La multiplication des feux follets, Raquel Taranilla

Ce que j’ai ressenti:

« Je me disais: réjouissons-nous de la perte de ce qui fait de nous des humains! »

Même si c’est le vol d’un crâne? Car c’est ainsi que commence ce roman, par la profanation de la tombe de F. W. Murneau, réalisateur de cinéma muet, et que Beatriz Silva, nous expose sa présomption du coupable, en la personne de Quiros…En effet, ce cinéphile semble fasciné, par le réalisateur et cherche à faire sortir de l’ombre, son génie, son œuvre, la lumière de l’ombre…Mais qui des deux, semble le plus obsessionnel? C’est tout l’enjeu de ce périple qui frôle, à mon avis, toutes les allégories et les symbolismes de la vanité, de la passion,de la liberté, de l’art…On se promène d’une ville à l’autre, d’un artiste à l’autre, d’une réalisation à une autre, tout en ayant conscience de l’éphémère et de la vacuité de chaque chose…Et pourtant, il reste parfois, une résultante, un feu. Et c’est La multiplication des feux follets, qui font tout le charme…

« J’en ai ras-le-bol de la connaissance. Cette promesse que le savoir nous rend vertueux, vous je ne sais pas, mais moi ça me fait rire de rage. »

Et pourtant, ce livre est rempli de références cinématographiques, littéraires, philosophiques, universitaires…Je suis parfois, aller combler mes lacunes, pour pouvoir suivre la narratrice dans ces digressions et sa très grande culture générale, sur les différents sujets, et j’ai adoré ce voyage touristique et culturel…La Polynésie est une destination tellement attirante et mystérieuse…Mais si les esprits et les malédictions s’en mêlent, est-ce vous aurez envie, vous aussi, d’aller voir de plus près les feux follets? Pour ma part, j’ai encore plus envie de partir vers là-bas, de me pencher sur les œuvres de Murneau, de connaître le fin mot sur ce fameux vol crânien…La mission est donc remplie, puisque l’envoûtement a fonctionné et qu’il continue de courir en moi, à se multiplier…

« Y a-t-il quelque chose de plus vertigineux que de tomber amoureux? »

L’amour sera toujours feux et passions, et quand il rencontre l’art, je pense qu’il peut créer la beauté. La multiplication des feux follets, est une pépite d’intelligence, de mystère et d’émotions. Il y a quelque chose de sensationnel voire sensoriel, à aller frôler les fantômes, à capter des lumières, à faire danser les feux sur la toile: j’ai été éblouie…Peut-être que je suis passée à côté de plusieurs éléments, mais je sais encore reconnaître le pouvoir magique de l’amour…Et à l’intérieur, il y en a tellement. Ce livre, c’est un chemin de traverse, un voyage original et complètement fou, au sein de l’art et ses dynamiques lumineuses…J’ai adoré cette pépite!

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement les éditions Metailie pour leur confiance et l’envoi de ce livre.

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. Collectif Polar : chronique de nuit
    Juin 22, 2022 @ 07:50:50

    Intéressant !

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 243 autres abonnés
%d blogueurs aiment cette page :