Trois oboles pour Charon, Franck Ferric.

Pourquoi je l’ai choisi:

Au premier coup d’œil, pour la couverture! Il faut dire aussi que ce synopsis avec cet homme qui dupe les dieux a attisé ma curiosité…

Synopsis:

Pour avoir offensé les dieux et refusé d’endurer ma simple vie de mortel, je suis condamné à perpétuellement subir ce que j’ ai cherché à fuir : l’absurdité de l’existence et les vicissitudes de l’Humanité. Rendu amnésique par les mauvais tours de Charon – le Passeur des Enfers qui lui refuse le repos -, je traverse les âges du monde, auquel je ne comprend rien, fuyant la guerre qui finit toujours par me rattraper, tandis que les dieux s’effacent du ciel et que le sens même de ma malédiction disparaît avec eux. Dans une ambiance proche du premier Highlander de Russel Malcahy, Trois oboles pour Charon nous fait traverser l’Histoire, des racines mythologiques de l’Europe jusqu’à la fin du monde, en compagnie du seul mortel qui ait jamais dupé les dieux.

Ce que j’ai ressenti :…Un voyage tourbillonnant de poésie…

 « Toi qui arrives au Froid Pays : trois oboles pour le Passeur, ou bien une éternité de langueur ? »

♫ Il faut laisser le temps au temps ♫… Pour le Géant de cette histoire, il sera sa pire malédiction, sa némésis, sa torpeur… Une éternité à subir les violences, à se retrouver au milieu des pires conflits de l’Histoire, à chercher les réponses à ses questions…Toujours aux frontières de la vie et de la mort, essayant de saisir la déraison ou comprendre la raison d’un tel châtiment, à voguer sur le fleuve de Léthé indéfiniment, à s’acquitter d’une dette de passage mystérieuse…Cet homme aux multiples surnoms se balade sur le fil du temps, retombe chaque fois dans le chaos, et se relève dans un néant sans but…

« Il n’est de punition plus terrible qu’une éternité de travail sans but ni espoir. »

Je fais un petit aparté spécial pour signaler que je préfère le synopsis de Folio, car du coup, j’ai pu apprécier à sa juste valeur, la surprise de l’identité de cet homme maudit par les dieux, et donc encore plus aimé la pertinence de la construction de l’intrigue. Franck Ferric réinterprète la légende d’un personnage de la mythologie grecque, joue des effets de répétition qui sont le propre de cette spirale infernale, mais en plus, il le fait avec une poésie moderne expressive qui fait un joli clin d’oeil à l’oeuvre originale.

Mais attention à vous. La poésie, parfois, ça griffe, ça mord, ça cogne. 
Et c’est même un peu sale.

Nous avons dans ce roman des scènes de bataille époustouflantes, et une compréhension de l’Humanité qui mène à de belles réflexions philosophiques. Une lecture des plus intéressantes avec une beauté lyrique qui nous emporte au sein de l’Histoire, des histoires et des mythes légendaires. Je suis encore admirative de la proposition originale de cet auteur! Un moment suspendu dans le cycle infernal de la vie, une jolie vogue de lecture avec une réinterprétation intelligente, qui en fait, un petit trésor personnel, mais qui ne vous sera d’aucune utilité devant votre passage devant Charon…A moins que…

« Avec nos armes et nos passions nous taillons nos vies à nos mesures. Je crains qu’il ne faille bien plus , à ceux qui viendront après nous, pour élargir les vies qu’on voudra bien leur donner. »

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

 

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement les éditions Folio pour l’envoi de ce livre et de leur confiance pour faire partie de leur Club de l’Imaginaire.

13 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Zina
    Déc 15, 2017 @ 00:15:47

    Je suis en train de le lire, mais pour l’instant je n’accroche pas du tout :/

    Réponse

  2. Lord Arsenik
    Déc 07, 2017 @ 07:30:29

    J’adore la couv’ ! Du coup ta chronique me motive 🙂

    Réponse

  3. belette2911
    Déc 03, 2017 @ 21:02:19

    Elle lit, elle chante, elle m’enchante ! Noté ma poule et je ne vais pas te dire merci. Si ? Allez, « merci ma choute à moi » 🙂

    Réponse

  4. Lup Appassionata
    Déc 02, 2017 @ 15:32:39

    Cette couverture me bottait déjà beaucoup, me voilà très attirée maintenant ^^
    « Ne jamais lire les synopsis », telle est ma première devise… « Toujours me fier à ma petite fée », est la deuxième 😉 Bisous !!!

    Réponse

  5. lecturesdudimanche
    Déc 02, 2017 @ 05:48:44

    Finalement, si qqn devait réellement traverser les époques, ça vie se résumerait en effet à une suite de conflit guerrier… affligeant comme constat !

    Réponse

  6. Yuyine
    Déc 01, 2017 @ 13:48:02

    Bien que mythologie et moi ne faisons pas tout à fait bon ménage, je suis intriguée par cette réinterprétation dont tu dis tant de bien. Une réconciliation en vue?

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 220 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :