Les Bordes, Aurélie Jeannin.

Ce que j’ai ressenti:

Ce carré qui dimensionnait et bornait son empathie

Ce n’est pas vraiment un carré. À peine un rectangle. Vous savez, un livre…Des pages blanches, des mots en noirs, et ici, un lieu: Les Bordes. Une histoire avec du terreau, du ressentiment et l’instant fatidique. Du blanc, du noir, du vide et de l’angoisse. Le bord du gouffre, omniprésent. Parce que ça se sent, le drame. Parce que c’est dans l’air, le pire. Et Aurelie Jeannin s’approprie le temps de 200 pages, une façon d’être mère. Une façon d’être femme, fille, modèle, humaine, et de jouer sur tous ses rôles quand l’hypersensibilité, la charge mentale et la tragédie s’en mêlent…Faire partie et être à l’intérieur du carré, subir l’écorchure des recoins, combattre la linéarité, surveiller les angles. Être avec Brune, le temps de comprendre les heures qui s’écoulent dans Les Bordes, des plages horaires qui expliquent une famille et sa dynamique, un week-end de juin qui défile en tensions palpables entre présent et passé…Et il ne reste qu’à déterminer quels fils tirer du carré de terre échauffé, pour que les Bordes livrent leurs Mal-heures terribles…

Que l’acmé ne s’atteint qu’après une ascension.

J’aurai voulu être avec moins d’aspérités, moins de failles, parce que tout s’est inséré à l’intérieur. J’aurai aimé être capable de me verrouiller, pour que ça fasse moins mal. Parce qu’être mère, c’est ça. Être un peu Brune, le temps de quelques pages, et le ressentir puissance exponentielle. Les cauchemars à tout va, le cœur déglingué à tous vents. Être mère, c’est autant protéger que craindre. Etre submergée par l’indicible, la peur, le trop, les autres et puis, soi. Remplir toutes les cases qu’on nous impose, et des fois, lâcher en dedans. Parce que le Trop, est envahissant. Mais aimer, c’est étonnement fort. Plus fort que tout, d’ailleurs. Et il n’y a qu’en portant la vie qu’on le comprend. Mais même avec toute la volonté du monde, c’est un effort titanesque de chaque seconde pour toute la vie. Et c’est usant. Le répit n’est pas permis, n’est pas toléré, n’est pas possible. C’est ça, être mère. Essayer d’atteindre la perfection, anticiper les risques, prévoir l’inattendu, être prête à toute éventualité. Mais on sait que la vie est imprévisible, c’est le propre même de la vie. Brune est au cœur des Bordes, et va l’apprendre à ses dépens, dans un bruit mat…

Ils étaient faits de chair, d’os et d’histoires, comme elle.

Il fallait la plume sensationnelle de Aurelie Jeannin, pour rendre ce week-end électrique. Il fallait son talent pour écrire les tourments incessants d’une femme. Il fallait des mots et des silences pulvérisants pour saisir l’avant et l’après d’un drame. Il fallait un carré, une famille et l’attraction pour donner un roman saisissant. Il fallait Les Bordes et des émotions. J’ai eu mon trop-plein et comme rien n’est dû au hasard, j’en reviens secouée…

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Babelio ainsi que les éditions Harper Collins pour leur confiance et l’envoi de ce livre.

9 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Collectif Polar : chronique de nuit
    Mar 09, 2021 @ 08:00:38

    merci pour ce retour
    Et belle couv, hein ?

    Réponse

  2. La culture dans tous ses états
    Fév 11, 2021 @ 15:58:36

    J’avais adoré « Préférer l’hiver » mais là ton beau retour me fais dire que celui-ci doit être excellent également. Bel après midi avec la neige ici en Bretagne 🙂

    Réponse

  3. Yuyine
    Fév 05, 2021 @ 20:36:40

    Le sujet me parlera sans doute moins mais la plume de l’autrice est de qualité indéniable!

    Réponse

  4. revanbane45
    Fév 02, 2021 @ 18:12:49

    Comment tu me donnes trop envie de le lire 😍 déjà que j’avais adoré Préférer l’hiver alors celui-ci il me tente beaucoup.
    En plus c’est une autrice de chez moi et j’habite pas loin des Bordes 😊

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 243 autres abonnés
%d blogueurs aiment cette page :