Beloved, Toni Morrison.

Synopsis:

Inspiré d’un fait divers survenu en 1856, Beloved exhume l’horreur et la folie d’un passé douloureux. Ancienne esclave, Sethe a tué l’enfant qu’elle chérissait au nom de l’amour et de la liberté, pour qu’elle échappe à un destin de servitude. Quelques années plus tard, le fantôme de Beloved, la petite fille disparue, revient douloureusement hanter sa mère coupable. 

Loin de tous les clichés, Toni Morrison ranime la mémoire et transcende la douleur des opprimés. Prix Pulitzer en 1988, Beloved est un grand roman violent et bouleversant. 

Ce que j’ai ressenti:

Le 124 était habité. Tantôt bruyant, tantôt calme ou encore malveillant. Le 124 était hanté. Tantôt par des hommes malveillants, tantôt par des femmes calmes ou encore par le fantôme bruyant d’une enfant. Le 124 vous ouvre ses portes et laisse des traces dans notre chair, nos entrailles et nos esprits. Le 124 raconte tantôt l’esclavagisme, tantôt l’infanticide ou encore des histoires d’amour de femmes tristes. C’est au 124 que nos cœurs implosent, et c’est Toni Morrison qui nous emporte dans un roman flamboyant, dramatique et superbe.

Au 124, l’amour n’y est pas léger, il est tellement lourd et coupable qu’il hante tous ceux qui se risque à passer la porte…J’ai exploré les recoins de cette maison, vu des phénomènes étranges, pleurer avec ses habitantes et compris ce que le mot douleur peut contenir de poids. Au 124, le temps n’est pas linéaire, il est tellement flou qu’on le dirait inversé, inconstant, comme si dire ces horreurs éprouvées dans la chronologie des faits pouvait bouleverser plus que de raison les blessures à vif de ces femmes meurtries. Au 124, le chant n’est pas un écho vide, il est tellement puissant qu’il purifie les âmes et les bannis, il ramène les fantômes et les amis, il unie les forces et fait des collines d’hommes. Au 124, le lien n’est pas vain, il est tellement enchainé dans l’ADN, empêtré dans le sang et la tragédie, qu’il fait renaître les morts à la vie, qu’il réveille les peurs et les souffrances, qu’il continue de faire mal au delà de l’entendement. Au 124, la folie n’y est pas petite, elle s’invite en grande pompe et laisse un chaos indicible, tellement violent qu’il exhume un zombie qui rampe -Elle rampe déjà?-Beloved, petit être au pouvoir destructeur.

Beloved, est une lecture bouleversante. Tout comme ce fantôme, elle ne se laisse pas apprivoiser si facilement, et pourtant, la résonance de ce passé douloureux est très forte. On ressent presque sa présence au-delà des mots. Qu’importe ce que le fantôme de cette petite fille disparue vous soufflera, c’est bel et bien, une histoire à faire circuler. Un devoir de mémoire à partager, et je le sais bien aussi, un mauvais rêve trop familier…Beloved n’est assurément pas à oublier. J’aimerai revendiquer un de ses baisers, et ne plus voir ses traces disparaître le long de la rivière derrière le 124…Reviens Beloved, nous hanter encore un peu par ta poésie intemporelle et la fureur folle du mot Liberté…

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Room, Emma Donoghue

Couverture Room

Pourquoi je l’ai choisi:

J’ai encore suivi les bons conseils de la communauté blogueuse…..Merci à Gruz et à Nathalie pour leurs pistes de lectures….

Synopsis:

Sur le point de fêter ses cinq ans, Jack a les préoccupations des petits garçons de son âge. Ou presque. Il ne pense qu’à jouer et à essayer de comprendre le monde qui l’entoure, comptant sur sa mère pour répondre à toutes ses questions.
Cette mère occupe dans sa vie une place immense, d’autant plus qu’il habite seul avec elle dans une pièce unique, depuis sa naissance. Il y a bien les visites du Grand Méchant Nick, mais Ma fait tout pour éviter à Jack le moindre contact avec ce personnage. Jusqu’au jour où elle réalise que l’enfant grandit, et qu’elle ne va pouvoir continuer longtemps à entretenir l’illusion d’une vie ordinaire. Elle va alors tout risquer pour permettre à Jack de s’enfuir. Mais l’enfant va-t-il réussir à trouver des repères loin de leur univers ? Quel accueil lui réservera le monde extérieur, lui l’enfant né de la captivité d’une femme ?

Les personnages:

Jack est le Héros de ce livre. Il est chou, attachant, parfait.

Maman, elle est si courageuse, si instruite aussi, faut voir la jolie façon d’enjoliver leur espace et leur imaginaire. Une femme forte qui ne se laisse pas faire, et une Mère incroyable d’amour et de don de soi.

Ce que j’ai ressenti:

Une lecture bouleversante et lumineuse à la fois. Un mélange doux-amer qui se lit d’une traite. Un instant suspendu entre originalité du récit et l’horreur d’un fait divers.

Jack a cinq ans, il personnifie tout, donne vie à son entourage d’objets comme Monsieur-Tapis ou Madame-Lucarne, et bien, moi j’ai décidé de donner vie et corps à ce petit bout’chou attendrissant, dans mon cœur. De lui  créer une jolie bulle protectrice pour l’aider dans sa nouvelle vie quotidienne. Je le remercie pour son joli regard plein d’innocence sur le monde d’aujourd’hui, de sa vision particulière des comportements humains, de son humour et ses créations de nouveaux mots. Il y a un vrai souffle magique dans ce livre, un émerveillement refoulé, remis en beauté dans la bouche d’un enfant, une note de fraîcheur qui ravit notre esprit.

Il y a aussi énormément d’Amour, une relation fusionnelle admirable Mère-enfant, une belle leçon d’humanité. Inutile de dire que j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps sur les derniers mots. Cette mère est fantastique, donne une éducation saine et équilibrée à son enfant, malgré les circonstances dramatiques. En tant qu’adulte, on imagine le calvaire subi mais on ne peut qu’admirer les sacrifices de cette jeune fille pour donner un environnement sécurisant pour ce petit être, son courage et sa force pour être une Maman Peurageuse, une vraie battante. Son enfant, c’est son sauveur dans tous les sens du terme, mais c’est ce qui a sauvé son âme et sa raison, avant tout. On a ici toute la beauté de la maternité.

Passer la porte de la Chambre, Room, c’est rencontrer un petit bonhomme qui vous chavirera le cœur et l’esprit, vous fera revivre avec des yeux d’enfants le monde qui nous entoure. Il est incroyable ce livre, tout en sensibilité, en chassé croisé entre drame et imaginaire exacerbé. Une lecture inoubliable!

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

Mon amour, Julie Bonnie

Couverture Mon amour,

Pourquoi je l’ai choisi:

J’avais été très touchée par le premier livre de Julie Bonnie, Chambre 2…J’ai donc bien voulu renouveler l’expérience d’une nouvelle lecture.

Synopsis:

« Nous ne nous sommes rien dit. Tess a pris toute la place. Puis tu es parti en laissant entre nous un vide silencieux. Tu sais bien faire ça. Ce que tu choisis d’ignorer disparaît. Si on n’en parle pas, ça n’existe pas. Tu dis qu’il ne faut pas se gâcher l’existence. Tu as raison. Nous gardons la tête haute en nous aimant sans parasites. La trotteuse tremblote, sautille, et continue de tourner en rond. Je suis immobile. Au moindre mouvement, quelque chose va commencer et j’ai l’intuition qu’il vaudrait mieux que tout s’arrête. »
J. B.

Un homme et une femme s’écrivent. Ils s’aiment, elle vient d’accoucher de leur enfant et lui, pianiste, est parti en tournée. Passion amoureuse, fusion maternelle, engagement artistique s’entremêlent et s’entredévorent tandis qu’un autre homme entre en jeu. Au fil des lettres et de l’inéluctable chassé-croisé amoureux, chacun se découvre livré à sa solitude.

Les personnages:

Fée, déjà rien que ce surnom, j’ai senti un rapprochement, mais plus ça allait et plus son experience dans sa manière d’etre mère me ressemblait. Un coup de cœur énorme donc pour Fée et son émotion si communicative…

Mon amour, « Dinisky » fils, est un homme si fracassé, tellement fragile à sa manière….Mais aussi incroyablement seul, minable, et faible….

Georges, un homme écorché, un peintre saisi par la folie créatrice. Il est si touchant, un torrent tumultueux à lui tout seul….

Ce que j’ai ressenti:

Mon amour,

Ce titre avec cette virgule comme une invitation à pousser les pages…Quand je l’ai reçu, je n’ai pas pu m’empêcher de l’ouvrir, de m’y plonger, pour ne plus arrêter….

C’est une telle envolée!!!!Un texte contemporain avec une écriture fluide et simple, mais la sensibilité de cette auteure est tellement à fleur de peau, qu’on a l’impression de sentir et ressentir chaque mot. Et puis c’est comme du miel, quand elle parle, elle a une sorte de poésie dans sa façon de raconter, une douceur incroyable…Elle est si Femme…..Et si Artiste…..

J’avais déjà été conquise par la plume de Julie Bonnie lors de son précédent livre mais là, on passe encore un niveau. Toutes ses lettres, avec ces vérités et ces non-dits qu’on devine, ses instants de fugacité mais qui sonnent si justes, on s’en délecte car il y a une toute une éternité intergénérationnelle, un flux de regain musical qui s’inscrit en chacun de nous. J’en ressors tellement conquise, que je l’ai déjà lu deux fois…..Et là je peux vous dire que c’est une grande première! Un cas exceptionnel….

Femme d’abord, mais aussi une mère exceptionnelle. Je me sentais si proche d’elle quand elle racontait sa relation fusionnelle avec sa fille, ce sont des mots que j’aurai pu écrire moi même, chaque respiration, chaque geste je l’ai vécu, et cet amour incommensurable qui nous bouleverse, c’est si beau de le voir en écriture …Offrir sa vie, son corps, son temps et sa patience pour un si petit être est une joie infinie, et cette auteure nous l’offre sans concession avec une simplicité touchante.

« Elle parait  fragile, et si petite. Je l’aime d’une façon qui n’existe pas, avec la force de la mer déchaînée. » p13 

Artiste ensuite, elle nous livre dans ces descriptions une sorte de transe éclairée .Elle nous fait vibrer au sein de la passion et du génie, que ce soit par les sonorités jazzy, ou encore par la possession dévorante de la peinture, on est traversé par l’Art….Et puisque l’Art m’inspire, je vous invite à découvrir ce que je voyais dans mon esprit pour ce livre plein de grâce…

tourbillon-lumineux

Un tourbillon d’émotions et de couleurs variées, voilà ce qu’il vous attend au détour de ses pages….Un magnifique tableau de sensations qui vous illumine et vous entraîne à une allure vertigineuse au sein de l’Amour sous toute ses formes….

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

Remerciements:

Je tiens à remercier sincèrement Amandine Labansat des éditions Grasset pour l’envoi de ce livre en avant première. La date de parution est prévue pour le 4/03/2015.Quelle ne fut pas ma surprise en voyant qu’il m’était personnellement dédicacé par l’auteure…J’ai cru m’en évanouir de joie!!!!Je vous remercie donc de tout mon cœur, pour ce partenariat, car il m’a ravie sur tous les plans….

grasset-logo.png

lu-en-part-avec-la-me

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 234 autres abonnés