Le Chant des Revenants, Jesmyn Ward

Le Chant des revenants


Synopsis: 

Seule femme à avoir reçu deux fois le National Book Award, Jesmyn Ward nous livre un roman puissant, hanté, d’une déchirante beauté, un road trip à travers un Sud dévasté, un chant à trois voix pour raconter l’Amérique noire, en butte au racisme le plus primaire, aux injustices, à la misère, mais aussi l’amour inconditionnel, la tendresse et la force puisée dans les racines.
Jojo n’a que treize ans mais c’est déjà l’homme de la maison. Son grand-père lui a tout appris : nourrir les animaux de la ferme, s’occuper de sa grand-mère malade, écouter les histoires, veiller sur sa petite sœur Kayla.
De son autre famille, Jojo ne sait pas grand-chose. Ces blancs n’ont jamais accepté que leur fils fasse des enfants à une noire. Quant à son père, Michael, Jojo le connaît peu, d’autant qu’il purge une peine au pénitencier d’État.
Et puis il y a Leonie, sa mère. Qui n’avait que dix-sept ans quand elle est tombée enceinte de lui. Qui aimerait être une meilleure mère mais qui cherche l’apaisement dans le crack, peut-être pour retrouver son frère, tué alors qu’il n’était qu’adolescent.
Leonie qui vient d’apprendre que Michael va sortir de prison et qui décide d’embarquer les enfants en voiture pour un voyage plein de dangers, de fantômes mais aussi de promesses…  

Ce que j’ai ressenti:

  • Tourne avec les courants…

Dès les premiers mots, ça claque! J’ai senti que cette histoire aurait le pouvoir de me hanter. Violent, noir et hypnotique. D’une beauté, à couper le souffle. Des torrents de rage, où un oiseau à écailles tente de s’extirper… Mais c’est sans compter sur le racisme et la drogue qui font des ravages et déséquilibrent les rêves d’envol…En un aller-retour de voiture, à la prison de Parchman, ce livre m’a retournée…Jesmyn Ward a un talent fou, et je ne m’étonne pas de son double prix tellement, j’ai été emportée dans ce road-trip américain, noyée dans un torrent d’émotions puissantes. Dans Le chant des revenants, elle touche des cordes très sensibles et les fait résonner avec des vibrations paranormales et des promesses à la dérive…

« J’aime bien penser que je sais ce que c’est, la mort. J’aime bien penser que c’est un truc que je peux regarder en face. »

  • Ressens le chant…

J’ai senti dans cette famille que leurs sangs et leurs liens chantaient des harmonies étranges. Désynchronisées et bouillonnantes…De l’instinct maternel défaillant aux ondes d’amour fraternels, ils ont tous des échos qui se répondent, et jouent sur des partitions de violence…Jojo et Kayla sont particulièrement touchants dans leurs relations fusionnelles. Même si tous les personnages sont des mal-aimés, et que l’amour ne vient pas toujours d’où on l’attend, les déséquilibres se remplissent avec de la tendresse des autres membres. Les histoires et les apprentissages des grands-parents maternels, ont des pouvoirs de connexion et cette cellule familiale, faite de métissage et de protection occulte, est bouleversante.

« Faut qu’ils voient la peur pour avoir l’impression d’être des hommes. »

 

  • Ecoute les revenants…

Plus qu’un roman noir, il y a aussi une petite touche de fantastique, qui donne une atmosphère inquiétante, où la mort et la vie danse ensemble. En un roman choral à trois voix, les fantômes s’invitent dans les failles de cette famille, et chantent des histoires tristes, de drames et d’intolérance, qui vibrent dans ses pages. Jesmyn Ward m’a captivée avec sa sensibilité et sa plume poétique, j’ai fait un voyage incroyable, bouleversant et émotionnel.

A découvrir!

« Le monde est un chaos de gemmes et d’or qui tournoie en lançant des étincelles. »

 

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement NetGalley et les éditions Belfond, pour cette jolie lecture!

NetGalley                                       Résultat de recherche d'images pour

3 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. belette2911
    Mar 04, 2019 @ 11:18:33

    Aaaahhh, alléluia, les commentaires sont bien débloqués !! 😀 Lecture aussi prenante que la tienne, émotions en vrac, envie de meurtre pour certains personnages,… Un roman noir avec sa touche de fantastique qui, tel un fantôme, me hantera longtemps 😉

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 222 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :