La place du mort, Jordan Harper.

Couverture La place du mort

Synopsis:

Polly McClusky a onze ans le jour où son père Nate, fraîchement sorti de prison, vient la récupérer à la sortie du collège. Elle ne sait pas encore que sa mère a été assassinée, ni que sa tête et celle de son paternel ont été mises à prix.
C’est le début d’une cavale violente et sanglante à travers la Californie. Et la naissance d’une complicité, affective et criminelle. Un premier roman sombre, nerveux et plein d’humanité sur la famille, le sacrifice et la rédemption.

Ce que j’ai ressenti:

▪️En guise d’évasion, la fuite…

Nate est un gangster, un zombie ambulant, un homme avec une sentence de mort imminente posée sur le sommet de sa tête…Sauf que Nate ne l’entend pas de cette manière, et puisqu’il n’a plus rien à perdre à tout tenter pour sa fille Polly, il se lance dans une vengeance à toute berzingue au volant de son monstre vert…En emmenant Polly, son ours en peluche et quelques cadavres dans son sillage sanglant…C’est un road-trip étourdissant, impossible de descendre en cours de route, donc attachez bien vos ceintures et profitez du décor jusqu’à Perdido…Une fuite en avant pour un petit souffle de liberté, une fuite en avant pour profiter d’un petit bout d’amour filial…Une fuite en avant pour contrer la mort, la Force, les voix fantômes et les voies de la criminalité…Un premier roman remarquable!

« T’es un peu grande pour avoir un nounours, non? »

▪️En guise d’attention, des yeux de tueurs…

C’est dans les yeux qu’on voit tout, paraît-il… Allez-vous avoir la curiosité de vous attarder sur le regard de Nate? Allez-vous sombrer dans le regard de Polly? Allez-vous sonder le regard d’un ours en peluche? Alors puisque dans les yeux, il paraît qu’on voit l’âme, j’ai osé posé mon regard sur des yeux de tueurs…Et dans ceux de Polly comme dans ceux de Nate, il y a avait certes une rage déconcertante mais aussi un amour infini, alors je les ai suivi, rien que pour ça, pour cette once d’humanité qu’il en est resté, malgré le pire…C’est à travers les yeux d’une enfant, qu’on voit le sens du mot drame. C’est à travers les yeux d’un père, qu’on voit le sens du mot sacrifice. Et c’est sans doute, à travers les yeux de cet ours qu’on voit le mieux, la direction fatale de ce duo qui partage plus que du sang…

Plus tard, elle apprendrait que les yeux ne reflètent pas seulement ce qu’ils voient, mais aussi ce qu’ils ont déjà vu.

▪️En guise d’émotion, la Force …

Parce que chaque mot que Jordan Harper pose dans ce roman noir est un mot flambant, ils arrivent tous autant qu’ils sont jusqu’au cœur, direct. C’est très intense comme lecture. Tout comme ces personnages qui vivent dans l’urgence, on est pris aussi dans ce tourbillon d’émotions, et on ressort avec une sacrée décharge d’adrénaline! Il m’est arrivé aussi, de me demander si je ne venais pas de Vénus également, car j’ai eu un coup de foudre pour cette petite Polly, qu’on force à grandir un peu trop vite. J’aurai eu à cœur aussi de la défendre envers et contre tous, juste pour qu’il ne vienne pas cette lueur irrévocable de la violence au fond de ces yeux…Sans aucun doute, un auteur à suivre! J’ai adoré la force de sa plume, le noir comme la douceur qui ressort de ces pages…

Vénus était descendue sur Terre, et ses tempêtes avec elle.

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Nos cheveux blanchiront avec nos yeux, Thomas Vinau.

Synopsis:

Le voyage géographique et intime d’un jeune homme.
Walther quitte la femme qu’il aime pour aller vagabonder du nord au sud, des Flandres laiteuses jusqu’à l’Espagne éclatante. Un voyage qui finira par le ramener presque par hasard à l’essentiel, vers celle qui a su le laisser partir et attendre leur enfant. Composé d’instantanés d’une grande délicatesse, ce roman est conçu en deux parties: les jours d’errance puis la vie à demeure, les lointains dépaysants et l’art des petits riens.

Ce que j’ai ressenti:

Je voudrai t’écrire une lettre, Walther, parce que des fois, il n’y a que cela qui peut répondre à des mots qui font écho. Je regarde le ciel d’avril, et j’écris à bulle d’air, presque à ras de terre, en fait…Je te cherche Walther, dans tes dehors et puis, t’es dedans. Dans un train, une chambre ou entre deux bleus, près une baignoire, à te perdre dans des dehors éloignés, courant vers un Sud idéalisé… Je devine les grandes bourrasques, mais je ne sors pas de ma chambre, juste je t’écris et je te lis. J’observe comme toi toutes les nuances du ciel. Et si l’on regarde bien, il n’est pas si bleu. Il prend toutes les couleurs du printemps, et il déborde d’heures enfuies. C’est drôle, Walther, parce qu’on a le même avril, la même envie de partir, mais sans doute pas pour les mêmes raisons…

C’est dans tes observations perspicaces qu’on sait que tu es en mouvement Walther, mais c’est dans cette sorte de journal intime, entre cahier de poésie et carnet de voyage, qu’on peut lire tes plus belles envolées. Ni dehors ni dedans tu n’es bien, mais dans dedans sans dehors, on est rien. Il nous faut trouver du sens à nos riens qui sont tout, alors tu enfiles comme des perles, ces petits riens insignifiants pour qu’ils deviennent poésie pour que certains se perdent dedans…Je m’y suis perdue sans retenue, bousculant mon en-dedans…Mais qu’est-ce que je peux bien en faire moi, de tout ça?

On sent peut être le âpre et le doux, on sent surtout Walther, que tu es un homme dépassé par la grandeur du miracle de la vie. Trop conscient, que c’est dans cette vie qu’on est au plus près de la mort…Mais Walther, j’ose à peine balbutier, que dans mon en-dedans, je moissonne l’idée de poèmes, d’histoires et de mon prochain enfant…Et je développe une envie folle de lire tous les livres de Thomas Vinau, mais celui-ci, je vais le garder tout au fond de mon cœur…

Au revoir Walther, rendez-vous dans un autre ailleurs, ou le ciel sera débarrassé de ces cendres…

Ma Note Plaisir de Lecture 9/10.

Demain c’est loin, Jacky Schwartzmann

Synopsis:

Tête de beur, nom juif et chanteur homonyme : François Feldman était mal barré dès le début. Et ça ne s’est pas amélioré. Sa banquière BCBG, Juliane, lui refuse un nouvel emprunt et Saïd, qui règne sur la cité, cesse de l’aider. Mais grâce à un terrible accident, François tient enfin sa chance : Juliane tue le cousin de Saïd et a besoin de son aide pour fuir les caïds et la police. S’ils s’en sortent, il sera en bonne position pour négocier. Encore faut-il s’en sortir.


Ce que j’ai ressenti:

À la manière d’un portrait chinois, voici un peu de ce qu’il vous attend dans ses quelques 200 pages ultra dynamiques et foncièrement corrosives! Un coup d’éclat…D’éclats de rires et d’éclats de Noir! Sensationnel!

▪️Si j’étais…Un personnage…

Je serai François Feldman. Non pas le chanteur, l’autre! Celui inventé par Jacky Schwartzmann, un « mec de cité », français avec une tête de beur et un drôle de nom homonyme, un commerce louche et un petit souci de communication avec sa banquière Juliane Bacardi. Autant vous dire que ça n’aide pas trop dans la vie, mais François a de la ressource et du répondant, et suivre ses péripéties nous emmène aujourd’hui à découvrir pourquoi son futur à lui et bien, il se résume à: Demain c’est loin.

Je m’appelle François Feldman, comme l’aut’ con. Mais je suis pas chanteur. Et je suis pas juif. Depuis toujours quand je dis mon nom on me demande : « Comme le chanteur?» Quand je suis énervé je réponds : « Pis ta mère, tapette ? » Et quand je suis calme je dis que oui, c’est mon oncle. 

▪️Si j’étais… Témoin d’un meurtre…

Et bien, je serai bien dans la mouise! Et c’est ce qu’il va arriver à ce quadragénaire…Et ce qui va nous pousser à voir se former, sous nos yeux ébahis, un duo improbable mais attachant qui s’arrache in extremis, d’un sacré bourbier. C’est parti pour une cavalcade d’enfer! Rien ne les destinait à ce qu’ils s’entendent ces deux-là, mais on adore les voir enchaîner les situations cocasses et les répliques salées! La banquière Bacardi et le loser Felman, au volant de la voiture incriminée, vont apprendre l’impitoyable loi des cités et celle corrompue de la bourgeoisie. On ne sait pas laquelle est la pire…Une explosion de vie et de clichés, qui fera voler en éclats le vernis des apparences! Juste génial, tellement c’est barré et criant de vérités!

Plongez deux ennemis jurés dans une situation bien bordélique, mettez-les en danger, forcez-les à devoir s’en sortir ensemble, et ils développeront une nouvelle relation basée sur la confiance.

▪️Si j’étais…Une impression…

Je serai sans nul doute un éclat de rire. Avant même la page 30, je m’étais déjà marrée comme une dingue et bien sûr, la magie a duré tout le long du livre! J’ai tellement rigolé que j’ai failli m’étouffer. C’était juste hilarant, et je le verrai trop adapté en spectacle…C’est délicat en plus, l’humour, et quand c’est dosé genre « survitaminé », et bien ça donne un pur moment de plaisir! Si l’intrigue est relativement classique, tout est dans l’art et la manière de conduire l’histoire! Et là, Jacky Schwartzmann gère la tenue de route et les virages serrés de son road-trip, grâce à une intelligence fine et une délicatesse acide! Entre humour noir/blanc/beur et cynisme ensoleillé, entre piques acérées et critique sociale béton, ce livre est un petit condensé d’énergie positive! A partager sans modération! J’ai A-DO-RÉ! Et je rigole encore…

Elle avait d’ailleurs les yeux qui pétillaient et un petit sourire autosatisfait qui lui faisait ses petites fossettes marrantes. Le second degré venait de rentrer dans sa vie et, visiblement, elle n’était pas contre.

 

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Léatouchbook ainsi que  les éditions Points de leur confiance. Merci pour l’envoi de ce colis Découvrez Toutes les Couleurs du Noir. Je suis ravie de soutenir la couleur Rose et les romans Noirs.

Le cercle Points - Créateurs de lecteurs

Le Chant des Revenants, Jesmyn Ward

Le Chant des revenants


Synopsis: 

Seule femme à avoir reçu deux fois le National Book Award, Jesmyn Ward nous livre un roman puissant, hanté, d’une déchirante beauté, un road trip à travers un Sud dévasté, un chant à trois voix pour raconter l’Amérique noire, en butte au racisme le plus primaire, aux injustices, à la misère, mais aussi l’amour inconditionnel, la tendresse et la force puisée dans les racines.
Jojo n’a que treize ans mais c’est déjà l’homme de la maison. Son grand-père lui a tout appris : nourrir les animaux de la ferme, s’occuper de sa grand-mère malade, écouter les histoires, veiller sur sa petite sœur Kayla.
De son autre famille, Jojo ne sait pas grand-chose. Ces blancs n’ont jamais accepté que leur fils fasse des enfants à une noire. Quant à son père, Michael, Jojo le connaît peu, d’autant qu’il purge une peine au pénitencier d’État.
Et puis il y a Leonie, sa mère. Qui n’avait que dix-sept ans quand elle est tombée enceinte de lui. Qui aimerait être une meilleure mère mais qui cherche l’apaisement dans le crack, peut-être pour retrouver son frère, tué alors qu’il n’était qu’adolescent.
Leonie qui vient d’apprendre que Michael va sortir de prison et qui décide d’embarquer les enfants en voiture pour un voyage plein de dangers, de fantômes mais aussi de promesses…  

Ce que j’ai ressenti:

  • Tourne avec les courants…

Dès les premiers mots, ça claque! J’ai senti que cette histoire aurait le pouvoir de me hanter. Violent, noir et hypnotique. D’une beauté, à couper le souffle. Des torrents de rage, où un oiseau à écailles tente de s’extirper… Mais c’est sans compter sur le racisme et la drogue qui font des ravages et déséquilibrent les rêves d’envol…En un aller-retour de voiture, à la prison de Parchman, ce livre m’a retournée…Jesmyn Ward a un talent fou, et je ne m’étonne pas de son double prix tellement, j’ai été emportée dans ce road-trip américain, noyée dans un torrent d’émotions puissantes. Dans Le chant des revenants, elle touche des cordes très sensibles et les fait résonner avec des vibrations paranormales et des promesses à la dérive…

« J’aime bien penser que je sais ce que c’est, la mort. J’aime bien penser que c’est un truc que je peux regarder en face. »

  • Ressens le chant…

J’ai senti dans cette famille que leurs sangs et leurs liens chantaient des harmonies étranges. Désynchronisées et bouillonnantes…De l’instinct maternel défaillant aux ondes d’amour fraternels, ils ont tous des échos qui se répondent, et jouent sur des partitions de violence…Jojo et Kayla sont particulièrement touchants dans leurs relations fusionnelles. Même si tous les personnages sont des mal-aimés, et que l’amour ne vient pas toujours d’où on l’attend, les déséquilibres se remplissent avec de la tendresse des autres membres. Les histoires et les apprentissages des grands-parents maternels, ont des pouvoirs de connexion et cette cellule familiale, faite de métissage et de protection occulte, est bouleversante.

« Faut qu’ils voient la peur pour avoir l’impression d’être des hommes. »

 

  • Ecoute les revenants…

Plus qu’un roman noir, il y a aussi une petite touche de fantastique, qui donne une atmosphère inquiétante, où la mort et la vie danse ensemble. En un roman choral à trois voix, les fantômes s’invitent dans les failles de cette famille, et chantent des histoires tristes, de drames et d’intolérance, qui vibrent dans ses pages. Jesmyn Ward m’a captivée avec sa sensibilité et sa plume poétique, j’ai fait un voyage incroyable, bouleversant et émotionnel.

A découvrir!

« Le monde est un chaos de gemmes et d’or qui tournoie en lançant des étincelles. »

 

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement NetGalley et les éditions Belfond, pour cette jolie lecture!

NetGalley                                       Résultat de recherche d'images pour

Survivre, Nicki Pettersson

Couverture Survivre

Pourquoi je l’ai choisi:

Je me suis laissée séduire par cette couverture colorée, et le synopsis qui promettait de bien belles frayeurs!!!!!

Synopsis:

Au cœur de l’été, Kristine Rush et son fiancé, Daniel, quittent Los Angeles pour passer un week-end en amoureux, près du lac Arrowhead. En traversant la fournaise du désert de Mojave, ils s’arrêtent sur une aire de repos déserte. Dans les toilettes, Kristine se fait agresser par un inconnu qui la laisse inconsciente. Lorsqu’elle revient à elle, la voiture est toujours là, mais Daniel a disparu. Que faire ? Elle ne va pas avoir le choix. Son agresseur, par l’intermédiaire du portable de Daniel, va lui assigner des tâches plus terribles les unes que les autres, la menaçant de tuer son fiancé si elle ne lui obéit pas ou si elle demande de l’aide. Commence alors un véritable voyage au bout de l’enfer entre casinos criards de bord de route et aires de repos désolées et lugubres. Jusqu’où ira Kristine pour sauver Daniel ? Lorsqu’elle réalise que son interlocuteur sait tout d’elle, y compris ses secrets les plus intimes, la partie devient plus intrigante encore. Qui est-il ? Et quelles sont ses réelles motivations ?

Les personnages:

Kristine est une jeune femme forte, sans larmes, et déterminée! Un personnage qui nous éblouit autant dans ses faiblesses que dans ses plus belles qualités. Je me suis beaucoup attachée à ce bout de femme, qui ne s’en laisse pas compter! Sa manière d’être mère, est juste touchant et merveilleux.

« Avoir un enfant, c’est comme doter son cœur d’une paire de jambes et le laisser se promener hors de son corps, palpitant, vulnérable, à vif. « 

Ce que j’ai ressenti:…Un Road Trip tendu et pleins de jolies surprises…

Une femme. Une route. Un tueur.

La recette est prometteuse, et moi, mon imagination s’envole. Rien qu’avec trois mots, associés sur la couverture, j’étais ferrée! Je vois là, mes pires angoisses naitre dans mes synapses, et donc je suis impatiente de voir ce qu’une jeune auteure peut en faire….

« Si souffrir est la preuve qu’on est en vie, alors je ne l’ai jamais autant été. »

Et là je peux vous dire que ça attaque direct! Pas de longues mises en place trainantes, non… De l’action, de l’efficacité!!!! L’héroïne voit sa vie prendre un sacré virage sur cette autoroute, et elle n’est pas prêt de s’en remettre si facilement…Par un petit objet si quotidien, elle devient victime et asservie aux directives de son agresseur, suivant la route folle et idées malsaines qu’il aura mis à chaque étape. Tout un programme qui mélange tension à l’extrême et des accidents macabres qui mettra nos nerfs à rude épreuve.

Vicki Pettersson nous propose certes un thriller impeccable, et ce Road Trip a de quoi faire frémir, mais là, où elle se démarque, à mon sens c’est quand dans la deuxième partie de son roman, il devient un thriller psychologique. Nous avons donc une lecture en deux temps, qui éprouve d’abord sur le plan physique, puis atteint notre esprit de manière à nous mettre le coup fatal, et nous lecteurs, on en redemande évidemment, de ses lectures exceptionnelles, qui vont au delà, de la simple emprise d’un fou furieux.

Si l’intrigue tient toutes ses promesses, ce qui m’a le plus touchée dans ce roman électrique, c’est l’écriture féminine de cette auteure. On sent que la maternité a une place de choix dans sa vie, dans son univers. Chaque fois, que Kristine parle de sa fille, on sent une émotion viscérale, une tension douce de protection et d’amour, que chaque mère éprouve à la vue de sa progéniture, un instinct mis en mot avec brio , derrière le flot de rebondissements.

« Je préfèrerais que tu restes collée contre moi, dans ma poche. Je préfèrerais que tu réintègres mon corps, là où mon cœur est censé se trouver. »

Survivre, porte bien son titre! Vous y réfléchirez à deux fois avant de vous lancer sur une route déserte, mais n’hésitez surtout pas, à tenter cette lecture menée à un rythme effréné!!!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement la maison Sonatine Editions pour l’envoi de ce livre! Merci de leur confiance!

lu-en-part-avec-la-me

c26ac-sonatine_logo

 

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 235 autres abonnés