Alice et les orties, Julie Bonnie.

Couverture Alice et les orties

Pourquoi je l’ai choisi:

J’adore Julie Bonnie (depuis son tout premier roman), et aujourd’hui elle me le rend bien, puisque c’est avec une totale surprise que j’ai reçu son dernier livre en avant première! Je ne vous dis pas comme j’étais émue! Merci infiniment donc à elle, ainsi qu’aux Editions Grasset de leur confiance pour mettre ce petit livre en avant sur mon blog!

Synopsis:

Alice est envahie par son histoire, une sale histoire dont elle voudrait tant se débarrasser. Parce que le silence tue, que la honte étouffe, Alice se met en quête des mots pour écrire son récit, puis le brûler, l’évincer une fois pour toutes de sa vie. Comment trouver les mots qui racontent l’indicible ? Sur le chemin d’Alice, on croise des monstres, des morts, des personnages loufoques. Tous vont l’aider à comprendre enfin ce qui lui est arrivé. Pour raconter l’indicible, un conte poétique, magique et tendre.

Les personnages:

Alice nous émeut par sa blessure sur laquelle elle n’arrive pas à mettre les mots pendant plus de trente ans. Elle reste étonnamment pudique, nous délivre son message à force de métaphores: Poétique…

Tallulah, j’ai aimé sa façon de voir la vie, de lui faire un pied de nez comme cela, d’être irrévérencieuse.

J’ai eu un petit coup de coeur pour Achille! Je l’ai adoré dans sa défense des jolis mots, dans son apparence étonnante, dans son soutien à Alice…

Ce que j’ai ressenti:…Une douce lecture urticante…

« L’histoire était-elle un virus? S’est-elle, avec le temps, adaptée à mon organisme, à ms cellules est-elle incrustée dans tout ce que je suis maintenant? »

Encore une fois, cette auteure m’a emportée dans sa sensibilité, dans ses écrits gracieux. En se frottant au conte, elle nous transmet le gratouillement d’une histoire qui dérange. Sous l’apparence d’un méli mélo , elle fait apparaître des êtres étranges, des rencontres loufoques tout comme une certaine autre Alice…

J’ai été touchée de son intention de se faire imaginative pour parler d’un sujet difficile, de faire de la création pour dénoncer cet acte immonde , de donner de la force aux victimes pour faire exploser cet empoisonnement. J’ai trouvé que les illustrations simples et aérienne de Robin Feix ajoute plus de poids à leurs démarches de libération…

« J’ai parfois été cruelle. Pour rendre. Mais on ne se débarrasse pas des blessures en blessant. »

Nous sommes juste heureux de n’avoir pas vu cette histoire partir en fumée, car même si le sujet est brûlant, la douceur que Julie Bonnie dans ses pages, en fait un agréable voyage…

 

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 8/10

lu-en-part-avec-la-me

Logo-Grasset.png

Publicités

15 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. belette2911
    Oct 04, 2016 @ 18:18:34

    Inconnue au bataillon, mais comme le dit si bien Nath, c’est tout à fait toi, ce genre de roman 😉

    D’ailleurs, elle a tout à fait raison aussi sur l’autre point 😀

    Réponse

  2. Léa Touch Book
    Oct 03, 2016 @ 13:07:02

    J’ai bien envie de le lire en lisant ta chronique 🙂

    Réponse

  3. Smadj
    Oct 03, 2016 @ 07:20:44

    Superbement écrit comme toujours 😊

    Réponse

  4. Nathalie M
    Oct 02, 2016 @ 15:08:18

    Tout à fait toi ce genre de bouquin ☺

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 176 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :