Le Cœur et le Chaos, Jennifer Murzeau

Ce que j’ai ressenti:

Je suis une femme. Je suis une femme qui ne voudrait pas en finir, pour d’excellentes raisons. J’ai encore des choses à vivre, des émotions à ressentir, des horizons à voir et des toits parisiens à fouler du pied, si c’est encore possible…Et puis, j’aimerai relire Le cœur et le Chaos. Parce que la tendresse d’Aurélien, la sensibilité d’Alice et la fragilité d’Iris m’ont cueilli le cœur, malgré le chaos. Ce n’était pas évident, cette alchimie entre ces trois voix qui se racontent, dans un Paris sans dessus-dessous, et pourtant, l’effet est là dans ce joli roman choral. On les écoute dans leurs tourments personnels, et leurs confidences sont touchantes. Le cœur et le chaos font beau mélange dans ces quelques 200 pages… Le chaos de chacun vibre fort, les cœurs de ces trois-là n’ont pas fini de leur en faire voir de toutes les couleurs, que ça leur plaise ou non…Et la vie, parfois est tenace, revancharde et excitante…Mais parfois, dans la vie, c’est compliqué d’y trouver du sens et des raisons de pas vouloir en finir avec elle…

C’est tellement ridicule de creuser sa propre tombe comme ça, de pas s’arrêter.

Les corps, les esprits, la ville, les cœurs, les convictions, les limites, le ciel, les écritures, les attentions, la musique, les gestes de tendresses, les mots que l’on tait: tout ça à la dérive. Tout cela, comme des bouées fatiguées, sur la crue des eaux de Paris. On étouffe dans ces rues, on cherche désespérément l’étincelle de vie, d’éclats, de bonnes vibrations qui pourraient mener à la reconstruction du cœur et du chaos. On cherche un nouvel horizon, clair et grand. Encore faudrait-il dépasser les codes, les humeurs maussades, le vide, la peur…Ce roman de Jennifer Murzeau, m’a émue. Parce qu’il parle d’amour et de tendresse, mais pas seulement, il aborde des thèmes sensibles de sociétés et d’environnement qui poussent à une réflexion méditative sur toutes les dérives de ce monde. La plume est hypersensible et j’ai reçu certains passages de cette histoire, comme des dégringolades de douceur sur mon cœur, mais j’ai parfois eu mal à voir le chaos plus tangible à chaque minute…

C’est désarmant, la sincérité.

Je suis une femme qui n’a pas envie d’en finir. J’ai pourtant, regarder de près les effets dévastateurs de la vieillesse, de la marginalité, du vide intérieur avec Le cœur et le chaos, mais je reste lucide. Je suis peut-être folle remarque, mais je reste persuadée qu’il y a de la beauté partout, et de l’espoir aussi dans cet avenir. La preuve, ce roman! Alors, je vais aller m’assoir sur le seul banc survivant du boulevard, qu’importe le vertige et les débordements, je promets de ne pas bouger. Et j’ouvre encore ces pages qui m’ont foudroyée d’émotions…

« Il n’y a qu’ici qu’existe cette lumière. »

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Alina Gurdiel ainsi que les éditions Julliard pour leur confiance et l’envoi de ce livre.

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. Nath - Mes Lectures du Dimanche
    Mar 09, 2021 @ 05:52:18

    On a tendance à oublier de ralentir, tes mots y incitent pourtant !

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 236 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :