L’essence du mal, Luca D’andrea.

Couverture L'essence du mal

Pourquoi je l’ai choisi:

Abonnée au compte Instagram de la maison d’éditions Denoel, j’avais repéré ce titre avec  les teasing bien accrocheurs! D’ailleurs, un disait : « Surtout n’y allez pas », et comme je ne suis pas du genre à écouter ^^, et que j’ai toute confiance aux parutions Denoel, je me suis précipitée lors de la Masse Critique Babélio, de cocher justement cette destination en Sueurs Froides…Je remercie d’ailleurs le site Babelio et la maison d’éditions Denoel pour l’envoi de ce livre!

Synopsis:

En 1985, dans les montagnes hostiles du Tyrol du Sud, trois jeunes gens sont retrouvés morts dans la forêt de Bletterbach. Ils ont été littéralement charcutés pendant une tempête, leurs corps tellement mutilés que la police n’a pu déterminer à l’époque si le massacre était l’oeuvre d’un humain ou d’un animal. On se transmet de génération en génération de terribles histoires sur cette forêt de Bletterbach.
Trente ans plus tard, Jeremiah Salinger, réalisateur américain de documentaires marié à une femme de la région, entend cette histoire et décide de partir à la recherche de la vérité. À Siebenhoch, petite ville des Dolomites où ils se sont installés, les habitants font tout — parfois de manière menaçante — pour qu’il abandonne ses recherches. Même son beau-père, Werner, ancien responsable de la brigade de secours alpin, qui a découvert les trois cadavres. Même sa femme, inquiète pour la sécurité de son mari et de leur fille Carla. Le triple meurtre est comme porteur d’une malédiction. 
Comme si, à Bletterbach, une force meurtrière qu’on pensait disparue s’était réveillée. Une force aussi ancienne que la Terre elle-même.

Ce que j’ai ressenti:…Jeux de mots et Grands frissons…

Je lisais beaucoup de livres, que diable. Il ne pouvait rien m’arriver de mal. Je croyais que là-haut, au ciel, il existait une divinité qui protégeait les amoureux des livres des malheurs de la vie terrestre.

ADDICTIF…(8 lettres), Ça faisait un moment que la sensation Thriller Page-Turner irrépressible ne m’avait pas saisie…Il aura fallu une Montagne et la Bête, pour sentir monter la vertigineuse envie de dévorer les pages captivantes de ce premier roman d’un auteur italien Luca D’andrea. Presque deux soirées pour m’imprégner de blanc et de sang… Il souffle dans ses lignes un froid saisissant, et une peur sourde se réveille du fin fond de nos inconscients, car là-haut, perdu au milieu de ce lieu hostile, l’effroi prend bien des formes…L’originalité de ce roman tient à cette exploitation sensorielle de toutes nos pires tourments intérieurs. L’auteur prend un malin plaisir à nous pétrifier, et on se laisse volontiers entraîner vers le son guttural d’un monstre rugissant…

C’est toujours comme ça. Dans la glace, d’abord on entend la voix de la Bête, ensuite on meurt.

CRAPAHUTER...(10 lettres). Si « la montagne, ça vous gagne », il semblerait que dans le Bletterbach, elle fasse perdre la raison ou la vie à certains de ses habitants. Jeremiah, étranger à peine toléré dans ce village inhospitalier , décide de lever le voile sur ces paysages enneigés, à ses risques et périls, jusqu’à l’obsession dévorante…30 ans de mystères autour d’un massacre, ça en fait des années de lourds secrets pour cette petite communauté et ce lieu reculé…L’ambiance entre silence et glace, devient un incroyable décor pour faire rejaillir L’essence du Mal, comme si le temps n’avait pas de prise sur le pire, comme si une bulle spacio-temporelle sanglante était là, comme si nous étions Dans le ventre de la Bête

-La folie stratifie et ensuite la haine la griffe jusqu’à faire naître une soif de sang. Un processus lent et froid.

ADORE…(5 lettres). Au delà, d’un thriller mené impeccablement, c’est l’atmosphère maléfique que j’ai le plus apprécié. Que ce soit les personnages touchants, taiseux, unis dans la tourmente, ou le charme électrique de la Montagne du Tyrol du Sud, on allie la douceur de vivre à l’adrénaline énergique des sauvetages de l’extrême,  l’idée de la recherche vers l’essentiel à L’essence du mal, tout en se laissant surprendre par l’intense frisson du danger enfoui dans les entrailles de la terre…Il y a un certain alliage pour cette ascension vers le summum de nos peurs et l’auteur a une plume résolument cinématographique et époustouflante qui rende ce moment de lecture juste hypnotisant…

Un père ne peut offrir que deux choses à sa fille : le respect d’elle-même et de bons souvenirs.

 

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

Publicités

La forêt en mon coeur, Adolfo Serra

Synopsis:

Un enfant entreprend un voyage dans la forêt, accompagné par un ami énigmatique. Ils atteignent la ville où tous deux se transforment, puis retournent à la forêt. Quelle est la place de chacun dans la Nature ? Car dans nos villes, chaque jour, nous l’oublions alors qu’elle nous rend plus humain. Et parce qu’un texte peut parfois être un chemin trop étroit limitant le lecteur dans sa découverte du livre, des sensations et des sentiments qu’il peut apporter, il n’y en a pas ici. 
Cette absence laisse toute liberté à chacun de compléter et faire sienne cette histoire, devenant ainsi un auteur-partenaire guidé par le parti pris très fort des illustrations à l’encre, eau et aquarelle inspirées par la Nature, ses formes et ses couleurs.

Ce que nous avons ressenti:

L’art se passe de mots, il se ressent, il se regarde…L’expérience de La forêt en mon cœur nous le fait en quelques pages, juste des scènes peintes, sans mots, sans explications, et ce fût une découverte intéressante. En ouvrant ce petit album, on plonge dans un monde en monochrome, entre ombres et lumières, au cœur de la forêt, en suivant un enfant et une ombre massive dans une expédition qui nous ouvre le chemin entre Nature et Ville. C’est un album aux illustrations magnifiques, tellement intenses….

Du fait, de ce non-texte , notre imagination devient actrice dans ses pages, et Maman et Fille de se raconter dans ses sombres dessins, une possible interprétation, devient création et un moment encore plus complice, puisque l’on peut tout en dire, et en rire…Pour Jazzelfique, la magie s’est maintenue pendant la moitié du livre, mais il semblerait que la fin lui soit trop insaisissable, tandis que Maman a adoré la ritournelle du temps qui se joue. Mais toutes deux s’accordent sur la beauté féerique de ces illustrations, et d’ailleurs, le côté artistique de Princesse s’est réveillé puisque elle s’est lancée dans l’aquarelle…

C’était une totale découverte que cette lecture sans mot, pourtant le plaisir a été de la partie. Nos yeux en ont pris plein la vue, les sens sont tous en éveil, et le message passe aussi bien que s’il avait été écrit…La Forêt en mon cœur, c’est un appel pour cet espace de vie et de merveilles visibles ou invisibles, selon les heures de la journée, et pourtant, toujours là, Essentielles. Indispensables.

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement les éditions Balivernes pour l’envoi de ce livre! Ce fût une très jolie découverte!

lu-en-part-avec-la-me

406915_525371864142688_267237953_n

Côté Guetto, Jill Leovy

Côté Ghetto par Leovy

 

Pourquoi je l’ai choisi:

J’ai suivi le conseil de Michael Connelly, parce que vraiment cette phrase « Tout le monde doit lire ce livre » m’a plus qu’interpellée…

Synopsis:

Dans la lignée des livres et des séries de David Simon (Homicide, The Wire), une œuvre magistrale de journalisme littéraire, élu meilleur document de l’année par le New York Times et le Washington Post.

South Central, Los Angeles. Le Ghetto. À la fois un lieu et un destin. Un quartier où les jeunes, noirs pour la plupart, sont souvent plus en sécurité en prison que dans les rues. Un état d’esprit, également, avec une culture bien implantée, où les plus violents sont les héros, et les victimes laissées pour compte. Sauf peut-être pour quelques hommes, qui considèrent encore ces victimes comme des fils, des frères, des êtres humains à part entière. Ces hommes, ce sont les policiers du quartier qui, dans le marasme ambiant, s’accrochent comme ils le peuvent pour donner un sens à leur métier, luttant tout autant contre le meurtre que contre une administration déconnectée de la réalité.
Ainsi lorsqu’un jeune Noir du quartier, Bryant Tennelle, est abattu sur un trottoir, non loin de son domicile, l’inspecteur John Skaggs, en dépit des moyens dérisoires dont il dispose et de la résignation ambiante, va tout faire pour éviter que ce jeune garçon ne soit qu’un nom de plus inscrit sur la liste annuelle des milliers d’assassinats non résolus de jeunes Afro-Américains.
 
À partir de ce simple fait divers et de milliers d’heures de témoignage, Jill Leovy nous livre un document criant d’humanité. Pourquoi un jeune Noir a-t-il quinze fois plus de chance de se faire tuer qu’un Blanc aux États-Unis ? C’est toute la « peste américaine » qu’elle dissèque avec ce portrait intime et bouleversant, fait de morts absurdes et impunies, de proches dévastés et d’enquêteurs acharnés mais démunis. Une analyse forte et humaine, un livre coup de poing, aussi dévastateur que le plus réaliste des romans.

Les personnages:

 Jill Leovy, nous décrit des personnalités fortes et des quotidiens sombres. Elle ose se pencher sur l’âme humaine, rendre hommage aux victimes, mais aussi rendre un peu de couleurs à ses habitants vivant dans le Guetto. Elle nous raconte ses mères éplorées, ses flics impuissants, ses rivalités obscures, les destins fracassés…
John Skaggs, si tous les flics du monde était comme lui, le monde tournerait mieux sans aucun doute. Quel flic admirable, dans sa pugnacité,  dans son dévouement, un exemple à suivre…J’ai été très touchée par ce personnage, cet homme qui n’hésite pas à vivre au milieu du chaos, et à défendre coûte que coûte, les vies humaines sans distinction de couleurs et d’origine. Par sa lumière incandescente, il irradie de sa bonne volonté toute
 un ensemble de personnes, pour un effet boule de neige bienfaiteur, qui réchauffe le coeur…Tous les enquêteurs (Tenelle, Kouri, La Barbera, Marullo…) ont leur importance dans cette histoire, mais c’est vrai que cet altruisme chez Skaggs, il m’a plus émue…

Ce que j’ai ressenti:

Côté Guetto fut une lecture difficile, forte, intense: certains passages m’ont brûlé les yeux, d’autres m’ont arraché le coeur…C’était tellement bouleversant, et d’autant plus, parce que réel,  que je devais parfois fermer le livre, pour ne pas sombrer…Jill Leovy a réussi le pari de nous rendre une vérité déchirante, dans un travail d’investigation journalistique d’une qualité incroyable. On sent presque les heures s’écouler dans ces mots, la minutie du détail dans chaque ligne, l’importance de rendre justice à tous ses vies tombées dans le guetto, dans ce récit noyé de sang coagulé…On lit des centaines de noms, des centaines d’affrontements sanglants, des centaines de meurtres qui ne seront jamais résolus…Autant vous dire que c’est un déchirement que de se rendre compte de cette « peste américaine », la réalité de ses quartiers est juste insupportable…

« Il y a cette idée que les Noirs font ça entre eux, et que si je suis blanc ça ne m’affecte pas » dit-il. Ses yeux s’animèrent d’une colère soudaine. « Et bien, figurez vous que si: ça m’affecte. »

Bryant Tennelle, adolescent tué pour rien, vie fauchée dans les règlements de comptes nébuleux de ses gangs, devient la pierre angulaire de ce roman,  une sorte d’exemple pour illustrer l’innommable, une sorte d’espoir face à l’océan d’indifférence des autorités légales. Lien conducteur pour expliquer le quotidien des rues de South Central, de voir l’investissement de ses policiers qui forcent le respect, de changer un tant soit peu les mentalités…Bryant, petite flamme, que Jill Levy a pris dans le creux de ses mains, et nous tend pour qu’elle ne s’éteigne pas dans l’oubli…

« Il croyait fermement que, à condition d’y mettre du sien, on pouvait améliorer les choses. »

Malgré les milliers de pertes, on sent un réel besoin d’enrayer ces faits divers effroyables,  Jill Leovy dans son blog The Homicide Report  , tente de faire sortir du néant, les noms et les visages de ses victimes, et dans ce livre, on sent toute son humanité, le cri courageux d’une femme qui souhaite voir un monde plus juste où chaque vie a de l’importance…Je peux vous dire que de mon côté, le message est passé en force, et que même si j’ai fini ce récit la gorge serrée, je vous le recommande chaudement. Indispensable.

Au contraire, il n’y avait en lui que de la souffrance. Les larmes lui tendaient des embuscades plusieurs fois par jour.

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement les éditions Sonatine pour l’envoi de ce livre! Ce fût une lecture bouleversante!

lu-en-part-avec-la-mec26ac-sonatine_logo

Un autre regard 2, Emma.

Un-autre-regard-2

Pourquoi je l’ai choisi : 

La petite surprise de la semaine! La suite des réflexions de Emma, blogueuse engagée, sort son nouveau bébé, et quelle bonne surprise! Je remercie Muriel ainsi que les éditions Massot de leur confiance et de l’envoi de cette BD….

Synopsis: 

Il y a toujours un moment dans les discussions entre femmes où l’on s’en remet aux dessins d’Emma, sur le ton de : « C’est exactement ce qui m’est arrivé. » 
Après son formidable succès en librairie Un autre regard, cette bédéaste amateur revient sur le devant de la scène médiatique avec une BD, publiée sur internet, intitulée « La charge mentale ». Elle y décortique ce qui pèse sur les femmes, contraintes d’organiser les tâches ménagères et leur éventuel partage. Sur Facebook, son histoire a été « likée » 76.000 fois, partagée 215.000 fois et commentée par 21.000 internautes. Des chiffres colossaux. Un article sur l’express.fr a été lu 1million 800000 fois le record depuis la création du site. 
J’ai été un peu dépassée par le succès de cette BD, je ne m’y attendais pas. J’ai eu du mal à répondre à tout le monde, alors que d’habitude, j’essaye de le faire, nous explique Emma. Je suis ravie que le sujet soit sorti du seul cercle féministe et que ça ait touché des femmes pas du tout engagées. Cela me donne de l’espoir pour la suite. » 

Ce que j’ai ressenti: 

Revoici donc Emma, avec Un autre regard 2 , qui nous en apprend plus sur la charge mentale! Et c’est édifiant! Je vous en avais parlé en mai sur le blog de sa BD aux couleurs acidulées et elle revient en force avec des bulles tout aussi drôles et incisives, dans la lignée de son précédent, et quel plaisir! 5 mini histoires vu dans ses yeux, c’est 5 façons de voir différemment les « couacs » des relations hommes-femmes, mais surtout du regard de la société envers les femmes…Ainsi donc on pourra, en feuilletant ses pages, en apprendre plus sur la charge mentale et la manipulation émotionnelle, connaître une histoire de seins, se poser les bonnes questions sur notre utilité dans le monde du travail…

Sur les planches, on pourrait entendre claquer les talons hauts du féminisme, et voir danser de joie une bonne partie de la gent féminine…Enfin, une nana qui n’a pas froid aux yeux, qui dénonce les injustices et incohérences de notre société, et qui le fait avec un humour décapant, tout en étant avisée sur ces comportements aux limites douteuses. Elle met les mots et n’hésite pas à se mettre en scène, en image,  pour dénoncer les malaises des femmes, dans le seul but d’une équité idéale harmonieuse…

Entre dérision et engagement politique, cette petite BD est un condensé de bonne humeur! Parce qu’il faudrait un peu dépoussiérer notre manière de voir le monde, Emma se charge de le faire avec simplicité et une impertinence bienveillante !

Vous pouvez vous en faire une idée en passant voir son blog : Emmaclit.com 

 

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

 

Histoire d’une LC Halloweenesque: Acte II: Law Racine.

Partie II : Law Racine. N'y descendez jamais !: Partie 2 : Lwa Racine

Je suis Stelphique,  une Fée, tout ce qu’il y a de plus magique, mais j’aime à m’aventurer dans les lieux sombres, et j’ai toujours sur moi, de la *****poudre féerique ***** pour me prémunir des mauvais sorts!  Et ici, quelques incantations de protections contre les prêtresses vaudou ne seront pas du luxe….Avec la Magicienne Gé, nous avons essayer cette prière contre le Mal, au fin fond d’une cave…

 

« Esprits de la forêt, protégez-les, contre le Djab,

Laissez la pauvre Aby, tranquille, loin des tourments destructeurs,

Sauvez l’innocence, sauvez de la folie, les jumelles Dee-Dee…

Eloignez les dents avides de chair fraîche…

Oh que s’arrête le calvaire de Law Chabine… »

Tant de demandes divines à faire, de sorts à jeter, de carrés magiques à fabriquer, d’esprits à éveiller…On n’est pas là pour là pour s’économiser….

Entre les pouvoirs de la Magicienne Gé et les battements d’ailes féeriques de Stelphique, autour de ce feu de LC avec la soupe réconfortante de citrouille, c’est un défi qu’elles sont prêtes à relever puisque la deuxième partie s’achève, et qu’elles se lancent dans le troisième round de l’horreur, dans les profondeurs d’Harlem…

En attendant, vous pouvez toujours aller voir par ici, ce qu’elle pense de Law Racine, Ma Magicienne risque de vous donner quelques frissons…Entrez par là!

Retrouvez nous, la semaine prochaine, pour Marinet Bwa Chech, troisième acte de Aby…

Miss Pook et les enfants de la lune, Bertrand Santini.

Pourquoi je l’ai choisi :

Cette magnifique couverture m’a tapée dans l’œil, et cet auteur Jeunesse, j’avais hâte de le découvrir enfin, étant donné les bons retours des lecteurs…

Synopsis:

Paris, 1907…
Miss Pook est une sorcière. Sous l’apparence trompeuse et charmante d’une jeune fille anglaise, elle se fait embaucher comme gouvernante par une riche famille parisienne. Manipulatrice hors pair, Miss Pook a le projet diabolique d’enlever les enfants dont elle a la charge. Sa nouvelle victime se prénomme Elise et Miss Pook parvient à convaincre cette fillette de dix ans de quitter la terre pour vivre avec elle dans son château, sur la lune. Elise découvrira bientôt que la lune est une « résidence d’âmes » et fera la rencontre de personnages de légendes tels que le Sphinx, le Faune, un dragon ou des Vampires…

Ce que j’ai ressenti:…Extraordinaire envolée enchanteresse…

Laissez votre imagination vagabonder dans les rues de Paris, en 1907, sous les pieds de la Tour Eiffel, et levez un peu vos yeux, vers le ciel…Est-ce qu’une excursion à dos de dragon ne serait pas la plus palpitante des aventures? Et cette destination lunaire, ne serait-elle pas la plus fabuleuse? Et si vous tentiez le temps d’une lecture, de replonger dans les plaisirs de l’enfance insouciante, est-ce que vous suivriez, vous aussi, l’extravagante Miss Pook?  Voudriez-vous bien connaître, vous aussi,  le secret des Enfants de la Lune?

Nous ne voulons plus faire partie d’un monde où règnent la cupidité et l’injustice. 

J’ai tenté ce voyage fantastique, et je dois dire que je reviens de cette expédition avec des étoiles plein les yeux, et quelques bonnes impressions dans le sac à dos, mais surtout avec un petit carnet bestiaire de créatures légendaires plutôt fourni! Cette première virée sur les anneaux de Goldorillon fût une enrichissante surprise, toute autant qu’un plaisir de faire la connaissance d’êtres de la Nuit, exilés sur la Lune, encrassé sous la poussière terrible de l’oubli…

J’ai adoré la sensibilité et la plume de Bertrand Santini, sa façon de revisiter les mythes et légendes pour émerveiller son jeune public, la portée philosophique et humaine qui se cache entre les lignes. Il a une folle imagination qui joue souvent entre ombres et lumières, balaie toutes les attentes d’un revers de queue de dragon, souffle sur le feu de l’intrépidité et envoie du rêve quand la réalité est trop brutale… Dans les failles de l’extraordinaire, il glisse de jolies pensées pertinentes, tout en injectant une bonne dose d’amour et fait la part belle à ses tourments intérieurs qui habitent la petite enfance…C’est un vrai souffle de fraîcheur que ce premier épisode de ses enfants perdus…Vite, vite la suite, je veux retourner sur la Lune…

La haine est une défaite, mes enfants. 

 

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Madame Vanguelov ainsi que les éditions Grasset Jeunesse pour l’envoi de ce livre! Merci de leur confiance, ce fût une lecture féerique!

 

Résultat de recherche d'images pour "grasset jeunesse"

Aby, Histoire d’une LC Halloweenesque, Acte I.

 Par Stelphique La Fée et Ge² la Magicienne

« Venez, mais venez autour du grand feu, une bonne soupe de citrouille est là aussi pour vous réconforter!

Asseyez-vous, venez écouter ce qu’une Fée et une Magicienne ont a vous conter ce soir. »

« Entre Ti Bon Ange, entre et n’ait pas peur »
Ici on va raconter l’histoire d’une enfant
Aby qu’on la nomme
Ici va se jouer le premier acte de sa vie
Mais attention car Aby n’est pas seule
Il y a sa Mah, et aussi ses sœurs
Il y a son Pah, lui non plus n’est pas seul, il y a des monstres dans sa tête
Il y a aussi sa boko d’amour, oui sa Jaja
Et avec sa Jaja il y a les Loas.
Tu ne connais pas les Loas, aïe, c’est dommage,
Remarque avec la fée Stelphique, on veille, on est là pour vous protéger
Oui parce qu’on te l’a pas dit, on est ici en Louisiane, dans le marais.
Et Aby et sa famille sont des nègres du Sud, de ces enfants descendants d’esclaves.
Et chez eux aussi la magie est très présente, très forte.
Empreinte de catholicisme mais surtout de vaudou
Oui entre Ti Bon Ange
Vient découvrir Aby
Mais suis bien les conseils de Stelphique la Fée et de Ge la Magicienne.
Sinon, tu risques d’y laisser une partie de ton âme « 

Autour d’une soupe bien réconfortante au potiron, une Magicienne et une Fée vous font part de leurs impressions sur la première partie de lecture de Aby, de Monsieur Fabrice Liégeois…
(Attention, les parenthèses sont la retranscription d’une voix éthérée qui se mêle de leurs conversations…Nous sommes désolées de la gène occasionnée, surtout si elles suscitent des frissons incontrôlables…)
(Frissonne de peur, je suis un Lwa…)

A la nuit tombée, le Pah devient monstre…Aby, en tremble de peur…

Bizarrement, de grandes forces s’en mêlent…Aby, sent leur puissance…

Yepa! Tous aux abris….Aby, va regarder le Mal dans les yeux…

 Ahhhhhhhhhh les Loas sont là… Bouh, ils vont hanter tout ça…Y‘a plus qu’à se cacher…

(Tu pourrais bien en mourir…)

Une première partie qui pose les bases d’une histoire hantée par des démons de tout genre. On en redemande de ces légendes de la Louisiane, de ce folklore créole, de ce langage « particulier »…

Alors revenez nous voir la semaine prochaine.

 Aby reviendra aussi.

Promis.

En attendant vous pouvez retrouver la Fée Stelphique dans son antre *****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****

Mais aussi me retrouvez ICI sur « Collectif Polar, chronique de nuit » et chez » A vos crimes »

Entre deux mondes, Olivier Norek.

 

 

Couverture Entre deux mondes

Pourquoi je l’ai choisi:

Difficile de résister à la nouvelle sortie du livre d’un auteur chouchou, et encore plus, en voyant les Coups de Cœur qui s’enchaînent sur les blogs …

Synopsis:

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l’attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir.
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu’il découvre, en revanche, c’est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n’ose mettre les pieds.
Un assassin va profiter de cette situation.
Dès le premier crime, Adam décide d’intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est flic, et que face à l’espoir qui s’amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou.

Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu’elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d’ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

Ce que j’ai ressenti :…Un coup de coeur ravageur…

Olivier Norek, avec son dernier roman bouleversant, explore l’idée de Frontière, de toutes formes de frontières. Des frontières physiques, morales, géographiques, entre le Bien et le Mal, entre l’enfant et l’adulte, entre l’acceptable et l’inacceptable: toutes sortes de lignes étroites qu’il se plaît à barbouiller dans ses pages noircies d’adrénaline et de violence, pour t’atteindre au plus sensible, à ce qui te touche le plus profondément, à ton humanité… Quand tu lis cet Entre Deux mondes, il te vient une boule d’angoisse, des élans de compassion, une foudroyante prise de conscience et ton cœur s’ouvre en deux…

Bastien,  comme le dernier bastion d’une intégrité  en perte de vitesse, et Adam, premier homme à tendre la main dans cette Jungle : ce duo improbable de policiers d’horizons différents s’unissent contre l’Innommable, luttant ensemble face au désarroi de Calais et sauver ce qu’il reste encore d’innocence chez le jeune Kilani. Deux nationalités dans une cause commune, deux hommes pour sauver un enfant. Dans cette vocation de flics investis, ils se retrouvent partenaires, unis dans les mêmes valeurs d’entraide et de justice, et affrontent les ahurissantes règles qui régissent un endroit où le meurtre est impuni, ici, en France…

C’est avec beaucoup d’émotions que l’on referme ce livre, des larmes pleins les yeux aussi, parce qu’il est dur d’affronter une réalité aussi cruelle, des injustices aussi grandes, des lois et un système inadaptés face à un phénomène de migration d’hommes et de femmes démunis. En s’infiltrant dans les méandres de cette Jungle, Olivier Norek nous livre un polar excellent, comme il a su si bien le faire avec sa trilogie Coste, mais dans celui ci, il y a une énergie nouvelle, plus humaine, plus intense, plus affirmée. J’aime sa façon de livrer ses messages, la force de sa franchise et la douceur de son idéalisme, cette manière bien à lui, d’être toujours plus proche d’une vérité même si elle dérange.

-Remarque, ça fait presque deux ans qu’on ferme les yeux, c’est pas pour les ouvrir aujourd’hui.

Entre deux mondes, c’est des milliers de cœurs perdus qui battent plein d’espoir vers un meilleur avenir, une Jungle Love qui te bercent de ses bras refluant une odeur de brûlé indéfectible, une forêt d’âmes sans identité qui te hantent dans tes nuits opaques, mais c’est aussi dans cet étrange lieu où j’ai adoré me perdre, et y laisser un authentique coup de cœur!

Ma note Plaisir de Lecture   10/10

Inavouable, Zygmunt Miloszewski.

Couverture Inavouable

 

Synopsis:

Zakopane, chaîne des Tatras, 26 décembre 1944.
Un résistant serre contre lui un étui métallique. À ses oreilles résonnent encore les dernières instructions de l’officier nazi qui lui a confié  » le plus grand secret de cette guerre « … Alors qu’il est pris dans une tempête de neige, sa formation d’alpiniste pourrait se révéler cruciale. Non loin de là, dans une auberge, un homme contemple par l’une des fenêtres la même bourrasque déchaînée. Après une ultime hésitation, il croque sa capsule de cyanure.

Une matinée d’automne, de nos jours, à Varsovie.
Chef du département de recouvrement de biens culturels rattaché au ministère des Affaires étrangères, le docteur Zofia Lorentz est convoquée par le Premier ministre : le Portrait de jeune homme du peintre Raphaël, tableau le plus précieux jamais perdu et recherché depuis la Seconde Guerre mondiale, vient d’être localisé. Accompagnée d’un marchand d’art cynique, d’un officier des services secrets à la retraite et d’une voleuse légendaire, Zofia s’envole pour New York, étape d’une quête contrariée qui pourrait inverser la lecture de l’Histoire et la politique internationale moderne…

Les personnages:

Quatuor dynamique et improbable, ses  bout-en-train se démènent dans leurs domaines d’expertises et talents cachés pour redonner un coup d’éclat aux ombres d’un tableau disparu. Du fait de tensions positives , mais aux reparties bien senties, on se plaît à suivre cette équipe dans leurs péripéties d’agents secrets avant d’éclater de rire de leur douce impertinence!

Ce que j’ai ressenti:…Déblaiement artistique! 

J’aime à me lire des briques, et m’enfoncer dans les secrets historiques pendant mes vacances, tout cela dans la chaleur d’un plaid en grignotant des fruits secs , donc vraiment cette lecture, elle tombait à pic dans mon planning, et je tenais à vous faire partager ce petit instant Inavouable de ma vie de lectrice…En voilà, un thriller glaçant, mis en scène comme une production cinématographique avec quelques jolies pistes de recherches personnelles, pour suivre ce quatuor tout-terrain!

Mais depuis cette époque, je considère le temps différemment. Je profite de chaque instant, je m’efforce de l’exploiter, de l’apprécier, de le goûter au cas où il serait mon dernier.

Quelle passionnante escalade au sein de la montagne des œuvres dérobées pendant la deuxième guerre mondiale! Zygmunt Miloszeski explore la part sombre de l’Art et nous sert sur un plateau d’argent en monochrome, un thriller de haute voltige à la recherche de peintures perdues dans les tréfonds de l’Histoire. Un petit pavé minutieusement orchestré, pour nous lancer à l’assaut d’incroyables beautés, dont un sourire, valant quelques milliers d’euros (au bas mot), et une multitude d’acquéreurs qui seront prêt à tous les pires stratagèmes pour mettre la main sur leur folle passion…

-Quelle…misérable créature a accroché un Raphaël à côté d’une télé?

J’ai adoré l’intensité de la plume de Zygmunt Miloszewski, sa façon de nous rendre vibrante toute action, qui d’un seul coup, prend des airs de cinéma, de véritables scènes à couper le souffle: dès l’incipit, on est happé au sein d’une bourrasque, et c’est presque si on ne se gèle pas sur place en tournant les pages, et l’auteur nous distille tout au long de son intrigue,  des minutes de lectures vertigineuses et saisissantes qui rendent son thriller plus étourdissant et palpitant qu’il ne l’est déjà de par son thème. J’ai pris beaucoup de plaisir à me balader dans les secrets d’histoires, les filières de l’Art et les bouillonnantes années de la Seconde Guerre Mondiale. Avec beaucoup d’humour, l’auteur nous parle de la Pologne, de son passé ravagé, de ses trésors perdus, et cette lecture devient pour notre plus grand plaisir, un moment instructif et passionnant!

Mais le savoir…le savoir, c’était le pouvoir.

 

Ma note Plaisir de Lecture  8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Muriel pour l’envoi de ce livre ainsi que les éditions Fleuve  pour l’envoi de ce livre! Ce fût une lecture intéressante.

Résultat de recherche d'images pour "fleuve editions"

 

L’éveil des dieux, Sylvain Neuvel.

Couverture L'éveil des dieux

Pourquoi je l’ai choisi:

J’étais trop, mais trop impatiente, de lire la suite des Dossiers Thémis, tellement j’avais adoré le premier tome mettant en scène, ce robot extraterrestre.

Synopsis:

« On n’arrête pas de me dire que c’est normal de faire des cauchemars. Moi je sais que ce ne sont pas des cauchemars. J’en ai quand je suis réveillée, maintenant. Je fais toujours le même depuis des mois. Tout le monde meurt. Il y a des milliers de morts dans les rues, une ville entière pleine de cadavres. Mes parents baignent dans leur sang, chez nous. Et aujourd’hui, il y avait quelque chose de nouveau. J’ai vu un robot. Comme Thémis. Une grande femme métallique tombait du ciel. »

Ce que j’ai ressenti:…Un coup de cœur qui se confirme!

Vous le savez, Le Sommeil des Géants a été un fulgurant coup de foudre dans mon univers livresque. Sylvain Neuvel relève haut la main, de ses robots démesurés, le défi d’un second tome encore plus palpitant, pour nous en mettre encore plein la vue , avec L’éveil des dieux! Allez, levez les yeux vers les étoiles, ou noyez vous dans celles de la couverture, mais lisez cette saga de science fiction juste, exceptionnelle! Elle pourrait vous emmener dans l’espace infini, rencontrer un troisième type de personnages, et prendre quelques hauteurs sur notre chère planète bleue…

J’ai tué Dieu et je me sens vide à l’intérieur.

Ce qui fait que j’adore cette saga, c’est que l’on ne peut prévoir la prochaine action, le prochain dossier, la suite des rebondissements…La forme innovante de ce roman tient à ses fichiers mis, judicieusement à la suite, pour tenir une intrigue qui se concentre sur l’Action, essentiellement. Ce concentré d’énergie vibre d’enchaînements stratégiques, uppercuts titanesques, retournées acrobatiques, dialogues acerbes, décisions internationales, développements scientifiques,  conflits mondiaux…Chaque chapitre est une surprise, une forme différente de présenter une complexité, une affaire de plus à expérimenter, un mystère de plus à éclaircir! C’est étourdissant ce page-turner, dont on ne peut deviner la suite, mais je suis addict à ce concept!

L’envie de vivre est très difficile à supprimer .

Vous l’aurez compris, c’est tourné uniquement sur l’action, et pourtant, on arrive à se lier aux personnages principaux, malgré cette audacieuse forme de récit. En fond d’intrigue, on se plaît à suivre les questionnements intérieurs de Rose, la passion de Kara et Vincent, l’innocence flouée de ce petit bout’chou Eva, la folie de Alyssa, les interrogatoires mystérieux de la Voix… Par la retranscription des dialogues vivants, on est jeté dans les jeux des émotions à chaud de tous ses personnages qui se débattent à leurs échelles pour contrer l’invasion extraterrestre, et forcément ce débordement bouillonnant de l’instinct de survie nous touche, et nous emmène à réfléchir à nos hypothétiques réactions face à ce phénomène…

Et si nous ne survivons pas, ce sera à cause de notre stupidité, de notre égoïsme, de notre avidité.

C’est avec encore plus d’impatience que j’attends le tome 3 de ces aventures, car j’ai lu ses deux tomes avec frénésie et que le coup de cœur pour cette saga se confirme! J’adore où m’emmène la folle imagination de Sylvain Neuvel, et cette fin réserve encore de belles surprises, et un prochain tome très prometteur…

 

Ma note Plaisir de Lecture  10/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Les Editions Le Livre de Poche Imaginaire pour l’envoi de ce livre! Ce fût une lecture fascinante!

 

Previous Older Entries Next Newer Entries

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 188 autres abonnés