Bienvenue dans mon univers!

Egérie de mon blog littéraire, elle sera la pour laisser une trace de poussière de fée au milieu de ma sélection de livres….Ne vous fiez pas à l’aspect enfantin, car mes préférences vont, le plus souvent, vers les thrillers…..

clochette-1.jpg

« Chaque fois que quelqu’un dit: Je ne crois pas aux contes de fées, il y a une petite fée quelque part qui tombe raide morte. « 

J.M.Barrie, Peter Pan

Bluesman Melody, Ophélia Blatner.

Couverture Bluesman Melody

Pourquoi je l’ai choisi:

Ce n’est plus un secret, dès fois je craque rien que pour la couverture, et si le synopsis me plaît, je fonce…Voici un parfait exemple de choix au feeling…

Synopsis:

Jude est un jeune psychologue londonien débutant une carrière prometteuse. Cependant depuis l’adolescence, il souffre de troubles nocturnes récurrents. Un beau jour lors d’une séance, un de ses patients, un vieux bluesman afro-américain lui raconte la mort tragique de son fils à New York vingt-cinq ans auparavant. Jude reconnait dans le récit du vieil homme des événements qu’il vit chaque nuit dans ses propres cauchemars. Afin de percer le mystère du bluesman, le jeune psychologue décide de se rendre à New York avec Ewan, son fidèle ami et confident. Contre toute attente, leur quête les mènera jusqu’au bout du monde. Puis jusqu’au bout d’eux-mêmes, lorsqu’ils découvriront le lourd secret d’un amour rendu impossible par les tensions raciales ordinaires de l’Amérique des années 80.

Ce que j’ai ressenti:…Une douce mélodie palpitante…

Il me vient un mot, et presque qu’un seul pour parler de ce livre c’est Plaisir.

Je crois que c’est le gros point fort de ce livre, c’est cette atmosphère feutrée, musicale, cocooning qui se dégage de ses pages. On a juste envie de se caler dans son plaid avec une boisson chaude et lire tranquillement les aventures d’un duo pas comme les autres, celui de Jude et Ewan. Il se dégage une vraie douceur en même temps qu’une course à la vérité qui nous emporte vers des contrées lointaines…Sans compter, qu’il y a de très jolies références musicales qui accompagnent cette lecture, et qui nous ancrent d’autant plus à l’ambiance Blues. Cette amitié indéfectible qui unit ses deux personnages, nous régale.

Ce livre se compose de trois parties (que l’on peut retrouver en  version numérique), mais je suis bien contente d’avoir eu la version papier qui les réunit, car, je déteste attendre entre les tomes. J’ai aimé la présentation de cette histoire avec des carnets cachés, les consultations du psychologue, les dialogues, cela donne à l’ensemble un côté dynamique et un bon page-turner. Cette enquête menée 25 ans après les faits, est très intéressante.

J’ai adoré voir New-York en période de fêtes, et ensuite partir vers le Grand Nord. Il y a toute la magie de Noël, avec ses petits miracles qui se réalisent…C’est sensé être un thriller, mais pour moi, je n’ai rien vu de tel, on a plutôt une histoire familiale et des secrets inavoués qui avec cette petite touche de fantastique, nous tient en suspense pendant près de 400 pages. Tout n’y est pas rose, forcement, au vu de ses sauts dans le temps, et du racisme particulièrement intense aux Etats-Unis en cette période, mais l’auteure arrive à retranscrire cette tension, autant que le fol espoir que les choses s’améliorent…

Je suis toujours enthousiaste à l’idée d’en connaître plus sur le Monde en général, et grâce à ce livre j’ai connu un nouveau mouvement les Freegan, je me suis émerveillée devant les glaciers du pôle Nord et son mode de déplacement en chien de traineaux, et j’ai été charmée par la légende des Loas ramenée tout droit de Louisiane…Rien que pour cela, ce livre est un voyage extraordinaire!

Afficher l'image d'origine

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement le site Livraddict ainsi que les éditions Promulgo pour ce partenariat! Ce fut une lecture bien agréable!

Une maison à hanter, Morgane de Cadier/ Florian Pigé.

Pourquoi nous l’avons choisi:

Maman et Fille adorent l’ambiance Halloween, donc cette petite histoire de fantôme nous branchait beaucoup en cette période festive…

Synopsis:

Petit fantôme fête aujourd’hui ses mille ans. C’est un grand jour et il est temps pour lui de trouver sa maison, celle qu’il hantera pour les mille ans qui viennent. Sur sa route, il trouvera d’abord une toute petite et mignonne maison d’oiseaux et ensuite un vieux bateau sous l’eau, mais aucun de ces endroits ne lui convient. Ils sont déjà occupés.

Mais quand il trouve enfin une maison dont la fenêtre est restée ouverte, Nathan un petit garçon le surprend et n’a pas du tout peur de lui. Nathan va tenter de lui apprendre à être effrayant, et il aura même une idée sur la maison que le petit fantôme pourrait enfin aller hanter…

Un petit fantôme tout mignon dans une histoire d’amitié et d’entraide. En plus, la couverture de ce livre luit pendant la nuit !

Ce que nous avons ressenti:…Une jolie rencontre fantomatique…

Petit Fantôme s’approche doucement et lui confie tout bas:

-Moi aussi, j’ai une surprise pour toi…

Tout d’abord, nous avons adoré cette couverture phosphorescente où ce gentil Petit Fantôme apparaît de jour comme de nuit, et cela n’est pas habituel de pouvoir le voir ainsi évoluer, à tout heure de la journée.  Il a vraiment une petite trogne adorable, et nous avons adoré fêter son millième anniversaire avec toute sa famille et, le suivre dans ses drôles d’aventures.

En effet, un Petit Fantôme curieux qui cherche Une Maison à Hanter, ça nous promet quelques moments cocasses et des rencontres inattendues. Au détour, d’une fenêtre entrouverte, nous verrons donc naître une jolie amitié et quelques fous rires joyeux. Leur complicité fait plaisir à voir, et on sent bien que cette interaction va les faire grandir autant l’un que l’autre.

Maman Stelphique a adoré cette histoire toute en rimes, là ou Jazzelfique a adoré toutes les  belles illustrations de cet album. C’était autant un plaisir pour les yeux que pour les oreilles! Ce fantôme, même tout en transparence, ressort idéalement, du fait de ce jeu d’ombres et de lumières,  , et éclaire de son beau sourire, ses pages en papier glacé.

Nous profitons pour recommander chaudement cette adorable histoire pleine de douceur et de délicatesse, et remercier la maison d’éditions Balivernes pour ce partenariat ! Ce petit album est dorénavant, le roi de nos « Petites histoires du soir »…Merci de leur confiance !

 

 

lu-en-part-avec-la-me406915_525371864142688_267237953_n

Le fantôme qui écrivait des romans,Eric Sanvoisin.

Couverture Le fantôme qui écrivait des romans

Pourquoi je l’ai choisi:

Rien que le titre, j’étais fortement intriguée, et je souhaitais découvrir cet auteur, dont je vois passer quelque fois sur la blogosphère, ses romans Jeunesse.

Synopsis:

C’est l’histoire d’un auteur paranormal qui…

C’est aussi l’histoire d’une fille emprisonnée par elle-même dans son corps qui…

C’est enfin l’histoire du héros d’un livre étrange qui…

Antonin est un fantôme. Assassiné alors qu’il était adolescent, il hante la maison abandonnée par la secte de son père. Il parvient un jour à interagir avec un ordinateur. Touche de clavier après touche de clavier, il écrit un roman qu’il parviendra à faire éditer sous couvert de l’anonymat offert par internet. Très loin de là, en Nouvelle-Calédonie, Emilia, une jeune fille anorexique, tombe amoureuse de Leï, le personnage du roman d’Antonin. Elle parvient à contacter l’auteur par email et lui demande d’écrire la suite du livre qu’elle a tant aimé… En parallèle, le lecteur lit le roman d’Antonin et découvre l’histoire de Leï et de son chien qui lui raconte des histoires pour l’aider à vivre sa vie. Un récit à trois voix où le lecteur lit le roman d’Antonin en suivant son héros Lei qui doit se construire une nouvelle vie, l’existence d’Antonin lui-même qui par l’écriture et ses échanges avec Emilia, sa lectrice, trouvera le courage de dénoncer son meurtrier et bien sûr Emilia, cette jeune fille anorexique qui veut continuer d’exister en dépit de la maladie… Un récit à trois voix où la réalité rejoint la fiction ou l’inverse…

Ce que j’ai ressenti:…Un belle rencontre avec un auteur pas commun…

Quand on ne peut pas parler, écrire, c’est magique.

J’ai trouvé à ce roman Jeunesse, beaucoup de douceur et une écriture toute en poésie. Cette histoire réunit trois jeunes adolescents, avec leurs maux, qui se laisse porter par les mots…C’était un très joli ouroboros d’énergie, de partage, et d’échange autour du thème de la lecture. J’aime quand, l’histoire devient histoires et se prête à l’inattendu.

La lecture était sa meilleure amie. Sa seule amie.

On sent beaucoup de souffrance et de mal-être, dans chacun de ses personnages, et chacun arrive à nous toucher à sa manière dans leurs imperfections, leurs espoirs déçus, leurs attentes plombées. L’auteur en apportant cette touche de fantastique arrive à rendre plus agréable cette lecture, derrière des thèmes aussi fort que l’anorexie, le sacrifice, la folie…J’ai trouvé dans son écriture, énormément de sensibilité qui vient presque par magie, panser toutes les blessures de cet âge si difficile, où l’acception de Soi est tellement insurmontable, pour ses jeunes si fragiles psychologiquement…J’ai été touchée, parce qu’on sent que l’auteur fait attention à poser des mots délicats sur ses ravages qui peuvent toucher cette tranche d’âge, et en refermant ses pages, j’étais triste d’en quitter certains…

Il essaya de retenir la mort en saisissant un coin de sa robe de brume.

-Personne ne sait où commencent les pouvoirs de l’esprit et où ils s’arrêtent.

J’ai aimé partir vers la Nouvelle-Calédonie, pays qui me tente réellement de découvrir, et connaître un peu plus de leurs coutumes, leurs histoires, leurs cultures. Ce sont de petites touches qui jalonnent plaisamment le récit, et cette contrée me laisse toujours plus rêveuse et désireuse d’aller un jour, y balader mes ailes elfiques…La vie dans ces squats me parait presque idyllique…

On peut se passer de beaucoup de choses, sauf de chaleur humaine.

Vous l’aurez compris, ce Fantôme qui écrivait des romans, est un livre qui m’aura émue, et je suis ravie de pouvoir encore avoir de belles surprises en Jeunesse! Je le recommande chaudement!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 9/10

 

Remerciements :

Je tiens à remercier  chaleureusement les Editions Balivernes pour l’envoi de ce livre! Ce fut une lecture émouvante!

lu-en-part-avec-la-me406915_525371864142688_267237953_n

Le cycle clandestin, I , DOA.

Couverture Le cycle clandestin, I

Pourquoi je l’ai choisi:

Je tenais absolument à découvrir cet auteur, car je le vois beaucoup passer sur la blogosphère, et j’avais hâte de découvrir un autre style de policier.

Synopsis:

Ce volume contient : Citoyens clandestins – Le serpent aux mille coupures.

Une véritable petite saloperie chimique se balade dans la nature et il ne s’agit plus seulement de sauver des vies. L’État français ou certains de ses représentants sont prêts à tout pour éviter ce qui pourrait déclencher une hécatombe et un formidable scandale. La journaliste Amel Balhimer ou l’apprenti djihadiste Karim ne le savent pas encore mais leurs destins sont liés et pourraient devenir matière à gros titres. Ailleurs, un homme braque la lunette de son fusil high-tech sur la fenêtre d’une ferme. Démarre alors un effrayant compte à rebours… …Six heures après l’heure H, à Moissac, paisible bourgade viticole du Quercy, trois criminels sud-américains sont tués. Pour le lieutenant-colonel de gendarmerie Massé du Réaux, aucun doute, c’est le travail d’un professionnel. Règlement de comptes ou drame du hasard, le mauvais endroit au mauvais moment?

Les personnages:

C’est le seul bémol que je noterais: il y en a trop! J’ai eu du mal à fixer toute mon attention avec autant de personnages, autant de sigles et de spécificités à retenir. Quand je lis, j’ai besoin d’apprendre autant que de me détendre, du coup, ce trop-plein d’informations, et cette succession de paragraphes, m’a un peu dérangée… En fait, je pense qu’il fallait prendre des notes ou faire un organigramme pour mieux appréhender l’intrigue, mais je ne suis pas ce genre de lectrice, donc il y a forcément des éléments qui m’ont échappé….

Pour autant, chacun des personnages reste très intéressant à suivre, et je pense qu’ils sont tous nécessaires pour rendre cette intrigue aussi palpitante, mais cette forme là, de présentation, n’est pas la plus facile à appréhender.

Ce que j’ai ressenti:…Une plongée immersive dans un conflit complexe…

« La chance repasse rarement deux fois les plats. »

Malgré cette gène , dû aux multiples personnages que l’on suit dans leurs missions, j’ai adoré en apprendre plus sur un conflit actuel et brûlant qui se joue sur la planète. Au lendemain du 11 Septembre, et avec la peur des attentats possibles, cette fiction prend vite des airs de couperet étouffant. Elle sonne tellement juste , et comme, c’est encore une blessure ouverte, les petits rappels de cette actualité sont, du sel que l’on frotte dessus, mais ils sont à mon sens, indispensable pour mieux comprendre les enjeux de cette guerre de l’ombre…

« Parce qu’à ce moment là , il n’y a que la peur. Ou la folie. Furieuse, meurtrière, celle qui appelle la fin des choses , l’entropie. »

J’aime à découvrir de nouveaux styles de policier, et là, renter dans les méandres de la politique et des services secrets m’a vraiment bluffée. Toutes ses visions polyphoniques qui nous donnent un ensemble dense et prenant, devient un grand moment de lecture, puisqu’il nous en apprend plus sur les différents réseaux qui luttent contre les djihadistes et  personne ne sera épargné dans ses pages: que ce soit la petite journaliste naïve, au discret infiltré djihadiste, en passant par tous les acteurs de la Défense, il semblerait que peu d’espoir soit à prévoir dans cette lutte du nouveau millénaire. Le réalisme de tous ses conflits dissimulés, manœuvres cachées, et double jeux de ses grandes institutions nous rend ce polar remarquable!

Il fut un temps où ce décalage avec la normalité l’amusait. Fendre des foules inconscientes, savoir ce que les autres ignorent, participer d’une réalité dissimulée à l’homme du commun, éternel dommage collatéral d’une guerre clandestine, permanente et violente. Tout cela paraissait très excitant. Il avait souscrit au mythe de la caste des seigneurs, une belle histoire. Une excuse pratique.

J’ai apprécié l’écriture nerveuse de l’auteur, on sent qu’il a fait un super travail de documentation. C’est tout à fait saisissant! Une bombe française apparaît dans cette intrigue , mais il semblerait qu’elle soit aussi dans le nouveau paysage policier…DOA nous offre un pavé intense de 900 pages aussi vivant, vibrant, dérangeant mais qui annonce que les prémices de son talent…Un auteur à suivre, donc!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 7/10

 

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement le site Livraddict ainsi que les éditions Folio pour ce joli partenariat! Ce fut une lecture palpitante !

222px-LogoFolioPolicier.pnglogo_livraddict.svg

L’ange de l’abîme, Pierre Bordage (LC Interactive avec Cannibal Lecteur).

Couverture La Trilogie des Prophéties, tome 2 : L'ange de l'abîme

Pourquoi je l’ai choisi:

J’avais hâte de poursuivre cette trilogie de Pierre Bordage, avec ma chère binôme de lecture…

Synopsis:

Dans une Europe d’apocalypse ruinée par la faillite des OGM, enlisée dans la guerre contre le Moyen-Orient, en proie au fanatisme religieux et au racisme, l’auteur raconte le voyage initiatique de Stef et Pibe, deux adolescents à la recherche de l’archange Michel, le dictateur tout-puissant qui gouverne le vieux continent depuis sa forteresse roumaine. Dans une ambiance crépusculaire fascinante car terriblement proche et crédible, un grand roman épique d’une actualité brûlante.

Les personnages:

C’était drôle de voir mon diminutif mis en scène: Stef ,en plus, est un personnage lumineux, et j’ai adoré voir la douceur de ce duo qu’elle forme avec Pibe.

« Merde, voilà qu’il pensait comme Stef. »

C’était réjouissant de voir une bande de gamins, tenir le rôle de mini-héros, combattre les injustices dans l’ombre.

Tous ses personnages qu’on rencontre au détour d’un nouveau chapitre nous offre une vision plus large, plus intense d’un conflit gigantesque qui nous plonge dans les plus profond des abîmes…Adultes, enfants jouent sur la grande scène de ce nouveau monde ravagé, et si dès fois, une lueur d’espoir est présente, elle apparaît quand même, très faiblement…

Ce que j’ai ressenti:

Voilà tout à fait le style de roman que je n’aime pas lire…Mais j’adore sortir de ma zone de confort, explorer d’autres sensations, voir d’autres univers, et surtout partager autour de la lecture. Donc, sans cette Lecture Commune, j’aurai sans doute laisser tomber cette lecture.

Les hommes croient que le monde se réduit à leurs petites affaires, à leurs petites pulsions, à leurs petites colères . Est-ce que le désespoir d’un homme à empêcher un jour le soleil de se lever?

Oui, ma sensibilité s’en est pris un bon coup! Alors, c’est pour cela que j’évite à tout prix des livres parlant de Guerre: la Méchante, la Dévastatrice, l’Effroyable…Je crains plus que tout, ses scènes qui raconte un enfer d’immondices, de violence et d’horreur de tous les instants. Je vomis toute cette cruauté humaine qui ressort dans ses tranchées, je meurs de voir les camps de concentration, je pleure de constater que, en l’Homme, il y est, tant de Mal.

« Foutons la paix à Dieu, il n’est en rien responsable de la connerie humaine. »

J’admire par contre, la vision presque prophétique, clairvoyante de cet auteur. Sa façon de dénoncer les pires actions du passé, de les remettre en scène pour prédire un avenir possible, palpable, monstrueusement réaliste. Mais forcement, avec un tel livre, mon moral est tombé dans mes chaussettes, ce fut une lecture éprouvante, plus que ce que j’aurai pensé. Je ne saurais dire si je l’ai aimé ou pas. Je suis au delà de cette appréciation subjective. J’ai été tourmentée, parce qu’elle me touche dans mon Intime et qu’elle est le trop fatal reflet de notre actualité. J’ai vraiment du mal à poser mes mots, mes ressentis, c’est beaucoup trop brûlant, trop intense, trop horrible, trop déstabilisant…

Quoi que tu fasses, tu émets une note dans le chœur de la Création. Une note unique reconnaissable entre toutes. Il me suffit de rester à son écoute pour remonter ta piste.

L’ange de l’abîme est une lecture effrayante aussi bien que palpitante, elle te ravage un peu plus dans tes croyances, te torture l’esprit autant que le cœur, il transpire de ses pages toute une horreur que tu préfères ne plus voir mais que l’auteur te fait revivre sous couvert de fiction, et là, quand tu reposes ce roman d’anticipation percutant , tu aimerais juste imaginer un avenir plus radieux avec des anges un peu moins noirs que ceux entrevus par Pierre Bordage.

 

Le vice, Monsieur l’auxiliaire de la légion , se tient toujours dans l’ombre de la vertu.

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

 

Couverture La Trilogie des Prophéties, tome 2 : L'ange de l'abîme

Titre : L’Ange de l’abîme

Auteur : Pierre Bordage
Édition : Le Livre de Poche (2006)

Résumé :
Dans une Europe d’apocalypse ruinée par la faillite des OGM, enlisée dans la guerre contre le Moyen-Orient, en proie au fanatisme religieux et au racisme, le voyage initiatique de Stef et Pibe, deux adolescents à la recherche de l’archange Michel, le dictateur tout puissant qui gouverne le vieux continent depuis sa forteresse roumaine.

warskullCritique du Cannibal Lecteur :
Attention, cette dystopie, ce roman de SF pourrait vous retourner les sangs et vous donner des sueurs froides !

Moi, je serais d’avis qu’on lui colle ce bandeau-titre sur la couverture pour prévenir les gentilles petites âmes qu’elles peuvent en ressortir essorées et lessivées !

Pas « lavées », mais « lessivées » et la différence est énorme… Et cette petite précision linguistique est pour une personne de ma connaissance.

Ce qui fait peur dans les dystopies, c’est qu’un jour, elles pourraient se révéler juste et nous tomber sur le coin de la gueule…

Et dans le roman de Pierre Bordage, tout y est d’une justesse qui fiche la trouille, plus qu’avec les monstres de Stephen King planqués dans les placards de notre enfance.

Je m’attendais à trouver la suite du premier tome, mais il  n’en est rien : on fait table rase des personnages précédents, sans savoir à un seul moment ce qu’ils sont devenus, ni comment on se retrouve dans une France (et surtout une Europe) en guerre contre le Moyen-Orient.

La France en guerre a de furieux airs de la France en 39-44 :  les soldats de la Légion de l’Archange Michel sont habillés de noir (comme les SS), on manque de tout et la délation est devenu un sport national. Bien que ici, ce ne sont pas les Juifs que l’on dénonce et que l’on parque dans des camps de concentration avec fours derniers cris incorporés : mais des musulmans !

Oui, des camps de concentration sur les terres françaises, sur les terres de la Grande Europe démocrate d’après 2001, là où on avait juré, la main sur le cœur que « Non, non, plus jamais ça !! ». Et on s’en donne à cœur joie, dans ces camps, pour liquider les ousamas (c’est comme ça qu’on les nomme).

Roman de SF, dystopie plus que réaliste, roman choral alternant les récits de nos deux jeunes nouveaux personnages attachants – Pibe et Stef – et les autres chapitres décrivant, à travers différents personnages, la vie horrible sous le joug des fanatiques religieux catholiques qui nous ont tout supprimé : les journaux, la télé, le Net, la pilule…

Oui, les fanatiques religieux sont dans notre camp à nous, pas de bol les filles, on va bouffer notre pain noir sous le règne de celui qui s’est autoproclamé Archange Michel (et qu’on aimerait voir terrassé par le dragon, pour une fois) et pondre des gosses pour qu’ils aillent grossir les rang de l’armée et se faire dézinguer dans la boue et la merde.

Si l’Homme apprenait de ses erreurs du passé, ça se saurait, si l’Homme comprenait les mises en garde qu’on met en scène dans les dystopies, ça se saurait aussi…

Ici, bien entendu, on a rien retenu des leçons de passé et on reproduit 39-44 en oppressant notre propre peuple et on se refait la 14-18 en s’enlisant dans une guerre de tranchées et d’immobilisme.

L’auteur tire à boulets rouges sur nos sociétés, sur notre imbécilité à suivre des meneurs qui ne veulent pas notre bien, sur ces hommes toujours prêts à partir la fleur au bout du fusil avant de chier dans son froc une fois sur le front, sur les politiques qui nous divisent pour mieux régner et sur le Grand Satan Américain qui aime voir deux nations se battre pour mieux en profiter ensuite.

Ce qui est éprouvant dans ce roman, c’est son réalisme et le fait que ce genre de situation pourrait arriver en mettant au pouvoir les mauvaises personnes, en se laissant manipuler par les médias qui nous disent ce qu’elles veulent bien nous dire, en ne réfléchissant pas plus loin que le bout de notre nez, en ayant peur de l’autre, en ne voulant pas en savoir plus sur lui, en ne nous renseignant pas plus loin que ce que nous dit la télé, en répétant bêtement le dernier âne que l’on a entendu braire et en le diffusant massivement sur la Toile….

L’auteur tire aussi sur les religions, au travers de certains personnages, mais vient ensuite rectifier le tir en signalant que ce ne sont pas les religions ou Dieu les responsables, mais les Hommes qui préfèrent se faire la guerre pour prendre les richesses du voisin. Mais tout le monde ne l’a pas encore assimilé…

Il comprenait que le malheur n’était pas dû à l’islam ou au christianisme, mais à l’homme qui transformait les religions en d’implacables machines de guerre, à ce mal mystérieux qui rongeait l’humanité depuis la nuit des temps.

« Foutons la paix à Dieu, il n’est en rien responsable de la connerie humaine. »

Un roman qui m’a pris aux tripes, qui met un peu de temps à s’installer, mais une fois qu’il démarre, accroche-toi bien parce que tu vas t’en prendre plein la gueule et finir K.O dans ton divan, le livre étalé au sol car tu l’auras lâché, épuisé que tu seras du périple et des événements que l’auteur te fera vivre sans te laisser respirer.

D’ailleurs, moi, c’est décidé, je vais relire mes Petzi ou mes Picsou Magazine, ça me fera du bien.

Les hommes croient que le monde se réduit à leurs petites affaires, à leurs petites pulsions, à leurs petites colères. Est-ce que le désespoir d’un homme a empêché un jour le soleil de se lever ?

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017).

BILAN - Minion Les bras m'en tombe - un putain de livre OK

index LC

L’ange de l’abime, Pierre Bordage: Impressions de lectures 2/2.

Couverture La Trilogie des Prophéties, tome 2 : L'ange de l'abîme

Impressions de Stelphique de 1 à 200: What’s?

Mais ils sont où les personnages du premier tome???Il est où le petit Jésus?!!!Un peu déstabilisée de pas retrouver l’ambiance de la première partie des Prophéties, mais contente de lire toujours une jolie plume, incisive et particulière. Oh une Stef, en personnage principal, si c’est pas une lecture formidable tout ça!!!;)

Impressions de lecture du Cannibal Lecteur (page 1 à 200) : On fait table rase des anciens personnages et on rencontre les nouveaux.
Fort déroutée en commençant la lecture car on commence avec des nouveaux personnages, on fait table rase de ceux du précédent roman, on ne sait ce qu’ils sont devenus.

On plonge dans une guerre de religion et dans une France que l’on ne reconnaît pas. Froid dans le dos de voir comment l’Homme peut régresser. Il ne m’a pas fallu longtemps pour m’attacher à Steph et à Pibe, je les ai adoré, je les ai suivi dans leur périple et tremblé pour eux, tremblé pour la France, pour l’Europe devant ce que des fanatiques pouvaient faire. Et les fanatiques étaient chez nous !

Impressions de Stelphique de 200 à fin: Déstabilisée…

Je ne m’attendais pas du tout à cette violence, et la direction de ce second opus…Très noir, il m’aura laissée un peu déstabilisée. C’était très dur, moralement d’assister aux horreurs de ce monde de chaos, pour une petite fée trop émotive….En même temps, j’ai hâte d’en connaitre la suite, car je suis addict à cet auteur et à son œil avisé sur notre monde.

Impressions de lecture du Cannibal Lecteur (page 201 à 477) : Quel périple mes amis !
Putain, quel voyage en enfer je viens de faire ! Quelle aventure, mes amis ! Je n’en suis pas ressortie indemne, j’ai aperçu des vieux spectres, des nouveaux, et, qui sait, des probables futurs et putain de merde, ça fout les chocottes et le trouillomètre à zéro. Bon, ils sont où déjà, mes Petzi ??

 

13 à table, Collectif

Couverture 13 à table ! (2017)

Pourquoi je l’ai choisi:

Je reste fidèle à cette opération menée par les éditions Pocket et les Restaurants du Cœur, car ce geste de générosité permet de redistribuer 4 repas, et je pense qu’un Petit Geste, s’il est multiplié, permettra sans doute de faire de « Grandes Choses »…

Synopsis:

Les plus grands auteurs de la littérature contemporaine ont pris leur plus belle plume pour la troisième année consécutive afin de vous concocter un délicieux recueil de nouvelles autour d’un thème : l’anniversaire.
Le joyeux, le sinistre, le raté, celui qui finit dans les larmes ou le sang, l’apothéose de la fête et les éclats de rire, tout y est, comme dans la vie.
Treize bougies à souffler sans modération.

Françoise Bourdin – Maxime Chattam
François d’Epenoux – Caryl Férey
Karine Giébel – Alexandra Lapierre
Agnès Ledig – Marc Levy
Agnès Martin-Lugand – Bernard Minier
Romain Puértolas – Yann Queffelec –Franck Thilliez

Ce que j’ai ressenti:

Qui veut manger un petit cœur? Qui prendra de ces petites lectures pleines de cœur? Qui fera ce geste au profit des Restos du cœur? Je trouve la couverture de Jean-Charles de Castelbajac très jolie et adorablement parlante, comme mise en bouche, elle est super!

Les anniversaires réunissent toujours. C’est un joli moment à fêter, certains y mettent plus d’ardeur que d’autres, d’autres ont des attentes colossales pour ce jour particulier…Alors qui est prêt à souffler les traditionnelles bougies, et ouvrir, le temps de quelques pages, les histoires de ses treize écrivains talentueux?

Une fois encore, je me suis invitée à ce rendez vous d’auteurs généreux qui livrent leurs textes au profit des Restaurants du cœur. Encore une fois, c’est avec plaisir qu’on lit ses textes!!!! Chacun a mis sa version de l’Anniversaire et c’était un joli moment de lecture. J’ai adoré lire dans le désordre ses nouvelles, les savourant ça et là, découvrant le style et la plume de ses auteurs que je connais plus ou moins bien…Bon il est bien évident que j’ai cherché frénétiquement celle de mon auteur préféré (ben qui demande encore qui c’est????!!!), et c’est mon petit coup de cœur de ce recueil!!!Lasthénie m’a laissé un drôle de sentiment pendant quelque temps!!!!

Françoise Bourdin aura eu un anniversaire presque rêvé, Maxime Chattam, l’aura vu diabolique, François D’epenoux un poil vengeur, Caryl Ferey hautement mortel, Karine Giebel, sacrement revanchard, Alexandra Lapierre, délicieusement manipulateur, Agnès Ledig très réconfortant, Marc Levy joliment poétique, Agnès Martin-Lugand, dans la bonne volonté, Bernard Minier fantastiquement éternel, Romain Puertolas, avec une touche magique, Yann Queffelec avec une belle envie d’évasion, Franck Thilliez , étonnamment sanglant.

Vous l’aurez donc compris, il y en a pour tous les goûts à fêter ces anniversaires, et je vous invite à les découvrir de toute urgence, car en plus de faire une bonne action, ce sont des textes qui pourraient bien vous toucher plus que ce que vous ne pensez!!!!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

L’ange de l’abime, Les prophéties II, Pierre Bordage (LC Interactive avec Cannibal Lecteur-Intro).

propheties-2-ange-de-labime-pierre-bordage

— “Le lyon jeune le vieux surmontera, En champ bellique par singulier duelle, Dans cage d’or les yeux luy creuera, Deux classes une, puis mourir, mort cruelle. (1)
— Qu’est-ce que tu racontes, Cannibal ??
— Ils entreront dans les Tuileries où cinq cents le couronneront d’une mitre. Il sera trahi par quelqu’un doté d’un titre de noblesse du nom de Narbone, Et par un autre dénommé Saulce, Qui aura de l’huile en barils” (2).
— S’il te plaît, arrêtes de parler en Belge et utilises le français correct parce que là, je ne comprends rien !
— Mais je parle bien la France ! Je citais des quatrains extraits des prophéties de Nostradamus ! Celui avec la prédiction de la mort de Henri II et celui sur la Révolution française !
— Gné ? Le rapport avec la LC ??
— Il avait même prédit votre Napoléon !! “Un empereur naîtra près de l’Italie. De simple soldat, il deviendra Empereur. Il instaurera le contrôle absolu sur l’Église. Il se maintiendra quatorze ans au commandement. (3)
— Ok, Cannibal, restes calme, tu sautilles partout et ça me donne le tournis ! Maintenant, explique-moi le rapport entre les prophéties de Nostradamus et notre LC ??
— Et bien, on avait dit qu’on lirait le tome 2 des Prophéties, non ???
— Alzheimer si jeune, si c’est pas malheureux ! Grande bête, les prophéties que l’on doit lire, ce ne sont pas celles de Nostradamus, mais la suite de “L’évangile du serpent”… Souviens-toi ! Yvan comparé au serpent Kaa et le fameux “Aie confianssssse”….
— Ah oui, merde…. Oublié ! Je me suis laissée emportée, une fois de plus… Ouf, tu me rassures, déjà que j’ai pas tout compris aux prophéties que j’ai déclamées…
— Tu liras tes propres explications en bas de page ! Les autres aussi, on dira que c’est la minute de culture… Bon, on se le fait, “L’ange de l’abîme”, pour notre LC ???
— Heu, mais tu venais de me parler du tome 2 des Prophéties ?? Tu as changé d’avis ??
— Donnez-moi une bonne raison de ne pas la tuer, cette Belette Cannibal !!!
— Quelqu’un pourrait m’expliquer ce que je dois lire, pour finir ?? Stelphique, reviens ! Reviens, Stelphique, c’était pour rire !!! REVIENS !!!!!

La critique “Les prophéties 1 – L’Évangile du serpent”
L’intro de la LC sur “Les Prophéties 1 – L’Évangile du serpent”

Le pitch ? Dans une Europe d’apocalypse ruinée par la faillite des OGM, enlisée dans la guerre contre le Moyen-Orient, en proie au fanatisme religieux et au racisme, le voyage initiatique de Stef et Pibe, deux adolescents à la recherche de l’archange Michel, le dictateur tout puissant qui gouverne le vieux continent depuis sa forteresse roumaine.

Dans une ambiance crépusculaire, fascinante car terriblement proche et crédible, un grand roman épique d’une actualité brûlante.

Elle ne lui avait jamais fourni d’explication sur ses disparitions ni sur ses motivations.

Elle se contentait de répéter en riant qu’elle était son ange gardien, qu’elle lui ficherait la paix après avoir parcouru un bout de chemin en sa compagnie.

Il ne voulait pas qu’elle sorte de sa vie.

Un jour pourtant, elle se tirerait parce que “chacun doit descendre seul dans les abîmes de son âme, chacun doit apprendre à se dresser vers les cieux sans autre soutien que ses propres racines.

La trilogie des Prophéties

La trilogie des Prophéties

(1) En juin 1559, le roi Henri II affronta le Comte de Montgomery dans un tournoi de chevalerie. Ils portaient tout deux un lion comme insigne. Henry II reçut la lance de son adversaire dans un casque en or et a l’œil transpercé. Il mourut dix jours plus tard, en maudissant la prophétie de Nostradamus qu’il venait de comprendre.

(2) Le 20 juillet 1792, dans le palais des Tuileries, 500 marseillais obligent le roi Louis XVI à mettre, comme moquerie au roi déchu, un bonnet phrygien (mitre), symbole révolutionnaire. Le Comte de Narbone-Lara, ex-ministre de la guerre, avait démissionné, après n’avoir pu contrôler l’armée, pour trahir le roi. L’autre traître, dénommé Saulce, arrêta Louis XVI quand celui-ci essayait de fuir pour rejoindre des troupes loyales. Curieusement, comme l’indique Nostradamus, Saulce était vendeur d’huile, de graisse et de savon.

(3) Napoléon est né en Corse, en face du Golfe de Gênes, en Italie. Du grade de sous-lieutenant d’artillerie, il accéda à la fonction d’Empereur. Il contrôlait l’Église : en 1809, il donna l’ordre au Pape d’annuler son mariage avec Joséphine.

Source : http://www.touteslespropheties.net/nostradamus/

Jamais je ne ferais pareille chose, Ô Saigneur de la Jungle ! dit Yvan le Serpent à la ténébreuse tigresse Cannibal. « Mon cul », lui répondit-elle tout de go.

Ramses, Le fils de la lumière, Christian Jacq

Couverture Ramsès, tome 1 : Le Fils de la lumière

Pourquoi je l’ai choisi:

J’attaque enfin ma première lecture pour le petit Challenge Automne Pharaonique que j’ai lancé sur le blog!!!!Et, il semblait évident de faire une place de choix à Christian Jacq…

Synopsis:

Ramsès. Son nom incarne l’éclat et la puissance de la civilisation pharaonique. Fils du soleil et du dieu vivant, il a régné pendant plus de soixante ans et porté l’Egypte à un degré de grandeur jamais atteint dans l’Histoire. Pour l’heure, l’enfant-dieu n’a que quatorze ans. Comment succédera-t-il au pharaon Séthi, son père? Quelles seront les étapes surprenantes de son initiation secrète ? Saura-t-il choisir entre Iset la Belle et la mystérieuse Néfertari ? Dans sa marche vers le trône, Ramsès ne peut compter que sur de rares amis : Améni, le scribe, Sétaou, le charmeur de serpents, et Moïse, son condisciple hébreu. Romancier magique, Christian Jacq sort l’Antiquité des manuels scolaires, et offre au lecteur un immense territoire de rêve, d’action et de poésie.

Ce que j’ai ressenti:…♫Souvenirs, ♫souvenirs♫….

Christian Jacq, il m’a fait rêver ,étant adolescente, de l’Egypte. Tant de passions dans ses écrits qu’il nous la fait vivre et ressuscite le temps d’un livre toute la grandeur des pharaons. C’est sans doute un peu grâce à lui, si mon plus grand désir était de toucher les fameuses pyramides, et d’avoir pu le réaliser, il y a quelque temps….Donc, oui, cet auteur est particulier pour moi, et, ouvrir mon challenge avec Christian Jacq, était une évidence…

Dieu avait créé le désert pour que l’homme se taise et entende la voix du feu secret.

Ramsès est une saga en 5 tomes, et dans Le fils de la lumière, nous avons toute la jeunesse et l’apprentissage d’un jeune prince, sous l’aile de Sethi. Que de belles descriptions, que de jolies valeurs véhiculées et apprises à côté de ce grand roi, que de beauté dans ces paysages et dans ses lignes…Mais le Pouvoir n’est pas de tout repos, il faut d’abord survivre aux autres, avant de penser à se repaître de puissance. L’Egypte des pharaons est une période de jeux princiers et de lutte pour cette fameuse divinité, et ce n’est pas de tout repos pour les aspirants…

L’homme détruira tout autour de lui , y compris ses semblables, le fort anéantira le faible, l’injustice triomphera, la violence et la laideur s’imposeront partout.

C’est sous un soleil accablant et une chaleur étouffante que se jouent les pires complots et jeux de manipulations pour empêcher ce jeune homme aux nombreuses qualités d’accéder à la place suprême: Pharaon de l’Egypte. Et bien sur, ses petites mesquineries et grands stratagèmes sont de véritables rebondissements passionnants  qui en font une lecture très agréable! Il me tarde de lire la suite, car elle présage encore plus de piment, et autant de violence latente, ne peut que se transformer en affrontements musclés.

Petit homme ridicule face au mystère et à la grandeur du site , il perçut néanmoins la présence d’un au-delà qui nourrissait au lieu de détruire .

On s’attache à cet adolescent humble, mais plein d’ambitions, et ce premier tome est une belle aventure à suivre en pays égyptien, ou Sagesse s’oppose à Guerre, ou même la fratrie n’est jamais une place tranquille, et où l’amour prend une place surprenante….

Tu te cachais dans ma main comme une étoile ;aujourd’hui , j’ouvre les doigts. Brille ou disparais.

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

image1 (2)

Jenny, Fabrice Colin.

Couverture Jenny

Pourquoi je l’ai choisi:

J’ai d’abord été intriguée par cette couverture, et j’étais curieuse de voir ce que cachait une telle silhouette…

Vous n’avez jamais rencontré personne comme Jenny. Heureusement pour vous.

Synopsis:

Cayucos, Californie. Dans une villa au bord du Pacifique, un homme désespéré remplit un cahier noir. Dans sa cave, ligotée, une femme obèse, à peine consciente. Avant de la tuer, l’homme veut raconter son histoire.
Quelques mois plus tôt… Un an après la disparition de sa femme, le chroniqueur Bradley Hayden est détruit. Il s’étourdit dans des liaisons sans lendemain via un site de rencontres. Un jour, se présente une femme qui ne correspond en rien à la description qu’elle a faite d’elle. Jenny, 300 livres, QI redoutable, lui montre une vidéo de son épouse. April est en vie. Obéis-moi en tout, et elle le restera.
Dès lors, Bradley est contraint de suivre Jenny dans une épopée meurtrière.
Traqués par la police, ils sillonnent le pays tandis que Ron, le détective privé aux méthodes zen peu conventionnelles, tente de retrouver April.
Pourquoi Jenny tue-t-elle ? A-t-elle choisi April au hasard ? Bradley pourra-t-il retrouver sa femme à temps ?
Entre passé et présent, scandales politiques et cavale meurtrière, déserts brûlants et cités labyrinthiques, un terrible compte à rebours est enclenché, aux portes de la folie.

Ce que j’ai ressenti:…Une cavalcade sanglante…

Si au départ, on suit un couple aux difficultés « banales » et dans un quotidien encrassé de petits soucis, tout bascule lors de la disparition de April, et l’arrivée tonitruante de Jenny dans la vie de Bradley. Plus de vie « plan-plan » après cette rencontre hors-norme, mais bel et bien un road-trip ténébreux où la chair et le sang se livrent une bataille sans merci…

« Je suis arrivé à cet instant où je ne désire plus rien et où personne, surtout, ne peut plus rien me donner. »

Tout du long, l’auteur maintient un suspense qui laisse un doute planer, un malaise évident. On oscille entre plusieurs couches de folie, on saisit mal la portée des agissements de cette inconnue, mais on sent que cette opacité cache les pires atrocités, alors on s’accroche à ce duo de personnage que forme Bradley et ce détective Ron, et on observe avec stupéfaction, la maîtresse de cette intrigue…Et quelle dame!

J’ai bien aimé l’originalité de ce détective qui se sert de la divination et sagesse Yi-King pour influencer ses choix, et j’aurai vraiment apprécié qu’il prenne plus de place dans cette histoire. Quand à Bradley , il incarne bien l’homme brisé, culpabilisant de la disparition de sa femme, et on s’attache forcément à ce personnage qui d’un coup, subit des tas de turbulences. Jenny reste quand même le personnage clef de ce livre, totalement imprévisible, incroyablement provocante, elle devient vite envahissante dans votre espace intime, bouscule d’un mouvement disgracieux vos plus conventionnelles pensées, prend une place prépondérante dans ses pages, vous étouffant dans l’espace clos de ces bras.

L’histoire est construite comme une énigme, le lecteur ramasse petit à petit les graines de ce scénario, chaque information se mérite au prix d’une violence toujours plus sanglante, mais au final, on aura eu une belle récolte de ce qui se fait de pire, derrière les belles façades…Page-Turner efficace et course contre la mort rythme ce thriller bien costaud.

« On est sur Terre pour combien de temps? Toujours moins qu’on ne le croit. Alors s’emmerder, on n’a pas le droit. »

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 7/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Jessica des éditions Sonatine pour l’envoi de ce livre. Ce fut une lecture énorme et dynamique!!

lu-en-part-avec-la-me

c26ac-sonatine_logo

Previous Older Entries

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 149 autres abonnés