Bête Noire, Anthony Neil Smith.


Synopsis:

Noir comme la vengeance.

L’agent du FBI Franklin Rome a juré la perte de Billy Lafitte, ex-shérif adjoint dans le Minnesota. À n’importe quel prix. Il est vrai que, pour un homme de loi, l’existence de Billy ressemble à une insulte perpétuelle. Celui-ci a en effet à peu près tous les vices imaginables. Aussi, après quelques tracas avec sa hiérarchie, Billy a-t-il quitté les forces de l’ordre pour entrer dans un groupe de bikers, comme on entre en religion. Là, sous les ordres de l’impitoyable Steel God, il peut enfin mener une existence à peu près tranquille. Mais s’il pense avoir tiré un trait sur son passé, celui-ci le rattrape lorsque l’agent Rome décide de s’en prendre à son ex-femme et à ses enfants. Tragique erreur : il ne fait pas bon chercher Billy Lafitte. Et l’affrontement entre les deux hommes promet d’être impitoyable.

Après Lune Noire, Anthony Neil Smith nous convie à une véritable équipée sauvage aux côtés de son anti-héros, plus teigneux et plus drôle que jamais.


Ce que j’ai ressenti:

▪️Une virée à moto, ça vous tente?

J’avais hâte de retrouver Billy Lafitte! Vous savez ce personnage, tout sauf recommandable (mais avec un peu de cœur, si on cherche vraiment bien), que nous avions découvert dans Lune Noire?! Lafitte, l’anti-héros en puissance, victime de malchance, recherché par toutes les polices du pays…Et bien, il nous revient en forme dans un deuxième tome plus déjanté encore, dans une autre nuance: Bête Noire. La vengeance se fait carrément rage, prend de multiples visages et notre héros est en mauvaise posture…Mais vous auriez tort de vous inquiéter, il traîne avec un gang de bikers, avec un chef nommé Steel God- ça en dit long sur le style de ce gang- et puis notre Billy a de la ressource…Frissons, sensualité, bagarres, courses poursuites, carambolages, testostérones et bitume chauffé garantis! Ça envoie les gaz et ça fait un bien fou! Lâchez prise, et foncez vers ce roman 💯% adrénaline!

Le roi d’un royaume en perdition était tout de même un roi. 

▪️Sur les chapeaux de roues…

La vie n’est jamais une autoroute tranquille, rectiligne, parfaite pour une accélération de vitesse débridée. La vie, c’est autre chose. Elle est pleine de nuances de noir, de chagrins-cambouis, de ruptures de routes, de vengeances sanglantes, de jalousies éhontées, de deuils irréparables et d’aventures musclées aussi, d’expériences inédites à faire. En cela, Anthony Neil Smith sort de ces routes monotones et conventionnelles et emprunte des chemins sulfureux et sombres qu’il est intéressant d’aller voir le temps d’une lecture à toute berzingue. C’est une virée hors norme, juste ce qu’il faut en marge pour rire et s’éclater, et j’ai bien aimé le ton et l’humour décalé de cet auteur. Derrière ce côté déjanté, il aborde des sujets sensibles de manière décomplexée et c’est un petit vent de fraîcheur (nauséabonde) qui souffle dans ses pages, pour mieux nous surprendre et nous divertir. Vrooooooooooooom!

Alors…Pars. Va là où est l’action. Mets les mains dans le cambouis. Plus de temps à perdre.

▪️Et sur un chopper turquoise…

Finalement, après un premier tome avec un avis plutôt mitigé, ce second tome m’a nettement plus convaincue. Sans doute, que l’acharnement contre Lafitte me fait trop rire, et les situations cocasses auront eu raison de mes premières impressions plus nuancées. C’est un tome aussi plus fluide, plus énergique, et la dynamique des personnages est plus intéressante, donc, oui, je vais poursuivre cette saga complètement barge, juste pour le plaisir et le fun.

En bref, c’est donc, cheveux aux vents et avec l’esprit 1%, que j’ai été heureuse de prendre la route sur un chopper turquoise, (de toute beauté et du meilleur goût, qui en doute par ici?! Le turquoise c’est hyper tendance, et je rêve de cette moto…), pour un autre tronçon de route en Noir, avec Anthony Neil Smith…Et j’ai adoré ce moment!

Toujours vivant-c’était déjà ça-, mais à peine. Merde, qu’ils le tuent, ce n’était pas un souci. Il se foutait de crever. Lorsque le moment approchait, vous résistiez, évidemment, mais c’était purement instinctif. Quand il réfléchissait vraiment, mourir en soi n’était pas le problème. Le problème, c’était sa situation dans ce sous-sol. Impuissant était pire que la mort.

Ma note Plaisir de Lecture 8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement les éditions Sonatine de leur confiance et l’envoi de ce livre.

Nous rêvions juste de liberté, Henri Loevenbruck

Couverture Nous rêvions juste de liberté

Pourquoi je l’ai choisi:

J’adore cet auteur, et j’étais contente de le retrouver sur un thème aussi fort! Suite à la chronique contagieuse (cf ICI), je me suis précipité sur cette lecture.

Synopsis:

« Nous avions à peine vingt ans, et nous rêvions juste de liberté. » Ce rêve, la bande d’Hugo va l’exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Ensemble, ils vont former un clan où l’indépendance et l’amitié règnent en maîtres. Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paye cher.

Nous rêvions juste de liberté réussit le tour de force d’être à la fois un roman initiatique, une fable sur l’amitié en même temps que le récit d’une aventure. Avec ce livre d’un nouveau genre, Henri Lœvenbruck met toute la vitalité de son écriture au service de ce road movie fraternel et exalté.

Les personnages:

Bohem, un personnage que je ne suis pas prête d’oublier tellement il nous chuchote à nos rêves, un souffle de grandeur. Gros gros coup de cœur pour cet homme droit sur ses jambes, et fort spirituellement.

Ce que j’ai ressenti:

LIBERTE.

Liberté. Un mot à lui seul qui fait rêver. Il y a tant de possibilités dans ce seul mot, et pourtant peu de marge de manœuvre aussi. On nous la casse à chaque instant, on nous la tue aussi (cf. la liberté d’expression: je ne peux m’empêcher de penser à ce sanglant 8 Janvier), mais c’est toujours l’Idéal vers lequel on tend, car à chaque génération, à chaque époque, un héros se lève… Ici, c’est Bohem. Et quel héros de roman, je vous jure, à vous donner le grand frisson!

Plus le temps passe, plus j’ai l’impression de voir nos libertés s’abîmer, comme un buisson auquel on fait rien que de couper les branches, « pour son bien ». p11

En touchant ses pages, il me reste sur les doigts un peu d’ADN de Bohem: il me la transmit de toutes ses pores, de son sang versé, de ses larmes amères. Il s’est mêlé à mon âme, et y restera éternellement. Plus que l’émotion qu’il m’a transmise, ce petit gars écorché, c’est la vibration de son être qui m’a bouleversée. On oublie trop facilement que la vie des sédentaires n’est pas pour Nous, il Nous faut de grands espaces, sentir le vent dans nos cheveux…Hugo la rêve à sa façon, sa liberté en brûlant la vie par les deux bouts, en n’ayant rien d’autre que  sa bécane qui le mène droit devant, mais il a quelque chose au fond des yeux, de magique. Une rage de vivre, de ressentir, d’aimer sans entrave. Il brûle telle une étoile filante, on le suit car il a une magnifique lumière en lui. Cette combustion là est forcément fatale: à être trop entier, trop excessif dans ses idéaux, les autres ne peuvent plus suivre. Il a une place de modèle, d’icône, de légende, mais dans la vraie vie ce genre d’homme, ils font peur autant qu’ils fascinent: mais faudrait pas donner trop d’idées aux 99% restants surtout, hein?!!!!…

Quand on dit que la bécane c’est la liberté, là ma parole, ça prenait tout son sens. Je bouffais l’asphalte, je bouffais le vent, je bouffais le soleil d’avril, les bras écartés je lâchai le guidon comme si je voulais embrasser le monde entier d’un seul coup et me baigner à poil dedans. Mes cheveux s’envolaient et mes yeux pleuraient et toute ma gueule était fouettée par la liberté, qui était comme une débauche tellement il y en avait partout. p146

Ce livre est un bonheur à lire. Avec une plume fine et directe, Henri Loevenbruck  nous badigeonne de cambouis, nous déboulonne nos certitudes, nous rappelle la douceur de l’amitié sans chichis, nous enivre de testostérones, nous chavire d’amour débridé, nous broie le cœur, nous embraye une souffle de liberté, pour nous faire passer à la vitesse utopique d’une vie sans interdictions.

Allez je vais de ce pas, vivre mon rêve, même si je n’ai plus 20 ans…Enfourcher une Harley et sillonner les routes à l’image du motard sauvage. Peut être rencontrerais-je les Spitfires, mais de ceux, qui mangent la route et ont un cœur pur…..

En bref, j’ai tellement apprécié cette lecture que je me gardais des pages, pour ne jamais quitter la sensation, les personnages, les motards….Je l’ai hautement savourée dans chaque mot et chaque idée. Elle m’a emmenée ailleurs cette lecture, un peu sur la route, mais plus haut aussi que les étoiles. Un livre que je me relirai sans aucun doute un nombre incalculable de fois, car c’est une petite pépite qui vient de rentrer dans ma bibliothèque.

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

Remerciements:

Je tiens à remercier sincèrement les éditions Flammarion ainsi que Madame Ajame pour l’envoi de ce livre! Merci de leur confiance ce livre a été un coup de cœur monumental!!!!!

lu-en-part-avec-la-me

logo-lit.gif

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 236 autres abonnés