Ce lien entre nous, David Joy

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_6259.jpg

Synopsis:

Caroline du Nord. Darl Moody vit dans un mobile home sur l’ancienne propriété de sa famille. Un soir, alors qu’il braconne sur des terres voisines, il tue accidentellement un homme. Lorsqu’il réalise qu’il s’agit d’un membre du clan Brewer, connu dans cette région désolée des Appalaches pour sa violence et sa cruauté, il craint pour sa vie et celle de ses proches. Une seule personne peut l’aider : son meilleur ami, Calvin Hooper. Mais Dwayne Brewer, à la recherche de son frère disparu, a vite fait de remonter la piste jusqu’à Darl et Calvin. Pour eux, le cauchemar ne fait que commencer. Avec ce roman poignant comme une chanson de Springsteen, David Joy nous livre un nouveau portrait noir et sans concession des Appalaches. Quelle rédemption pour ces régions violentes et magnifiques, bénies par la nature, mais réduites au désespoir ? Seul un grand écrivain est capable de nous donner une réponse.

Ce que j’ai ressenti:

Je m’accroche à la brillance de l’étoile montante David Joy. Il fait partie de mon ciel, de mon univers du Noir dans lequel j’adore me retrouver. Je me consume d’admiration à chaque nouveau roman. Je ne sais pas s’il y a Ce lien entre nous, mais chaque année, je me fais une joie de découvrir l’histoire qui me mènera sur des chemins brumeux, quelque part en pleine nature, où la violence et la beauté se rencontrent et font des étincelles. Les Appalaches ont quelque chose de fascinant, de vraiment fascinant et magique, et grâce à la plume intense de Joy, je saisis un peu de l’ambiance de ces lieux. Ces immensités donnent le vertige et ont une force d’attraction terrible: elles peuvent même faire trébucher les hommes, endurcir leur cœur, les mener sur des pistes animales, les faire prendre les chemins du désespoir…Les Appalaches sont aussi splendides que dangereuses, et avec cette histoire de vengeance, le cadre naturel prend encore plus d’espace et pesanteur. Jusqu’à saisir une certaine conscience…

Il avait toujours été dérouté par le fait qu’une telle cruauté puisse survivre au milieu de tant de beauté. Pourquoi avait-Il imposé au monde une telle souffrance?

C’est une histoire d’hommes, ni bon ni mauvais, mais qui prennent des décisions irréversibles. Rien n’est jamais évident dans ces choix, mais ça les fait dévier de leurs destinées de manière irrévocable. Alors, bien souvent il faut jouer avec de nouvelles règles que l’autre nous impose. Des balles perdues aux refuges cachés, de l’amour enfoui à la rage dévoilée, de la volatilité à la fumée, dans leurs quotidiens de misère rien ne sera jamais plus pareil, parce qu’on leur a enlevé leur essentiel. Mais jusqu’où peuvent-ils aller comme ça? Jusqu’à quel enfer vont-ils se confronter? Jusqu’à quel trou vont-ils se regarder? Le face à face est inévitable, puisque chacun à y perdre…Je vous laisse découvrir ce roman noir tout à fait remarquable…

Il y avait de la magie dans ce monde.

J’ai adoré. Encore une fois, David Joy nous fait vibrer, nous emmène avec talent et sensibilité, au plus près de l’âme humaine, dans ce qu’elle a de pire et de meilleur aussi. Vous ne pouvez pas savoir à quel point ça me déchire le cœur, mais comme j’aime cette sensation aussi, profondément. Il nous dévoile la force et la fragilité des hommes, les merveilles de la nature et son éclatante beauté. Je ne me lasse pas de sa manière de nous raconter le monde quand il s’ouvre et se referme, je ne me remets jamais tout à fait de sa façon de nous mettre en lumière avec autant de poésie, le cœur brisé des hommes…Bref, je ne sais pas s’il y a Ce lien entre nous, mais je me fais une Joy, de lire ses romans…

Tout ce qu’il aimait s’était dissous dans ses bras, et le monde était désormais vide.

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Muriel ainsi que les éditions Sonatine de leur confiance et l’envoi de ce livre.

11 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Collectif Polar : chronique de nuit
    Oct 24, 2020 @ 01:22:11

    Dans ma PAL
    J’ai beaucoup aimé son précédent Le poids du monde 🙂

    Réponse

  2. Lord Arsenik
    Sep 26, 2020 @ 09:10:56

    J’ai eu la chance de le lire en avant que sa sortie officielle ne soit repoussée, cet auteur sait y faire pour nous vriller les tripes.

    Réponse

  3. La culture dans tous ses états
    Sep 09, 2020 @ 18:44:08

    J’ai lu et adoré tous ces romans. Celui-ci je ne manquerais pas de le découvrir aussi. Un immense auteur ce David Joy ! 🙂

    Réponse

  4. belette2911
    Sep 09, 2020 @ 15:17:51

    Lu avant le confinement, donc, je peux te dire que oui, c’était du bon roman, du très bon !

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 234 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :