Le Sel de tous les oublis, Yasmina Khadra

Ce que j’ai ressenti:

« Tu crois qu’on peut sécher la mer? »

Je ne sais pas, mais je sais que certains hommes peuvent avoir le cœur desséché, se mettre du sel, encore et encore, sur la plaie et sombrer dans des eaux troubles. Je sais aussi qu’on peut arriver à s’enfermer tout seul, même en étant libre. J’imagine très bien l’oubli. L’oubli de soi, des autres, de tout, de l’essentiel. Je sais que la solitude et la négativité font des héros taciturnes, et pourtant, Adem Naît-Gacem restera dans ma mémoire.

Parce que des fois, ils s’en vont tout simplement. Par manque de courage, d’intérêt, d’amour, les jours heureux s’en vont. Les êtres humains, aussi. Reste alors le vide, le sel sur la plaie, la fuite en avant…Adem Naït-Gacem est un homme brisé. En perdant sa femme, il perd l’envie d’être, de donner, de recevoir. Je l’ai donc suivi jusqu’au bout de son errance et ses interrogations sur un chemin très sombre, peuplé de chimères et de fantômes. Il ne reste, certes, plus rien des jours heureux, mais en devenant un vagabond aigri, il fera des rencontres étonnantes et me mettra face à mes propres questionnements. Il est des jours comme ça, où la rencontre se fait. Comme un appel, une évidence. La rencontre avec un livre, un personnage, un auteur, et ça marche. Parce que c’est le bon moment…Parce que sur la route de l’errance, ce bout de chemin ensemble, c’est mettre des mots sur l’amertume et réfléchir sur la volonté d’agir ou pas. De parler ou pas. De ruminer ou pas. Et c’est bien. Ce temps d’arrêt, ça permet de voir les mains tendues, les coups de pouces du destin, l’importance de la culture, l’ivresse de la poésie, l’essentiel de la vie.

J’ai aimé ce conte initiatique, parce qu’il s’éloignait du merveilleux, qu’il racontait ces moments compliqués qu’on traverse, à un moment ou à un autre et qu’il faut affronter. J’ai aimé la résonance de la poésie et l’étrange écho de la marginalité. Et j’ai aimé le voyage. L’Algérie fragile, fébrile, belle, vivante, possible. Il y avait quelque chose dans cette histoire de mystérieux et d’intense, comme si, sous la douleur, il allait jaillir de l’eau ou du feu. Qu’il n’en tenait souvent à pas grand-chose, que d’un seul être souvent…Peut-être, celui qui tient en main, son destin ou le livre…Je vous laisse méditer là-dessus, et je vais voir si je peux pomper la mer ou ramener sur la rive, les quelques rêves que j’aurai laissé tomber à l’eau ou Le Sel de tous les oublis…

« Tout ce que tu vois, c’est que du bruit et du vent, des turbulences qu’on ne fait que traverser pour aller à l’air libre. »

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement les éditions Pocket de leur confiance et l’envoi de ce livre.

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. La culture dans tous ses états
    Oct 31, 2021 @ 15:06:41

    Je n’ai pas lu celui-ci mais c’est un auteur que j’apprécie beaucoup. Comme à chaque fois que je te lis, je suis touché. Merci ! Excellent weekend d’Halloween 🙂

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 243 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :