Ce qu’il nous faut c’est un mort, Hervé Commère.

Couverture Ce qu'il nous faut, c'est un mort

Pourquoi je l’ai choisi:

Parce que ce qu’il me faut, c’était une bonne lecture…Un de celles recommandées par mes blogs potes, un auteur que je ne connaissais pas encore mais dont j’ai hâte de découvrir ses autres écrits, maintenant…

Synopsis:

« I will survive ». C’était le dimanche 12 juillet 1998. À quel prix ? Ça, la chanson ne le dit pas. Cette nuit-là, trois garçons pleins d’avenir ont renversé une femme, une étudiante s’est fait violer, un jeune flic a croisé son âme sœur et un bébé est né. Près de vingt ans plus tard, voilà que tous se trouvent concernés par la même cause. On est à Vrainville, en Normandie. L’usine centenaire Cybelle va fermer ses portes. Le temps est venu du rachat par un fonds d’investissement. Cybelle, c’est l’emploi de la quasi-totalité des femmes du village depuis trois générations, l’excellence en matière de sous-vêtements féminins, une réussite et surtout, une famille. Mais le temps béni de Gaston est révolu, ce fondateur aux idées larges et au cœur vaste dont les héritiers vont faire une ruine. Parmi ces héritiers, Vincent, l’un des trois garçons pleins d’avenir. Il a la main sur la destinée de quelques centaines de salariés. Mais il n’a pas la main sur tout, notamment sur ce secret étouffé dans un accord financier vingt ans plus tôt par son père et le maire de Vrainville, père du 2e larron présent la nuit du 12 juillet dans la voiture meurtrière. Le 3e gars, Maxime, n’a la main sur rien, personne n’a payé pour lui et surtout il n’a pas oublié. C’est l’un des seuls hommes employés par Cybelle et un délégué syndical plutôt actif. Côté ouvrier, on connaît déjà le prix de la revente de Cybelle. Ca signifie plus que la fin d’une belle histoire entrepreneuriale : la mise au ban, la galère et l’oubli. Alors c’est décidé, ils n’ont plus le choix : puisque personne ne parle d’eux, ce qu’il leur faut, c’est un mort.

Ce que j’ai ressenti:

Ce qu’il nous faut, c’est un roman qui nous tienne éveillé une partie de la nuit…Un de ceux qu’il est impossible à lâcher malgré l’heure avancée…Nous ne pouvons quitter à leur sort, ses femmes, petites mains aux grands cœurs qui tiennent en respect la mode, et leur village. Les laisser tomber, en quittant cette lecture est une chose qu’il m’a paru inconcevable. On est tendu, concerné, affligé de voir la crise emporter le savoir-faire français, le rêve d’un homme, la mise en valeur des femmes…C’est notre quotidien, nos avenirs, et ça fait mal au cœur, alors on lit sans interruption, parce que finalement, leurs vies, c’est un peu des nôtres….

Ce qu’il nous faut, c’est une amitié qui dure au delà des mots…Trois amis unis dans le secret et la tragédie, tantôt envieux tantôt admiratifs, mais toujours solidaires…Des relations compliquées, mais des personnages si incarnés qu’ils nous montrent une voie sinueuse et toujours en bord de gouffre, mais plein d’une énergie de vie…

Ce qu’il nous faut, c’est des larmes…qui se pointent au bord des yeux, car l’écriture de ce roman est emplie d’émotions. Il parle si bien de sentiments, de destins brisés et des problèmes de société qui nous concerne directement, qu’on est tiraillé de l’intérieur. Elles arrivent comme un cadeau, un trop plein de non-dits qui ressortent sous forme d’eau, car la douleur est trop intense…C’est en refermant ses pages, qu’on se rend compte que la vie, c’est devant.

Parce que ce qu’il est dommage, c’est qu’il faille un mort (et souvent plusieurs), pour que le monde bouge….  Ce roman noir est un diamant , où se reflètent  les visons de tous ses personnages et Hervé Commère en orfèvre, et polissant chaque personnalité et drames, nous donne un petit joyau précieux de bons mots et d’intenses réflexions sur la société qui nous entoure, et les gens influents qui la contrôlent…Tout un investissement pour doser avec doigté et intelligence, cette histoire moins anodine qu’elle n’y parait…

Il est des livres comme celui ci, qui à force de petits détails et de grandes valeurs deviennent un Coup de CœurCe qu’il nous faut, c’est le trouver…Pour moi, c’est fait !

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Fleuve éditions pour l’envoi de ce livre! Merci pour ce concours Instagram et cette excellente lecture!

logofn.jpg

 

Publicités

21 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Nathalie M
    Août 01, 2016 @ 18:06:38

    Elle est belle ta chronique ! !
    Ce que je suis contente que tu ai aimé ce roman. Avec Imagine le reste c’est mon second coup de coeur de Hervé Commère 🙂

    Réponse

  2. erine6
    Juil 27, 2016 @ 16:41:31

    Très jolie chronique, je suis tombée aussi sous le charme de cette histoire ;).

    Réponse

  3. Belette2911
    Juil 26, 2016 @ 19:07:44

    Oui, trois amis unis dans la tragédie, dommage qu’ensuite ils se soient séparés… Un tout grand roman, une belle histoire !

    Réponse

  4. Lilie
    Juil 26, 2016 @ 12:55:57

    Ah bah voilà si toi aussi tu t’y mets 😂😂😂 il me le faut 😀

    Réponse

  5. Collectif Polar : chronique de nuit
    Juil 26, 2016 @ 11:07:30

    Oh quelle belle chronique pour ce somptueux roman tout en émotion.
    Merci Dame Stelphique pour ce fabuleux avis qui me donnerai presque envie de le relire. 🙂

    Réponse

  6. Lord Arsenik
    Juil 25, 2016 @ 21:20:31

    Du très haut de gamme pour un auteur exceptionnel.

    Réponse

  7. Ju lit les mots
    Juil 25, 2016 @ 19:11:54

    Ce qu’il nous faut c’est des sentiments forts c’est un coup de coeur et c’est ce qu’on ressent en te lisant <3. Décidément ce qu'il me faut c'est le lire 😉

    Réponse

  8. Yvan
    Juil 25, 2016 @ 15:13:28

    Ahhhhh
    Ce qu’il nous faut c’est partager les émotions quand elles nous assaillent comme avec la lecture de ce livre.
    Et avec ta chronique, on est servi ! Que je suis content de lire tes mots 😉

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 187 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :