Nos cheveux blanchiront avec nos yeux, Thomas Vinau.

Synopsis:

Le voyage géographique et intime d’un jeune homme.
Walther quitte la femme qu’il aime pour aller vagabonder du nord au sud, des Flandres laiteuses jusqu’à l’Espagne éclatante. Un voyage qui finira par le ramener presque par hasard à l’essentiel, vers celle qui a su le laisser partir et attendre leur enfant. Composé d’instantanés d’une grande délicatesse, ce roman est conçu en deux parties: les jours d’errance puis la vie à demeure, les lointains dépaysants et l’art des petits riens.

Ce que j’ai ressenti:

Je voudrai t’écrire une lettre, Walther, parce que des fois, il n’y a que cela qui peut répondre à des mots qui font écho. Je regarde le ciel d’avril, et j’écris à bulle d’air, presque à ras de terre, en fait…Je te cherche Walther, dans tes dehors et puis, t’es dedans. Dans un train, une chambre ou entre deux bleus, près une baignoire, à te perdre dans des dehors éloignés, courant vers un Sud idéalisé… Je devine les grandes bourrasques, mais je ne sors pas de ma chambre, juste je t’écris et je te lis. J’observe comme toi toutes les nuances du ciel. Et si l’on regarde bien, il n’est pas si bleu. Il prend toutes les couleurs du printemps, et il déborde d’heures enfuies. C’est drôle, Walther, parce qu’on a le même avril, la même envie de partir, mais sans doute pas pour les mêmes raisons…

C’est dans tes observations perspicaces qu’on sait que tu es en mouvement Walther, mais c’est dans cette sorte de journal intime, entre cahier de poésie et carnet de voyage, qu’on peut lire tes plus belles envolées. Ni dehors ni dedans tu n’es bien, mais dans dedans sans dehors, on est rien. Il nous faut trouver du sens à nos riens qui sont tout, alors tu enfiles comme des perles, ces petits riens insignifiants pour qu’ils deviennent poésie pour que certains se perdent dedans…Je m’y suis perdue sans retenue, bousculant mon en-dedans…Mais qu’est-ce que je peux bien en faire moi, de tout ça?

On sent peut être le âpre et le doux, on sent surtout Walther, que tu es un homme dépassé par la grandeur du miracle de la vie. Trop conscient, que c’est dans cette vie qu’on est au plus près de la mort…Mais Walther, j’ose à peine balbutier, que dans mon en-dedans, je moissonne l’idée de poèmes, d’histoires et de mon prochain enfant…Et je développe une envie folle de lire tous les livres de Thomas Vinau, mais celui-ci, je vais le garder tout au fond de mon cœur…

Au revoir Walther, rendez-vous dans un autre ailleurs, ou le ciel sera débarrassé de ces cendres…

Ma Note Plaisir de Lecture 9/10.

3 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. belette2911
    Mai 01, 2020 @ 15:07:33

    J’ai déjà quelques cheveux blancs… n’en rajoute pas ! mdr

    PS : belle photo de tes cheveux !

    Réponse

    • stelphique
      Mai 01, 2020 @ 20:32:36

      Je vais faire la coquette après si tu dis ça 🙈. Naaaaan, je rigole.
      Très très beau livre. Je dis ça, je dis rien. 😏

      Réponse

      • belette2911
        Mai 02, 2020 @ 20:22:38

        Bah, tu as le droit, pour le moment, on a toutes l’air de sortir du lit avec nos training et trucs pour traîner à la maison 😆 Les cheveux longs, les idées courtes…

Répondre à belette2911 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 235 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :