L’horizon à l’envers, Marc Levy

Couverture L'horizon à l'envers

Pourquoi je l’ai choisi:

Je ne rate plus ce rendez vous de l’année avec cet auteur, et comme la sortie du livre coïncide presque avec la Saint Valentin, c’est souvent le cadeau tout trouvé! Quoi de mieux que de lire une romance à cette date qui fête l’amour???!!!

Synopsis:

Où se situe notre conscience ?
Est-ce qu’on peut la transférer et la sauvegarder ?
Hope, Josh et Luke, étudiants en neurosciences, forment un trio inséparable, lié par une amitié inconditionnelle et une idée de génie. Lorsque l’un des trois est confronté à une mort imminente, ils décident d’explorer l’impossible et de mettre en oeuvre leur incroyable projet.
Émouvante, mystérieuse, pleine d’humour aussi… une histoire d’amour hors du temps, au dénouement inoubliable, et si originale qu’il serait dommage d’en dévoiler plus.
Un roman sur la vie, l’amour et la mort… parce que, après, plus rien n’est pareil.

Les personnages:

Hope et Josh forme un couple de jeunes aux idées idéalistes qui ne se pose pas la question de l’interdit, des barrières, de l’impossible. Ils vivent chaque jour comme une chance, comme deux fous, ont des rêves pleins la tête, et un amour fou au fond de leur cœur! Avec l’aide de leur meilleur ami Luke, ils vont pouvoir se dépasser.

« Les trios sont toujours source de rivalités. Un contre deux, deux contre un, chacun pour soi, mais rarement trois cœurs battant à l’unisson et encore moins trois esprits. La rivalité est rageuse, source de créativité, d’énergie augmentée ».

Ce que j’ai ressenti:…Un coup de cœur!

En voilà, un auteur qui me ravi à chaque fois! J’adore son intention de nous faire voir la vie sous un angle plein d’espoir et de promesses heureuses. Ce nouvel opus reste toujours dans la même veine que ses précédents, mais il m’a émue au bord des larmes à de multiples reprises, j’avais l’impression de ne pouvoir les contenir. Il est des histoires comme cela qui nous « parle » plus que d’autres, qui ont un terrible écho dans nos quotidiens, qui nous permettent de poser nos souffles et de s’apaiser le temps de quelques lignes. A l’envers, c’est bien l’effet qu’il m’a fait, retournée la Stelphique, par cette histoire incroyable!

Ce n’est plus un secret, je suis une inconditionnelle romantique. C’est pourquoi cette relation entre Josh et Hope qui va défier le temps et l’espace, leur amour qui va se conjuguer à l’infini et qui dépassera l’entendement avait de grande chance de me plaire, plus que de raison! Entre prouesse scientifique et quotidien de jeunesse, l’auteur arrive à nous entrouvrir un horizon d’impossibles réalisable.

« Rien n’est plus imminent que l’impossible.  » Victor Hugo (citation en début de roman).

J’ai beaucoup aimé évoluer dans ce monde de recherches, de neurosciences, de centre futuriste. Ca lui donne un « cachet », on est presque du domaine de la science fiction et pourtant, Marc Levy sait nous raconter les « petites choses de la vie ». Presque un brin philosophe, en tout cas, de bons conseils sur :comment nous aider à penser autrement notre vision du futur. J’aime cette ouverture qu’il laisse à nos esprits de réfléchir à plus grand: sur l’éthique, la moralité, sur la maladie, sur nos relations avec autrui.

Et la dernière chose que j’ai adoré, c’est cette vision poétique de l’Horizon à l’envers. Très joli concept. Bon et bien je crois que vous l’avez vu venir de loin, mais c’est bel et bien un coup de cœur 2016! Entre l’émotion (très mouillée) et une réflexion qui va au delà de ses pages, j’avais tout pour l’élire dans mon top de l’année! Merci Monsieur Levy pour ses doux moments que vous nous permettez de vivre dans ce roman!

« Ce sera ton tour de m’offrir un moment d’éternité. »

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

Zodiaque, Romina Russel

Couverture Zodiaque, Méfiez vous du 13e signe

Méfiez vous du 13e signe

Pourquoi je l’ai choisi:

Déjà, rien qu’avec cette magnifique couverture, c’était couru d’avance…..Il me le fallait, mais en plus si ça parle Astrologie et Etoiles, j’avais d’autant plus envie d’ouvrir ses pages…..

Synopsis:

Sur la planète du Cancer, comme dans le reste de la constellation du Zodiaque, l’astrologie régit la vie quotidienne. Pas de place pour les imprévus, et encore moins pour une catastrophe. Pourtant, Rhoma, jeune étudiante Zodaï, est hantée par de terribles visions. Personne ne la croit mais l’impensable se produit brutalement : une des lunes du Cancer explose. Raz-de-marée, pluies de météorites, tout l’univers de la jeune fille est plongé dans le chaos. Aidée de son mentor, le flegmatique Mathias, et d’Hysan, l’excentrique émissaire du signe de la Balance, Rhoma se lance alors dans une course contre la montre au travers de la galaxie pour prévenir les autres civilisations de la menace ancestrale qui plane sur elles. Car les douze signes du zodiaque étaient à l’origine treize… et, dans l’ombre, le dernier attend son heure. Celle de la destruction.

Les personnages:

Rhoma, j’ai aimé cette jeune fille ni sûre d’elle, ni trop effacée. Elle m’a paru convaincante dans ce rôle de Gardienne qui débute. De temps en temps fougueuse, et parfois, pétrifiée, elle a le mérite de nous émouvoir.

Mathias garde trop de réserve à mon sens.

Hysan a un côté irrésistible….

Ce que j’ai ressenti:….Une belle entrée en Matière….

Fie-toi à tes peurs, Rhoma. Croire en ton instinct te protégera toujours.

Ce que je retiendrai avant tout de cette lecture, c’est l’univers riche dans lequel on évolue. Je suis encore époustouflée de trouver en Jeunesse, un véritable décor, une formidable mise en place avec le champ lexical qui lui est propre, des Mondes distincts mais aussi formant une mythologie qui nous parle. J’ai trouvé que ses factions déterminées par leur signe zodiacal étaient bien trouvé, surtout que l’on retrouve les traits de personnalités qui correspondent à chaque maison, et je m’amusais sincèrement à les voir ainsi mis en scène. Etant donné que c’est un premier tome, on ne visite « que » la Maison du Cancer, celle de la Vierge et celle des Gémeaux, je peux vous dire que je suis déjà impatiente de visiter les autres! Chacune a son monde, son folklore, sa façon de penser.

« Nous partageons le même univers mais nous vivons dans des mondes différents. p277 »

On trouve tout un univers de Science fiction et de guerre de territoires qui rendent, intéressante l’intrigue. On suit donc cette Rhoma, Gardienne des Cancer, dans sa prise de pouvoir, tout en gérant les émotions diverses qui vont avec. Partir à bord de vaisseau dans le cosmos, nous rend ce voyage bien plus amusant et original. Ce conflit intergalactique n’est pas une mission gagnée d’avance, il faut se battre, en plus d’un Croque-Mitaine mystérieux, contre les préjugés et la bêtise humaine: tout un programme!!!!

« L’arrogance, un des pires défauts de l’être humain. On se voile la face en osant prétendre que l’on sait tout alors que l’univers est justement inconnaissable. » p170

Le seul bémol que je regrette un peu, (bien que ça ne prenne pas beaucoup de place comme dans beaucoup de livre classé Jeunesse), c’est le fameux triangle amoureux! Ça m’énerve ça à un point!!!!! Comme si être une adolescente ça veut forcément dire hésiter, et se taper deux mecs….Voilà, je pensais qu’avec le recul, les auteurs ne fonceraient plus vers ce cliché, (il faut croire qu’on va encore nous le resservir longtemps…) mais bon ce n’est que mon avis…..

En bref, j’ai passé un très agréable moment de lecture, j’ai adoré la proposition d’univers que nous offre Romina Russel, et j’ai dévoré ce livre jusqu’au bout de la nuit! Je suis très impatiente de lire la suite des aventures de Rhoma, et j’espère les lire très bientôt!!!!!!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier sincèrement Livraddict ainsi que les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce livre! Merci de leur confiance!

 

 

Animale, Tome 2, Victor Dixen

Couverture Animale, tome 2 : La Prophétie de la Reine des Neiges

La prophétie de la Reine des Neiges.

Pourquoi je l’ai choisi:

J’avais tellement adoré le premier tome de Animale , que j’étais fort impatiente de lire les nouvelles aventures d’une héroïne pas comme les autres!

Synopsis:

Et si le plus merveilleux des contes cachait le plus sombre des complots ?
1833, sur une île perdue du Danemark. Elle s’appelle Blonde, il se nomme Gaspard. Elle est animale, il est fou d’elle. Le destin s’apprête à les arracher l’un à l’autre : ils sont les victimes d’une prophétie qui bouleversera le monde à jamais. Blonde parviendra-t-elle à déjouer les plans de l’énigmatique Reine des neiges, avec pour seul allié un jeune écrivain nommé Andersen ?

Les personnages:

Blonde, je l’avais tellement admiré dans le tome 1, que ici, la voir mise en second plan, ça m’a un peu gênée. Elle garde toute sa bravoure et sa splendeur mais elle est trop en retrait, moins active dans ce tome: quel dommage!

Gaspard aussi, est aussi mis sur la touche.

Hans Andersen, par contre, prend les rênes dans cette intrigue, et juste voir cet écrivain fabuleux au milieu des complots royaux est un régal à lire! J’ai aimé la version de ce personnage réél/imagé, on sent que Victor Dixen voue une admiration à cet auteur, qu’il s’est fait plaisir à le mettre en scène, à lui inventer une vie et des pensées qui nous le rende juste le temps d’une histoire, héros de ses propres contes.

Ce que j’ai ressenti:….Un féérique enchantement givré….

Les contes, ce n’est plus un secret sont des lectures que j’affectionnent particulièrement. Victor Dixen avait su me surprendre avec La malédiction de Boucle d’or, par sa plume fantastique et son univers riche. J’étais donc très impatiente de découvrir La Reine des Neiges. Belle Lecture, indéniablement!

Je reste soufflée par la qualité de l’ambiance sous fond historique, où le réel rencontre le féérique. L’aiglon reste en fond de trame tout comme la Reine des Neiges, les stratégies internationales se confrontant aux mythes, Blonde écrivant de longues lettres à Hans Andersen: j’aime ce mélange détonnant! Aucun ennui en perspective, aucune fausse note dans ces enchevêtrements, la cohésion marche comme par enchantement!

« La frontière entre le réel et la légende est plus poreuse qu’on ne le prétend, dit Hans. »

Ce diptyque possède tous les atouts pour plaire aux petits comme aux grands! L’auteur nous livre une histoire intemporelle aux accents de légendes qui saura émerveiller nos âmes d’enfants. Il possède un talent rare de conteur qui nous tient éveillé la nuit afin de poursuivre cette quête de magie et de mystères. Ce deuxième tome contient ce qu’il faut d’effrayantes ombres, mais toujours nimbé de notes d’amour et sans contexte des soubresauts palpitants d’aventures! Les malédictions continuent de faire rage, les légendes ne cessent de nous glacer le cœur, la féérie poursuit son envoutement….

En bref, encore une très belle réussite! Un Jeunesse chaudement recommandé par Stelphique!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 9/10

Le Livre de Perle, Timothée de Fombelle

jajas 006

Pourquoi je l’ai choisi:

Ce livre me semblait tout indiqué pour mon univers très féerique!

Synopsis:

Tombé dans notre monde une nuit d’orage, un homme emprunte le nom de Joshua Perle et commence une vie d’exilé. Cette nouvelle vie fugitive, déchirée par un chagrin d’amour, est aussi une quête mystérieuse. Au fil du siècle, Perle rassemble un trésor pour défaire le sort qui l’a conduit loin de chez lui. Mais ceux qui l’ont banni et le traquent le laisseront-ils trouver le chemin du retour? Perle a-t-il raison de penser que la fille qu’il aime l’attend toujours là-bas?

Les personnages:

Olia et Ilian formerait un très joli couple si jamais la vie ne s’en mêlait pas!

Joshua, j’ai aimé son côté énigmatique.

Ce que j’ai ressenti…Entre douceur et tristesse…

L’écriture de cet auteur est juste magnifique, très poétique. Dès les premiers mots nous sentons que nous allons rentrer dans une histoire magique. Les mots sont juste posés comme de jolies perles, la douceur de la guimauve nous enivre, l’émerveillement du conte nous emporte vers d’autres royaumes où princes et fées prennent vie. L’Amour a encore de beaux jours devant lui, et de merveilleux auteurs pour le mettre en valeur!

Evidemment, quand on parle de contes, on oublie que c’est pour cacher les pans les plus sanglants de notre Histoire. C’est pour cela que ce roman d’aventure entre réel et féerie est aussi riche, car il nous ouvre la porte à ce double sens.

Quand le réel…..

« Les histoires naissent ainsi, quand de petits mystères rencontrent des heures sombres. »

« Il est dans le seul temps, sur la seule terre où on ne croit ni aux contes ni aux fées. »

« Mais la cruauté ne rend jamais les armes. »

…Rencontre la féerie.

« Elle aussi découvrait ce secret interdit aux fées, l’amour, cette force qui fait vivre. C’est-à-dire qui fait naître et qui fait mourir. »

« Les histoires ne relèvent pas les morts mais elles rendent leurs amours immortelles. »
 
« La veille, elle était une fée. Mais à cause de cela, la veille, elle n’aurait pu partager le destin de celui qu’elle aimait , vivre ou mourir avec lui. Elle s’était donc dépouillée de toutes les magies. Un renoncement si rare, même les contes les plus anciens : l’abdication des fées. »
« Y avait-il à bord un seul être qui ne soit pas prêt à jurer avoir été un jour amoureux d’une fée ou d’un prince exilé ? Nous étions tous pareils. Les histoires nous inventent. »
J’ai dévoré ce livre en moins de deux. J’ai beaucoup aimé la démarche de l’auteur de nous offrir une histoire entre enfance et âge adulte, entre réalité et imaginaire, entre fée et horreur de la guerre. Ce livre de Perle pourrait devenir un livre d’inspiration, un chemin dissimulé vers des royaumes enchanteurs, on se laisse prendre au jeu du folklore.
Je ne saurais pas expliquer quand même pourquoi ce n’est pas le coup de cœur attendu. Il m’a manqué une note de pep’s, une plus grande cohérence entre ses deux histoires intrinsèquement mêlées, une touche de plus de féerie. C’est un tout petit bémol, mais bien que je comprenne son intention et que j’ai aimé sa plume, cette lecture m’a laissée une pointe de déception. Mes attentes étaient sans doute trop grandes. Pour autant, une lecture agréable!!!
« La tristesse… c’est quelque chose qui peut remplir la vie. Et tourner en toi jusqu’à ta mort. »

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

Si ce n’est pas le coup de cœur chez moi, d’autres copinautes ont eu le coup de cœur!!!

LeaTouchBook, Aveline, Belykhalil.

Charley Davidson Tome 7, Darynda Jones

Couverture Charley Davidson, tome 7 : Sept tombes et pas de corps

Sept tombes et pas de tombes

Pourquoi je l’ai choisi:

Un petit écart dans mon programme de lecture thriller, pour que du plaisir!

Synopsis:

Douze chiens de l’enfer se sont échappés. Leur but : tuer Charley Davidson, faucheuse hors du commun et détective privée à ses heures, et rapporter son cadavre à Satan. Mais la jeune femme a d’autres problèmes, comme son père disparu alors qu’il menait une enquête des plus étranges. Ou encore une ex-meilleure amie qui la hante nuit et jour, une épidémie de suicides qui laisse les autorités perplexe et un fiancé sexy à mourir qui s’est attiré les faveurs d’une célébrité locale… Le moins qu’on puisse dire c’est que Charley ne passe pas la meilleure semaine de sa vie.

Les personnages:

Bien sur que le couple d’enfer que forme Charley et Reyes est l’essentiel de cette saga, mais les tous les personnages qui gravitent autour d’eux sont juste tous plus attachants les uns que les autres. Voir Charley se battre pour sa famille et ses proches jusqu’à risquer sa vie, nous la rend plus lumineuse encore (si jamais c’était possible!) , et nous entraîne à les adorer comme si ses personnages faisait aussi partie de nos proches.

J’adoooooooooore le grain de folie de Charley et ses remarques cinglantes et le coté irrésistible de Reyes! Ils forment un couple juste enviable (sans parler de leurs pouvoirs évidemment!!!).

140216072033640213

 

Ce que j’ai ressenti:

Cette saga c’est comme un bout de guimauve, du caramel encore tout chaud, un bonbon au goût acidulé! Je suis la première à dire que c’est bon je ne veux plus lire de de trilogie/saga, mais celle là elle est absolument géniale, si addictive que je ne peux me résoudre à arrêter de la lire! Je suis fan de son humour, son coté Girly, ce brin sexy et de ce couple de tonnerre que forme Charley et Reyes!

Voilà donc ce septième tome qui déboule cette fois ci, fin aout (au lieu de Décembre), et donc étant malade, et comme un peu de douceur est toujours bon à prendre…Je me suis encore laissée prendre au jeu de la séduction, de l’enquête aux frontières du réel, du combat titanesque avec les chiens de l’enfer. J’en ressors forcement tout sourire, j’y ai laissée une larme ou deux, et mon cœur s’est serré de voir leur joli engagement!

En bref, encore un tome réussi, l’engouement est toujours de la partie! Impatiente de lire le tome 8 (et tous les autres!!!)

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

Babayaga, Toby Barlow

Couverture Babayaga

la-la-ca-0729-toby-barlow-023-jpg-20130801

Pourquoi je l’ai choisi:

Rien qu’avec le pitch, j’ai été très intriguée… et prête à me lancer dans cette drôle d’aventure.

Synopsis:

Paris, 1959. Un homme est retrouvé empalé sur la grille d’un jardin public. La Ville Lumière plonge dans les ombres, envoûtée par les babayagas, sorcières venues du fond des siècles et des steppes russes. L’inspecteur Vidot enquête. Mais qui se frotte aux babayagas s’y pique, et voici bientôt notre Colombo des faubourgs transformé d’un coup de baguette magique… en puce, contraint de poursuivre sa diabolique et charmante ennemie en sautant de chien en rat. Son chemin croisera celui du naïf Will Van Wyck, jeune publicitaire américain expatrié travaillant à son insu pour la CIA et empêtré dans un imbroglio dont seule l’ensorcelante Zoya semble pouvoir le sortir – à moins qu’il ne soit sa prochaine proie… Après une entrée fracassante en littérature avec une épopée en vers libres sur des meutes rivales de loups-garous à Los Angeles (Crocs), Toby Barlow détourne cette fois le roman d’espionnage et les contes folkloriques. Fable délirante menée tambour battant, entre Kafka et Ratatouille, Boulgakov et La Panthère rose, Babayaga est aussi un grand roman sur les pouvoirs surnaturels de l’amour et, à sa manière retorse, un grand roman féministe.

Les personnages:

Zoya et Elga, en plus d’apporter une touche féminine puissante, elles nous emmènent  sur des chemins magiques. Quels personnages!!!!!Vraiment un coup de cœur pour ses dames sorties des contes lointains.

Will, il m’a fait rire avec sa naïveté, et ses yeux de merlans frits devant la Belle….

Vidot, alors lui, je lui tire mon chapeau. Un homme amoureux, c’est juste trop mignon à voir!!!!!En plus, c’est un flic investi jusqu’aux os, et le suivre c’est mordre la vie à pleines dents!!!!

Petites précisions elfiques: La Baba Yaga

La baba Yaga est la figure féminine surnaturelle la plus fréquente du conte russe. Elle en est même typique, n’existant pas ailleurs (ni dans la littérature russe, ni dans le reste du folklore). Les folkloristes russes en ont donné diverses interprétations, depuis la divinité chasseresse jusqu’à la simple sorcière, en passant par le chef travesti du rite d’initiation des sociétés primitives, comme le veut Vladimir Propp. Bien que toujours vieille, elle revêt des aspects différents. Elle a une fonction double, étant à la fois l’adversaire du héros et la principale donatrice. Propp distingue 3 baba Yaga. Mais il y en a au moins 6. (cf page de Wikipédia)

Ce que j’ai ressenti…Une Alchimie extraordinaire…

J’ai tellement adoré l’univers que j’ai voulu y rester des heures, dégustant chaque instant de plaisir, écourtant mon temps de lecture pour mieux rester auprès du folklore de la Babayaga. J’aurai voulu que rien ne m’arrête, si ce n’est l’envie d’avoir enfin le fin mot de l’histoire, mais Quelle Histoire!!!! Un moment magique, un énorme coup de cœur, un fabuleux livre!!!!

Je crois que ce qui m’a le plus plu en fait, c’est ce mélange tonitruant de genres!!!C’est un thriller, mais teinté de de poussière magique , un roman d’espionnage derrière un conte, une histoire d’amour dans un tourbillon surréaliste. Me demandez pas comment ça marche, mais je vous prie de croire que ce cocktail est enivrant!!!!!Diaboliquement survolté, tout en charmes et en chansons, on suit ses pauvres hommes dans la danse suave de ses dames mystérieuses. On le savait, Paris  a un côté irrésistible, mais si Elga, et surtout Zoya se promènent dans ses rues, le sortilège n’en sera que plus grand. A bien y regarder, si l’on voit autant d’hommes aux regards perdus, c’est sans doute de leurs faits…

Quelle ville merveilleuse, envoûtante jusque dans ses scènes de rues les plus simples. Ces moments d’une beauté singulière, se perdaient presque dans la multitude de splendeurs.p230

Toby Barlow joue beaucoup de l’amitié franco-américaine. Après avoir vu le reportage de Canal + sur le French Bashing, j’y ai mieux vu les petites attaques et gros clichés, que se livrent depuis un moment, ses deux puissances. On voit les piques, mais aussi l’admiration pour cette Ville Lumière. C’était amusant à suivre, et j’aurais rater, sans cette émission, une partie de l’humour et des subtilités dans ses pages.

L’adultère était monnaie courante dans la société française, aussi banal que la lamelle de citron qu’il prenait quotidiennement dans son thé matinal.Il considérait néanmoins que tromper sa femme était signe de faiblesse et de manque d’imagination. Nimporte quel idiot pouvait séduire, mais il fallait avoir de l’esprit pour vraiment aimer et connaître sa partenaire. p49

Assise en voiture avec l’Américain, elle eut le sentiment qu’il était peut être temps pour quelqu’un de repartir à la conquête d’un Nouveau Monde car , après avoir bâti leurs villes tout le long du pacifique, ces Américains paraissaient ne penser qu’à courir tous azimuts, se bousculant telle une horde de porcs bien gras, devenus depuis longtemps trop gros pour leur répugnante porcherie. p365

L’auteur nous livre certes un grand roman féministe, mais je lui ai trouvé une écriture révérencieuse envers la gent féminine, une sorte de bouquets de roses offertes à toutes les femmes de ce monde. Il leur rend un bel hommage, s’inclinant devant tous les stratagèmes qu’elles peuvent avoir, et mise tout sur l’amour et ses caprices. Il a de si jolies expressions, tant de poésie dans ses mots, c’était un plaisir de sentir de la douceur dans ses lignes. Je suis vraiment tombée sous le charme de sa plume, la qualité de son intrigue, la richesse de ses métaphores.

Il inspira l’odeur profondément avec délice comme s’il s’abandonnait à son étreinte romantique.(…) Qui pouvait vouloir pécher alors que le parfum d’une simple fleur apportait tant de satisfaction?p374

Pour autant, l’enquête ne manque pas d’entrain. On est baladé de droite à gauche, en passant dans des traversées obscures et inconnues, tout en frôlant de près les organisations secrètes. Bref, aucun ennui dans ses pages, juste une folle expérience de lecture, de rencontres et de mystères!!!!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Amandine Labansat des éditions Grasset pour l’envoi de ce livre! Merci de leur confiance!

lu-en-part-avec-la-me

logo-grasset.jpg

Les âmes rivales, René Manzor

Couverture Les âmes rivales

Pourquoi je l’ai choisi:

J’avais prévu d’ajouter à mon tableau de chasse de lecture, cet auteur pour l’année 2015….Pari réussi et, en plus, une excellente bonne surprise!!

Synopsis:

L’ultime duel de deux âmes rivales
lancées à la poursuite de la même femme.

Louisiane, 1975. Dans la pénombre de l’église, une fillette supplie le prêtre de l’aider : un homme étrange qui se dit son ami la suit partout, mais elle est la seule à le voir, personne ne la croit ! Elle s’appelle Cassandre, elle est terrifiée, et le prêtre ne trouve pas les mots… la fillette s’enfuit.
Dix ans après, à New York, quand Cassandre tombe follement amoureuse, la peur revient : le fantôme qui la hante depuis son enfance n’acceptera jamais de rival…

Les personnages:

Jahal est un prénom qu’on prononce à mi-voix tant il peut être effrayant! Il a un coté acharné mais presque passionnel…Mais n’est-ce pas l’amour qui mène le monde?!!! Il a une drôle de façon de le montrer , pour autant c’est souvent les « mauvais garçons » qui attirent le plus de nos jours….

Cassandre, elle m’a semblée la plus effacée du trio. Elle garde son charme, mais un tout petit plus impliquée dans les événements 2010, ça aurait été parfait.

Thomas, il a eu toute ma compassion, mon estime, dans ce parcours éprouvant. Un très bon personnage, très attachant.

Ce que j’ai ressenti…Une connexion magique…

Merci à toi, lecteur, pour la confiance que tu m’as témoigné en me prêtant ton imaginaire, l’espace de quelques heures. p295

Je suis particulièrement sensible à ses auteurs qui dans leur remerciements, n’en oublie pas ses lecteurs, mais là, cette jolie phrase m’a  touchée. Elle dit tellement bien ce que nous ressentons quand on s’immerge dans une histoire. Je voudrais lui dire , moi, à cet auteur, merci à vous d’avoir écrit un roman aussi fabuleux, qui avait une si intense résonnance dans mon esprit, d’avoir écrit l’histoire que je rêvais d’entendre ou de lire! Je pense lui prêter encore dans l’avenir , mon imaginaire: j’ai hâte de lire son deuxième roman!

C’est sans surprise que je vous annonce donc que ce livre a été un coup de cœur, mais que voulez vous, il avait tous les ingrédients pour l’être! Un thriller intense, une pointe de surnaturel, un amour qui défit le temps et l’espace, tout cela mené de main de maitre, avec talent et simplicité. Chaque détail est étudié pour rendre crédible l’intrigue: on vit, on palpite, on halète, on vibre, et tout ça, autant en frisson qu’en papillon dans le ventre.

Il cueillit les larmes sur les joues de celle qu’il aimait et les posa sur les siennes. C’était une vieille coutume des Houmas que de partager le chagrin.

J’ai apprécié tout le folklore de la Louisiane, la légende de ses Ames rivales. Il y avait comme un pouvoir attractif à connaitre les démêlés de ces trois destins contrariés. On pourrait presque sentir toute la ferveur d’un conteur, au coin d’un feu de camp. En tous cas, une légende de celles, qui pourrait faire parler d’elle pendant des siècles: elle a ce coté intemporel, tout en ayant une once de magie inexplicable qui nous attire.

En bref, j’ai été transportée, et c’est bien le cas de le dire, car entre saut dans le temps et réincarnation, il vaut mieux ne pas sauter en route, tout étant émue par ce jeu de convoitise du trio dominant. Une lecture rayonnante !

Le petit plus (très personnel): Merci d’avoir rendue l’année 1983 aussi belle dans ses pages.

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

Une fille parfaite, Mary Kubica

Couverture Une fille parfaite

Pourquoi je l’ai choisi:

Avec un résumé aussi tentant, comment ne pas succomber????!!!!!!

Synopsis:

« Je la suis depuis plusieurs jours. Je sais où elle fait ses courses, où elle travaille. Je ne connais pas la couleur de ses yeux ni comment est son regard quand elle a peur. Mais je le saurai bientôt. »

Incapable de dire non au séduisant et énigmatique inconnu qu’elle vient de rencontrer dans un bar, Mia Dennett accepte de le suivre jusqu’à chez lui. Sans savoir qu’elle vient de commettre une grave erreur. Et que rien, jamais, ne sera plus comme avant.

Les personnages:

Mia, elle est au centre de tout cela, mais garde tout son mystère, jusqu’aux derniers mots.

Eve, elle m’a émue cette mère et en même temps un peu énervée, car elle est trop effacée. Elle subit tout, alors dès fois, on a envie de la réconforter mais d’autres on aurait bien envie de la secouer, pour qu’elle reprenne sa vie en main.

Gabe, quel flic engagé! Ca fait plaisir à lire! Il a du flair, et un côté humain très touchant.

Colin, un gentil garçon qui se retrouve forcé à prendre des mauvaises décisions. Il a un certain charme une fois qu’on le connaît mieux.

Ce que j’ai ressenti:

Voilà le dernier thriller dont tout le monde parle!!!!Il fallait que je me fasse mon idée sur les thrillers Harlequin…..Et je dois dire que ce fut une bonne surprise! La  romance peut cohabiter dans un thriller, et cette auteure nous le prouve avec ingéniosité! Un suspense intense qui se transforme en miel, voilà bien une jolie friandise à déguster cet été!

Ce livre aurait pu être banal dans son intrigue, mais là, où l’auteure tire vraiment son épingle du jeu, c’est dans la construction de son roman, particulièrement, ainsi que dans ses personnages ultras touchants. Cette double maîtrise font que ce livre se distingue de ce qu’on peut en voir d’habitude. Un château de cartes audacieux qui tient toutes ses promesses. Tout est orchestré à la page près, on est baladé entre « précédemment » et « après », on dévore les lignes toujours plus avide d’avoir le fin mot de l’histoire . A chaque voix, on en apprend non seulement sur le kidnapping, mais sur les circonstances d’un tel acte. C’est un vrai page-turner: impossible de le lâcher. Je ne peux en dire plus, pour éviter tout spoiler….

En bref, un livre à emporter avec vous dans la valise, sur la plage, au bord du transat….Tout simplement parce que c’est une lecture agréable, prenante, qui saura vous divertir entre douceur et tension .

 

 

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 7/10

Remerciements:

Je tiens à remercier Babelio et sa Masse critique, toujours aussi attrayante!!!!!Merci aux éditions Mosaic, pour l’envoi de ce livre! Ce fut une lecture très agréable.

 

L’instant présent, Guillaume Musso

Couverture L'instant présent

Pourquoi je l’ai choisi:

Un détour sans faute depuis des années maintenant….Un rendez vous que je ne rate plus: Musso /Levy, c’est l’incontournable de l’année.

Synopsis:

Lisa et Arthur n’ont rendez-vous qu’une fois par an.
Il passe sa vie à la chercher…
…??elle passe la sienne à l’attendre.

Lisa rêve de devenir comédienne. Pour payer ses études d’art dramatique, elle travaille dans un bar de Manhattan. Un soir, elle fait la connaissance d’Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. Leur complicité est immédiate. Pour le séduire, Lisa est prête à tout. Dans une ville-labyrinthe qui n’offre aucun répit, elle prend tous les risques. Mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Bientôt, il révèle à Lisa la terrible vérité qui lui interdit de l’aimer :

 » Ce qui m’arrive est inimaginable, et pourtant bien réel… « 

Dans un New York plus imprévisible que jamais, Arthur et Lisa vont lier leur destin pour déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.

Les personnages:

Arthur, on s’attache à ce jeune homme. Comment ne pas être tendue à ses cotés dans sa quête d’amour en 24h???? ….

Sullivan m’a beaucoup émue. Ce grand père a beaucoup de qualités humaines. On souhaiterait l’avoir auprès de nous.

Ce que j’ai ressenti:

Je crois que Mr Musso a entendu mes prières……Enfin……….Il était temps…..Cette année, nos deux auteurs préférés français sont revenus là ou on les attendait et ça fait du bien!!!!! Vous l’aurez compris , j’ai beaucoup apprécié ma lecture! J’espérais revoir Musso revenir à ses débuts, à ses histoires fantastiques et romantiques, et cet opus là, remplit  toutes mes attentes.

Ce phare des 24 vents a un charme fou, autant dans cette malédiction, que dans son ensemble. Ce coté cosy, enchanteur, égaré, théâtre d’instants coupés, soumis aux vents hurleurs de la vie, ébranlé par les tourments de l’amour. Il a un envoûtant attrait. On aurait bien envie d’en être propriétaire si c’était pas aussi difficile, une fois, passé une certaine porte. J’aime le coté atypique des phares, c’est une maison des plus originales qui soient: un rêve, pour ma part, d’y habiter!!!

Cette lecture aura été des plus plaisantes. Jusqu’à la fin, on ne voit rien venir. C’est ça que j’aime chez cet auteur, c’est sa manière à lui de nous embarquer dans le presque « irréel », et d’une ritournelle nous redéposer dans la réalité. Je suis restée surprise par cette chute, et je l’ai adoré. Alors bien sur, si on y regarde de plus près, elle a quelques lignes mouvantes, mais bon, c’est dérisoire comparé au choc réussi haut la main de sa conclusion.

Quelle jolie façon de nous faire revivre l’actualité à travers des dates clefs de l’année! Très appréciable de remettre en évidence l’évolution de notre actualité. On l’a vécu, on a écouté toutes ses musiques, chaque événement énoncé nous parle directement, on se sent acteur dans ses instants de faits divers.

Bien que ça ai été une lecture des plus agréables, j’ai eu des fois quelques reculs dans ma lecture dû à un langage trop parlé dans les dialogues, quelques facilités dans les expressions, un vocabulaire un peu pauvre. Ca ne gêne en rien l’intrigue, mais je me dis qu’on est en droit d’attendre un peu plus de l’écrivain français le plus lu…..

En bref, cette lecture nous emmène à plus apprécier nos quotidiens, à mettre plus de valeur dans L’instant présent.

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 7/10

Le cercle de Dinas Bran, Sophia Raymond

 

Pourquoi je l’ai choisi:

Rappelez vous L’âme de fond avait été un coup de cœur 2013…Voilà, ce livre en version auto édité numérique en a fait du chemin, car vous pouvez le trouver enfin dans vos librairies! L’auteure me fait l’honneur de me faire à nouveau confiance pour vous le faire découvrir: Merci infiniment à Sophia Raymond…. Et petit message à tous ceux qui me suivent, FONCEZ pour ce thriller!!!!!

Synopsis:

Depuis qu’elle a survécu au tsunami meurtrier du 26 décembre 2004, Anna Jensen, jeune et talentueuse illustratrice à Paris, est hantée la nuit par de sombres cauchemars. Sa rencontre avec Will Aberdeen, journaliste new-yorkais dépêché en France pour couvrir un congrès sur les expériences de mort imminente, est le point de départ d’une quête haletante. Pour découvrir la source des hantises de la jeune femme, Anna et Will se lancent sur les traces d’un passé lointain et mettent à jour un secret ancestral. Traqués par de mystérieux tueurs professionnels, leur soif de vérité va rapidement se transformer en course contre la mort. Envoûtant, captivant, ce roman qui défie le temps et les frontières passionnera les amateurs de mystères et de thrillers ésotériques.

Les personnages:

Will est un jeune homme tourmenté par son passé, en fonçant vers la voie de son cœur, il rapprochera de son identité.

Anna, quels effroyables cauchemars…L’enfer se démène dans son esprit , et pourtant elle garde toute sa grâce….

Ce que j’ai ressenti:

C’est ce que j’appelle un thriller Nouvelle Génération: une enquête avec une pointe d’amour et une once de fantastique. Un policier avec un supplément d’âme. Un bonheur à lire, car il a quelque chose de « plus ».

Parlons Amour, car c’est ce qui fait tourner le monde (ou du moins le mien…;).). Quelle histoire magnifique, cet attachement entre deux êtres qui dépasse le temps et l’espace, voire les lois même de l’existence. L’évolution de ses personnages nous fait chambouler le cœur, et les doux rêveurs sauront y voir l’Idéal de l’amour.

Concernant, le cadre et les faits historiques qui jalonnent tout le récit: on en prend plein les yeux!!!! Entre les voyages en mer  jusqu’au tsunami, en passant par la foret de Brocéliande pour arriver aux légendes celtes: autant dire que l’embarquement est dangereux! Tout est mené tambour battant entre Histoire et Légendes, pour nous couper le souffle au creux de la vague. Les éléments se déchaînent autour de ce fameux chaudron de Gundestrup, nous faisant vibrer entre deux dates clefs (1755/2012) qui se font écho dans un fracas terrible.

Les anciens en parlaient comme de la foret des mirages et des illusions. Une terre sauvage, ou des fées aux chants envoutants trompent le profane égaré, où l’écho du choc des épées résonnent sur les roches de schiste rouge teintées du sang de preux chevaliers. (…) il se dit que, lors du passage de la saison claire à la saison sombre, la foret ouvre ses portes aux créatures de l’Autre Monde. p268

L’intérêt de ce thriller tient dans cet ensemble de thèmes aux frontières du réel. Entre EMI, réincarnation , magie, rituels occultes, on est amené à se poser mille et une question, et c’est ce cheminement de l’esprit qu’il faut retenir. L’auteure en plus de mettre une belle histoire en scène, avec fluidité et simplicité, nous ouvre un champ de possible entre romantisme et croyances païennes. Toutes ses portes ouvertes sur des faits intangibles, servis dans une course contre la montre, nous fait tourner les pages à toute allure et dévorer ce livre qui recèle bien des qualités!

En bref, une lecture que je conseille de tout mon cœur, car j’y ai cru, j’y ai senti un potentiel présent et à venir…Un doux moment de lecture entre rêves et réalités. Une histoire à défier nos croyances et nos idéaux.

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 9.5/10

Remerciements:

Je tiens à remercier l’auteure ainsi que les éditions Presse de la cité pour l’envoi de ce livre.

Sophia, je suis si contente que ton livre soit enfin en version papier! L’aventure pour toi continue, je te souhaite un plus grand succès encore…Merci encore pour ta confiance !!!!

Previous Older Entries Next Newer Entries

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 236 autres abonnés