Ça fait longtemps qu’on s’est jamais connu, Pierre Terzian.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_4449.jpg

Synopsis:

Fraîchement débarqué au Québec, un écrivain français se retrouve catapulté dans le monde remuant des garderies montréalaises.
Croisant la route de Lulu l’hyperactif, de Mathieu le Zen Master ou de Tiah la princesse inuit, il apprend à connaître « la Belle Province » à travers ses enfants, ses éducatrices, ses routines et ses grèves.
Galerie de portraits, compilation poétique et mordante de deux cents journées de travail, Ça fait longtemps qu’on s’est jamais connu est la découverte d’un Québec carrefour pacifique de toutes les cultures, où les langues se mêlent dans un joyeux désordre identitaire. Un Québec frappé de plein fouet par l’austérité, qui « ferme sa yeule et s’organise ». C’est aussi le témoignage d’un infiltré parmi des êtres fragiles, bouillonnants. Une déclaration d’amour aux petites gens, résistants magnifiques, excentriques et exaltants.

Ce que j’ai ressenti:

▪️Des perles d’enfants…

On le sait garder des enfants, ce n’est pas de tout repos…Pierre Terzian va l’apprendre, jour après jour, en faisant des remplacements dans des structures de garde d’enfants, tout en essayant de vivre de sa plume. Et quel meilleur sujet que les enfants dans toute la splendeur de leur innocence? En collectant ainsi toutes les perles de ces enfants Québécois, avec leurs expressions bien particulières, leurs syntaxes déstructurées et leurs vocabulaires punchline, ça donne un moment de lecture hilarant et rafraîchissant. Les enfants sont fascinants, ils nous rappellent que le temps se vit à l’instant présent: on ne parle pas de demain, puisque c’est l’heure de la collation, on ne parle pas de futur, parce qu’il faut enfiler maintenant, un costume de super-héros, et hier, est déjà vieux, puisque on ne s’en rappelle même plus…C’est eux, les enfants, qui nous rappellent ses évidences et de profiter de chaque instant. Et l’auteur nous les rappelle aussi, avec ces portraits d’êtres fragiles autant que surprenants.

-Zoé, est-ce qu’on a le droit de crier à la garderie?
-C’est pas moi qui a crié. C’est ma tête.

(Zoé, consigne)

▪️Des adultes dépassés…

Ces journées de travail montrent qu’il y a des failles dans le système. Les adultes sont dépassés par la charge de travail, manquent de moyens et d’écoute, sont souvent négligés en termes de salaires et de considération. Et pourtant, leur investissement est immense. Guider, protéger, faire apprendre, encadrer, soigner un enfant est éreintant, pour tous ceux qui l’ont fait savent bien de quoi il en retourne…Mais les gouvernements, que ce soit au Québec ou ailleurs, rognent les aides, et de ce fait, entament largement l’engouement de ces personnes qui auraient pour vocation ces métiers de l’enfance…Et c’est bien triste. Car les enfants sont notre avenir…Derrière l’humour et la dérision, l’auteur pointe avec finesse et intelligence, tous les tracas de ce secteur d’activité.

Personne n’ose le dire, mais les enfants, en vrai, c’est une bande skins dans une ruelle. Tu te fais marave.

▪️Une lecture pleine de charme…

En fait, cette lecture c’était le fun! On s’attache à cet homme parce qu’il y a quelque chose de touchant dans sa façon d’être attendri par cette jeunesse, on comprend son isolement et on sourie à ses maladresses…Mais surtout, ce livre c’est des éclats de rire assurés, parce que c’est de la bonne humeur à l’état pur. C’est des enfants, avec leurs logiques étranges, leurs jeux farfelus, leurs sensibilités démesurées, leurs phrases déconcertantes…200 pages de rires et de bonheur!

Je recommande vivement!

Aujourd’hui, je suis heureux.

Ma note Plaisir de Lecture 8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Quidam Éditeur pour leur confiance et l’envoi de ce livre.

quidam-logo

Taqawan , Eric Plamondon

Taqawan par Plamondon

 

Synopsis:

« Ici, on a tous du sang indien et quand ce n’est pas dans les veines, c’est sur les mains. »
Le 11 juin 1981, trois cents policiers de la sûreté du Québec débarquent sur la réserve de Restigouche pour s’emparer des filets des Indiens mig’maq. Emeutes, répression et crise d’ampleur : le pays découvre son angle mort.
Une adolescente en révolte disparaît, un agent de la faune démissionne, un vieil Indien sort du bois et une jeune enseignante française découvre l’immensité d’un territoire et toutes ses contradictions. Comme le saumon devenu taqawan remonte la rivière vers son origine, il faut aller à la source…
Histoire de luttes et de pêche, d’amour tout autant que de meurtres et de rêves brisés, Taqawan se nourrit de légendes comme de réalités, du passé et du présent, celui notamment d’un peuple millénaire bafoué dans ses droits.

Ce que j’ai ressenti:…Une très bonne pêche…

En langue mi’gmaq, on nomme taqawan un saumon qui revient dans sa rivière natale pour la première fois. 

J’ai remonté la rivière du temps, tel un taqawan pour m’imprégner d’un conflit qui a fait de moult remous sanguinolents, dans les années 80 au Québec. Avec cette lecture, j’ai redécouvert la culture indienne, ressenti la puissance de ses transes, entendu la Nature me parler à travers leurs traditions, mais plus que tout, j’ai vu tout ce sang versé et des droits bafoués…A frétiller ainsi dans ses eaux troubles, on ressent tellement d’injustices, tellement de violences, elles nous frappent aussi sûrement que des flèches en plein coeur. L’Homme Blanc encore et toujours dans sa folle conquête en vient à vouloir rayer toute une communauté de ses terres, à bannir tout un savoir générationnel, à tuer envers et contre toute logique. Un peuple parqué, déraciné, humilié: les Indiens d’Amérique. Des lois biscornues, des ordres incohérents, des actes impardonnables…Eric Plamondon redessine la toile de cet affrontement en un patchwork de textes, et d’histoires qui nous explique les causes et les conséquences des émeutes de la réserve de Restigouche.

Avec elle, Océane avait commencé à comprendre que le pouvoir des uns reposait sur la résignation des autres.

Ce polar original dans sa forme est aussi une très belle histoire humaine avec des personnages  en marge de ces deux cultures qui s’affrontent…J’ai trouvé ce quatuor touchant, avec chacun leurs passés, leurs failles, leurs différences mais qui choisissent l’Essentiel avant leurs cultures, les valeurs de la Vie avant le sang dans les veines, la Protection avant les batailles…Derrière tous les points de vues politiques et sociaux, l’auteur nous montre que les frontières entre les deux opposants sont parfois floues, et c’est ce qui rend ce récit si bouleversant : il laisse le lecteur, se faire sa propre opinion, tout en lui faisant ressentir une flopée d’émotions…

« Ici, on a tous du sang indien et quand ce n’est pas dans les veines, c’est sur les mains. »

J’ai lu cette nouveauté quasiment d’une traite, tellement le sujet était passionnant! J’ai adoré partir en ces lieux, découvrir les petites habitudes et astuces de la pêche aux saumons, m’enivrer encore de ses grands espaces de nature, comprendre ce conflit. Instructif et à la fois sensible, Eric Plamondon a su m’emporter dans ses filets de pages!

 

Ma note Plaisir de lecture  9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier Muriel ainsi que les éditions Quidam pour l’envoi de ce livre. Ce fut une lecture très intéressante!

quidam-logo

 

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 234 autres abonnés