Le verger de marbre, Alex Taylor

Couverture Le verger de marbre

Pourquoi je l’ai choisi:

Je suis inscrite au challenge Gallmeister organisé par l’adorable LéaTouchBook, et ce livre m’a tentée surtout pour l’aspect thriller/polar noir.

Synopsis:

Beam Sheetmire, dix-sept ans, vient de tuer l’homme qui l’avait agressé. Il n’y a plus qu’à se débarrasser du corps sur les berges de cette rivière du Kentucky. Vu les circonstances, Beam devrait s’en tirer dans histoires. Mais il découvre que la victime est le fils du caïd local, Loat Duncan, à la fois puissant trafiquant et redoutable meurtrier. La décision de son père est sans appel : Beam doit fuir, et sur-le-champ. S’engage alors un diabolique jeu du chat et de la souris où chaque mouvement n’est qu’un pas de plus vers l’enfer.

Les personnages:

Beam, un jeune qui va devoir grandir un peu plus vite que prévu, et apprendre la vie à coup de poings et de sang…

Clem et Derna forme un couple des plus bizarres, mais il est à l’image de cette vie de violence sans nom…

Loat Duncan, le caïd du coin, est redoutable dans ses agissements, mais c’est un homme, rien de plus, qui tient trop à la vie…

Ce drôle de quatuor renferme mille et un secrets, non-dits pourrissants, violence latente et la plume de cet auteur a voulu qu’ils se réunissent pour nous imploser le cœur, et un peu du leur, peut être…

« Mais il avait eu son heure de gloire. Des éclairs plein les veines chaque vendredi soir, il avait traversé toutes ses années sur une autoroute de sang. »

Ce que j’ai ressenti:…Le polar en lumière, la lumière du polar…

« -Voyez vous on ne peut jamais prévoir ce que le monde va vous jeter dessus. J’aime être prêt à toute éventualité. »

Le Verger de Marbre est la lumière noire qui éclairera votre rentrée littéraire! Un de ses grands romans dont on ne se remet pas tout à fait tellement, il est intense…Une de ses magnifiques écritures qui vous submergent, et vous met des papillons dans les yeux durant votre lecture…Une de ces histoires qui ne peuvent pas, décemment, s’évaporer…

« On peut pas disparaître dans une ville. (Il agita une main vers la nuit et toute son immensité.) Mais par ici, un type peut juste…s’évaporer. »

Ce n’est pas tant le destin de ce Beam qui vous bouscule, mais c’est l’excellent cadre dans lequel l’auteur dépeint cette cavale aux milles dangers qui vous arrache les viscères…On est immédiatement assailli d’un étrange malaise, qui vous mènera jusqu’au bas fond d’une ville, où la misère sociale déboite les relations, où la violence a plus de force qu’une simple main tendue, où la jeunesse n’a que peu de perspective d’avenir. Chaque situation mène plus profond dans le tourbillon des abîmes, et ce n’est pas parce que vous dormirez, que le reste du monde ne va pas continuer sa danse folle…Beam va l’apprendre à ses dépens…

Il ne savait pas que les ennuis pouvaient réellement poursuivre un homme, mais ça semblait être le cas avec lui, chacun de ses mouvements le plongeant d’autant plus profond dans les sables mouvants des calamités et de la déchéance. Il pensa tout à coup à ce qu’avait affirmé l’inconnu du ferry, que la rivière n’avait pas de fond. A présent, il se demandait si les ennuis avaient un fond, et s’il le trouverait un jour.

J’ai adoré la double de dose de noirceur avec sa robe de poésie. Il a « un je-ne-sais-quoi » qui rend la lecture particulière, l’impression de tenir un trésor de mots, un coffre fort enfoui pour tous lecteurs avides d’émotions et de qualités littéraires. La traversée dans cet étrange enfer se fait en tiraillements intérieurs, mais elle s’accompagne d’une beauté lyrique qui nous ébloui d’autant plus. J’ai lu et relu certains passages, tant je m’imprégnais de cette cambrousse rurale américaine, et de sa douce voix hypnotique, quel voyage!!!Même le titre devient une évidence et d’une implacable vérité et apporte sa touche d’intemporalité à ce récit. Une merveille à lire, à ressentir!

Des spasmes de clair de lune traversaient la cime des arbres.

J’aime ce genre de polar noir, car il contient assez de puissance pour vous marquer au fer rouge, mais là où celui ci se distingue, c’est dans l’habile lumière de son écriture. Touchée en plein cœur par ses mystères qui se dévoilent dans le sang, il restera une des lectures les plus marquantes  de cette année pour moi. Un grand roman que je ne saurai trop vous conseiller lors de sa sortie le 18 aout! Jetez vous dessus si vous le croisez!!!!Coup de cœur !!!!

On pourrait dire ça parce que ça donnerait l’impression que les choses rentrent dans des cases. Mais ce serait négliger la vérité authentique.
-Et c’est quoi cette vérité?
-Le seul genre de vérité qu’il y ait jamais eu. Je parle du fait que le cœur est un mystère.

 

Ma note Plaisir de Lecture fee clochette 10/10.

Remerciements:

Je tiens à remercier chaleureusement les éditions Gallmeister pour l’envoi de ce livre. Merci de leur confiance. Merci aussi à Léa pour cette douce collaboration intermédiaire! Je suis aux anges d’avoir pu lire ce livre en avant-première , et ce d’autant plus que c’est un coup de cœur!

 

 

Publicités

61 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. belette2911
    Sep 03, 2016 @ 09:41:45

    Je viens de le terminer, ma poulette, et effectivement, il y a bien réécriture de certains passages bibliques tels Caïn et Abel et le sacrifice du fils d’Abraham… 😉

    Réponse

  2. Rétrolien: Le diable, tout le temps Donald Ray Pollock | *****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****
  3. Lord Arsenik
    Août 28, 2016 @ 02:42:00

    Il fait partie de ma prochaine commande… faut juste que je laisse un peu de temps à la carte bleue pour refroidir.

    Réponse

  4. Collectif Polar : chronique de nuit
    Août 22, 2016 @ 13:29:42

    Putain quand tu aimes chère Stelphique, on peut dire que tu sais le dire.
    Alors merci pour cette putain de chronique.
    Une de mes lectures à venir;
    Je sens que je vais me régaler.
    Et si je ne suis pas de ton avis, et ben je te le ferai savoir ! 😉

    Réponse

  5. Lupa
    Août 20, 2016 @ 13:51:51

    On peut dire que tu sais y faire 😉 Moi qui suis toujours à la ramasse sur les sorties littéraires, cette fois je n’ai pas d’excuses ^_^ Merci !

    Réponse

  6. belette2911
    Août 19, 2016 @ 21:06:40

    Réponse

  7. Smadj
    Août 19, 2016 @ 09:00:01

    Rhoool la lumière noire qui éclairera la rentrée littéraire !!!
    Que je l’adore ta chronique !!!
    MA GNI FI QUE 😍😍😍

    Réponse

  8. Nathalie M
    Août 19, 2016 @ 08:29:28

    Un tel coup de coeur ne peut me laisser indifférente @ 😉

    Réponse

  9. belette2911
    Août 18, 2016 @ 21:32:36

    Et alors, ça vient l’article sur nos impressions de lecture de l’évangile du serpent ??? Hein ?? 😆 Je sors.

    Réponse

  10. dealerdelignes
    Août 18, 2016 @ 07:05:38

    Du grand noir comme j’aime 😉

    Réponse

  11. Léa Touch Book
    Août 17, 2016 @ 09:57:00

    Très heureuse de voir que tu as aimé 🙂 !!

    Réponse

  12. lesmotordusdanneju
    Août 17, 2016 @ 07:07:06

    CONQUISE !
    Je le veux !!!

    Réponse

  13. belette2911
    Août 16, 2016 @ 17:04:00

    Réponse

  14. belette2911
    Août 16, 2016 @ 17:03:03

    Mais je le VEUX !! En plus, j’ai lu une autre chronique sur le bouquin et le côté « je joue avec les codes de tu-sais-quoi-puisque-tu-l-as-lu me tente diablement, diaboliquement !!! 😀

    Réponse

Laissez un peu de poussière de féerie, cela fait toujours plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 187 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :