La petite dernière, Fatima Daas

🌷Ce que j’ai ressenti:

Elle s’appelle Fatima.

Elle est femme. Elle est désorientée. Vous savez comme dans l’attraction du Palais des Glaces, cherchant son chemin dans ce labyrinthe des miroirs. Chaque nouvelle page, un nouveau miroir, une nouvelle confrontation entre elle-même et les exigences de la société. Chaque miroir, lui rappelant qu’elle doit se voir telle qu’elle est, tout en correspondant à des critères d’appartenances. Appartenance à un pays, une région, une communauté, une famille, une religion, un genre, un courant de pensée, une façon d’aimer. Et ça cogne. Elle se cogne forcément contre ses miroirs, parce que c’est trop de demandes, trop d’attentes, trop d’incohérences. Les miroirs en plus, déforment alors, elle se cogne, à ce trop-peu d’amour, de tendresse, de reconnaissance.

Elle s’appelle Fatima.

Elle cherche son identité. Son rôle, sa fonction, sa place. Mais ça coince. Au fur et à mesure, de son évolution personnelle, les chemins deviennent plus étroits, plus escarpés, plus éreintants. Il faut faire face aux silences, aux stigmatisations, aux jugements, aux violences, aux traditions, aux cancans, à la réalité. Ça coince la respiration, l’esprit, le cœur, la foi. Donc, on recentre et on réessaie, elle s’appelle Fatima, et en chaque répétition, c’est une manière de réfléchir et de déposer des mots sur des souffrances pour peut-être arriver à s’en libérer….

Elle s’appelle Fatima.

Elle ne savait pas que ça serait si difficile d’être femme, alors elle écrit cherchant dans ses miroirs, le chemin pour être elle-même. Libre, plurielle et aimante. Entre malgré et grace. La délivrance par l’écriture, La Petite Dernière (porte de) sortie de ce labyrinthe vitré oppressant…

« Psartek », Fatima Daas.

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement William des éditions Le Livre de Poche pour sa confiance et l’envoi de ce livre.

4 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. alexmotamots
    Oct 15, 2021 @ 12:16:42

    Un roman que j’avais beaucoup aimé.

    Réponse

  2. La culture dans tous ses états
    Oct 01, 2021 @ 17:45:45

    Une jolie présentation d’un roman qui doit être émouvant. Passe un excellent weekend 🙂

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 241 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :