Papillon de nuit, R.J.Ellory

Pourquoi je l’ai choisi:

Depuis que j’ai découvert Mr Ellory et son talent, je suis impatiente de le redécouvrir dans chaque nouveau roman!

Synopsis:

Après l’assassinat de John Kennedy, tout a changé aux États-Unis. La société est devenue plus violente, la musique plus forte, les drogues plus puissantes que jamais. L’Amérique a compris qu’il n’y avait plus un chef, un leader du pouvoir exécutif, mais une puissance invisible. Et si celle-ci pouvait éliminer leur président en plein jour, c’est qu’elle avait tous les pouvoirs.

C’est dans cette Amérique en crise que Daniel Ford a grandi. Et c’est là, en Caroline du Sud, qu’il a été accusé d’avoir tué Nathan Vernet, son meilleur ami.

Nous sommes maintenant en 1982 et Daniel est dans le couloir de la mort. Quelques heures avant son exécution, un prêtre vient recueillir ses dernières confessions. Bien vite, il apparaît que les choses sont loin d’être aussi simples qu’elles en ont l’air. Et que la politique et l’histoire des sixties ne sont pas qu’une simple toile de fond dans la vie de Daniel, peut-être lui aussi victime de la folie de son temps.

Les personnages:

Daniel, il nous offre ses derniers mots, son ultime confession, ses dernières attentes. Un homme dans toute sa splendeur, avec ses failles et son courage, ses peurs comme ses choix. Il se livre, il nous emeut: un personnage fort et attachant.

« Je voulais qu’il sache que derrière ces yeux il y avait des souvenirs, que chacun d’entre eux était un fil, et que si on tirait sur ce fil un monde entier se déroulerait derrière. » p147

Ce que j’ai ressenti:

Parlons d’abord, du livre objet, car c’est bien la première approche qui est souvent déterminante. La couverture est sublime, simple, mais quand on y regarde plus attentivement, la finesse des détails est magnifique, le papillon qui retrouve sa moitié à l’intérieur, c’est joliment trouvé. Le format aussi est génial pas tout à fait un poche, pas tout à fait un grand livre, mais il est si bien à prendre en main, la taille parfaite d’un trésor. Car n’en doutez pas ce livre en est un. Ellory parle de magie, « Absolument magique p.7 » c’est exact, mais moi, j’y ai trouvé la quintessence. Une lecture à tomber à la renverse. Un chef d’oeuvre! Et quand je pense que c’est son premier livre, on s’étonne qu’il n’est pas été plus reconnu à sa sortie. Cette réédition aura à mon sens tout le succès qu’il mérite….

Je crois que tout s’est joué dès les premières lignes, le premier chapitre. Ses mots sont choisis avec tant de soin, on sent une force tourbillonnante, une urgence effrénée (et pour cause! ), une beauté lexicale qui nous submerge, et le raz de marée nous emporte vers des contrées lointaines, un lieu de non-retour.

Suivre Daniel, c’est plonger en apnée dans les pensées intimes d’un jeune homme, mais aussi dans un contexte particulier, où Liberté est un mot intangible. J’ai adoré partir dans ce passé turbulent, violent, décisif de notre avenir. On voit mieux avec du recul, les évènements qui ont changé le monde, pour nous donner ce Présent aux allures de folie, ses failles et ses avancées notoires. On est pris à la fois dans la jeunesse et ses excès, mais  l’auteur sait nous donner aussi un regard très éclairé sur la politique de cette période si contradictoire.

« L’Amérique s’est aperçue que ceux qui pouvaient tuer son président en plein jour pouvaient faire tout ce qu’ils voulaient. Il n’y avait plus un homme seul, le meneur de la nation, mais une fraternité invisible non élue. Et cette meme fraternité nous a donné le LSD et la psychiatrie, l’amour libre, la pornographie, la violence à la télé, tout ce qui faisait qu’il était acceptable d’être dingue. » p71

La guerre est un thème récurrent chez Ellory, mais il arrive à nous la faire vivre autrement, il lui donne des pensées, des peurs, des pertes Humaines. Cela prend plus d’ampleur, une valeur personnelle, un choc plus intime. On n’est pas dans l’Histoire, on vit ses histoires, on la ressent avec ce qu’il en coûte de pleurs et de déchirures internes.

J’ai été émue, le cœur serré de revivre les derniers mots d’un condamné. C’est saisissant cette confession! D’une rare justesse. Toute cette souffrance, cette violence mais, à contrario cet espoir, l’envolée poétique de ce papillon de nuit, nous donne un moment unique et intense de lecture. Le battement d’ailes a réussi son effet, un tsunami d’émotions m’a submergée.  L’auteur voit toujours la beauté de ce monde dans de minuscules détails, nous fait ressurgir nos plus belles émotions alors que le chaos règne, et c’est cet exploit qui en fait un sublime instant de plaisir , jusqu’à nous monter les larmes.

J’ai tellement noté de citations que si je les livrai toutes, j’aurais l’impression de spolier le meilleur. C’est d’ailleurs tout le livre qu’il faudrait vous retransmettre. Pour moi, c’est tellement riche en perles d’écriture que ça en devient un trésor, mon « Précieux »….Je pense que vous l’aurez compris, ce livre est à LIRE!!!!A relire. A partager. A découvrir…..

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

Remerciements:

Je remercie chaleureusement les éditions Sonatine ainsi que Mr Bernard pour l’envoi de ce livre! Ce fut une des meilleures lectures qu’il m’ai été donné de lire!!!!Merci encore de leur confiance!!!!

lu-en-part-avec-la-me

c26ac-sonatine_logo

Publicités

39 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Rétrolien: Le condor, Stig Holmas | *****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****
  2. Rétrolien: Mon top 10 littéraire toutes périodes et style confondus! | *****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****
  3. Lupa
    Juin 09, 2015 @ 17:05:29

    Un grand auteur c’est certain !!! Même si je ne suis pas une grande adepte du thriller, il m’avait bluffé avec « Mauvaise étoile » ^^ Magnifique chronique en tout cas, merci 🙂

    Réponse

  4. nathaliemota
    Juin 07, 2015 @ 15:13:23

    c’est vrai que ça enfonce le clou….très jolie chronique 🙂

    Réponse

  5. Smadj
    Juin 05, 2015 @ 17:35:10

    Un grand merci pour cette sublime chronique ecrite avec le cœur. Tu m’as donné une subite envie de me le procurer !!!

    Réponse

  6. collectifpolar
    Juin 05, 2015 @ 08:34:58

    Je l’ai pas encore lu celui là;
    Mais je pense qu’à cause ou grâce à ta chronique je vais me pencher dessus plus rapidement que prévu 😉
    Merci pour ce beau retoutrmiss Stelphique

    Réponse

  7. gruznamur
    Juin 03, 2015 @ 17:38:59

    Voilà j’ai pu relire attentivement ta chronique maintenant que j’ai fini le livre 😉
    Ce mec est un génie de la littérature

    Réponse

    • stelphique
      Juin 03, 2015 @ 19:21:36

      Cool! Bien contente d’avoir toute l’attention, même si, tu le sais il n’y a pas de spoiler par ici 😉 Il me tarde de lire ton avis.
      Un génie c’est vrai je partage cet enthousiasme. Faut absolument que je découvre ses précédents…..;)

      Réponse

  8. nymeria
    Juin 02, 2015 @ 17:28:42

    Honte à moi, je nai pas encore lu Ellory. Mais je n’en lis que du bien. L’édition de Sonatine a l’air superbe et vu ton enthousiasme, je note ! 😀

    Réponse

  9. Léa Touch Book
    Juin 02, 2015 @ 15:56:32

    Ellory est un virtuose ! 🙂 Je suis super heureuse que tu aies aimé 😉

    Réponse

  10. Brand Souffy
    Juin 02, 2015 @ 15:19:55

    Vous mettez l’eau à mes yeux de lecteur. Je vais me le procurer vite fait…

    Réponse

  11. belette2911
    Juin 02, 2015 @ 13:03:26

    Je le veux !!!! 😀

    Réponse

  12. gruznamur
    Juin 02, 2015 @ 04:00:45

    Dis-moi, tu as lu quels Ellory à part celui-ci ? Qu’on puisse en parler 😉

    Réponse

    • stelphique
      Juin 02, 2015 @ 07:57:36

      LOL, tu les a commenté mes avis….Seul le silence – Les Neufs Cercles et celui ci…..Ca m’en fait 3, mais je compte pas m’arrêter en si bon chemin…;) C’est déjà pas mal, pour n’avoir découvert cet auteur que récemment…

      Réponse

  13. gruznamur
    Juin 02, 2015 @ 03:53:48

    je t’ai lu en diagonale pour le moment vu qu’il me reste 200 pages à lire ;-). mais que je suis content de voir que tu as tant aimé !

    Réponse

  14. Siabelle
    Juin 02, 2015 @ 03:04:07

    C’est une critique envoûtante et émouvante. Je suis émue par ta plume riche, tes mots remplies de tendresse et de beauté viennent m’attendrir. C’est une chronique lumineuse et tu répands son essence avec ta baguette.
    Je note cet auteur qui pourtant ne m’attire pas. Tu en vantes tellement le mérite, que ma mémoire capte le nom.
    Je te remercie pour cette belle aventure où que tu m’amènes avec toi.
    Ne perd jamais cette belle flamme qui te caractérise et ton amour pour la lecture.

    Réponse

    • stelphique
      Juin 02, 2015 @ 07:51:54

      Merci infiniment Siabelle! Tu vas me faire rougir….Enfin c’est déjà fait……..
      J’espère que tu auras l’occasion de le découvrir, il ne pourra pas te laisser indifférente j’en suis certaine!!!!
      A bientôt, et merci de ton passage par ici! 😉

      Réponse

  15. Vincent Garcia
    Juin 01, 2015 @ 21:02:57

    10/10!!! Rien que ça. Tu places la barre assez haut, chère amie. Je prends bonne note pour compléter ma connaissance de monsieur Ellory. Une très belle chronique, pleine d’émotion. merci…

    Réponse

    • stelphique
      Juin 01, 2015 @ 21:50:39

      10/10 c’est le mien….;) Un livre qui prend aux tripes avec un supplément d’âme, moi je dis banco et je revendique mon coup de cœur! Cet auteur est génial dans sa façon d’écrire…..Bonne découverte donc si jamais tu le lis…;)
      Merci pour ce joli comm’….;)

      Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 178 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :