Le meilleur des mondes, Aldous Huxley

 

 

 

 

 

Couverture Le meilleur des mondes

Pourquoi je l’ai choisi:

Essentiellement pour ma culture personnelle, à force de toujours le voir comme référence je voulais m’en faire mon opinion…

Synopsis:

Défi, réquisitoire, utopie, ce livre mondialement célèbre, chef-d’oeuvre de la littérature d’anticipation, a fait d’Aldous Huxley l’un des témoins les plus lucides de notre temps.
Aujourd’hui, devait écrire l’auteur près de vingt ans après la parution de son livre, il semble pratiquement possible que cette horreur s’abatte sur nous dans le délai d’un siècle. Du moins, si nous nous abstenons d’ici là de nous faire sauter en miettes… Nous n’avons le choix qu’entre deux solutions : ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur de la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation (ou, si la guerre est limitée, la perpétuation du militarisme) ; ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique.

Les personnages:

J’ai cru voir en Bernard , un joli personnage qui a vite perdu de sa splendeur, il en a été de meme pour John…C’est dommage car c’était vraiment deux grains de sables qui pouvaient enrayer la machine, deux personnages qui nous auraient pu nous transporter…Enfin, avec moi ça n’a pas suffi….

Ce que j’ai ressenti:

Je tenais vraiment à lire ce livre clef de SF, et finalement, bien qu’heureuse d’avoir lu ce classique, je ressors un peu mitigée de cette experience…Je remercie aussi Aveline de s’etre joint à moi pour cette Lecture Commune improvisée…

J’ai beaucoup apprécié l’idée de ce monde, l’auteur suit à fond son cheminement: le Bonheur sans la Passion! Ce qui en fait un monde bien fade: sans amour mais avec du sexe omniprésent , sans folie douce ou pure, mais plus encore sans liberté, ni maladie ou vieillesse, ou la Mort n’a aucune espèce d’importance. Tout y est homogène, société de consommation en puissance, sans les grandes Valeurs qui peut véritablement nous faire vibrer…Donc en cela, je comprend l’engouement des lecteurs pour ce livre, car il ouvre notre esprit sur les pièges qu’y pourraient nous tomber sur le nez si nous suivons encore cette voie…C’est plutôt effrayant et dangereusement tangible….

Pourtant, malgré l’ingéniosité de ce monde il m’a manqué un peu plus de « romancé »…J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux personnages, à réellement ressentir une empathie pour eux. C’est seulement sur la fin (de jolies idées développées d’ailleurs!!!), que j’ai un peu senti la force des idées, la beauté d’un esprit libre, malgré cela j’ai encore du mal à comprendre l’autoflagellation de John…Cette lecture m’a laissée un peu de marbre, alors qu’il y a avait un grand potentiel de rébellion à espérer de notre coté…

En bref, une lecture un peu difficile, (il fallait vraiment s’accrocher aux branches!!!), avec un vocabulaire un peu trop flou, mais qui saura éveiller en nous, un sentiment profond visionnaire et affuté sur l’avenir de notre monde…J’ai grand espoir de ne pas voir arriver un jour, ce « meilleur des mondes », et surtout de ne pas voir ma descendance dans ces jumeaux pré conditionnés, même s’ils ont l’apparence d’être heureux….

 Meilleur moment du livre:

  • La discussion entre Le Sauvage et Mustapha Menier

« Mais je n’en veux pas du confort. Je veux  Dieu, je veux de la poésie, je veux du danger véritable, je veux de la liberté, je veux de la bonté. Je veux du péché ». p265

Tout cet échange est topissime, mais c’est de loin la tirade que j’ai préféré!!!!

Le petit plus: Adlous Huxley est un sacré visionnaire!

Le petit bémol: Pas d’émotion coté personnages….

Ma note Plaisir de lecture fee clochette6/10

Publicités

16 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Lord Arsenik
    Déc 03, 2014 @ 20:51:06

    Lu il y a peu par curiosité. Un sentiment mitigé aussi, surtout à cause d’un début insipide et soporifique. Heureusement que ça se décante par la suite.
    Rien à redire sur le côté visionnaire de l’auteur.

    Réponse

    • stelphique
      Déc 04, 2014 @ 10:38:30

      Oui c’est hallucinant comme il a réussi à deviner les travers des hommes presque 100 ans avant…..*-*
      Moi je dis heureusement qu’il y avait cette fin…..;)

      Réponse

  2. lesentierdesmots
    Déc 01, 2014 @ 22:33:29

    Je comprends ce que tu voulais dire quand tu disais que nos écrits étaient différents malgré le fait qu’on ait ressenti la même chose 🙂 J’ai aussi eu du mal à m’attacher aux personnages mais j’ai franchement bien aimé l’échange entre John et Menier. C’était pour moi, le passage le plus intéressant du livre 🙂

    Réponse

  3. Alison Mossharty
    Nov 30, 2014 @ 10:59:33

    Quand je l’avais lu je me rappelle avoir détesté la première partie (trop scientifique à mon goût) mais la suite m’avait bien plus plu par rapport au message, à la réflexion que contenait le bouquin ^^

    Réponse

    • stelphique
      Nov 30, 2014 @ 20:04:17

      Oui voilà ca resume bien mon ressenti dans cette lecture…Interressant quand meme cette première partie mais pas assez accessible….Mais la deuxieme quel régal!!!!;)

      Réponse

  4. monaventurelitteraire
    Nov 29, 2014 @ 10:50:08

    Je disais justement chez le sentier des mots, que je dois l’avoir dans ma bibli lol

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 187 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :