Les passeurs de livres de Daraya, Delphine Minoui.

Couverture Les passeurs de livres de Daraya

Pourquoi je l’ai choisi: 

La communauté Bookstagram est pleine de bonnes idées et de partages livresques…Ici, j’ai succombé à l’appel du coeur de @Steph_croqueuse_de_livres_ , je ne me voyais pas faire autrement…

Synopsis: 

De 2012 à 2016, la banlieue rebelle de Daraya a subi un siège implacable imposé par Damas. Quatre années de descente aux enfers, rythmées par les bombardements au baril d’explosifs, les attaques au gaz chimique, la soumission par la faim. Face à la violence du régime de Bachar al-Assad, une quarantaine de jeunes révolutionnaires syriens a fait le pari insolite d’exhumer des milliers d’ouvrages ensevelis sous les ruines pour les rassembler dans une bibliothèque clandestine, calfeutrée dans un sous-sol de la ville.

Leur résistance par les livres est une allégorie : celle du refus absolu de toute forme de domination politique ou religieuse. Elle incarne cette troisième voix, entre Damas et Daech, née des manifestations pacifiques du début du soulèvement anti-Assad de 2011, que la guerre menace aujourd’hui d’étouffer. Ce récit, fruit d’une correspondance menée par Skype entre une journaliste française et ces activistes insoumis, est un hymne à la liberté individuelle, à la tolérance et au pouvoir de la littérature.

Ce que j’ai ressenti:… Un Fulgurant Coup de Coeur…

Je n’entends rien en politique internationale, en conflits mondiaux, et en stratégies planétaires, mais j’ai entendu comme un murmure dans le chaos, un message de paix et d’espoir qui s’est élevé au dessus du bruit des bombes, qui a réussi à passer entre les barils d’explosifs, qui s’est envolé plus haut qu’une attaque au napalm…Ce murmure, il vient de Syrie, et il avait le doux son des pages qui se tournent, la force des mots qui apaisent, le pouvoir de la liberté de penser, la magie d’un livre ouvert…

Quand j’ai lu ce passage, j’ai senti comme un déchirement…(et ce n’était que la page 12…).

« Des heures durant, il évoque en détail ce projet de sauvetage du patrimoine culturel, né sur les cendres d’une cité insoumise. Puis il me parle des bombardements incessants. Des ventres qui se vident. Des soupes de feuilles pour conjurer la faim. Et de toutes ses lectures effrénées pour se nourrir l’esprit. Face aux bombes, la bibliothèque est leur forteresse dérobée. Les livres, leurs armes d’instruction massive. » 

Je suis admirative qu’un tel témoignage ait pu franchir les frontières, la barbarie, l’intolérable…Ce n’est pas une lecture comme les autres, elle est de loin la plus difficile que j’ai pu lire, et pourtant, c’est un coup de coeur violent et nécessaire qui m’a bouleversée plus que ce que je pouvais imaginer…C’est avec une grande émotion que j’écris ce retour de lecture…Malgré l’état de siège asphyxiant, un petit groupe d’hommes décident de privilégier l’amour de la littérature, l’amour des mots, l’amour de la poésie comme un souffle d’espoir… C’était tellement désespéré, désintéressé et fondamentalement altruiste que cet élan vous chavire au plus profond…Au delà des larmes que tu verses au fil des pages, il te vient un respect serein qui t’unit à cette incroyable bibliothèque, petite bulle pacifiste cachée sous les décombres…

Le livre ne domine pas. Il donne. Il ne castre pas. Il épanouit. 

S’il y a des passeurs de livres à Daraya, nous pouvons bien nous, lecteurs et blogueurs, faire passer aussi ce témoignage d’une force et d’une luminosité éblouissante…A vous, maintenant, de faire passer…Pour ma part, c’est fait, et je m’en vais lire encore une fois, L’alchimiste de Paulo Coelho et Le petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry mais découvrir aussi La coquille de Moustapha Khalifé puisque ce sont ceux là, qui ont été leur port d’attache au milieu de cet océan déchaîné de violence…Ceux là, et tous les autres, qui les ont tenu debout, et plus fort contre la haine…

Lire pour s’évader. Lire pour se retrouver. Lire pour exister…

 

 

Ma note Plaisir de Lecture  10/10

 

Publicités

12 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Lup Appassionata
    Fév 22, 2018 @ 18:43:58

    Je souhaite absolument le lire ! J’ai écouté Delphine Minoui en parler, et elle m’a bouleversée. Merci pour cette belle chronique 😘

    Réponse

  2. Yuyine
    Jan 30, 2018 @ 13:38:22

    Depuis l’avis de Steph croqueuse de livres je suis déjà convaincue que c’est un livre à lire, à partager, à ressentir, tu ne fais que rajouter à cette certitude un avis plein d’émotion. J’ai hâte de me plonger dedans

    Réponse

  3. lecturesdudimanche
    Jan 30, 2018 @ 05:46:59

    Quel message incroyable ! J’aime cette arme d’instruction massive…

    Réponse

  4. https://evasionpolar.wordpress.com
    Jan 29, 2018 @ 07:38:37

    hâte de le lire en lisant vos chroniques les filles, en même temps il m’a l’air tellement bouleversant et triste que je le laisse un peu dans ma pal

    Réponse

  5. revanbane45
    Jan 27, 2018 @ 17:02:33

    Un livre tellement bouleversant, une lecture difficile par les émotions qu’elle m’a procurée mais un coup de coeur hallucinant pour ce message de paix et d’espoir 😊

    Réponse

  6. chronicroqueusedelivres
    Jan 27, 2018 @ 11:46:00

    Un coup de coeur pour moi aussi 🙂

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 202 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :