Le Pays des oubliés, Michael Farris Smith

Couverture Le Pays des oubliés


Synopsis: 

Une prose intense, lyrique pour le portrait d’une Amérique exsangue et désespérée. 
Plongez avec le nouveau roman de Michael Farris Smith au coeur du delta du Mississipi.

Abandonné à la naissance, Jack est passé d’orphelinats en foyers, avant que Maryann, une lesbienne mise à l’écart par la bonne société de Louisiane, le prenne sous son aile. Aujourd’hui celle-ci vit ses derniers jours et sa propriété est menacée par les banques. Jack, qui veut à tout prix conserver cet héritage, doit trouver l’argent nécessaire. Mais, le corps cassé par une vie de combats, ravagé par de multiples addictions, il ne se sent plus la force d’avancer. D’autant plus qu’il doit aussi affronter Big Momma Sweet, qui règne sur cet empire du vice qu’est le delta du Mississippi.

Michael Farris Smith écrit mieux que personne sur le désespoir américain. Après Nulle part sur la terre, il s’impose ici définitivement comme la voix des exclus, des survivants, des combattants, aussi. Si le portrait est noir, l’écriture est d’une poésie rare, et le lecteur ne peut lâcher ce livre, qui oscille peu à peu de l’ombre vers la lumière.


Ce que j’ai ressenti:

  • Et s’envoler au dessus de la terre des oubliés…

Jack est un accidenté de la vie, meurtri de coups et de désillusions, il mène un quotidien de combats à mains nues. Déglingué et culpabilisant, il avance sur les routes au gré de son étrange gagne-pain, pour sauver tant bien que mal, (plus mal que bien d’ailleurs), la maison de sa mère adoptive. Mais Jack est marqué par le sang et les addictions diverses, oublié des destins heureux, il ne sait que prendre de mauvais chemins…Michael Farris Smith nous éblouit avec ces destins de poussières et de violences, dans un étonnant vol au dessus des terres d’Amérique, Le Pays des oubliés, comme des ténèbres bouillonnantes où les âmes se débattent dans un désert de solitude…

« Je sais que tu as une histoire. Nous avons tous une histoire mais certaines sont meilleures que d’autres, et toi et moi nous savons tous deux qu’il y a un récit caché en toi. »

  • Planer sur des ailes de poésie…

Il y a une poésie envoûtante entre ombre et lumières, une ambiance prégnante qui m’a pris aux tripes. C’était fort et intense. Une plume presque comme une respiration, saccadée, rythmée avec des ratés sous l’émotion… Une solitude et un désespoir transpirent de ces pages, et pourtant, il reste une petite lueur, et c’est ce qui me fait fondre…Michael Farris Smith donne des élans de vie à ses personnages paumés, mais la fatalité les tient ardemment dans son poing…Toutes les volutes d’encre et les gerbes de sang vont courir sur leurs corps écorchés, et c’est au plus près de la nuit, que les démons se réveillent, assoiffés de vices et de culpabilités…A force de combats et de détermination, à coups d’audace et contorsions, l’espoir d’un futur meilleur se profile, mais encore faut-il, pour Jack le Boucher et Annette la splendeur tatouée, fassent enfin les bons choix…

« Et après il passait quelques jours dans la maison. Se rappelait les choses simples qu’elle avait essayé de lui inculquer. Se rappelait les couchers du soleil et les cieux illuminés d’étoiles et le réconfort de l’espace. »

  • Et descendre en piqué vers son coup de cœur…

Ce roman noir est d’une justesse impeccable. Violent, sombre, envoûtant. J’ai été subjuguée par cette histoire. La plume de Michael Farris Smith se fait velours, encore plus dans ce roman-ci. Le titre est peut-être bien, Le Pays des oubliés, mais il est certain, que moi, je ne pourrai oublier cette virée dans l’Amérique profonde. Tant d’humanité dans ces clairs-obscurs, il a vraiment, quelque chose de rare, cet auteur pour nous transcrire ces êtres en perdition.

Je virevolte encore, aux côtés d’un faucon, et je suis descendue des cieux infinis, pour vous écrire que ce livre est un coup de cœur.

« Des centaines de kilomètres plats. Des repaires d’esclaves et de soldats. Une terre d’oubliés couverte de cieux infinis. »

 

Ma note Plaisir de Lecture  10/10

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement les éditions Sonatine de leur confiance et l’envoi de ce livre!

 

 

20 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Collectif Polar : chronique de nuit
    Mar 01, 2019 @ 08:01:28

    Rhoooo quel magnifique chronique tout en sensibilité.
    Maintenant je ne vais plus oser parler de mon ressenti;
    Je préfère le tiens !

    Réponse

  2. Yuyine
    Fév 05, 2019 @ 10:54:28

    Je n’ai pas eu le même coup de coeur mais j’ai vraiment beaucoup aimé cette découverte moi aussi. Quelle lumière dans les flashbacks, quelle humanité, quel désespoir!

    Réponse

  3. Lutin82
    Jan 29, 2019 @ 22:05:43

    ah, celui là je me le suis noté et je dois le lire.

    Réponse

  4. dealerdelignes
    Jan 29, 2019 @ 05:24:26

    Tu en parles magnifiquement bien, il le mérite 😉 j’espère que t’auras l’occasion de le rencontrer si ce n’est pas encore le cas.

    Réponse

  5. Lup Appassionata
    Jan 27, 2019 @ 19:14:06

    C’est ce que j’aime dans les romans très très noirs : qu’ils soient lumineux d’humanité ! Encore un coup de coeur de fée qui entre dans ma wish-list, merci 🙂

    Réponse

  6. Nathalie C
    Jan 27, 2019 @ 10:12:35

    ta prose est toujours aussi sensible mon petit elfe 🙂

    Réponse

  7. Lord Arsenik
    Jan 27, 2019 @ 09:34:24

    La sauce n’a que moyennement pris avec moi. J’ai trouvé le style parfois indigeste et la fin trop prévisible.

    Réponse

    • stelphique
      Jan 27, 2019 @ 11:05:00

      Alors là, cela m’étonne un peu ^^ même si on sait que des fois, en lecture, les rendez-vous ne sont pas toujours là…Ça sera pour une autre fois…Autour d’un autre roman noir sans aucun doute….;)

      Réponse

      • belette2911
        Jan 28, 2019 @ 20:54:27

        Me voici le cul entre deux chaises, les z’amis !! 😀 Deux copinautes et deux avis différents… mais si j’ajoute Dealer de lignes et le barbu du dessus, ça me fait 3 positifs et un mitigé, en espérant balancer du côté de conquis que des déçus 😉

  8. Yvan
    Jan 27, 2019 @ 09:30:24

    Je reconnais bien ta sensibilité à travers ton ressenti de lecture de cet excellent roman noir 😉

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 223 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :