L’hôtel aux barreaux gris, Curtis Dawkins

L'Hôtel aux barreaux gris


Synopsis: 

Un soir d’Halloween, au milieu des années 2000, Curtis Dawkins a tué un homme alors qu’il était sous l’emprise de la drogue. Condamné à perpétuité, il purge sa peine dans une prison du Michigan. A travers les récits saisissants, empreints de mélancolie et d’humour inspirés de son expérience de la prison, Curtis Dawkins explore les recoins les plus obscurs de l’âme humaine et donne à voir de l’intérieur les conditions de vie des prisonniers.


Ce que j’ai ressenti:

Une rencontre dans l’envers du décor carcéral…

 

C’est un peu par hasard, que j’ai franchi les portes de la maison d’arrêt de Kalamazoo, L’hôtel aux barreaux gris…Ce n’est qu’à la toute fin et dans les remerciements que j’ai compris que l’auteur de ses pages, était un résident permanent, et alors, cette lecture prend une autre tournure, peut être, un peu plus criante encore…Curtis Dawkins raconte de l’intérieur, la réalité de la prison, entre témoignage et fiction, il ouvre les portes de ces vies enfermées dans l’ombre. Des personnalités étranges et violentes, des scènes de vies encore plus étranges et d’autant plus violentes, et toujours le gris de ses âmes égarées et cette détention qui pèsent sur leurs agissements…Et pourtant, l’auteur arrive à  mettre une certaine empathie dans ses pans de vies, qui nous emmène en tant que lecteur à réfléchir sur les conditions de ces hôtels particuliers…

« À la vérité, je lui enviais cette faculté de fondre en larmes, de cracher sa peine. »

Il y a dans ce livre, une souffrance palpable. Des cris de solitude, des envies d’évasions, des désillusions violentes…J’ai ressenti un puissant désespoir et des ailes froissées… En enfermant ces hommes, on a leur aussi brisé aussi leurs espoirs, leurs envies de vivre, leurs futurs. C’est assez déstabilisant de sentir que la mort ou la solitude, que les mensonges et les coups ne sont plus que leurs boulets à tirer, encore et encore…En 14 chapitres, et autant de prisonniers, on est face à des traumatismes atroces, à des douleurs profondes, qui les poussent très souvent à des actes de désespoir, selon le degré de leurs ressentis…Avec ces témoignages, on passe de l’autre côté du décor, au plus près de l’intime de ces hommes détenus dans des chambres étroites…

« Je savais ce qu’il éprouvait – un jour vient où l’on s’aperçoit qu’on ne craint pas la mort, qu’on la souhaite même, en fait. »

En quelques 200 pages, c’est une lecture qui laisse des traces. Loin de l’idée d’une excuse à leurs actes, Curtis Dawins nous dresse des portraits d’hommes dans un endroit, à part. Ces textes ont traversé les murs, et arrivent jusqu’à nous, teinté d’un éclairage fictif mais brûlant. C’était intéressant d’en savoir plus sur leurs failles psychologiques et le quotidien de ces hommes condamnés à perpétuité, ou dans le couloir de la mort. Juste pour ne pas oublier que même dans L’hôtel aux barreaux gris, il y a eu des êtres humains qui ont rêvé Liberté…

« Ray s’est rendu compte que, dans sa nouvelle vie, on pouvait rêver de mourir. Du coup, il respirait la liberté. »

 

 

Ma note Plaisir de Lecture  8/10

Remerciements:

Je tiens à remercier NetGalley ainsi que les éditions Fayard pour leur confiance. Ce fut une lecture intéressante.

 

lu-en-part-avec-la-me

Résultat de recherche d'images pour "editions fayard" Résultat de recherche d'images pour "netgalley"

10 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Collectif Polar : chronique de nuit
    Mar 01, 2019 @ 08:06:28

    Merci pour la découverte ma Fée

    Réponse

  2. Lutin82
    Fév 06, 2019 @ 19:26:46

    Ah, nope, pas à moins de 10 cetet anée, sauf si les livres me semblent incontournable. Ma PAL affiche toujours 200+ bouquins, et je veux rester réaliste, au-delà cela devient impossible de les lire…car on l’entretient cette PAL!

    Réponse

  3. Yuyine
    Fév 05, 2019 @ 10:52:53

    L’incarcération est un sujet qui, systématiquement, me remue au plus profond de mon âme. Je note

    Réponse

  4. lecturesdudimanche
    Fév 02, 2019 @ 05:05:08

    Lorsque j’avais lu l’accusé de Grisham, je n’avais pas non plus compris tout de suite que c’était une histoire vraie… L’incarcération est un sujet fort, ton ressenti en est la preuve !

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 223 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :