Un certain Paul Darrigrand, Philippe Besson.

Synopsis:

« Cette année-là, j’avais vingt-deux ans et j’allais, au même moment, rencontrer l’insaisissable Paul Darrigrand et flirter dangereusement avec la mort, sans que ces deux événements aient de rapport entre eux. D’un côté, le plaisir et l’insouciance ; de l’autre, la souffrance et l’inquiétude. Le corps qui exulte et le corps meurtri. Aujourd’hui, je me demande si, au fond, tout n’était pas lié. »
Après Arrête avec tes mensonges, Philippe Besson poursuit son dialogue avec les fantômes de sa jeunesse et approfondit son souci d’exprimer sa vérité intime.

Ce que j’ai ressenti:

« Il y a autre chose: si on n’en parle pas, alors ça n’existe pas. »

.

✨Alors peut-être que je vais vous parler un peu de ce fameux Paul…Un certain Paul Darrigrand qui a retourné le cœur du narrateur…C’est une confession émouvante, un morceau de souvenir qui traîne dans sa tête et qu’il nous passe pour qu’on comprenne l’effet d’un coup de foudre. On est saisi par l’éclosion des sentiments de la jeunesse. Les premiers émois, les premiers désirs, les premières réalités désenchantées….

✨Il y a la vie et l’amour, mais il rôde toujours en périphérie, la maladie et la mort…Et cela donne forcément une certaine urgence à vivre. À tout prendre. Même le très peu de l’attention de l’autre, même le trop vertigineux sentiment d’aimer. D’aimer à contre-courant. D’aimer en miettes. Mais il y a aussi une certaine beauté à aimer comme cela. Tout, plutôt que les regrets. Et c’est comme ça que le narrateur aime. Sans réfléchir, à s’abîmer, à se perdre, parce que la mort a tôt fait de se pointer au prochain carrefour de la vie…

✨C’était beau de lire l’amour qui lie ses deux étudiants…Malgré les difficultés, malgré tous les obstacles, ils se sont aimés. Ils auront gagné cela au moins sur la vie et, à la barbe de la faucheuse qui se pointe un peu trop tôt… C’est ce que j’aimerai leur dire: vous avez eu raison. Même peu, même mal, même secret, vous avez eu la chance d’un amour vrai…

✨Une certaine forme d’éblouissement, ce livre. Une plume sensible et quelque chose qui rappelle que la vie est courte. Alors prenez le temps de rencontrer Paul…Les mots de Philippe Besson sauront vous toucher…C’était doux et nostalgique. Un moment de lecture agréable entre tendresse et tristesse…

Il y a des gens comme ça, ils n’ont rien besoin de faire, on ne peut pas s’empêcher de penser à eux, de les désirer.
Ma note Plaisir de Lecture 8/10

.

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement les éditions Pocket de leur confiance et l’envoi de ce livre.

3 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. La culture dans tous ses états
    Août 15, 2020 @ 15:57:02

    J’aime bien cet auteur. Beau weekend à toi 🙂

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 234 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :