Un crime sans importance, Irène Frain.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 2bb5e7ef-8c2f-4e3f-a107-8774b7e52657.jpg

Synopsis:

« Les faits. Le peu qu’on en a su pendant des mois. Ce qu’on a cru savoir. Les rumeurs, les récits. Sur ce meurtre, longtemps, l’unique certitude fut la météo. Ce samedi-là, il a fait beau. Dans les commerces et sur les parkings des hypermarchés, on pointait le ciel, on parlait d’été indien. Certains avaient ressorti leur bermuda et leurs tongs. Ils projetaient d’organiser des barbecues dans leur jardin.
L’agresseur, a-t-on assuré, s’est introduit dans la maison de l’impasse en plein jour. On ignore à quelle heure. Pour trancher, il faudrait disposer du rapport du policier qui a dirigé les investigations. Malheureusement, quatorze mois après les faits, il ne l’a toujours pas rendu. ». Face à l’opacité de ce fait divers qui l’a touchée de près – peut-être l’œuvre d’un serial killer –, Irène Frain a reconstitué l’envers d’une ville de la banlieue ordinaire. Pour conjurer le silence de sa famille, mais aussi réparer ce que la justice a ignoré. Un crime sans importance est un récit taillé comme du cristal, qui mêle l’intime et le social dans des pages tour à tour éblouissantes, drôles ou poignantes.

Ce que j’ai ressenti:

Je dois aux livres ma victoire contre le silence.

Je ne suis pas la femme en manteau bleu-noir. Ce n’est même pas encore la rentrée. Il fait beau, juste. Ça sera le point commun avec ce samedi-là. Le beau temps et la tranquillité. Et puis, ça arrive. Le drame…Quelque chose de tellement degueulasse que t’as même pas les mots pour dire autre chose. Mais ça va rester Un crime sans importance. Parce que ça ne fait bouger personne ce « genre de choses ». Ils ne vont pas remuer ciel et terre pour quelques vieilles personnes qui perdent la vie avant l’heure. Ils ne vont pas mobiliser les troupes. Ce n’est qu’un dossier. Alors, sort l’écrivaine de l’ombre, Irène Frain, qui ne peux plus supporter ce silence, cet immobilisme de la justice, ce meurtre impuni…Un stylo contre l’inconcevable, c’est tout ce qu’il lui reste à cette femme au manteau bleu-noir…Ça et tout le chagrin de perdre une sœur dans l’indifférence la plus totale.

On aura les faits. Rien que les faits. Les mots qu’ ils mettent sur ça. Qui bien sûr, ne rend pas compte de la puissance de l’agression. Alors, on aura aussi, Irène Frain, qui va les écrire sur des carnets, en les accolant à ses sentiments. Pour rendre vivant son combat, enfoncer les portes closes, ouvrir des zones d’ombres, faire face aux démons, se consoler avec les revenants, s’investir, dépasser la male mort. Parce qu’ils ne lui laissent pas vraiment d’autres choix, avec leurs attentes interminables, leur travail bâclé, leurs problèmes de rentabilité, leurs petits chiffres à faire coïncider…Ils n’en ont peut-être rien à faire de Denise, mais on ne peut pas décemment pas, nous, ignorer maintenant ce meurtre. Oublier ce crime, ces crimes. Alors, c’est tout ce qu’il lui reste à Irène: un stylo contre le moche de la réalité, des mots forts et justes pour ne plus être entre deux mondes. Remette de l’ordre. Et de ces carnets, de cette douleur, il en ressorti ce livre très émouvant. Un livre qui débarque avec le beau temps. Quelque chose qui a dépassé la rage, la peine, le Noir Instant. Quelque chose qui s’amène comme une réparation.

À chaque fois, elle me touche cette auteure. Elle sait mêler réalité, imaginaire, intimité et force reconstructrice. À chaque fois, elle m’emporte avec elle. Où qu’elle aille. Je suis allée cette fois-ci, auprès de ses fantômes, un peu plus près de sa vie personnelle. Et j’ai été ébranlée. Fort. Et je piétine d’impatience pour que justice soit rendue. À Denise.

J’étais prise dans les rets de la male mort.

Ma note Plaisir de Lecture 9/10

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Alina Gurdiel, ainsi que les éditions du Seuil pour leur confiance et l’envoi de ce livre.

8 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Collectif Polar : chronique de nuit
    Oct 24, 2020 @ 01:27:04

    Celui-ci je l’ai noté, il finira par être lu.
    L’histoire de cette femme me touche

    Réponse

  2. belette2911
    Août 26, 2020 @ 20:52:43

    Rhô, je n’ai toujours pas lu la forêt des 29 et c’était toi qui m’avait donné envie ! Faut que je me trouve du temps, un retourneur de temps 😉

    Réponse

  3. Irène FRAIN
    Août 22, 2020 @ 08:38:23

    Merci infiniment de ce que vous avez écrit. J’en suis immensément touchée.

    Votre compréhension intime de ce texte, de sa construction, de son écriture va beaucoup m’aider moralement. Et aider, je l’espère, ceux qui ont été touchés de près par ce drame.
    Mais surtout des mots comme les vôtres vont soutenir la mémoire de Denise. Ainsi elle ne sera plus un numéro de dossier mais une personne, une vraie.

    Ledit dossier vient d’atterrir chez mon avocat. Je ne peux rien en dire ici de précis, sauf que c’est bien pire, et plus  » ample » que ce que je pensais. Entre cette  » ampleur » et les  » dysfonctionnements », le  » loup » , ou « le rat » que j’avais soupçonnés sous cette affaire sont bien gros, je trouve. Et  » l’espace négatif  » de cette ville d’apparence tranquille une réalité inquiétante et très impressionnante. Celui , plus largement, de la société française contemporaine?

    Pour le reste, cette lecture fut un voyage en forme de film, entre Fritz Lang, Hitchcock et les frères Coen.

    Seule, et très amère satisfaction: j’avais vu à peu près juste.

    Encore une fois, merci pour Denise.

    De tout coeur,

    Irène Frain

    Réponse

    • stelphique
      Août 22, 2020 @ 09:21:44

      Plus que tout, l’injustice me fait enrager. Voilà pourquoi peut-être j’ai compris ce récit avec autant d’empathie. C’est moi qui vous remercie pour ne pas laisser le silence tout prendre.
      Toutes mes condoléances pour Denise. Et de tout cœur avec vous, pour ce combat.
      Amicalement,
      Stéphanie.

      Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 234 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :