Taqawan , Eric Plamondon

Taqawan par Plamondon

 

Synopsis:

« Ici, on a tous du sang indien et quand ce n’est pas dans les veines, c’est sur les mains. »
Le 11 juin 1981, trois cents policiers de la sûreté du Québec débarquent sur la réserve de Restigouche pour s’emparer des filets des Indiens mig’maq. Emeutes, répression et crise d’ampleur : le pays découvre son angle mort.
Une adolescente en révolte disparaît, un agent de la faune démissionne, un vieil Indien sort du bois et une jeune enseignante française découvre l’immensité d’un territoire et toutes ses contradictions. Comme le saumon devenu taqawan remonte la rivière vers son origine, il faut aller à la source…
Histoire de luttes et de pêche, d’amour tout autant que de meurtres et de rêves brisés, Taqawan se nourrit de légendes comme de réalités, du passé et du présent, celui notamment d’un peuple millénaire bafoué dans ses droits.

Ce que j’ai ressenti:…Une très bonne pêche…

En langue mi’gmaq, on nomme taqawan un saumon qui revient dans sa rivière natale pour la première fois. 

J’ai remonté la rivière du temps, tel un taqawan pour m’imprégner d’un conflit qui a fait de moult remous sanguinolents, dans les années 80 au Québec. Avec cette lecture, j’ai redécouvert la culture indienne, ressenti la puissance de ses transes, entendu la Nature me parler à travers leurs traditions, mais plus que tout, j’ai vu tout ce sang versé et des droits bafoués…A frétiller ainsi dans ses eaux troubles, on ressent tellement d’injustices, tellement de violences, elles nous frappent aussi sûrement que des flèches en plein coeur. L’Homme Blanc encore et toujours dans sa folle conquête en vient à vouloir rayer toute une communauté de ses terres, à bannir tout un savoir générationnel, à tuer envers et contre toute logique. Un peuple parqué, déraciné, humilié: les Indiens d’Amérique. Des lois biscornues, des ordres incohérents, des actes impardonnables…Eric Plamondon redessine la toile de cet affrontement en un patchwork de textes, et d’histoires qui nous explique les causes et les conséquences des émeutes de la réserve de Restigouche.

Avec elle, Océane avait commencé à comprendre que le pouvoir des uns reposait sur la résignation des autres.

Ce polar original dans sa forme est aussi une très belle histoire humaine avec des personnages  en marge de ces deux cultures qui s’affrontent…J’ai trouvé ce quatuor touchant, avec chacun leurs passés, leurs failles, leurs différences mais qui choisissent l’Essentiel avant leurs cultures, les valeurs de la Vie avant le sang dans les veines, la Protection avant les batailles…Derrière tous les points de vues politiques et sociaux, l’auteur nous montre que les frontières entre les deux opposants sont parfois floues, et c’est ce qui rend ce récit si bouleversant : il laisse le lecteur, se faire sa propre opinion, tout en lui faisant ressentir une flopée d’émotions…

« Ici, on a tous du sang indien et quand ce n’est pas dans les veines, c’est sur les mains. »

J’ai lu cette nouveauté quasiment d’une traite, tellement le sujet était passionnant! J’ai adoré partir en ces lieux, découvrir les petites habitudes et astuces de la pêche aux saumons, m’enivrer encore de ses grands espaces de nature, comprendre ce conflit. Instructif et à la fois sensible, Eric Plamondon a su m’emporter dans ses filets de pages!

 

Ma note Plaisir de lecture  9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier Muriel ainsi que les éditions Quidam pour l’envoi de ce livre. Ce fut une lecture très intéressante!

quidam-logo

 

Pêcheur de rêves, Christos et Charlotte Cottereau

Pourquoi je l’ai choisi:

Nous avons ce moment complice, ma fille et moi, c’est: l’histoire du soir….Et quand j’ai vu ce livre, lors de la Masse Critique de Babélio, je me suis dit qu’il remplirait à merveille ce moment de partage et d’évasion juste avant de dormir….Je les remercie chaleureusement de m’avoir sélectionnée sur ce spécial « Jeunesse », et merci à la maison d’éditions Balivernes de cet envoi.

Synopsis:

Il existe sur la Lune, une montagne appelée « Le promontoire des rêves ».
Depuis la nuit des temps, les pêcheurs de rêves viennent pour attraper les plus beaux songes.

Pecheur De RevesLe père de Isha lui a enseigné comment fabriquer les pièges à rêves. Il lui a montré les meilleurs endroits, ceux où l’on trouve les plus beaux songes, comment ne pas briser les rêves des enfants, connus pour être les plus fragiles. Maintenant, le petit indien est en âge de prendre sa suite. Mais pour cela il doit accomplir un prodige : capturer le plus terrible des cauchemars et le vaincre…

Tous les enfants ont peur des cauchemars et tous les parents veulent les rassurer avant qu’ils ne s’endorment. A la manière des pièges à rêves que certains placent au-dessus de leur lit, ce livre sera le piège à cauchemar pour les enfants qui verront Isha vaincre ses peurs et devenir pêcheur de rêves.

Ce que j’ai ressenti:….Un voyage merveilleux…

Déjà, à réception de l’enveloppe, je découvre non seulement, le livre, mais aussi, un marque-pages, un petit mot de l’équipe et le catalogue de la maison d’éditions Balivernes. On sent une volonté de faire plaisir, d’offrir non seulement de la qualité mais également de l’attention envers le lecteur. Donc déjà, en première impression, ça envoie du lourd.

Première prise en main, on voit de jolis graphismes sur la couverture, un beau grain de papier, un pitch de couverture qui donne envie d’en savoir plus sur la légende de ses pécheurs de rêves.

Avant de parler de l’histoire, je commencerais bien par les images….C’est une invitation au rêve, une douce immersion dans le peuple indien. Mère et fille ont été enchantées! C’est joli, les dégradés de bleus, la force des petits détails, les représentations collent à l’histoire, c’est juste impeccable et très lumineux.

L’histoire dégage de très jolies valeurs, on apprécie de sentir cet effet de philosophie et de calme avant de pouvoir fermer les yeux. Il y a une volonté de défendre la culture indienne, la notion de transmission, le passage à l’âge adulte, le dépassement de ses peurs. Une histoire en somme qui véhicule avec poésie et simplicité, la compréhension de nos rêves et, surtout de dénicher, pour mieux affronter, son pire cauchemar. Une aide précieuse pour les mamans qui voient leurs petits bout’chous se réveiller en hurlant la nuit….

Si Maman s’est laissée charmée par le côté très imaginatif de cette légende, Princesse a adoré les symboles indiens, comme l’attrape-rêves, le tipi, les flèches. Et nous avons toutes les deux eu un coup de foudre, pour la représentation de ce fameux cauchemar. Finalement, ce n’est pas un coup de cœur pour ce petit livre, mais bien deux, puisque vous aurez embarqué le temps d’une histoire, la mère et la fille!

Sincèrement, je me note bien précieusement cette maison d’éditions pour la découverte d’une nouvelle histoire, et on aura beaucoup apprécié de faire ensemble cette chronique! Un moment de partage de plus! Merci….

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10

 

 

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 221 autres abonnés