Croire au merveilleux, Christophe Ono-Dit-Biot.

A11832

Pourquoi je l’ai choisi:

Il n’a pas été difficile de me pencher sur cette lecture, avec ce titre si évocateur….

Synopsis :

« Je veux bien avoir été distrait ces temps-ci, mais je sais que si j’avais croisé cette fille-là dans l’ascenseur ou le hall d’entrée, je m’en serais souvenu. Et puisque je me souviens d’elle, c’est que je l’ai vue ailleurs. »

César a décidé de mourir. Mais une jeune femme sonne à sa porte et contrarie ses plans. Étudiante en architecture, grecque, elle se prétend sa voisine, alors qu’il ne l’a jamais vue. En est-il si sûr ? Pourquoi se montre-t-elle si prévenante envers lui, quadragénaire en deuil de Paz, la femme aimée, persuadé qu’il n’arrivera pas à rendre heureux l’enfant qu’ils ont eu ensemble, et qui lui ressemble tant ? Pourquoi est-elle si intéressée par sa bibliothèque d’auteurs antiques ? D’un Paris meurtri aux rivages solaires de l’Italie en passant par quelques îles proches et lointaines, Croire au merveilleux, en dialogue intime avec Plonger, est l’histoire d’un homme sauvé par son enfance et le pouvoir des mythes. Un homme qui va comprendre qu’il est peut-être temps, enfin, de devenir un père. et de transmettre ce qu’il a de plus cher.

Ce que j’ai ressenti:…Invitation à la rêverie et au voyage…

Etre lu, c’est être caressé.

La perte d’un être cher et la douleur de celui qui reste…Toute cette histoire tourne autour de cette reconstruction après le drame d’un duo qui n’a pas fini de s’aimer…César, c’est l’homme brisé qui veut en finir avec cette souffrance, en dépit de tout ce qui lui reste…Mais la vie réserve parfois de jolies surprises, aussi délicieuse qu’une Nana impertinente…

Est-ce que c’est ça le deuil? Etre confronté au silence? Se fracasser constamment contre le mur de l’absence? Chialer tout en conservant l’espoir d’un miracle?

J’ai particulièrement apprécié de retrouver dans ses pages, la beauté et la simplicité de vie qui règne dans les îles Grecques, de ressentir encore l’émerveillement devant ses paysages époustouflants, ainsi que me remémorer ses légendes antiques. Rien que pour cet instant de souvenir ravivé, j’ai adoré cette lecture. Cette ambiance de sérénité devant une douceur de climat méditerranéen: l’envoûtement de l’air marin, le réconfort d’un soleil brillant, l’ensorcellement de la pierre ancienne…C’est une invitation au voyage mais aussi une plongée immersive dans les textes mythiques, et le flot nous emporte vers des sirènes, les demi-dieux aux destins fabuleux, la poésie des aventures extraordinaires dans ses livres poussiéreux…Croire au merveilleux, quelle bien jolie idée…

« J’aime les mots, leur sens ancien, les passerelles que ça crée. L’impression d’un ordre, d’une cohérence, d’un enracinement, le seul qui tienne dans ce monde de folie. »

Ca et là, posés comme des ailes de papillons, des citations en lettres grecques, pour nous rappeler la force de ses écrits, qui ont réussi à traverser les siècles comme une envie de se relier à l’ancien pour mieux appréhender le présent…Ce roman est hanté par l’ombre des attentats, et on ressent malgré cette perpétuation de la violence, le doux espoir, qu’au regard des chaos du passé, on saura garder la vaillance de ses héros fantastiques, et surtout le besoin de transmettre leurs vraies valeurs…Ces textes « magiques », derniers remparts vacillants face à l’heure de la surconsommation et la surenchère d’informations, qu’il nous faut pourtant réveiller pour la génération future…Tel est le joli message que cet auteur passionné, essaye de faire passer…

« -C’est quand même, il faut l’avouer, rempli de livres que plus personne ne lit. Que plus personne ne lira.
-Pourquoi dites vous ça? C’est idiot. Les enfants aimeront toujours ces récits fabuleux.
-J’espère que vous avez raison. »

Quel moment d’apaisement que cette lecture qui finit en beauté sur une touche des plus romantiques et poétiques…C’est bien le cœur battant, qu’on referme ce livre avec cette impression d’avoir dégusté un petit instant mielleux, un bonbon merveilleux…

Ma note Plaisir de Lecture  8/10

 

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement Alina Gurdiel de sa confiance ainsi que les Editions Gallimard pour l’envoi de ce livre.

Publicités

13 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Nathalie M
    Mar 17, 2017 @ 18:57:32

    Même lorsque je sais d’avance que le roman n’est pas ma came , je lis toujours tes chroniques jusqu’au bout tant elles sont jolies et pleines de poésies ☺

    Réponse

  2. Lutin82
    Mar 15, 2017 @ 17:53:05

    J’y crois déjà. Je suis un lutin merveilleux. Et je connais un fée avec une série de qualificatifs longs comme un bras humain. Le mien serait trop court.

    Réponse

  3. dealerdelignes
    Mar 15, 2017 @ 06:17:45

    En ai très envie ❤du livre hein , quoi que ….

    Réponse

  4. belette2911
    Mar 14, 2017 @ 18:24:11

    Pas pour moi, chère binômette ! Mais je ne t’oublie pas… surtout tes petits souliers… :sifflote d’un air innocent:

    Réponse

  5. Lup Appassionata
    Mar 14, 2017 @ 18:10:10

    Pour le voyage dans cette Italie merveilleuse et chère à mon cœur, mais aussi parce que tu en parles si joliment, je note ce titre !!! Grazie 🙂

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 185 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :