Bonne Nuit Maman, Seo Mi-Ae.

Synopsis:

Le Silence des agneaux made in Korea

Seonkyeong, criminologue, est sollicitée par un serial-killer qui attend son jugement en prison. Cet homme qui a assassiné une douzaine de femmes veut lui parler, à elle et à personne d’autre. Intelligent, manipulateur, ses motivations restent floues mais tous s’accordent à dire que Seonkyeong devra faire preuve de la plus grande prudence face à ce criminel hors normes.
Dans le même temps, son mari se voit contraint de faire venir chez eux la fille qu’il a eu d’un précédent mariage. Une petite de onze ans qui serre contre elle son ours en peluche, une petite bouleversée par les décès de sa mère et de ses grands-parents maternels. Des décès pour le moins suspects d’ailleurs…Bonne nuit maman est le premier opus d’une trilogie consacrée à Ha-young, jeune criminelle qui incarne les bouleversements vécus par la société coréenne.

Ce que j’ai ressenti:

🔒Histoire de verrous🔒

« Parfois, je me demande: qu’est-ce qui ne va pas dans ma tête? »

Quand tous les cadenas de ton cerveau sautent,qu’est ce qu’il te reste? Qu’est-ce qu’on peut faire avec des souvenirs trop durs, trop douloureux qui explosent ton esprit? Comment réparer les traumatismes de l’enfance? Avec ce thriller coréen efficace, nous approchons de près les mécanismes de l’esprit perturbé d’un serial-killer et c’est terriblement terrifiant. L’auteure Seo-Mi-Ae nous prépare un petit « date » au plus près de la psychologie d’un criminel multi-récidiviste, avec ce qu’il faut de tension et d’intimité pour saisir les tréfonds ténébreux de l’âme humaine…Un à un, les cadenas s’ouvrent, au prix de mots qui font mal et des images qui déglinguent les perceptions…Et la réalité devient vite cauchemar….Et Bonne Nuit, Maman…

⚡️Bang-Bang. Orages. Maman.⚡️

L’imprévisibilité. Je trouve que c’est le maître mot de ce qui attend, véritablement, Seon-gyeong, cette criminologue coréenne. Ça lui tombe un peu dessus comme ça: le ciel, le tueur et la maternité. Et si l’on n’est pas, un minimum, préparée, ça peut vite devenir déstabilisant… Mais qui peut l’être vraiment? Sait-on jamais quand l’orage va peter? Sait-on pourquoi on se retrouve sous les feux? Sait-on pourquoi on n’est jamais tout à fait prête à être maman? (D’autant plus, si on ne l’a pas décidé?) Alors imaginer qu’elle puisse avoir des nuits sereines, c’est sans compter sur tout ça, mais quand même, Bonne Nuit Maman…J’ai trouvé que cet angle d’approche que choisit l’auteure, pour mettre en avant ces tourments-là, était vraiment réussi. C’est original autant que perturbant. Et forcément, on se retrouve à craindre, avec cette héroïne très sollicitée malgré elle, toute la déferlante de ces éléments…

Quoi de plus effrayant que la réalité?

🤫Silence et Référence🤫

J’ai adoré ce thriller dans sa forme, et l’ambiance sourde qu’il contient. C’est un page-turner sombre et intéressant. Cette lenteur magnétique qui vient te remuer à l’intérieur jusqu’à bouger les verrous d’une des nombreuses portes de l’enfer…En fait, le seul bémol que j’ai ressenti, et c’est étrange parce que c’est bien évidemment ce qui m’a attirée au départ, c’est cette référence au fameux « Le Silence des agneaux ». (Si certains ont des attentes, ça peut dérouter, voire décevoir…) Pour ma part, je suis passée outre, bien vite et je me suis concentrée sur les points forts de l’intrigue…D’ailleurs, puisque c’est le premier tome d’une trilogie, j’ai hâte de découvrir la suite!

Quand on désire quelque chose avec ardeur, rien d’autre ne compte.

Ma note Plaisir de Lecture 8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Léa pour ce concours qui m’a permis de découvrir cette lecture. C’était une chouette découverte!

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 235 autres abonnés