Trait Bleu, Jacques Bablon (LC avec Cannibal Lecteur)

Couverture Trait bleu

Pourquoi je l’ai choisi:

Depuis le TAG du Thé/Café/Lecture, on s’est motivée ensemble à déloger ce livre de nos PALs gigantesques.

Synopsis:

Ça ressemble à l’Amérique, là où les vivants barbotent dans les grands lacs et les morts dans des baignoires remplies d’acide…

« Tout a commencé quand on a retrouvé le corps de Julian McBridge au fond de l’étang que les Jones avaient fait assécher pour compter les carpes. Ils auraient plutôt eu l’idée de repeindre leur porte de grange ou de s’enfiler en buvant des Budweiser et c’était bon pour moi. McBridge n’était pas venu ici faire trempette, ça faisait deux ans que je l’avais balancé là par une nuit sans lune avec un couteau de chasse planté dans le bide. 835 carpes et 1 restant de McBridge. Les Jones avaient un cadavre sur les bras, ils ont commencé à se poser les questions qui vont avec… »

 

Ce que j’ai ressenti:

Le point positif, c’est une petite lecture. Un livre qui se lit d’une traite, on ne peut lâcher ses pages! C’est intense, sans fioritures, on descend en enfer sans pouvoir se raccrocher à une quelconque paroi, on glisse vers des noirceurs insoupçonnées….

Le point négatif, c’est aussi cette petite lecture. Une centaine de pages, ça ne m’a paru suffisant pour développer l’empathie envers ce personnage. Autant j’ai aimé le départ avec sa désinvolture, son parler nimbé d’expressions grossières, son petit coté irrévérencieux qui n’attend plus rien de la vie, autant par la suite il perd de ce « truc », un peu de son étincelle, et ça va trop vite pour qu’on puisse sentir une connexion avec lui. L’auteur a mis dans ce texte, une phrase qui illustre bien mon sentiment par rapport à lui:

« Nous et ce gus, on évoluait pas dans la même couche de la stratosphère, on captait pas pareil les infos environnantes, on pâturait pas dans le même champ de conscience. « 

Alors finalement, je n’ai détesté, ni aimé plus que ça. J’y ai vu quelque chose d’intéressant, une plume drôle et incisive, un personnage qui dès le départ, interpelle, mais j’aurai préféré un texte un peu plus ambitieux, un tout petit plus travaillé car là, le lecteur doit combler pas mal de pans, seul. (Juste pour illustrer cela, je me demande sincèrement pourquoi Whitney fait tout ça?!!!!!)  Ce n’est pas que ce soit dérangeant en soi, mais là, on reste un poil à coté et c’est franchement dommage! C’était tout de même une lecture qui ne laisse pas indemne, on a un condensé de violence, de situations extrêmes, de réactions en chaine follement loufoques, un joyeux bordel où les cadavres fréquentent les porcs , ou les trahisons fleurissent dans un potager fructueux et où l’amitié n’est pas un lac tranquille…..

Un petit moment de lecture sympa!

 

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 6/10

Titre : Trait bleu                                                                              big_4-5

Auteur : Jacques Bablon
Édition : Jigal (2015)

Résumé :
Ça ressemble à l’Amérique, là où les vivants barbotent dans les grands lacs et les morts dans des baignoires remplies d’acide…

« Tout a commencé quand on a retrouvé le corps de Julian McBridge au fond de l’étang que les Jones avaient fait assécher pour compter les carpes. Ils auraient plutôt eu l’idée de repeindre leur porte de grange ou de s’enfiler en buvant des Budweiser et c’était bon pour moi. McBridge n’était pas venu ici faire trempette, ça faisait deux ans que je l’avais balancé là par une nuit sans lune avec un couteau de chasse planté dans le bide. 835 carpes et 1 restant de McBridge. Les Jones avaient un cadavre sur les bras, ils ont commencé à se poser les questions qui vont avec… »

Critique De Cannibal Lecteur: 
Je le dis toujours, ça peut être court et super intense. Je parlais de romans, bien entendu. What did you expect ??

Si je devais décrire ce roman noir en peu de mots, je dirais : fou, déjanté, OLNI et jouissif.

Ici, pas de préliminaires, on entre direct dans le vif du sujet, à savoir la découverte d’un corps dans un lac rempli de carpes… Et ces salopes étaient restées muettes sur le fait qu’elles avaient un squatteur dans leur lac !

Alors on pense que tout est plié avec la condamnation de notre personnage principal et narrateur – dont nous ne connaitrons jamais le nom. Et bien non, loin de là ! Les péripéties ne font que commencer.

Quoi que l’on pense, rien n’est joué, rien n’est plié, tout est possible dans ce roman, même le fait de sympathiser avec un cochon et une poule.

Ce roman noir, c’est un truc de ouf, un récit à la première personne du singulier, une manière de s’exprimer peu orthodoxe (à la Max Dembo de « Aucune bête aussi féroce), remplie d’ironie, sans couenne pour adoucir le langage, et ça lui va comme un gant.

Nous et ce gus, on évoluait pas dans la même couche de la stratosphère, on captait pas pareil les infos environnantes, on pâturait pas dans le même champ de conscience.

Dans ce roman, tout le monde est un peu à la masse ou à la ramasse avec quelques cas sociaux qui finissent par nous donner la pêche et auxquels on s’attache.

Un récit drôle, brutal, ironique, sans fioritures, sans adoucisseur de langage. Des situations coquasses et des personnages aussi barjots l’un que l’autre.

C’est court, c’est vite lu, c’est intense comme un expresso et c’est jouissif !

Publicités

9 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Nathalie M
    Déc 05, 2015 @ 11:37:58

    Pour une fois que vous n’êtes pas totalement en phase. .. 🙂
    Les romans courts peuvent être frustrants parfois, je comprends l’avis de Stelphique.

    Réponse

  2. La tête dans les livres
    Nov 24, 2015 @ 09:39:31

    Je ne connaissais pas du tout mais a priori, pas plus tentée que ça même si ça se lit vite 🙂

    Réponse

  3. Yvan
    Nov 24, 2015 @ 05:21:12

    c’est dingue ça ! vous n’êtes pas d’accord toutes les deux 😉

    Réponse

  4. belette2911
    Nov 23, 2015 @ 19:26:04

    On tire pas un trait sur nos LC !! Nos fans, oui… z’ont disparus ! 😉

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 176 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :