Boire le temps, Stéphan Causse.

Boire le temps par Causse


Synopsis:

Juste le constat lucide de la disparition
Du temps, il en fout.
Du temps, on en veut tant.
Une illusion de plus ?
Qui soit ?
Lisons, écrivons un peu,
vivons beaucoup.
C’est moins la vérité qui importe, que la fuite de celle-ci. Et bien sûr, lui courir après comme un dératé ne sert à rien. Les poètes le savent bien.
Éclairons la cheminée avant de retrouver le berceau anonyme de notre vie. Le secret ne doit pas être totalement aboli pour les orphelins du feu.
Point d’amertume.
Juste le constat lucide de la disparition.
Au milieu de cet imbroglio métaphysique : la vérité est absente, pas la volupté. C’est pourquoi la lumière vespérale souvent, la lumière aurorale parfois baignent la plupart des poèmes du recueil. Une invite à la rêverie pour explorer le temps.
Au Fond, un poète est un astrophysicien, comme lui amoureux de la matière noire et de la lueur des étoiles.


Ce que j’ai ressenti:

La poésie, c’est une émotion. Que l’on ressent ou pas. C’est tellement propre à chacun. J’ai été attirée immédiatement par le synopsis, il me fallait en savoir plus. À la première lecture de ce recueil, il m’a manqué la connexion, et puis finalement j’ai pris le temps. De boire un peu. De Boire le temps, peut-être…Et il en est resté ceci…Sans doute, écrit sur un morceau de sable, et peut-être à lire avant que la vague l’emporte…Un poème qui répond à un recueil de poèmes, c’est ma façon de dire en émotions ce qui vous attend…

 

À l’heure ordinaire de lire

La poésie de Stéphan Causse

Il me vient l’envie de dire

Que les temps se gaussent

Des vers débordants d’eau-

De vie, mer et autres pinots

À contresens pour la chute

À contre-ciel pour l’exulte

Les vérités se boivent, s’aiment

Les vagues décuvent les peines.

💧

À l’heure ordinaire de lire

Les poèmes de Stéphan Causse

Me vient l’envie bleutée de dire

Que les corps se dévoilent

Dans les instants fugaces et voile

Toute dehors, la brise rehausse

Les tutoiements des temps suspendus

Et l’émotion d’une heure parfois trop bue.

💧

À l’heure ordinaire de la poésie

Me vient l’enivrante envie

De vers-mer et de proses de vie

D’admirer le ciel et d’écrire

Un ressenti poétique et relire

Encore une fois, dans le vent

À contresens et, Boire le temps…

Stelphique

Finalement, on dirait bien qu’en féerie, ce soit une lecture réussie. C’est un recueil de poésie à découvrir. D’abord, à laisser décanter et à appréciez avec le temps…

 

Ma note Plaisir de Lecture 7/10.

Remerciements:

Je tiens à remercier très chaleureusement Babelio ainsi que Jacques André Éditeur pour l’envoi de ce recueil de poésie.

6 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. belette2911
    Fév 25, 2020 @ 18:52:46

    Je savais qu’on pouvait boire une « vieux-temps » (bière) mais moi, je ne bois pas le temps, juste du café 😉

    Réponse

  2. lespagesquitournent
    Fév 12, 2020 @ 06:41:32

    Comme toujours, tes poèmes sont enchanteurs !

    Réponse

  3. Lupa
    Fév 11, 2020 @ 19:34:58

    Boire tes mots 🥰

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 234 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :