La liberté au pied des oliviers, Rosa Ventrella

Synopsis:

Teresa et Angelina sont deux soeurs que tout oppose : Teresa est délicate et silencieuse tandis qu’Angelina, sa soeur cadette, est impertinente et curieuse. Toutes deux grandissent dans l’Italie des années 1940, au coeur des Pouilles, entourées de leur père et de leur mère Caterina, à la beauté incomparable.
Lorsque leur père part à la guerre, leur mère comprend que cette beauté sera sa principale arme pour subvenir à leurs besoins. Elle cède alors à un terrible compromis, sans savoir que celui-ci viendra réveiller la malalegna : ce bavardage incessant et empoisonné des commères, véritable malédiction qui tourmente le village depuis la nuit des temps. Le concert de chuchotements qui serpente de porte en porte se propagera alors jusqu’à atteindre ses filles, Teresa et Angelina, déterminant à jamais leur destin.

Ce que j’ai ressenti:

« Je suis l’écho d’un son lointain qui me ramène aux terres de mon enfance. »

Il se peut que la makara l’avait prédit pour moi: j’aurai des échos. J’aurai des échos lointains de libertés. Des échos qui soufflerait aussi fort qu’un mistral déchaîné, à l’intérieur de moi. À lire, tout doux, tout doux, l’histoire de ces deux sœurs, Teresa et Angelina, ils viendraient faire leurs sonorités si efficaces dans mon en-dedans sensible. De ce fait, j’aurai des échos de sororité, des envies de me jeter à l’eau, des restes d’amour contenu et de grandes aspirations. Elle aurait pu me prédire cela la makara, parce que j’ai l’Italie en moi. Du plus lointain de mes souvenirs, c’est ainsi que je le ressens, cette façon si particulière d’aimer à l’italienne et de reconnaître les miens dans leur façon d’être, d’écrire ou de ressentir. Alors certes, dans ces pages, c’est une Italie des années 40, qui souffre d’un climat de guerre sur fond de pauvreté, mais la vérité des cœurs est toujours la même, quelque soit le temps. Il y a bien évidemment des jours gris et venteux, des heures sombres et quelques éclats de lumière. Et puis, il y a la beauté. Ici, c’est une malédiction. La makara aurait pu vous le dire, si vous y prêtez attention: l’apparence des femmes ramène des échos de médisances et de jalousies…Et les cancans sont terriblement puissants…Cette histoire touche aux liens de la famille, au pouvoir des mots, à cette aspiration démesurée de liberté, et en l’amour qui prend plusieurs formes pour dépasser une situation dont les personnages essayent de s’affranchir…Mais le prix à payer risque d’être plus fort que le rêve…Je vous laisse découvrir cela avec l’histoire de la famille Sozzu…

Dans la vie, j’ai appris que chaque perte est différente, même si les mots d’adieu se ressemblent tous et qu’aucun cœur n’est assez grand pour contenir tous les adieux.

Rien qu’avec le titre, j’ai senti que ça pouvait faire écho…Il y avait les trois mots magiques qui m’attirent irrésistiblement: Liberté/Italie/Oliviers. Je ne regrette pas un seul instant cette lecture. Rosa Ventrella a une plume envoûtante. Je me suis laissée charmer par cette relation fusionnelle entre ces deux sœurs et j’ai aimé cette manière si particulière de décrire les sentiments avec les couleurs du ciel ou la fureur du vent. Dans ces descriptions, on sent un amour plus grand que les éléments et peut être plus fort, que ce que la pudeur peut laisser entendre…Il s’est vraiment passé « quelque chose » que j’aurai sans doute du mal à décrire, mais il y a eu peut-être une histoire de bois similaire…C’était des échos profonds, et quand ça te vient comme ça, c’est difficile à expliquer. J’espère que vous les entendrez à votre tour, Les Échos, et peut-être iriez vous voir de plus près, La liberté au pied des oliviers…

Quand aucun mot n’est mis sur les faits, alors ils ne se sont pas produits.

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Emmanuelle, ainsi que les éditions Les Escales pour cette découverte livresque!

11 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Collectif Polar : chronique de nuit
    Juil 15, 2020 @ 01:58:37

    merci pour cette découverte

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 235 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :