Ma chérie, Laurence Peyrin.

Couverture Ma chérie


Synopsis:

Née dans un village perdu du sud des États-Unis, Gloria était si jolie qu’elle est devenue Miss Floride 1952, et la maîtresse officielle du plus célèbre agent immobilier de Coral Gables, le quartier chic de Miami.
Dans les belles villas et les cocktails, on l’appelle « Ma Chérie ». Mais un matin, son amant est arrêté pour escroquerie. Le monde factice de Gloria s’écroule : rien ne lui appartient, ni la maison, ni les bijoux, ni l’amitié de ces gens qui s’amusaient avec elle hier encore.
Munie d’une valise et de quelques dollars, elle se résout à rentrer chez ses parents. Dans le car qui l’emmène, il ne reste qu’une place, à côté d’elle. Un homme lui demande la permission de s’y asseoir. Gloria accepte.
Un homme noir à côté d’une femme blanche, dans la Floride conservatrice de 1963…Sans le savoir, Gloria vient de prendre sa première vraie décision et fait ainsi un pas crucial sur le chemin chaotique qui donnera un jour un sens à sa nouvelle vie…


Ce que j’ai ressenti: 

  • Gloire et beauté…

Gloria est pour tout le monde, Ma chérie. Elle est au centre des attentions, parce qu’elle fricote avec Gerry Grayson, un homme très influent. Belle, chouchoutée, admirée et petite poupée entretenue, recevant des cadeaux hors de prix, voilà la douce vie de cette jeune femme ayant tout plaqué pour vivre de paillettes et d’amour reclus…Mais cette vie bascule du jour au lendemain, quand le prince ne se trouve pas aussi charmant qu’il paraissait être…Laurence Peyrin nous raconte la vie d’une jeune femme, naïve et touchante, qui va enfin ouvrir les yeux, une fois tombée de son rêve éveillé de princesse gâtée, sur les vraies souffrances de l’Amérique.

Ma Chérie vivait dans une vie où il lui suffisait de demander, mais elle savait que ce qui était concret, cher et lourd était plus facile à obtenir qu’un désir à combler.

  • Et sur la route…

Laurence Peyrin aborde des sujets sensibles comme la ségrégation raciale ou le stress post-traumatique après la guerre de Corée, pendant les années 60 dans une Amérique conservatrice. Elle place son intrigue dans un contexte historique très intéressant avec de jolis clins d’oeil aux personnalités qui ont fait l’Histoire. On sent dans ces pages, son métier de journaliste et l’envie de coller au plus près de la réalité, avec ce que ça comporte comme difficultés pour son héroïne. Mais voilà, j’ai quand même un bémol à relever… Dans le synopsis, on nous dévoile une scène de bus que j’espérais aussi forte en émotion que celle de Rosa Parks, et finalement, je n’ai pas eu ce déchirement prévu. J’avais sans doute trop d’attentes avec ce résumé, et du coup, j’ai été un peu frustrée de n’avoir pas été plus saisie au vu des thèmes rencontrés.

Quand même. Gloria n’aurait jamais imaginé qu’un homme noir osât s’asseoir à coté d’une femme blanche. 

  • L’espoir au bout du chemin…

Pour autant, j’ai dévoré cette histoire en une seule soirée. Ça se lit tout seul, tellement c’est fluide et agréable. J’ai aimé l’évolution de l’héroïne, qui passe de la superficialité à l’authenticité grâce à cette rencontre fortuite avec Marcus. Il m’a manqué de l’émotion, mais le contexte historique était tellement passionnant que cette virée avec Ma Chérie se révèle une sympathique découverte.

Quel était ce pays où l’on abattait l’espoir comme au tir au pigeon? 

 

 

 

Ma note Plaisir de Lecture sticker-fee-libellule 7/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement les éditions Calmann Levy et les éditions Pocket pour ce colis surprise spécial Laurence Peyrin.

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 220 autres abonnés