Prendre Soin, François Chevet.

Prendre soin par Chevet

Synopsis:

« J’avais vingt-trois ans lorsque je fus engagé comme kinésithérapeute dans le centre de réadaptation de Coubert. J’y restai quinze ans. Quinze ans qui résonnent en moi intensément, comme une peine purgée à mon corps défendant. Durant cette période, la blouse blanche m’a placé du côté des matons, libres en apparence, telles des sentinelles dressées face au handicap déferlant ; libres, ou presque.

J’ai dû apprendre à dire que non, ce ne serait plus jamais comme avant. Je me suis protégé. Je me suis fait envahir. J’ai nourri ma vie de trajectoires bouleversantes et de fulgurantes leçons. J’ai mesuré l’infortune, prolongé les efforts, soutenu les regards, ouvert mon être pour tenter de donner un sens aux mots “prendre soin”. »

Ce que j’ai ressenti:

La vie est miracle, la mort est mathématique.

Prendre Soin est un témoignage émouvant et fort d’un kinésithérapeute dans un centre de réadaptation. Un lieu où le handicap sévère est derrière toutes les portes des chambres, alors le personnel soignant se doit d’être encore plus Patients, plus présents, plus intimement liés…En chapitres courts et intenses, il nous présente son quotidien et les personnes qui ont traversé son chemin de vie. C’est très intense niveau émotionnel, parce qu’il nous pousse à voir la vie dans les yeux de ceux qui sont entravés et nous parle de son combat journalier colossal, pour des mini-victoires sur la fatalité…

Ecoutez vos anciens, saluez vos voisins, caressez votre chat.

Entre rire et drame, François Chevet nous parle de ces corps meurtris, mais aussi de ces regards qui ne se résignent pas. Quand il porte sa blouse blanche, il apporte l’espoir et le réconfort à ces personnes qui ont perdu leur autonomie, et on se rend bien compte que c’est l’essentiel, dans une étape de guérison. Le temps d’une période, il les accompagne avec des gestes compétents et des mots encourageants pour tendre vers une certaine forme de liberté:  où les corps et les esprits peuvent bouger…Il y a beaucoup d’échanges positifs, intrinsèques entre les patients et ce kinésithérapeute qui nous montre la beauté de ce métier.

J’ai appris le sens des mots « prendre soin ».

J’ai aimé la douceur et l’allant que cet homme a pour les autres. Sa façon de Prendre Soin, les caresses de ses mots, ses gestes de générosité: c’est une vocation pour lui et ça se ressent dans son écriture. Je dirai qu’en plus, de cet altruisme palpable à travers les lignes, j’ai été charmée par sa plume pétillante de petites étincelles culturelles. C’est un récit vivant, rempli de moments drôles ou douloureux, mais raconté avec un surplus d’humanité.

Et bang, vous changerez le monde.

Meilleurs moments du livre: 

  •  Le slam du para
  • La préface de Grand Corps Malade.

 

Ma note Plaisir de Lecture  8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier Muriel ainsi que les éditions Don Quichotte pour l’envoi de ce livre! Ce fût une lecture émouvante.

Résultat de recherche d'images pour "don quichotte edition"

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 236 autres abonnés