Réparer les femmes, Dr Denis Mukwege / Dr Guy-Bernard Cadière.


Synopsis:

Dans un hôpital au cœur de l’Afrique, deux hommes reconstruisent les femmes. La région du Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo, est ravagée par des bandes armées depuis une vingtaine d’années. Pour asservir la population et exploiter les richesses minières, ces hommes cruels ont trouvé une arme monstrueuse : le viol et la mutilation des femmes. Détruites, elles errent dans les ruines de villages éclatés où tout espoir meurt en même temps que leur dignité. Dans son hôpital, le Dr Mukwege s’applique depuis des années à reconstruire le corps de ces femmes. Son ami, le Dr Cadière, vient d’Europe pour lui prêter main forte et nouvelles technologies. Les deux hommes, au-delà des continents, se serrent les coudes pour faire renaître les femmes d’un peuple abandonné à son sort par un monde qui ferme les yeux sur les atrocités qui y sont commises.


Ce que j’ai ressenti:

Ce livre ne se lit pas seulement, il se vit. Le combat contre la barbarie ne s’invente pas, il se poursuit…Réparer les femmes, c’est ce que deux hommes, forts de leurs compétences et fiers de leurs valeurs, accomplissent tous les jours. Des milliers de victimes qu’ils ont guéri avec une nouvelle technique révolutionnaire et beaucoup d’amour pour contrer la violence…Une tonne de bonne volonté, un moral d’acier et une persévérance à toute épreuve. Admirable.

Avec près de 140 pages, on plonge dans un enfer sans nom. Impossible de le quitter, si ce n’est pour reprendre une contenance après mes larmes. Autant je savais que derrière le mot barbarie, il peut se cacher beaucoup d’horreurs, mais je ne pensais pas qu’à notre époque de tels actes puissent encore meurtrir aussi sauvagement des femmes et des enfants. Certains passages sont insoutenables, parce que derrière les mots qu’on ne dit pas, on devine la douleur, le chaos. Ces auteurs/médecins tentent de lever le voile sur la situation atroce des conditions de vie au Congo, et explique leur parcours pour en arriver là, à Réparer les femmes dans l’hôpital de Panzi.

C’était très intéressant de suivre de près, des vocations et les débuts de la laparoscopie. De comment, il faut faire accepter et faire adopter une méthode plus douce et moins traumatisante pour les patients. Chacun de ses médecins arpente des chemins difficiles, connaît de grandes épreuves, mais ils continuent envers et parfois, contre tous…Ils nous prouvent par leur détermination et leur volonté que la médecine a encore des progrès à accomplir, des êtres a révéler et des rêves à soutenir…

Réparer les femmes. C’est tout un programme, un combat au jour le jour, une vie dédié aux autres…C’est un combat qui se déroule à des milliers de kilomètres, mais c’est un cri d’alarme lancé à la planète, pour qu’enfin cesse de telles atrocités. Après la lecture de ce témoignage, c’est avec une grande admiration et un peu plus de foi dans l’humanité que je vous parle de ses deux médecins et de leur livre très émouvant. Dr Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix 2018 et le Dr Guy-Bernard Cadière. Heureusement, que le monde porte encore des êtres de cette trempe: d’une grande générosité et d’un altruisme éblouissant. Heureusement.

 

Toute personne, avant d’appartenir à un sexe, une nationalité ou une religion, appartient d’abord à l’humanité. Le vrai combat est la défense des valeurs humaines, des droits de l’homme et de la femme. Il dépasse la religion, la politique, l’identité nationale ou l’appartenance ethnique.

 

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Babelio ainsi que les éditions Mardaga pour leur confiance et l’envoi de ce livre.

Babelio

Résultat de recherche d'images pour

15 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Elhyandra
    Août 11, 2019 @ 18:20:55

    Une lecture qui doit être bouleversante et essentielle

    Réponse

  2. Yuyine
    Août 02, 2019 @ 12:12:49

    Sujet ô combien essentiel mais pour lequel je n’ai peut-être pas les épaules…

    Réponse

  3. Lord Arsenik
    Juil 21, 2019 @ 22:02:08

    J’ai en stock, le genre de livre pour lequel il faut être en condition pour le commencer. Mais je compte bien le lire, j’avais vu un reportage sur le travail du Dr Mukwege, cet homme force le respect et l’admiration.

    Réponse

  4. lecturesdudimanche
    Juil 20, 2019 @ 04:18:25

    Sujet trop dur pour moi mais heureusement qu’il y a des gens dévoués pour aider dans ces cas-là, mais vivement que cela ne soit plus nécessaire !

    Réponse

  5. CaLyEnOl
    Juil 19, 2019 @ 22:05:21

    Il a l’air très dur émotionnellement,on doit en ressortir très touchée.

    Réponse

  6. Joce
    Juil 19, 2019 @ 20:12:05

    Chronique très émouvante ! 😘🙏

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 220 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :