Julian, Robert Charles Wilson

Pourquoi je l’ai choisi:

Suite au top 10 littéraire, j’ai pioché cette idée lecture chez Yvan. Vive le partage de bonnes lectures!!!!!

Synopsis:

Il s’appelle Julian Comstock ; il est le neveu du président des Etats-Unis. Son père, le général Bryce Comstock, a été pendu pour trahison (on murmure qu’il était innocent de ce crime). Julian est né dans une Amérique à jamais privée de pétrole, une Amérique étendue à soixante Etats, tenue de main de maître par l’Eglise du Dominion. Un pays en ruine, exsangue, en guerre au Labrador contre les forces mitteleuropéennes. Un combat acharné pour exploiter les ultimes ressources naturelles nord-américaines. On le connaît désormais sous le nom de Julian l’agnostique ou (comme son oncle) de Julian le Conquérant. Ceci est l’histoire de ce qu’il a cru bon et juste, l’histoire de ses victoires et défaites, militaires et politiques.

Les personnages:

Julian est un libre penseur, mais sa condition l’emmène à suivre d’autres voies auxquelles il aurait pu penser. Un homme à suivre, mais un homme avec ses failles aussi…

« Il se tenait encore et encore debout, tel un ange descendu sur terre déguisé en fantassin: le grossier monde matériel ne pouvait l’atteindre et il était aussi invulnérable aux effusions de sang qu’un éléphant aux morsures de puces. »

Adam, j’ai trouvé que c’était lui, le véritable héros. Il est naïf, certes, mais sa bonté est si belle à voir que c’est pour moi, c’est lui, qui fait la richesse de ce roman.

« Tu es l’homme le plus gentil et le plus innocent que je connaisse. Tu rends supportables les laideurs de la vie. Sans toi, elles seraient insoutenables. »

Calixa, n’a pas la langue dans sa poche et le fait savoir haut et fort. Réjouissant!

Sam, est aussi un homme plein de foi et d’amour envers son prochain. Sa ligne de conduite reste infaillible, malgré les remous de son cœur.

Ce que j’ai ressenti:

Comme un voyage…

Dans le temps, premièrement: on saute dans le 22eme siècle, à moins que ce ne soit le 19eme…Ce monde post-apocalyptique nous renvoie en arrière, dans une période sombre et récessive. En même temps, j’ai trouvé un regard très éclairé sur le passé en miroir, mais alors niveau post-apocalyptique, il m’a manqué plus de mise en scène. Le coté Science Fiction ressort moins de ses pages que ce à quoi je m’attendais. Ca sera le seul petit bémol de cette chronique Soyez rassuré!!!

Donc, je disais, un saut dans le temps parfaitement maitrisé, j’y ai vu personnellement, une belle réécriture de la montée du siècle des Lumières, de la volonté de voir se séparer l’Eglise et de l’Etat, mais par dessus tout, un puissant cri de la Philosophie. Quel bonheur de pouvoir lire des pensées libres, de se frotter à une plus grande ouverture d’esprit, de mettre des mots sur de véritables courants de pensées. C’est le gros point fort de ce livre, avoir à portée de main, des idées qui nous laisse le pouvoir d’appréhender le monde divin et la société actuelle.

Petit aparté personnel: J’ai juste trop kiffé de voir que le point de chute, l’Eldorado final soit pour la ville de Marseille. Qui ne voudrait pas finir ses jours par ici???!!!!Réflexion totalement puérile et un brin chauvine, mais bon, Marseille, quoi!!!!!;)

 

Comme de la Foi…

Certes, Julian se pose comme un apostat, mais la nécessité de la religion est une valeur essentielle en période de trouble. L’Eglise qui reprendrait sa Suprématie et ses plus sanglants travers a de quoi nous effrayer. Le Dominion n’a rien à envier à ses prédécesseurs durant la période de la Terreur! On comprend le souffle de liberté intellectuelle qu’apporte Julian en des temps si troubles. D’ailleurs deux ou trois idées sont forts intéressantes!  Pour autant, ce livre nous montre que c’est à nous, et à nous seuls, de décider de la Foi qui nous anime. Le mot Liberté sonne plus juste dans ses lignes que la notion d’athéisme ou d’agnostisme, l’important c’est de pas être dépendant d’un système qui menacerait notre corps ou notre esprit.

Comme une amitié indéfectible…

Julian, Adam et Sam, c’est le trio gagnant qui a le moyen d’abattre des montagnes. Chacun devenant la clé essentielle du succès de l’autre. Sans leur engagement tacite et sincère, ils n’en arriveraient pas à suivre leur Destinée, il me semble. Pouvoir compter sur ses amis, plus que sur sa famille, ce n’est pas la plus évidente des voies, mais ici, ça donne la Victoire à ce lien si magique qu’est l’Amitié!!! Une belle Ode…

Comme un ouragan…♫ ♫♫

Dès fois je me pose la question, mais c’est quoi la Passion des Hommes pour la Guerre?? Sans discontinuer, ils foncent souvent tête baissée et bille en tête (souvent pour aller se la faire exploser, justement) vers ce mode de vie, à croire que c’est une raison de vivre. Ca me sidère, parce que si au 22eme siècle ça dure encore, et bien ma Foi dans l’avenir ne va pas s’améliorer….Donc, bien évidemment, complots, stratégies, victoires , défaites rythment parfaitement le récit: on est au milieu du conflit, on ressent l’odeur du sang et des pertes humaines. Saisissant!

Elle a beau nous faire très envie, la paix permanente est un rêve. La guerre, par contre! La guerre fait partie intégrante de l’ordonnancement divin de l’univers, sans lequel le monde baignerai dans l’égoïsme et le matérialisme. La guerre est le vaisseau même de l’honneur, et qui de nous pourrait supporter un monde dépourvu de la divine folie de l’honneur?

Comme une magnifique lecture…

J’ai adoré la plume de cet auteur! Je comprends mieux l’admiration de certains pour cet écrivain humaniste. Je serai curieuse de lire d’autres de ses écrits, surtout qu’il parait que Spin est son meilleur. J’ai découvert une écriture intelligente, sensible, prenante, et donc il me tarde d’ouvrir un autre de ses livres.

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 9/10

Publicités

24 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Lupa
    Déc 15, 2015 @ 12:54:54

    Tu le sais déjà, je suis une des admiratrices de l’auteur, et justement ce titre-là pourrait bien être le prochain ! Ton billet est superbe ! Si ça continue, on va fonder un club « R.C. Wilson » 😉

    Réponse

  2. Rétrolien: Spin, Robert Charles Wilson | *****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****
  3. salhuna
    Oct 19, 2015 @ 12:43:18

    Il a l’air bien ce roman

    Réponse

  4. Nathalie M
    Oct 18, 2015 @ 16:34:53

    Oups. .. j’aime pas trop Marseille moi. .. 😉

    Réponse

  5. Léa Touch Book
    Oct 18, 2015 @ 15:37:32

    Je l’ai repéré depuis quelques temps, il faut que je le lise c’est vraiment mon genre de lecture 🙂

    Réponse

  6. lesmotordusdanneju
    Oct 16, 2015 @ 07:29:02

    Il me tente bien. Merci pour ta chronique

    Réponse

  7. Yvan
    Oct 16, 2015 @ 06:42:21

    tu n’imagine pas à quel point tu me fais plaisir et tu me touches d’avoir fait le choix de lire ce livre. Pas le choix le plus évident, mais qu’est ce que c’est chouette ;-).
    Oui effectivement, le sujet n’est pas du tout d’en faire des tonnes du coté post-apocalyptique, c’st juste avec quelques touches subtiles. Le propos était de nous faire penser au passé à travers ce futur qui ressemble au 19ème siècle.
    Oui oui faut que tu lises Spin ! Julian est à part dans la bibliographie de l’auteur, Spin c’est de la vraie SF, mais de la SF humaniste et qui privilégie les personages.
    On en reparlera un jour 😉
    Merci pour ta confiance, vraiment

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 186 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :