Cœur du Sahel, Djaïli Amadou Amal

❤️‍🔥Ce que j’ai ressenti:

« -Le cœur d’une femme. Oh, cœur de femme! »

J’aimerai faire confiance à ce coeur. Mon cœur qui bat, rebelle et téméraire. J’aimerai, mais il semble sourd et totalement indépendant. Il s’enthousiasme pour trop de choses, pour l’amour sous toutes ses formes. Pour mes Sœurs. Pour des chemins d’espoirs. Pour des vérités déchirantes. Pour le Sahel. Alors m’épancher sur le Cœur du Sahel, c’est écouter d’autres voix féminines victimes d’un système qui les étouffent. Alors mon cœur s’emballe de trop, il ne se repose plus, il vibre pour elles, pour que tous nos cœurs réunis, fassent entendre le bruit de l’injustice atroce faite aux femmes camerounaises…

Il est rebelle, mon cœur et celui de Faydé, aussi, alors on se comprend, par-delà les frontières, par-delà le mépris, par-delà les préjugés, et on fonce pour se frayer un chemin, où le cœur et l’esprit s’alignent…Comme j’ai aimé la détermination de cette héroïne. Comme j’ai aimé sa persévérance et son courage! Mais en fait, je les ai toutes aimé les femmes de ce roman, ces mères, ces filles, ces sœurs, ces amies, ces cousines, de cœur ou de sang, qui traversent un long périple de mauvais traitements pour le seul motif, de leurs conditions sociales. J’étais attristée de voir les dysfonctionnements, le désespoir, la fatalité, les horreurs, la silenciation, la violence, partout et tout le temps. Les femmes du Sahel, survivent dans la pauvreté extrême, l’indifférence totale, et la barbarie omniprésente, mais gardent, au fond de leur cœur, en dépit de la raison, de l’amour, encore et encore…Je me dois de les aimer de tout mon cœur aussi, parce que cette histoire, c’est une réalité, romancée certes, mais la terrible réalité. Je les entendais d’ici, pleurer, rire, danser, et j’étais un peu là-bas, à rêver avec elles, de réussîtes, d’amours véritables, d’amitiés sincères…Je rêvais d’impossible. Et jusqu’au bout, j’aurai voulu leur donner de l’espoir et l’énergie nécessaire pour faire bouger leurs conditions…

Je suis bien heureuse d’avoir été invitée à rentrer dans la concession des domestiques, grâce à la plume sensible de Djaïli Amadou Amal. Cette histoire m’a émue aux larmes. Je ne saurai que trop vous conseiller, d’aller y mesurer, votre cœur, votre empathie, votre générosité, de vous laisser attendrir le temps d’une lecture au Cœur du Sahel…Et je n’ai pas peur de vous crier que ce livre est un Coup de Coeur…❤️‍🔥.

« Le cœur d’une mère peut-il avoir ne serait-ce qu’un instant de répit? Mais même avoir peur est un luxe que nous ne pouvons pas nous permettre. »

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Alina Gurdiel ainsi que les éditions Emmanuelle Collas de leur confiance et l’envoi de ce livre.

5 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. belette2911
    Mai 28, 2022 @ 17:46:29

    Bon sang, tu es un danger public pour ma wish, toi !! J’ai envie d’être émue aussi, tiens… 😉

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 243 autres abonnés
%d blogueurs aiment cette page :