Jours Barbares, William Finnegan

Couverture Jours Barbares

Pourquoi je l’ai choisi:

Avec ce synopsis et une folle envie de voyage, je ne pouvais pas passer à côté de cette histoire…Belle pioche trouvée sur les réseaux sociaux…

Synopsis:

Le surf ressemble à Un sport, un passe-temps. Pour ses initiés, c’est bien plus : une addiction merveilleuse, une initiation exigeante, un art de vivre. Élevé en Californie et à Hawaï, William Finnegan a commencé le surf enfant. Après l’université, il a traqué les vagues aux quatre coins du monde, errant des îles Fidji à l’Indonésie, des plages bondées de Los Angeles aux déserts australiens, des townships de Johannesburg aux falaises de l’île de Madère. D’un gamin aventureux, passionné de littérature, il devint un écrivain, un reporter de guerre pour le New Yorker. À travers ses mémoires, il dépeint une vie à contre-courant, à la recherche d’une autre voie, au-delà des canons de la réussite, de l’argent et du carriérisme ; et avec une infinie pudeur se dessine le portrait d’un homme qui aura trouvé dans son rapport à l’océan une échappatoire au monde et une source constante d’émerveillement. Ode à l’enfance, à l’amitié et à la famille, Jours Barbares formule une éthique de vie, entre le paradis et l’enfer des vagues, où l’océan apparaît toujours comme un purgatoire. Un livre rare dont on ne ressort pas tout à fait indemne, entre Hell’s Angels de Hunter S. Thompson et Into The Wild de Jon Krakauer.

William Finnegan a acquis ses galons de journaliste lors de la guerre civile au Soudan, en Afrique du Sud pendant l’Apartheid, dans les Balkans ou à Mogadiscio. Ses reportages sur les théâtres d’opérations sont le fruit de longues immersions et de patientes observations, ou, comme il aime à le résumer : “Je fouine, je parle aux gens, j’attends.” Il a reçu en 2016 pour Jours Barbares le prestigieux Prix Pulitzer.

Ce que j’ai ressenti:… Screamer de coup de cœur

« Les surfeurs sont des fétichistes de la perfection. »

Imaginez… Fermez les yeux… Et laissez la Vague Finnegan vous emporter…Il n’est lecture plus immersive, tempétueuse, dangereuse, mais aussi, plus follement addictive et sensationnelle…Du moment, où tu ouvres ces pages, tes pieds se posent sur la planche de surf de ce jeune gamin, et elle t’envoie dans les tourments de l’océan, te valdingue dans les déchaînements du temps, te transportent au delà des continents…Tu retiens ta respiration, tu vibres d’une fureur fébrile, tu ressens un vent de liberté, tu t’en prends plein la vue…Un voyage à l’intérieur des tubes et une splendeur extérieure à couper le souffle, racontés au rythme du reflux d’une vie épanouie, au contact de la mer…Génialissime!

« A l’instar des roses ou des diamants, les vagues sont des objets immuables de la nature. »

Tout l’enchantement de cette lecture tient à cette force d’écriture, au pouvoir incroyable qui te rend palpable toutes les sensations de ce sport exigeant. Même vertigineuses, ses descriptions sont époustouflantes! William Finnegan rend fabuleuses ses mémoires, avec cette passion de tous les dangers, cette invitation au voyage, cette petite porte ouverte pour comprendre cette envie démentielle de se confronter toujours, aux forces maritimes de la nature. Dans le ride, l’émerveillement , au top-turn, l’adrénaline, au Pull-out, la douleur...On fait le tour des émotions de ses hommes qui n’ont pas peur de se mouiller, qui osent défier les lois de la gravité avec leurs planches sur des hauteurs instables, qui affrontent vents et marées…Plus de 500 pages, pour saisir toute l’immensité d’une addiction aux chocs des vagues…

« Le nouvel idéal émergeant était la solitude, la pureté, la perfection des vagues, loin de la civilisation.(…) C’était une piste qui nous éloignait de la citoyenneté au sens archaïque du terme, pour nous conduire vers une frontière à demi effacée où nous pourrions vivre comme des barbares de la fin des temps. »

Journaliste de guerre, nous avons presque en vision trouble, le théâtre des pires conflits mondiaux cachés derrière ses lignes. On devine la violence, elle est là, sous-jacente, mais l’auteur décide de nous parler que de beauté. C’est un homme avant tout, qui se frotte au danger, autant dans son métier que dans sa passion : il a comme une urgence dans sa manière de vivre, il a en lui, une fureur tranquille à louvoyer aux quatre coins du monde et affronter les aléas de la vie. Chaque vague se teinte du panorama d’une ville, chaque article s’empreinte des larmes versées, mais toujours le plaisir salvateur de la glisse…C’est un fascinant tour de force que de rendre ses océans démontés, un lieu de rendez-vous d’amitié et de félicité…

« On ne peut que haïr la façon dont le monde tourne. »

C’est une lecture qui ouvre sur le monde, ses joyaux et ses atrocités. Un récit de vie intense et mouvementé…Un roman qui te tient éveillé la nuit, et qui t’attire irrésistiblement vers les flots, le jour. L’appel du large devient violent et libérateur…Jours Barbares est un coup de cœur!

« L’enchantement me porterait là où il voudrait. »

Petit plus: Merci pour le glossaire du surf à la fin!

 

 

Ma note Plaisir de Lecture  10/10

Remerciements :

Je tiens à remercier chaleureusement Les éditions du Sous-Sol pour l’envoi de ce livre! Ce fut une lecture captivante!

 

logo-Editions-du-sous-sol

 

 

Publicités

28 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Lup Appassionata
    Avr 24, 2017 @ 19:29:00

    Ohhh chouette !!! Une lecture pour cet été, sur la plage, le regard perdu dans les vagues, les doigts de pied en éventail, et ma petite fée préférée dans mes pensées !!! Le bonheur quoi !!! *_*

    Réponse

  2. Nathalie M
    Avr 22, 2017 @ 19:22:52

    Et sinon il sont où Keanu Reeves et Patrick Swaize ? ? 😉
    Voilà un joli coup de coeur mais je crains que ce ne soit pas pour moi ☺

    Réponse

  3. legereimaginareperegrinareblog
    Avr 22, 2017 @ 07:48:10

    A reblogué ceci sur Blog critique littéraireet a ajouté:
    Suivez-moi sur les traces de ma fée copinaute, ou de ma copinaute fée, c’est selon, pour ce super article qui nous transporte dans le monde de « Jours Barbares » de William Finnegan. Vous serez conquis !!

    Réponse

  4. legereimaginareperegrinareblog
    Avr 22, 2017 @ 07:45:38

    Très bel article qui a le double mérite de transmettre ton enthousiasme pour cet ouvrage mais également la passion de William Finnegan pour le surf mais aussi pour son choix de vie. Cet ouvrage ne fait pas partie de mes lectures habituelles mais je me laisse porter par ton enthousiasme et je l’inscris dans ma pal de l’été prochain. Merci pour cette passionnante chronique que je partage car elle mérite d’être lue par tous 🙂

    Réponse

    • stelphique
      Avr 22, 2017 @ 09:03:09

      Je suis très émue du coup….Merci pour ton comm’ et le repost, c’est trop gentil!!!!;)
      J’espère que du coup, il te plaira !!!!;)

      Réponse

      • legereimaginareperegrinareblog
        Avr 22, 2017 @ 09:08:08

        C’est tout à fait normal entre blogueuses, et je pense que ton article et ton blog en général sont vraiment superbes…donc je partage :):) Je te dirai ça quand je l’aurais lu

      • stelphique
        Avr 22, 2017 @ 09:11:47

        J’espère bien qu’on va en discuter!!!!!Parce que je ne suis pas prête de l’oublier cette lecture!!!!;) J’adore partager autour de la lecture et donc ta démarche me fait très plaisir…
        Merci beaucoup pour le compliment *sur, que je rougis maintenant*;)

  5. Lutin82
    Avr 21, 2017 @ 16:55:01

    Oho! Cela ressemble même à un super coup de coeur!!!!
    Convaincue, je suis par ma Bonne Féeéééééée ! Je le note!

    Réponse

  6. belette2911
    Avr 20, 2017 @ 17:10:25

    J’avais oublié mon gilet de sauvetage, alors, je me suis noyée dans la jolie gueule du gamin de la cover (je vais me faire arrêter pour détournement de mineur, moi) et ensuite, j’ai pris note…

    Avec les éditions du sous-sol, non seulement on surfe sur la vague, mais en plus, on creuse ses finances !!! PTDR

    Réponse

  7. Léa Touch Book
    Avr 20, 2017 @ 16:56:15

    J’ai craqué en librairie à sa sortie, j’ai hâte de le lire sûrement cet été 🙂

    Réponse

  8. Yvan
    Avr 20, 2017 @ 15:54:46

    J’ai fermé les yeux comme tu as demandé et je n’ai plus vu ta chronique. j’ai donc rouvert les yeux et j’ai bien fait 😉

    Réponse

  9. lespagesquitournent
    Avr 20, 2017 @ 08:05:11

    L’histoire ne m’intéresse malheureusement pas, mais je trouve ta critique super. Tu retranscris bien ton coup de coeur et présente bien le livre. 🙂 Ca fait plaisir à lire !

    Réponse

  10. lecturesdudimanche
    Avr 20, 2017 @ 06:44:29

    Belle retranscription de ton coup de coeur ! 👌

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 172 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :