Ariane, Myriam Leroy.

Ariane par Leroy

 

Synopsis:

« Quand j’ai eu douze ans, mes parents m’ont inscrite dans une école de riches. J’y suis restée deux années. C’est là que j’ai rencontré Ariane. Il ne me reste rien d’elle, ou presque. Trois lettres froissées, aucune image. Aucun résultat ne s’affiche lorsqu’on tape son nom sur Google. Ariane a vécu vingt ans et elle n’apparaît nulle part. Quand j’ai voulu en parler, l’autre jour, rien ne m’est venu. J’avais souhaité sa mort et je l’avais accueillie avec soulagement. Elle ne m’avait pas bouleversée, pas torturée, elle ne revient pas me hanter. C’est fini. C’est tout. » 

Elles sont collégiennes et s’aiment d’amour dur. L’une vient d’un milieu modeste et collectionne les complexes. L’autre est d’une beauté vénéneuse et mène une existence légère entre sa piscine et son terrain de tennis. L’autre, c’est Ariane, jeune fille incandescente avec qui la narratrice noue une relation furieuse, exclusive, nourrie par les sévices qu’elles infligent aux autres. Mais leur histoire est toxique et porte en elle un poison à effet lent, mais sûr. 
Premier roman sur une amitié féroce, faite de codes secrets et de signes de reconnaissance, à la vie à la mort. 

Ce que j’ai ressenti:…Un tourbillon…

« J’ai intégré que l’amour était une humeur hormonale utile à la perpétuation de l’espèce, le désir soluble dans l’habitude et l’amitié une disposition occupationnelle. « 

Un roman d’amitié intense, passionnel, empoisonné de destructeurs « Je t’aime, moi non plus ». Deux jeunes adolescentes qui se frottent aux relents nauséabonds d’une amitié déchirante, où chaque jour, elles s’enfoncent toujours plus loin dans les tourments d’une relation toxique. Une amitié forte , née d’une furieuse envie de contrer la banalité, d’exister plus intensément, d’explorer dangereusement tous les sentiments fusionnels qui unissent deux êtres…Une amitié empoisonnée qui se compose et se décompose sous nos yeux mais plus encore dans les deux coeurs de ses jeunes filles…

Ariane, c’est la Belle, la beauté vénéneuse qui prend dans ses filets, les âmes innocentes. Elle saura aussi vous subjuguer dans ses affres, avant d’entraîner dans un tourbillon de galères, sa meilleure amie qui la bade. Autant vous dire, que ce roman contemporain est tout dans l’émotion et qu’il a une force d’attraction intense. Myriam Leroy nous décrit toutes les contradictions de cet âge difficile entre urgence de vivre et vertige de mort, dans les fracas d’amour et de haine. L’auteure met une telle puissance dans ses mots, qu’il m’a été impossible de quitter ses jeunes filles pendant ses 200 pages, en suivant presque en apnée, leurs pied-de-nez à leur quotidien qu’elles ressentent sans saveurs, inventant presque autant de façons de se confronter à tous les ressacs que le destin peut mettre sur leur route, en le défiant avec toujours plus d’effronterie…

En plus, de l’effet captivant de cette amitié hors-norme, il y a eu dans cette lecture, tout un spectre de résonance des références de ma génération. J’ai eu comme une sorte de connivence avec cette jeune auteure qui me précède d’un an, et qui m’ont rappelée avec ces petits clins d’oeil, ma propre adolescence. Que c’est doux, le souvenir…

Les dernières pages du livre m’ont bouleversée, car elle nous parle d’une jeunesse fracassée, en mal de vivre et d’adaptation, un rappel d’un morceau de vie charnière, où tous les possibles sont envisageables, et c’est avec une certaine nostalgie que l’on quitte les remous bouillonnants de cette adolescence, tout en se disant que cette Myriam Leroy a su nous conter avec justesse une histoire d’amitié étonnamment violente, et incroyablement vibrante…

 

Ma note Plaisir de Lecture  9/10

Remerciements: 

Je tiens à remercier Muriel ainsi que les éditions Don Quichotte pour l’envoi de ce livre! Merci de leur confiance.

 

 

6 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Rétrolien: Ariane – Ma collection de livres
  2. Lectrice de polars compulsive mais pas que...
    Jan 02, 2018 @ 16:25:01

    Merci Steph pour ce résumé qui me donne furieusement envie de découvrir cette auteure

    Réponse

  3. belette2911
    Jan 02, 2018 @ 14:48:22

    Et bien, que d’émotions pour ce premier roman de l’année ! J’hésite… je note ou je ne note pas, telle est la question ! 🙂

    Bisous

    Réponse

  4. Lup Appassionata
    Jan 02, 2018 @ 14:11:30

    Cette première chronique de l’année, toute en sensibilité, augure de précieux et jolis moments d’émotions en ta compagnie !!!
    Je te souhaite une belle et scintillante année 2018, remplie de féeriques découvertes, mon adorable et douce petite fée ❤❤❤

    Réponse

  5. mespagesversicolores
    Jan 02, 2018 @ 09:51:24

    C’est une de mes compatriotes belges 🙂 (et une super chroniqueuse radiophonique!). Je me réjouis de découvrir son écriture et son style et ce que tu en dis, est hyper engageant!

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

En Féérie, il brille quelques poussières…

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 221 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :