Bienvenue dans mon univers!

Egérie de mon blog littéraire, elle sera la pour laisser une trace de poussière de fée au milieu de ma sélection de livres….Ne vous fiez pas à l’aspect enfantin, car mes préférences vont, le plus souvent, vers les thrillers…..

clochette-1.jpg

« Chaque fois que quelqu’un dit: Je ne crois pas aux contes de fées, il y a une petite fée quelque part qui tombe raide morte. « 

J.M.Barrie, Peter Pan

Les Limbes, Olivier Bal.

Couverture Les limbes


Synopsis:

Et si quelqu’un contrôlait vos rêves ?

Viêtnam, 1970. Quand l’assaillant a tiré, James Hawkins a vu la mort en face.
Un mois de coma plus tard, c’est un vétéran qui redoute l’heure du sommeil. Car depuis sa blessure à la tête, toutes les nuits James visite, en songe, les rêves des autres. Semble interagir avec eux. Les contrôler, peut-être… Une malédiction, pour lui. Du pain béni pour la CIA, dont la base secrète, en Alaska, lui ouvre ses portes. Là, scientifiques et militaires se sont donnés pour mission d’explorer ce territoire inconnu, au cœur de l’esprit : les Limbes… Au risque d’en ramener d’abominables monstres…


Ce que j’ai ressenti:

▪️Et si Olivier Bal faisait de vous, un Éveillé?

  • Où suis-je?

Dans la Station K27 en Alaska. J’ouvre les yeux. Je vois James Hawkins, un vétéran de la guerre du Vietnam, souffrant de stress post-traumatique et qui craint de dormir. Je vois des images terribles. Ses souvenirs et les failles de son psychisme. Je vois aussi son pouvoir: une arme ou une bénédiction? Je vois un potentiel énorme dans un univers riche et profond. Je sens le froid. Et je ressens le poids du secret.

*Peur.

Ouvrez les yeux. Olivier Bal nous entraîne dans un thriller fascinant. Gardez les bien ouverts surtout, et ne vous endormez jamais! C’est un conseil, parce qu’il se pourrait que sous la surface, et dans le noir absolu, au plus près de votre Moi, lui, Olivier Bal, s’amuse à jouer avec vos peurs et les emmène plus loin encore, dans une zone étrange… Dans une Nef et des couloirs sombres, avec un résident menaçant et quelque peu intrusif. Vous commencez à avoir peur? Ce n’est rien, attendez de vivre l’expérience des Limbes, et essayer d’en revenir indemne, de corps et d’esprit…Frissons garanti!

  • Où vais-je?

J’ouvre les yeux. Je vais dans Les limbes, au plus profond de mes rêves. Explorer les mystères et les cultures qui ont mis en avant, ce Monde intangible. Ces personnes qui en ont fait un royaume de possibles et de conquêtes, la dernière frontière à saisir et à contrôler. Je vais avec James, Caleb et les jumeaux Thomas et Ethan, dans un nouvel espace crée avec la force de l’imagination, lever le voile sur le mystère de La Main de Dieu. Mais si, c’était une terreur sans nom qui guettait les imprudents et les audacieux?

*Rage.

Ouvrez les yeux. Et regardez bien en face, le futur et un des possibles avenirs, si la science tombait entre de mauvaises mains. Ne vous endormez plus, restez conscients! Ils ont dans l’optique de contrôler vos esprits, approcher vos rêves, et transformer le monde à leur image. Voilà trente ans, qu’ils étudient le sommeil, vos temps d’absences et les pouvoirs de votre esprit. Vos pires cauchemars peuvent commencer une fois que vous aurez franchi les pages de ce fantastique roman. J’ouvre les yeux. Je note toute la richesse du travail de recherche et le plaisir d’avoir un thriller aussi bien psychologique que addictif, soigné et documenté, fascinant et mystérieux. Juste ce qu’il faut pour te filer, une frousse terrible…

  • Que faire?

Ouvrir les yeux. Ne pas dormir. Ne pas oublier. Et forcément, courir chercher Le Maître des Limbes, le deuxième tome de ce diptyque parce que ce n’est pas possible de rester sur ce final…Trop de questions sont restées cachées et trop d’adrénaline se sont mêlées à ses pages. Il me faut la suite de toute urgence. Ne pas dormir. Ne plus dormir même, tant que je n’aurais pas mis un point final à cette expérience extralucide. Je veux savoir dans quelle folie va encore basculer notre cher James et vers quel destin, il se précipite, comme ça, les yeux fermés…

*Fascinant.

Olivier Bal m’a captivée avec ce premier tome. L’univers du rêve et ses possibles est un sujet qui me passionne et avec cette histoire, il m’a complètement embarquée. Je veux devenir une Éveillée. J’ai marché dans Les Limbes et j’ai adoré ça. Et vous, allez-vous oser franchir la frontière de vos rêves?

▪️ Et si quelqu’un contrôlait vos rêves?

Le rêve, c’est la dernière frontière. L’homme a conquis la mer, la terre, l’espace… et maintenant, enfin, il conquiert son propre esprit.

Ma note Plaisir de Lecture 9/10et

Remerciements: 

Je tiens à remercier très chaleureusement toute l’équipe de la Team Pocket. Merci de leur confiance et l’envoi de ce livre!

Lune Noire, Anthony Neil Smith.

Lune noire par Neil Smith

Noir. Bien frappé.


Synopsis: 

Une vision toute particulière de la justice et de la morale a valu à Billy Lafitte d’être viré de la police du Mississippi. Il végète aujourd’hui comme shérif adjoint dans les plaines sibériennes du Minnesota, avec l’alcool et les filles du coin pour lui tenir compagnie, les laboratoires clandestins de meth pour occuper ses journées. Si Billy franchit toutes les lignes, on peut néanmoins lui reconnaître une chose : il a un grand cœur. Ainsi, lorsqu’une amie lui demande de tirer d’affaire son fiancé, impliqué dans une sale affaire de drogue, c’est bien volontiers qu’il accepte. Quelques jours plus tard, Billy est arrêté par le FBI, enfermé dans une cellule au milieu de nulle part, et sommé de s’expliquer sur tous ces cadavres qui se sont soudain accumulés autour de lui. 


Ce que j’ai ressenti:

  • Noir, je t’aime…

Anthony Neil Smith nous a préparé une saga dans toutes les nuances du Noir. Ce premier tome, Lune Noire , nous présente Billy Lafitte, un personnage tout sauf, recommandable. Entre ses penchants pour tous les vices que l’humanité porte en elle, et une sacrée dose de malchance dans toutes les actions qu’il entreprend, ce flic déchu cumule les emmerdes, et au plus il en fait, et au plus il en vient…Un cercle vicieux en somme. Saupoudré de répliques incises, avec un style complètement déjanté, dopé de testostérones et de bastons musclées, ce livre est bien frappé! J’ai apprécié cette ambiance tendue à l’extrême et le thème abordé des terroristes, même s’il manquait de nuances et de profondeur. Sous le couvert d’humour noir et de thriller complètement barré, on sentait une dénonciation de toutes ces nouvelles violences qui s’installent dans les coins reculés de l’Amérique. Je ne sais pas si la Lune éclaire ces terres poussiéreuses mais dans Lune Noire, les ténèbres et le sang l’emporte sur tout le reste. Préparez-vous, ça va déménager, entre les courses-poursuites, la justice bafouée, les cadavres accumulés et une violence démesurée: un nouveau phénomène arrive chez Sonatine éditions et c’est du costaud!

Je m’étais fait quelques ennemis, certes, mais je n’étais jamais allé les emmerder chez eux à cette heure de la nuit. Ayez la même putain de courtoisie à mon égard. 

  • Je t’aime, moi non plus…

Même si j’aime les héros, enfin anti-héros plutôt, borderline et surprenant, (et en cela ce Billy Lafitte tient son rôle haut la main), cette lecture n’aura pas été pourtant, des plus fluides. Intéressant mais maladroit. Génial et l’instant d’après, décousu. Survolté puis sans punch. Ce roman noir ne m’a pas laissé de marbre. Nous avons joué à « Je t’aime moi non plus », des passages où je me suis dit, « J’adooooore », et d’autres, « ah non, mais sérieux?! » Je l’ai pris, je l’ai reposé, je l’ai aimé, j’ai détesté…Et puis, j’y suis arrivée, au bout de notre rendez-vous…Et finalement, je me suis dit, que ce que je recherche dans un livre, c’est avant tout l’émotion, les sensations. Alors, oui, je n’ai pas clairement adhéré à tout dans ce roman, mais j’ai aimé certains passages, vraiment hilarants. C’est aussi un premier roman, une certaine indulgence est donc de mise, et dans la mesure où j’ai eu mon éventail de ressentis (bons et mauvais), le contrat est rempli pour ma part. J’ai passé un bon moment.

« Je commence à me dire que tu es un super-héros.
– Ouais. Et mon pouvoir, c’est de pourrir le monde autour de toutes les personnes que je connais.
– Au moins tu ne t’envoles pas. Là, tu serais un vrai connard. »

  • Poursuivons l’histoire…

S’il est vrai, qu’on a pas eu une symbiose de tous les instants, la note d’émotion sur la fin et ce personnage au grand cœur m’a quand même plu dans son imperfection. Je serai curieuse de lire la suite de ses aventures, d’autant plus que je viens de voir que notre héros badass va se retrouver dans l’univers des bikers. Je serai plus exigeante aussi. Mais j’ai hâte de continuer l’histoire…A noter que le prochain tome est annoncé pour septembre, donc il nous reste peu de temps, avant de voir revenir en grande fanfare, l’énergie palpitante et controversée de Anthony Neil Smith.

Les rêves de zombies étaient les pires. Chaque fois que j’en faisais un, je me réveillais le lendemain en me disant que le monde était plus dangereux que je ne l’avais initialement pensé.

Ma note Plaisir de Lecture sticker-fee-libellule 7/10

Remerciements: 

Je tiens à remercier très chaleureusement Muriel ainsi que les éditions Sonatine de leur confiance et l’envoi de ce livre.

lu-en-part-avec-la-me

c26ac-sonatine_logo

Carnets clandestins, Nicolàs Giacobone.

Carnets clandestins par Giacobone


Synopsis:

Le premier roman du scénariste de Alejandro G. Iñárritu : un irrésistible tour de force.Santiago Salvatierra, le plus grand réalisateur d’Amérique latine a kidnappé son scénariste, Pablo Betances, qu’il tient emprisonné dans la cave de sa maison. Il ne le relâchera que lorsqu’il aura écrit un chef-d’œuvre, le film qui va changer l’histoire du cinéma. Provocant, insolent, irrésistible, mais terriblement humain, Nicolas Giacobone nous offre une satire impitoyable du milieu du cinéma et du monde moderne. Rien n’échappe à ce premier roman d’une virtuosité impressionnante.


Ce que j’ai ressenti:

▪️Un huis-clos entêtant.

Pablo Betances est un homme encavé. Séquestré dans un espace réduit et tenu de rendre un travail d’écriture sous la menace d’un réalisateur complètement barge. Santiago Salvatierra lui demande rien de moins qu’un chef-d’oeuvre qui bouleversera le cinéma mondial. Et pendant ce temps, il le retient prisonnier dans des conditions de vie plus ou moins extrêmes. La date butoir arrive, la pression monte, l’angoisse de la page blanche fait rage, et ses Carnets clandestins, que l’on tient dans nos mains, sont le dérivatif de Pablo, à cet enfermement forcé. Le seul moyen pour lui, de ne pas perdre l’esprit et la petite étincelle d’écrivain. De s’évader par son art. C’est diablement efficace comme thriller. Une tension de tous les instants, une obsession dévorante et cet enjeu démesuré crée une atmosphère délirante, et pour nous, lecteurs, un moment de lecture exceptionnel. Nicolas Giacobone nous a concocté un roman fabuleux, pour tous les amateurs d’adrénaline.

Le cahier est désormais le maître de mes heures solitaires.

▪️Écriture et obsession.

Il se peut que vous ne voyez jamais cette chronique, parce que comme Pablo, j’ai la furieuse envie de tout balancer à la corbeille, une fois que j’aurai aligné sur mon carnet, les mots et les émotions. Mon carnet. Mon obsession. Ou bien la sienne. Parce que finalement, il la raconte si bien cette tension, que tu ne sais plus qui est lui, eux ou nous. Qui est là, plus là, où se situe la réalité et la fiction, le talent ou la médiocrité, où s’en vont les mots et qui les fera vivre…Ne reste que l’envie d’écrire. Le désir brut d’écrire. Pas pour partager, être lu ou admiré, non: écrire pour exister. Mais, cette envie est souvent troublée par une souffrance intérieure et profonde. Et en cela, cette douleur est racontée avec une puissante énergie qui frôle le génie. Insolent et sans compromis. Brillant et sans langue de bois. Juste l’émotion et l’intimité d’un écrivain. On pourrait croire que écrire un scénario pour le cinéma ne soit qu’une petite affaire mais quand l’ambition est grande, démesurée, et bien tout le processus d’écriture devient un cercle infernal, ou doute et confiance viennent foutre un chaos impossible, le temps des mots posés sur le papier. Il se peut que par le plus grand des hasards, vous tombiez sur ses Carnets clandestins, précipitez-vous, ne laissez pas le temps  Pablo de tout caviarder en un seul clic, ça serait tellement dommage.

J’écris parce que c’est la seule chose que je sais faire.
La seule façon d’exister quand on n’existe pas.
Quand j’arrête de taper sur ce clavier, je ne suis rien.

▪️Brillant!

J’ai carrément adoré! Plus que cela même, j’ai été soufflée par le fond et la forme de ce roman. J’ai trouvé qu’il était brillant, juste ce qu’il faut d’insolence, d’impertinence et de génie jusqu’à la dernière page tournée. Addict du style et des vertiges d’émotions que Nicolas Giacobone réussi à implanter dans son thriller. Pendant cette lecture, une envie folle d’écritures, de lectures, de cinéma et de caféine. En bref, juste un coup de coeur!

 

Je n’en ai rien à foutre, de l’argent.
Je n’ai jamais écrit en pensant à l’argent.
Je n’ai jamais imaginé qu’un des trucs que j’écrivais pouvait rapporter de l’argent.
Le bénéfice d’écrire était dans l’acte même d’écrire.

 

 

Ma note Plaisir de Lecture 10/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Muriel ainsi que les éditions Sonatine de leur confiance et l’envoi de ce livre.

La Lune est un roman, Fatoumata Kebe

Restitue-Moi la Lune

🌑🌒🌓🌔🌕🌖🌗🌘🌑

🌑Restitue-moi la Lune.

-Princesse de la nuit des temps-

Avec ses robes rouge sang

Ses éclaboussures d’argent

Ses dégradés de blanc…

Elle s’avance avec grâce, lentement

Sur un parterre velours scintillant.

🌒Restitue-moi la Lune

—Maîtresse de toutes les eaux—

De ses quartiers, au plus haut,

Elle soulève les océans, les flots

Et dans sa danse, lance des échos,

Révèle les terreurs des matelots.

D’une rotation, inverse les assauts.

🌓Restitue-moi la Lune

—Reine solitaire du ciel—

Tu te surprends à l’admirer si belle

Éblouissante, Puissante, Éternelle,

Au firmament, mensuelle ritournelle

Briller, sereine, parmi les plurielles,

Ses sœurs, éclats de merveille.

🌔Restitue moi la Lune

-Femme ô combien mystérieuse-

De face, cachée, voilée, silencieuse

Elle trouble les hommes, vertueuse.

Avec ses allures tempétueuses,

Change les loups-garous, fiévreuse,

Leur donne, des envies voyageuses.

🌕Restitue-moi la Lune

-Muse étincelle des rêveurs-

Et quand le Jour se meurt

Sur l’horizon, elle revient aux heures

Où Poètes déversent encre, pleurs

Et réinventent en phase, le bonheur

Dans la contemplation de son cœur.

🌖Restitue-moi la Lune

-Amante suave à conquérir-

De ses monts accidentés à gravir,

De ses mers asséchées à découvrir,

De cette mer tranquillité à accueillir,

Astronautes n’ont cessé de séduire

La douce, avec un croissant sourire.

🌗Restitue-moi la Lune

-Déesse mythique de l’univers-

Convoitée de tous les dieux amers

Tous ont voulu, la boule lumière!

Mais Sumer/Lunar/Selené gère

Ses temps, tourments et terres

Et en toute sympathie, nous éclaire.

🌘Restitue-Moi la Lune

Histoire, Mythe et légendes.

Chère Fatoumata Kebe

La Lune est le roman de ta vie

Fascinant.Intéressant.Passionnant.

Et maintenant, en féerie,

La Lune est un poème-ressenti.

✨Stelphique✨

L’Outil et les Papillons, Dmitri Lipskerov

outil


Synopsis:

“ Arséni Andréiévitch, nu comme un ver, constata sans équivoque que l’organe le plus important du corps masculin manquait à son reflet. ”

Un beau matin, l’honorable Arseni Andréiévitch Iratov, célèbre architecte de cinquante ans dont le parcours rappelle celui d’un Rastignac soviétique, se réveille pour découvrir qu’il n’a plus de sexe. L’outil le plus essentiel de son anatomie a tout simplement disparu, ne laissant qu’une fente sur un bas-ventre désormais lisse. L’organe perdu réapparaît dans un petit village, où vivent une gamine de treize ans et sa grand-mère alcoolique. Le pénis a pris l’apparence d’un gnome, qui se transforme rapidement en beau jeune homme au visage angélique. La jeune fille décide de le garder comme animal domestique, avant d’en tomber amoureuse, de lui donner un nom français (Eugène) et de l’aider à réaliser son rêve: retrouver son propriétaire Iratov. Avec L’Outil et les Papillons, Dmitri Lipskerov entraîne le lecteur dans un carnaval fantastique échevelé, démoniaque et absurde, une variation hilarante sur Le Nez de Gogol.


Ce que j’ai ressenti:

  • Un seul outil vous manque…Et tout est dépeuplé.

Car à y perdre cette partie là de l’anatomie masculine, Arseni Andreiévitch ne pensait pas qu’il vivrait un tel drame! Mais le pire, c’est que ce manque parait épidémique… Imaginez un peu, un avenir sans testostérone et voyez, l’envol des perspectives…

Mais si en plus, les gnomes s’invitent et prennent la place dans les branle-bas des rendez-vous amoureux, que les diamants reluisent dans les ombres et que la guimauve n’adoucit plus les mœurs, il va en rester quoi de notre monde? Dmitri Lipskerov joue les tailleurs d’anatomie et fait danser les papillons, dans une histoire sucrée/salée aux allures de science-fiction.

-À quelque chose malheur est bon.

  • Une fable délicieuse…

Cette lecture est une friandise, tant par son originalité détonante, que par son absurdité délicieuse. Elle se fait poésie, et parfois délicatesse, comme une aile de papillon posée sur une peau. Et pourtant, c’est bel et bien une fantaisie presque démoniaque qui vient s’inviter dans ces pages! Cette petite pointe de provocation envers cette absence incongrue de sexe masculin, vient gratter quelque peu les clichés de notre société, et la féminité de fleurir avec panache. J’ai trouvé que l’auteur avait une perspicacité bien sentie et une plume rafraîchissante. Derrière un humour complètement décalé, il nous donne à réfléchir sous couvert de fantaisie, sur les modes de vies, l’histoire et les influences de la Russie.

Nous venons dans ce monde pour devenir meilleurs.

  • Un petit OLNI follement pétillant.

J’ai vraiment adoré ce mélange des genres entre contemporain, réécriture et dystopie. C’est à découvrir! Inclassable, intelligent, sensible et hilarant, c’était vraiment un chouette moment de lecture! J’avais vraiment été attirée par cette jolie couverture, et je ne regrette pas cette virée dans Moscou, grâce  cette histoire déjantée. Je suis conquise. Et ce final, tout en finesse et en poésie, c’était génial…En bref, une belle découverte!

-Je ne veux pas que tu gâches ta vie à t’occuper de ma folie!

 

Ma note Plaisir de Lecture 8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Babelio ainsi que les éditions Agullo de leur confiance et l’envoi de ce livre.

Babelio

Des Hommes en Noir, Santiago Gamboa


Synopsis:

Le gamin perché dans son arbre a tout vu. Les trois véhicules aux vitres teintées attaqués à l’arme lourde, la riposte, les hommes qui tombent sous les balles, l’arrivée d’un hélicoptère qui évacue les passagers, deux femmes et un homme en noir. Le lendemain, la route a été nettoyée. Plus de cadavre, aucune trace de balles.
Le récit du gamin est pris au sérieux à Bogotá par Edilson Jutsiñamuy, le procureur d’origine indienne. Il demande de l’aide à une journaliste d’investigation, Julieta, qui part sur place avec son assistante Johana, une ex-guérillera des FARC. Leur enquête va dévoiler une inquiétante histoire entre la Colombie, le Brésil et la Guyane française, au coeur des puissantes Églises évangéliques qui ont envahi l’Amérique latine. La violence qui subsiste encore dans les bas-fonds de la société est prompte à jaillir et les enfants perdus, vestiges des histoires dramatiques que la fin de la guerre civile a révélées, n’ont pas fini de payer les pots cassés.
Sur cette toile de fond, l’auteur construit une intrigue musclée et spirituelle, avec une ironie et un humour dévastateurs, et deux héroïnes fortes, tendres et presque incorruptibles.
Un formidable polar dans les montagnes couvertes de jungle d’un pays magnifique.


Ce que j’ai ressenti:

▪️Passion Gamboa.

J’adore cet auteur. Je dirai même que je suis tombée « amoureuse » de sa plume, tellement il a de passion et d’humanité, dans ses écrits. Et la passion alliée à la poésie, je ne pouvais que succomber. Forcément…Il maîtrise les mots, enjolive les récits,  joue avec la petite touche de lumière dans cette noirceur…A chaque lecture, il me renverse…Depuis que je l’ai découvert, avec ce roman fabuleux Retourner dans l’obscure vallée, il fait partie de mes auteurs préférés. Tout simplement, je l’adore parce que je sais qu’il a cette énergie puissante qui va directement me toucher au cœur. Et voilà, qu’il arrive en avril, avec un nouveau polar noir, au cœur d’une Colombie, ravagée de violence. Des hommes en noir. J’étais évidemment très impatiente de le découvrir…Et parce qu’il y aura toujours en ce monde, de l’amour et du silence, du désamour et de la souffrance, de l’abandon et des blessures, il y aura toujours des auteurs pour sublimer ses émotions. Santiago Gamboa, fait cela, à merveille. Ses polars sont d’une intensité folle, et cette virée en Amérique Latine, va nous plonger dans une sombre histoire de pouvoir, au sein des Eglises évangéliques.

En regardant le ciel, vous voyez des étoiles, vous les trouvez belles, mais moi je n’y vois que des blessures qui fourmillent et brillent, des brûlures au visage, des eczémas, des cicatrices, les miennes et celles des autres.

▪️Et un jour, un enfant…

Perché dans un arbre, un enfant assiste à une scène de carnage. Une scène, comme il y en a tant malheureusement trop, dans ce pays, coincé entre un passé de guerre civile et un présent dramatique de corruption. Un enfant perdu, orphelin, comme il y en a tant aussi dans ses rues, certains cachés dans les manguiers et d’autres, oubliés sur un banc…Santiago Gamboa nous parle de cette jeunesse soumise aux vents impétueux, victime de solitude, témoin des pires atrocités, arrachée à l’innocence parce que le contexte politique et social ne leur permet pas une enfance tranquille. Avec ce nouveau roman, il nous conte avec brio, ses vies tourmentées, ces enfants égarés et ces adultes qui se cherchent…La religion et le charisme d’un pasteur peuvent, peut être, les sauver, voire montrer un nouveau chemin de guérison…Mais si, dans la foi, certains s’y retrouvent, d’autres s’y perdent également…Ces nouvelles branches du christianisme n’ont pas fini de plier sous le poids des personnes aux mauvaises intentions ou briller à  l’aube d’un espoir éclatant…Alors sang ou lumière, au bout du chemin? Haine ou rédemption, à la fin du discours? C’est ce qu’il vous reste à découvrir…

Tout dans ce monde prodigieux est fait de paroles et c’est la seule façon de comprendre, d’aimer ou de haïr.

▪️Des hommes en noir et des femmes lumineuses…

J’ai beaucoup apprécié de lire des héroïnes fortes et étonnantes dans ce nouveau roman. Julieta, Johanna, Wendy sont les atouts charme et elles ont, quelque chose de fascinant dans leurs failles, qui les rendent attachantes. Même écorchées, elles ont à coeur, de porter aux nues, la vérité et les valeurs du journalisme. Pendant ce temps, Des hommes en Noir, descendent toujours plus bas, dégringolent dans la violence et la corruption, sèment le trouble et le chaos, et font disparaître des scènes de crimes…

En bref, j’ai été, une fois de plus transportée par ce conteur hors pair. Une histoire noire et palpitante, pour mieux comprendre un pays, une vocation et, les humains, dans toutes leurs contradictions et leurs splendeurs. Certains passages sont magnifiques, et rien que pour le plaisir, je lis et relis ces moments de poésie incroyable…Fabuleux Santiago Gamboa. Encore, une fois, j’ai des étoiles plein les yeux…

Les amies écrivirent des phrases sur la vie, des idées optimistes et des vœux d’avenir.

 

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement les éditions Métailié de leur confiance et pour l’envoi de ce livre.

 

Résultat de recherche d'images pour "metailié"

Le Jour de ma mort, Jacques Expert.

Couverture Le Jour de ma mort

Et si vous connaissiez le jour de votre mort ?
Le nouveau piège de Jacques Expert.


Synopsis: 

Charlotte est une jolie jeune femme sans histoire. Elle a un travail qui lui plaît, un petit ami avec qui elle s’apprête à se marier, un chat. Elle se dit heureuse. Cependant, cette nuit d’un dimanche d’octobre, elle se réveille en sueur, tremblante de peur, à l’affut du moindre bruit. Elle est seule chez elle, il est minuit passé. On est le 28 octobre. Le jour de sa mort.
Trois ans plus tôt à Marrakech, Charlotte et trois copines sont allées consulter un voyant. Toutes les prédictions faites à ses amies se sont avérées exactes. Qu’en sera-t-il de Charlotte à qui il avait annoncé une mort violente le 28 octobre.
Commence alors un suspense de tous les instants.
La jeune femme est-elle victime d’une paranoïa alimentée par l’effrayant souvenir ou est-elle réellement en danger alors que rôde dans la ville un tueur psychopathe ? 
Une fois de plus Jacques Expert joue avec les nerfs du lecteur dans ce récit implacable, aux retournements aussi nombreux qu’imprévisibles.


Ce que j’ai ressenti:

▪️Exercice de respiration…le 4-7-8

En vacances, on a le temps de vivre et de tenter de nouvelles expériences…Charlotte prend le temps d’inspirer. 4 secondes…Quand un voyant lui annonce Le Jour de sa mort, de manière brutale. Ça sera le 28 octobre. 7 secondes pour elle, le temps de retenir son souffle…8 secondes pour vider ses poumons et, déguerpir vite fait…3 ans après, le jour fatidique arrive…

Pendant ce temps, un tueur aussi, fait ses exercices de respiration. 4-7-8. 4 secondes pour repérer la blondeur, 7 secondes pour déterminer si elle aurait, par hasard un chat, 8 secondes pour sourire…

Alors forcément, avec ce rythme de respiration, j’ai du bel et bien me résoudre à adopter ce fameux exercice pour lire le nouveau thriller de Jacques Expert, 4-7-8 pour essayer de contrôler, coeur, souffle et respiration qui faisait des ratés, au moindre bruit…Ce livre, il met sous tension, car on sent que l’inévitable est imminent. C’est aujourd’hui, le dimanche 28 octobre, et Charlotte est bien trop sous pression, pour que l’on puisse ne pas ressentir son état de nervosité extrême. Ça t’électrise le doigt tellement l’énergie de son stress circule dans ce nouveau thriller. Et les pages se tournent, avec une certaine ardeur! Alors, j’ai lu, sans pouvoir m’arrêter pour connaître le fin mot de l’histoire, bien sûr, mais surtout, pour savoir si, à Marrakech, il y a de bons voyants…

L’impatience est tellement humaine. 

▪️Tout est dans les têtes…

C’est certainement le point fort de cette lecture, cette absence de certitudes. Ne pas pouvoir saisir, jusqu’à la dernière page, le vrai du faux, le cauchemar de la paranoïa, l’ami de l’ennemi, l’amant du tueur en série, la prédiction de l’escroquerie, l’ombre d’une menace et le monstre tapi…Cette tension qui se maintient jusqu’à la dernière ligne, t’emmène à douter de tout le monde. Forcément, c’est addictif! C’est là, tout le piège que nous tend Jacques Expert, et c’est ce qui fait aussi son talent: celui de déstabiliser ses lecteurs! Et c’est pour cela qu’on l’adore, même si c’est Charlotte, qui a l’épée de Damoclès au dessus de sa tête, et qui tente désespérément, maladroitement de dévier son destin…Le compte à rebours est lancé, et elle n’a qu’une journée. Un dimanche pour changer une mort annoncée…On s’attache à cette jeune fille déboussolée, nerveuse, étourdie mais terriblement attendrissante!

Mais en même temps, essayez de vous mettre à sa place: que feriez-vous si on vous annonçait le jour de votre mort?! Est ce que la panique ne vous gagnerait pas?!

Tout lui semble un rappel à l’ordre: la mort peut frapper à tout moment.

▪️Prédiction elfique…

Je vais vous faire une prédiction: (et oui, sait-on jamais si je ne suis pas un peu voyante à mes heures perdues, et que dans le marc de mes cafés, je puisse voir quelque chose…): Vous allez adorer ce roman!

Tout simplement, parce que Jacques Expert a concocté un thriller psychologique intense et maîtrisé. Comme c’est très difficile de parler de ce genre là, sans risquer de spoiler, je finirai juste en vous conseillant de le lire de toute urgence! Il n’y a que comme cela que vous saurez pourquoi le dernier livre de cet auteur est juste génial!

Tout ça pour dire que je n’aime pas les râleurs, encore moins les râleuses. POSITIVER, c’est mon crédo.

 

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Retour sur la Rencontre au Festival Quais du Polar 2019, avec Jacques Expert.

Rencontre Magique

✨Des fois, il y a des lieux et des moments à ne pas rater, des instants à vivre et, à apprécier encore et encore, dans la magie du souvenir…

✨Si on m’avait prédit une telle rencontre, je ne l’aurai sûrement pas cru…1 heure exceptionnelle.

✨Imaginez un peu, grâce à la maison d’éditions Sonatine, pouvoir rencontrer pendant 1 heure, Monsieur Jacques Expert, au sujet de son prochain livre, et recevoir en avant-première, Le jour de ma mort!!!!✨Magique✨

✨1 heure entière à pouvoir parler avec lui de littérature, de ses habitudes d’écriture, des anecdotes de son expérience d’auteur, s’est révélé extrêmement passionnant!

✨1 heure à parler de sujets variés, de nos vies, de la passion pour la maison d’éditions Sonatine🖤, de nos lectures et préférences dans le genre…En bref, une vraie discussion avec un auteur que j’apprécie, Jacques Expert! Exceptionnel.

✨Ça ne va pas arranger ma Pal, tout ça d’ailleurs, mais j’avais envie de me précipiter sur ses précédents romans et ses coups de cœurs du moment…Mettez des passionnés ensemble, et la pile d’envie monte dangereusement!

✨1 heure. Et je n’ai pas vu passer l’heure, il me semble qu’à la table de ce café, nous aurions pu encore parler pendant encore plus longtemps de cet amour de la lecture et de l’écriture…Sauf, que le festival Quais du Polar battait son plein et que les timings étaient serrés…Mais quelle rencontre! Inoubliable.

✨Merci à Jacques Expert et Sonatine Éditions, d’avoir rendu cette rencontre possible!

🖤Merci à l’auteur et à la Team Sonatine, pour leur gentillesse et cette heure magique. Merci de leur confiance.

J’ai passé un super moment! ❤️

 

Son vrai visage, Karin Slaughter


Synopsis: 

Le métier de Laura consiste à soigner les troubles de la parole. Dans sa profession, elle est reconnue et admirée. Elle a pourtant plus de difficultés quand il s’agit de faire parler sa fille de trente ans, qui semble collectionner les échecs en tout genre. Il aura suffi qu’elle l’invite au restaurant pour avoir une vraie discussion mère-fille, Il aura suffi qu’un gamin armé entre en scène, Il aura suffi d’un unique coup de couteau, Pour que tout bascule. Andy vient de voir sa mère tuer un homme. Sans une once d’hésitation. Efficace. Calme. Andy vient de comprendre que sa mère n’est peut-être pas celle qu’elle prétend. Et, maintenant que les masques tombent, la voix de ces deux femmes pourrait bien ne plus jamais se faire entendre.


Ce que j’ai ressenti:

  • Par amour, rien n’est impossible…

Laura est la mère parfaite. Andy, sa fille, est un peu dépassée par la vie. Une discussion mère/fille s’engage alors, autour d’un repas, pour qu’enfin Andy vole de ses propres ailes et prenne son destin en main…Sauf que l’inattendu se produit, et le vernis de la mère parfaite se fissure, quand d’un geste assuré, elle tue ce jeune fou furieux, venu de nulle part, pour sauver sa fille. Elle tue sans aucune émotion. Le pire étant dans ses yeux: le néant. Andy voit enfin Son Vrai Visage. Le visage d’une personne qu’elle ne connaît pas. Alors Mère? Héroïne? Menteuse? Tueuse? Qui est vraiment cette femme, capable d’ôter une vie, sans rien laisser paraître, capable de s’interposer avec une assurance démesurée devant une arme braquée, pour sauver sa fille?

« Nous sommes tous deux sur cette terre depuis assez longtemps pour savoir que la vérité est sujette à interprétation. »

  • Par amour… Par amour…C’est tout ce que tu as pu dire…

Karin Slaughter parle d’amour dans son nouveau thriller! Et entre frisson et désir, il y a la passion. Cette forme d’amour tellement intense qu’elle en devient destructrice, ravageuse, violente. A un tel point d’amour, que la personne se perd dans l’autre, dépend de l’autre, devient son ombre, pour ne plus qu’exister aux seuls yeux, de l’être aimé. Et en trente ans, comme il peut changer une personne…De 1986 à 2018, ce thriller nous transperce au cœur. De secrets inavouables aux talents cachés, c’est tout une vie qui explose en mille morceaux, et qu’une fille tente de recoller, au péril de sa vie. Jusqu’où peut-on aller par amour? C’est tout le coeur du roman de Karin Slaughter. De la passion au bout des doigts aux bouleversements corporels, de l’emprise au charme, de la dépendance à la manipulation, de la tendresse à la haine, la richesse de ses sentiments contradictoires et pour autant complémentaires, n’a pas fini de nous émouvoir, et dans ce livre de plus de 500 pages, les vertiges sont époustouflants!

Chaque parcelle de moi est tienne.

  • Tel un yoyo…

Karin Slaughter joue avec nos nerfs, nos cœurs, nos émotions dans une course poursuite effrénée. Quel rythme! Avec son intrigue qu’elle déroule d’un geste du poignet, elle nous envoie valser du passé au présent, avec une élégance maîtrisée, au plus près d’un homme dangereux, mais ramène d’un coup sec, avec brio, tous les éclats d’une femme résiliente, sur un petit air de Classique grandiose. La manipulation par le talent d’écriture, et le charme opère, jusqu’au point final. J’ai adoré cette interprétation de la relation mère/fille, toutes les petites nuances dans les manières d’aimer, les petites piques bien plantées, les jeux dangereux et les scènes presque palpitantes qui se déroulent sous nos yeux… J’ai passé un super moment de lecture, et heureuse d’avoir vu Son vrai visage!

Elle avait toujours cru -avec véhémence, avec grande conviction-que l’unique moyen de changer le monde était de le détruire. 

 

 

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Babelio et les éditions Harper Colins France pour leur confiance et l’envoi de ce livre!

BabelioHARPERCOLLINS

 

Une prière à la mer, Khaled Hosseini.

✨Si seulement✨

Si seulement, la mer entendait

Le souffle désespéré des naufragés

Les clapotis de leurs bras épuisés

Leurs milliers de cœurs affolés.

🙏🏻🌊

Si seulement, la mer entendait

Le vacarme des bombes lâchées

Les échos d’une ville assiégée

Leurs milliers de cœurs pétrifiés.

🙏🏻🌊

Si seulement, la mer entendait

Les âmes quitter leurs corps déchirés

Les poussières d’étoiles s’éteindre à jamais

Leurs milliers de cœurs envolés.

🙏🏻🌊

Si seulement, la mer entendait

L’espoir de ses vies brisées

L’héritage d’une culture fracturée

Leurs milliers de cœurs éjectés.

🙏🏻🌊

Si seulement, la mer entendait

Le cri de cet enfant, noyé

Les promesses d’un père éploré

Leurs deux cœurs submergés.

🙏🏻🌊

Si seulement, la mer entendait

Alors peut être que j’adresserai

Une prière à la mer, espèrerai

Et mon pauvre cœur ravagé…

🙏🏻🌊

Mais la mer le sait, ce n’est

Qu’un requiem pour les réfugiés,

Et leurs milliers de cœur oubliés

Se mélangent dans les flots déchaînés.

🙏🏻🌊

Stelphique.

Sombre avec moi, Chris Brookmyre.

Sombre avec moi par Brookmyre


Synopsis: 

Une femme fait face à ses juges. Pour le public, c’est un monstre.
Diana Jager n’est pas la reine de l’empathie, mais c’est une chirurgienne douée et respectée. Sous le nom de Scalpelgirl, elle dénonce le sexisme échevelé du milieu hospitalier dans un blog féroce et s’est réfugiée à Inverness, dans le nord de l’Écosse, pour échapper aux menaces des trolls qui ont dévoilé son identité.
Alors qu’elle désespérait de trouver l’amour, elle rencontre Peter et se marie très vite. Six mois plus tard, on retrouve la voiture de Peter au fond des Chutes de la Veuve, par un soir glacial. Fin du conte de fées.
La police s’étonne du peu de chagrin de cette jeune veuve, la sœur du disparu charge un journaliste à la réputation sulfureuse, Jack Parlabane, de mener une enquête, tandis que le docteur Jager raconte sa propre descente aux enfers : trois voix qui resserrent l’étau à chaque chapitre et vous clouent à la page.
Brookmyre construit une intrigue bluffante et pleine de twists, un thriller psychologique intense où le plaisir du suspense ne nuit ni aux personnages ni à la profondeur des thèmes abordés – et qui peut même être drôle. Ne faites jamais confiance à un auteur de polars.


Ce que j’ai ressenti: Un machiavélique thriller…

Quand ils ne sont pas dans la lumière, les monstres surgissent, et d’une voix douce, te murmure à l’oreille : « Sombre avec moi« …Parce qu’on ne sait jamais, d’où ils vont surgir: de la sphère familiale, ou au cœur de la société voire dans les méandres du net, ils nous surprennent et osent prendre plusieurs formes. Ils osent, oui, ils osent te déstabiliser, et même te sourire…Ou te soustraire à la lumière… »Sombre avec moi« …

Chris Brookmyre nous entraîne au fond d’une rivière, dans un thriller psychologique intense, ou les abominations ont lieux sous les surfaces. En près de 500 pages, il m’a bluffée par sa maîtrise jusqu’au final, la force de ses impacts, l’énergie puissante qu’il se dégage de ce petit pavé noir. Je l’ai refermé complètement sonnée, et très surprise! En cela, je pense que l’auteur a relevé haut la main son pari, avec cette nouvelle enquête de Jack Parlabane. Une réussite!

« Tout le monde a ses limites, une tolérance à la frustration au-delà de laquelle notre maîtrise de soi se fissure. »

Sans parler de la trame, et de peur de trop en dévoiler aussi, parce que c’est toujours extrêmement délicat de parler d’un thriller psychologique, j’aimerai vous parler de ce qui m’a le plus plu dans cette lecture:

  • Tout d’abord, le personnage principal. Diana Jager est une femme forte. Très forte. Elle ne s’en laisse pas compter et se fait une place de choix à la hauteur de ses ambitions, aux dépens de sa vie privée. Et ça ne plaît pas à tout le monde, cette nana qui dit haut et fort ce qu’elle pense! Tout à tour, monstre, abomination, victime, fragile, amoureuse, étonnante, admirée, détestée, condamnée, coupable…Au lecteur de trancher.

-Personne ne me voit jamais venir.

Chirurgienne reconnue mais aussi blogueuse controversée, Diana n’hésite pas à tailler dans les chairs ou les préjugés sexistes, à coup de scalpels. Et ça gratte bien, là où ça fait mal, et rien que pour cette audace, j’ai accroché dès les premières pages! L’auteur envoie des réflexions bien senties sur une réalité encore trouble de ces femmes qui réussissent et sont confrontées aux préjugés d’une société encore coincée dans un héritage patriarcal tenace… J’ai adoré  que l’auteur glisse au milieu de cette tension survoltée, le ressenti de cette femme. C’est à mon sens, la partie la plus intéressante, puisque on est de l’ordre de l’intime et de l’émotionnel, mais que l’auteur contrebalance brillamment, avec les points de vue plus extérieurs et les avancées de ce journaliste.

« Ils sont à peu près capables de concevoir un crime passionnel, un moment de folie. Mais une femme intelligente, calculatrice, à même de mettre au point un plan élaboré et perfide, est une éventualité bien plus choquante. »

  • Ensuite, j’ai beaucoup aimé que ce thriller soit actuel, dans l’air du temps, à l’ère des réseaux sociaux et de ses nouveaux dangers qui guettent la société. Des mots aux résonances anglaises qui ont peur (Sextape, Hacker, Blog… ) mais un fléau nouvelle génération, qui risque de faire tomber bien des gens au fin fond du gouffre… »Sombre avec moi« …

« On peut préférer l’illusion à la réalité. »

En bref, c’est un super moment de lecture! Jusqu’à la dernière page, le suspense est maintenu. On passe d’un scandale à un autre, d’une révélation à un twist stupéfiant, de pratiques douteuses à des violences sans nom, et cela, tout en intelligence et en finesse…J’ai été conquise! Une pépite de noir! Carrément, addict!

J’ai sombré avec toi, Thriller Métailié, et j’ai adoré ça!

 

 

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement les éditions Metailie de leur confiance et l’envoi de ce livre! Ce fut une lecture bluffante!

Résultat de recherche d'images pour "metailié"

Previous Older Entries

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 219 autres abonnés