Gomorra, Roberto Saviano

Synopsis:

Gomorra explore Naples et la Campanie dominées par la criminalité organisée, sur fond de guerres entre clans rivaux et de trafics en tout genre : contrefaçon, armes, drogue et déchets toxiques. C’est ainsi que le Système, comme le désignent ses affiliés, accroît ses profits, conforte sa toute-puissance et se pose en avant-garde criminelle de l’économie mondialisée. Mais c’est aussi l’histoire intime de Roberto Saviano, qui est né sur ces terres et a choisi l’écriture pour mener son combat contre la camorra.

Ce que j’ai ressenti:

Gomorra, c’est une odeur persistante. Une humeur saisissante, du papier brûlant, des chiffres vertigineux, de la poésie phénoménale, une « pièce » sanglante, une action foudroyante, un cœur en souffrance, un abime sans fond…Une fulgurance en somme. Un moment unique et douloureux de lecture aussi. Difficile de vous raconter toutes les émotions qui m’ont traversées en lisant Gomorra…Seul le ciel et le silence pourrait comprendre les prières que j’envoie pour la Campanie…

Le mot camorra n’existe pas, c’est un mot de flics, utilisé par les magistrats, les journalistes et les scénaristes.

Je pourrai vous dire qu’il y beaucoup de beaucoup, et beaucoup de trop même…C’est peut être le destin de trop d’enfants perdus qui m’a fait le plus mal en vrai. Ces enfants qui n’ont d’autres choix que la Camorra. Pas d’autres horizons, pas d’autres rêves, juste une illusion éphémère de pouvoir…Gomorra, c’est trop de drogues, de sang et de balles. Trop de stratégies, de drames et de crimes. Trop de secrets, de disparitions et de pleurs. Trop de familles exposées et explosées par ce phénomène économique et social. Gomorra, c’est une enquête minutieuse d’un journaliste passionné, mais c’est aussi la puissance du sentiment d’un écrivain ravagé par le mal qui détruit son pays, et c’est dans ce mélange de genre qui fait que ce livre est tellement bouleversant.

Le fait est qu’ici la seule chose qu’on apprend, c’est à mourir.

Naples la Superbe, cache en son sein un empire de violence qu’on ne soupçonne pas. Roberto Saviano a laissé dans ses pages, des vérités stupéfiantes, des dénonciations ahurissantes, de l’encre enflammée pour nous faire comprendre la puissance de la mafia. Mais surtout, il y a laissé, au nom d’un idéal qu’il croit plus grand, sa propre liberté…Il est obligé de vivre aujourd’hui sous protection policière depuis la parution de Gomorra. Depuis quatorze ans, sa vie n’est plus la même…C’est ce courage qui l’anime et sa résistance au Système, qui rend ce sacrifice admirable et éblouissant.

Ici on n’a pas peur que le ciel nous tombe sur la tête. Ici on s’enfonce. On plonge. Car il y a toujours un abîme au fond de l’abîme.

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

8 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. La culture dans tous ses états
    Avr 11, 2020 @ 20:59:57

    Je l’ai lu moi aussi et ça a été une claque monumentale. Roberto Saviano a énormément de courage de pouvoir supporter cette vie protégé par ses nombreux gardes du corps des menaces de mort de la mafia italienne. Je partage ton enthousiasme pour ce livre 😊

    Réponse

  2. Sany
    Avr 10, 2020 @ 09:34:39

    Je veux ressentir ce livre moi aussi… ❤️

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 235 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :