Croire au fauves, Nastassja Martin.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_6019.jpg

Synopsis:

« Ce jour-là, le 25 août 2015, l’événement n’est pas : un ours attaque une anthropologue française quelque part dans les montagnes du
Kamtchatka. L’événement est : un ours et une femme se rencontrent et les frontières entre les mondes implosent. Non seulement les limites
physiques entre un humain et une bête qui, en se confrontant, ouvrent des failles sur leurs corps et dans leurs têtes. C’est aussi le temps du
mythe qui rejoint la réalité ; le jadis qui rejoint l’actuel ; le rêve qui rejoint l’incarné
. »

Ce que j’ai ressenti:

Il n’a pas voulu te tuer, il a voulu te marquer. Maintenant tu es miedka, celle qui vit entre les mondes.

Ça aurait pu être moins violent, mais alors, ça n’aurait pas eu la même résonance. Ça ne m’aurait pas tant affectée. Ça ne m’aurait pas tant « marquée ». Ça ne me disait trop rien avant, cette notion d’animisme. Et là, ça m’a traversée de part en part. Ce n’est pas tant la morsure, c’est plus ce phénomène étrange où tu ressens cette connexion. Une connexion avec le fauve. Ça aurait pu être qu’un doux rêve, mais ça n’aurait pas rempli alors, chaque atome de ton corps, chaque synapse de ton esprit, chaque parcelle de ton âme. Il fallait un choc. Ni un accident, ni un cauchemar, plus de l’ordre d’une nouvelle naissance ou d’un don d’amour féroce. Croire aux fauves est un choc de cette ampleur. Tellement intense que tu ne t’en remets jamais tout à fait, tellement vivant que tu ne peux plus jamais ordonner les limites. C’est un avant-après qui désoriente tout. Et c’est tellement mieux comme ça! Perdre ses repères pour que ça vienne de remuer à l’intérieur comme jamais auparavant, pour te relier au vivant. Te Relier à l’équilibre instable entre la vie et la mort, où l’animal sauvage peut entrer et communiquer dans une langue qui n’a pas de mots, qui a juste des crocs…Il me fallait un choc violent, sinon, tout cela n’aurait pas eu lieu, ce sentiment fort d’avoir lu un livre exceptionnel.

Je veux du sombre, une grotte, un refuge, je veux des bougies, la nuit, des lumières douces et tamisées, du froid dehors, du chaud dedans et des peaux d’animaux pour calfeutrer les murs.

Parce que cette anthropologue a été attaquée par un ours, il nous en reste une expérience unique de lecture… Quelque chose entre la résilience, le pardon, la force et la libération. C’est sensible, poétique, presque intuitif, incroyablement sensoriel, étonnamment instinctif. La plume de Nastassja Martin est puissante. Elle t’arrache de la chair, des pleurs, des mots, des préjugés pour te faire comprendre le pouvoir grandiose de l’esprit animal. Croire aux fauves. Croire à cette interaction. Et puis, la laisser faire son chemin en toi…J’ai fait silence en moi, et je peux vous dire que j’ai pu Croire aux fauves au-delà des limites physiques, et revenir de cette lecture avec l’empreinte d’un ours sur le cœur…Une fusion.

Pour continuer à vivre, il ne faut pas penser aux mauvaises choses. Il n’y a que l’amour qu’il faille nous rappeler à nous.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est sticker-fee-libellule.png
Ma note Plaisir de Lecture 10/10

5 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Collectif Polar : chronique de nuit
    Oct 24, 2020 @ 01:23:03

    J’ai adoré ce bouquin mais tu en parles bien mieux que moi. Merci ma Fée

    Réponse

  2. belette2911
    Sep 08, 2020 @ 18:37:07

    J’ai une blague avec un ours bleu, mais c’est moins profond que ce roman !

    Mais racontée par Renaud Rutten (belge), ça vaut bien les 6 minutes de blague ! 😆

    Réponse

  3. La culture dans tous ses états
    Sep 02, 2020 @ 17:52:09

    Il a l’air magnifique ce roman. J’apprécie toujours autant ta façon très belle de mettre en mots tes émotions de lectrice. 🙂☀️

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 234 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :