui dit-elle. Elle s’écoule comme elle le souhaite. »

Dans ce roman d’anticipation, on s’aperçoit que ce n’est pas la vie qui décide de comment elle s’écoule, mais quelques privilégiés. Ils décident de comment, combien, et qui…C’est peut-être ce qu’il faut retenir, qu’après cette lecture, vous ne pourrez plus dire que vous ne savez pas…Je tiens à garder une part de mystère parce que ce livre, c’est d’abord, une belle surprise mais aussi un coup de cœur qui s’est implanté fougueusement, et je souhaite qu’il en soit de même pour vous. Je suis partie ailleurs, et en même temps, pas tant que cela, mais j’ai rêvé plus fort, un monde plus beau. Et peut-être que ceci aura une résonance dans l’univers, (-blogguesque ou pas-…)…

Remerciements:

Je tiens à remercier les éditions Charleston de leur confiance et l’envoi de ce livre.

Omerta, R.J Ellory

Ce que j’ai ressenti

« Ainsi va la nature humaine; ainsi va le monde. »

Ainsi, existe, par la force des choses, l’omerta. Parce que la ville s’y prête, parce que les hommes seront toujours ainsi, à naviguer entre deux eaux: celle du bien et du mal, celle du mensonge et de la vérité. Ainsi va, la Loi du silence. Le silence pour les tabous, le silence de la mafia, le silence pour cacher les secrets, le silence pour combler les vérités dérangeantes, le silence devant la violence…C’est New-York, si bruyante, si vivante, si grandiose, ville de tous les possibles…Et pourtant, elle va devenir le temps d’une période de transition, d’une passation de pouvoir, le coeur d’une Omerta, la demeure des silences, jusqu’à…l’implosion. Ainsi en va toujours de l’homme, de leurs natures profondes, de leurs états d’âmes meurtris…Et certains l’écrivent, avec brio, avec talent, avec vocation, parce que c’est plus fort qu’eux. Et d’autres les lisent avec attention, avec admiration, avec émotion. Et dans tous les silences, ils entendent, la puissance de la vie, même dans le chaos le plus terrible…C’est un autre New-York qui nous est conté, un New-York plus faste et plus sombre aussi. Un New-York gangrené par la pègre, le crime organisé, et les non-dits…Un New-York qui palpite à cent à l’heure, comme toujours, mais cette fois-ci, un cœur cherche, une autre lumière…

« L’usure des sentiments, tel était le châtiment encouru pour avoir un cœur. »

Je suis tellement heureuse d’aller user mon cœur, sur les histoires de Monsieur Ellory. Ça commence à devenir une habitude, autant qu’une nécessité, mais mon rendez-vous préféré de l’année! J’aime éprouver mes émotions, en m’accordant un temps précieux de lecture avec sa plume, sa sensibilité, sa perspicacité du cœur sombre des hommes. Avec lui, il ne faut jamais cesser d’aller chercher la lumière dans le Noir, la beauté dans l’immonde, la raison dans le néant, l’amour, même dans le milieu des gangsters. C’est ce qui me touche, le plus, cette persévérance dans la recherche du Bon…Et si le gangster est le père maudit, ressuscité ou sur le point de mourir, qu’en est-il du fils qui harpe le mensonge de la vérité, dans cette effervescence new-yorkaise? C’est toute la question de l’héritage du sang et des mots tus, qui se joue dans cette intrigue, et pourtant, cette virée sera plus enrichissante, que le plus gros casse du siècle…

« Abandonner quelque chose de bon ou de mauvais, peu importait, c’était creuser un vide en soi. »

Je comble le vide et je sais que je ne me lasserai jamais de lire cet auteur. Je remplis le vide de mon cœur, et je sais qu’il demeure, le plus grand…Il m’emmène dans des univers, des lieux, des histoires où rien n’est prédestiné, rien n’est facile, tout est à y faire. Les personnages sont confrontés à tant de dualités, tant de dilemmes, qu’il est toujours complexe, pour eux, de choisir leurs voies. Et si l’omerta s’emmêle dans les sentiments bons ou mauvais, alors on a droit à un roman noir époustouflant. Vous connaissez ma passion pour R.J Ellory, cette lecture est encore une preuve supplémentaire de son immense talent. Sous l’apparence du mensonge, il n’en reste pas moins que dans le milieu des malfrats, il y a du cœur. Des cœurs usés, des cœurs perforés, des cœurs blessés, des cœurs flingués, mais des cœurs quand même. À bon entendeur, bien sûr! Et peut-être serait-il temps de briser la loi du silence, en vous disant, que Omerta est un coup de cœur!

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement les éditions Sonatine de leur confiance et l’envoi de ce livre.

L’éthé, Sara Mychkine

Ce que j’ai ressenti:

Je vis avec la faim de poésie

Ça me racle l’estomac

Cette avidité permanente

De mots, de trait, de tombé

Sur les feuilles blanches…

Ce midi, pendant que

Le ciel devient feu

Que les étoiles déguerpissent

Je lis L’Éthé, allongée et connectée.

Ventre et bouche réagissent.

Les sillons creusent les aubes

Et les plafonds s’engouffrent

Je marche sur un temps suspendu

Entre solitude et happy hour

Dégustant les horizons et

La trop grande immensité

Me trouvant en synchronicité

Sur l’or des lignes

Avec Sara Mychkine…

J’entends la colère et le cri

Je vois la mer et la poète.sse

Je sens l’éthé et la couleur

Je touche les cycles et le devenir

Je goûte les questions et l’identité

J’ai encore faim, je crève de faim

Et le temps se décarcasse

Devient roux et cuivre

J’ai la pupille qui frissonne

Je ne sais pas s’il est trop tard

Pour rire ou pour pleurer

Je suis juste dans l’instant

J’ai dévoré l’éthé, en une seule fois

Et puis, j’ai recommencé

Parce que je vis avec la faim,

La faim de vivre et de lire

De la poésie ourlée,

Où l’œil devient fou,

Où les lèvres répètent

Des soleils triomphants…

Déversée, renversée, pulsée

Cette poésie contemporaine

Je l’ai aimé, adoré, murmuré

C’est beau c’est l’été presque

Je pourrais crier, qu’il était

Plusieurs fois, dans mes yeux

L’Éthé

Et que je ne m’en suis pas

Encore lassée, de ces mots

Qui ont tant vibré, versé

Mais je préfère m’engager

À frapper, frapper des mots

Des mots qui convaincs

La fille et l’adolescente

Des mots qui ramènent

La femme et l’éternité

Des mots qui soutiennent

Ce recueil magnifique…

Bien féeriquement,

✨Stelphique✨

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Elya ainsi que les éditions Frison-Roche Belles-lettres pour leur confiance et l’envoi de ce livre.

Déchets Changez-vous les idées! Isabelle Bellin/ Christian Duquennoi

♻️Ce que j’ai ressenti:

« Que faire? Il ne faut pas croire que l’on parviendra facilement à nettoyer nos souillures. »

Depuis la lecture de Freshkills de Lucie Taïeb , la question des déchets me taraude: où s’en vont-ils? Qui s’occupent de le faire disparaître, de les dissimuler, de les stocker, de les traiter, de les cacher, de les réduire, de les recycler…? Qui fait quoi, et comment?

Alors, avec cet essai, Déchets Changez-vous les idées, nous pouvons constater d’ors et déjà, que c’est autant un enjeu économique qu’une action engagée pour l’environnement et l’avenir…Mais que ça doit passer par une prise de conscience et des changements radicaux dans nos faits et gestes, mais plus encore, par des remaniements profonds du système de la société de consommation.

Donc que ce soit pour maintenant ou pour le futur, de nouvelles perspectives peuvent voir le jour, des progrès peuvent être accomplis, la plus petite des initiatives peut devenir la grande action fondamentale de demain…Bref, il y a peut-être de l’espoir, et c’est heureux, au vu des annonces actuelles…

« Y a-t-il une limite à ne pas dépasser? Quand prendrons nous conscience que c’est l’homme qui se met en danger en épuisant la planète? »

Les déchets sont une nouvelle richesse à exploiter, mais, seulement et seulement si, on trouve ensemble les solutions pour mieux, les traiter, les trier, les comptabiliser, les réutiliser, les transformer, afin de réduire les conséquences irréversibles et l’impact environnemental…Avec la science, l’engagement militant, les avancées de la technonologie, des actions significatives peuvent être menées, encore faut-il que ça devienne une priorité politique au niveau national et international, pour qu’il y ait une uniformisation des mesures pour la prise en charge, la revalorisation et le traitement de tous nos déchets….C’est que nous pouvons constater au cours de cette enquête complexe et passionnante menée par Isabelle Bellin, avec le soutien de Christian Duquennoi. On explore toutes sortes de points stratégiques et novateurs pour changer les mentalités et sensibiliser nos sociétés, sur l’importance de l’économie circulaire, sur la tendance zéro-déchet, l’écoconception, sur le recyclage, et l’émergence des biotechnologies…Les ressources naturelles étant limitées et en voie de disparition, il faut bien que nous commencions à réfléchir sur de nouvelles formes d’utilisations de nos résiduels…Ça urge.

J’ai trouvé ce livre tres intéressant: tous nos comportements d’hier et d’aujourd’hui, sur cette fameuse dynamique de notre gestion des déchets, sont observés à la loupe, mais c’est bel et bien vers demain, qu’il va falloir nous concentrer…Il y a plusieurs niveaux de lecture et d’actions, pleins de petits exemples et encadrés très instructifs, des solutions et des progrès dans lesquels (s’)investir, mais une seule et même ligne de conduite à tenir: il nous faut changer nos idées reçues et autres préjugés sur la question des déchets, pour mieux agir et préparer nos futurs…Je le conseille évidemment au plus grand nombre, ne serait-ce que pour comprendre que l’enjeu est de taille, mais peut-être plus encore, parce que c’est bel et bien l’affaire de tous!

Remerciements:

Je tiens à remercier Juliette ainsi que les éditions Quae de leur confiance et l’envoi de ce livre.

Plus de likes Que d’amour, Dorian Masson

❤️Ce que j’ai ressenti:

❤️Plus d’amour, plus et plus d’amour, please❤️

-Dis-moi-quelque-chose-

Même entre deux crises

Même entre deux roses

Ou entre du verre brisé

Dis-moi quelque chose

Parle-moi d’amour et plus de likes

La beauté, les déclarations

Sont mensonges et vérités

Mais tant qu’à y ajouter

Du petit lait et des notifications

L’oiseau pourra bien s’emmêler

Il n’y aura pas plus de libertés

Que de lendemains heureux

Si on ne traverse pas la voie

Et comme les sourires et les langues

Rentrent en parenthèse

Dis-moi quelque chose

Qui vibre et éventre

La perpétuité et l’évolution

Il me reste à comprendre

I’ll do what. Just. Do what.

But, Dorian Masson do Poems

Wonderful. Just wonderful.

Et de cette chronique qui sème

Plus de cœurs rouges sur la toile

Que de fantômes et des genres

-Dis-moi-quelque-chose-

Sur l’État amoureux et ses manières

Parle-moi d’amour et plus de likes…

PS: Je suis tout à fait sûre

Que s’aimer et se le dire

Est la solution, et s’il faut

Pour cela, écrire de la poésie

Alors ce serait la plus belle,

La plus likée des preuves d’amour…

PS (bis): La vie est une putain de fête.

La poésie encore, plus!

J’ai tout éclaté par terre

Parce que je ne sais pas dire…

Alors-Dis-moi-quelque-chose-

Qui survivra à 3,8 milliards d’années

Et #lapoesiesauveralemonde …❤️

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Babelio ainsi que les éditions L’iconopop de leur confiance et l’envoi de ce livre.

La multiplication des feux follets, Raquel Taranilla

Ce que j’ai ressenti:

« Je me disais: réjouissons-nous de la perte de ce qui fait de nous des humains! »

Même si c’est le vol d’un crâne? Car c’est ainsi que commence ce roman, par la profanation de la tombe de F. W. Murneau, réalisateur de cinéma muet, et que Beatriz Silva, nous expose sa présomption du coupable, en la personne de Quiros…En effet, ce cinéphile semble fasciné, par le réalisateur et cherche à faire sortir de l’ombre, son génie, son œuvre, la lumière de l’ombre…Mais qui des deux, semble le plus obsessionnel? C’est tout l’enjeu de ce périple qui frôle, à mon avis, toutes les allégories et les symbolismes de la vanité, de la passion,de la liberté, de l’art…On se promène d’une ville à l’autre, d’un artiste à l’autre, d’une réalisation à une autre, tout en ayant conscience de l’éphémère et de la vacuité de chaque chose…Et pourtant, il reste parfois, une résultante, un feu. Et c’est La multiplication des feux follets, qui font tout le charme…

« J’en ai ras-le-bol de la connaissance. Cette promesse que le savoir nous rend vertueux, vous je ne sais pas, mais moi ça me fait rire de rage. »

Et pourtant, ce livre est rempli de références cinématographiques, littéraires, philosophiques, universitaires…Je suis parfois, aller combler mes lacunes, pour pouvoir suivre la narratrice dans ces digressions et sa très grande culture générale, sur les différents sujets, et j’ai adoré ce voyage touristique et culturel…La Polynésie est une destination tellement attirante et mystérieuse…Mais si les esprits et les malédictions s’en mêlent, est-ce vous aurez envie, vous aussi, d’aller voir de plus près les feux follets? Pour ma part, j’ai encore plus envie de partir vers là-bas, de me pencher sur les œuvres de Murneau, de connaître le fin mot sur ce fameux vol crânien…La mission est donc remplie, puisque l’envoûtement a fonctionné et qu’il continue de courir en moi, à se multiplier…

« Y a-t-il quelque chose de plus vertigineux que de tomber amoureux? »

L’amour sera toujours feux et passions, et quand il rencontre l’art, je pense qu’il peut créer la beauté. La multiplication des feux follets, est une pépite d’intelligence, de mystère et d’émotions. Il y a quelque chose de sensationnel voire sensoriel, à aller frôler les fantômes, à capter des lumières, à faire danser les feux sur la toile: j’ai été éblouie…Peut-être que je suis passée à côté de plusieurs éléments, mais je sais encore reconnaître le pouvoir magique de l’amour…Et à l’intérieur, il y en a tellement. Ce livre, c’est un chemin de traverse, un voyage original et complètement fou, au sein de l’art et ses dynamiques lumineuses…J’ai adoré cette pépite!

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement les éditions Metailie pour leur confiance et l’envoi de ce livre.

Previous Older Entries

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 243 autres abonnés